Archive | Ecologie & climat

24 février 2017 ~ 0 Commentaire

merléac

mer

 Lieu-dit La Porte aux Moine 22320 Saint-Martin-des-Prés

morl

Facebook

Lire la suite

24 février 2017 ~ 0 Commentaire

communiqué de presse (douar didoull)

carrotage

L’Agence Régionale de la Santé spécule sur la santé des habitants.

Le 08 janvier 2017, le collectif Douar Didoull interpellait par courrier l’Agence Régionale de la Santé quant à son avis favorable, émis le 19/06/2014, dans le cadre de l’instruction du Permis Exclusif de Recherches Minières dit de « Loc-Envel » et se résumant de la sorte, face aux centaines de pages du dossier de demande de PERM, émanant de la société Variscan :

« Monsieur le Préfet. Par courrier du 12 Mai 2014, vous m’avez adressé le dossier cité pour avis. Je n’ai pas d’observation particulière à formuler sur ce projet. J’émets donc un avis favorable. »

Dans ce courrier, tout en informant l’ARS sur l’impact inévitable pour l’ensemble de la Bretagne qu’engendrerait une exploration/exploitation minière sur le périmètre désigné, le collectif Douar Didoull entend demander des précisions sur les arguments qui ont nourris cet avis. Et d’inter- roger le directeur de l’ Agence Régionale de la Santé : « Avez-vous pris en compte l’éventualité d’un incident minier majeur sur la ressource en eau des particuliers ou des nombreux professionnels usagers ? »

Faisant fi des multiples études scientifiques démontrant les pollutions diverses dès la phase d’exploration, la réponse de l’ARS (datée du 31/01/2017), prétendant que sur la zone de Lok-Envel les travaux de recherches, qui déboucheront sur une pré-mine, resteraient inoffensifs et sans impacts, se révèle comme une provocation en matière de santé publique. Reprenant mot pour mot l’argumentaire contenu dans la notice d’impact de Variscan Mines, cette réponse soulève une fois de plus la collusion entre services de l’Etat et opérateurs miniers dans le cadre de la relance minière en France.

Le collectif Douar Didoull dénonce les manquements de ces services dans l’instruc- tion de ces demandes de permis miniers.

Pour rappel, dans les Cévennes, sur le site de l’ancienne mine de Saint-Félix-de-Pallières (30), le 11 février 2016, l’ARS du Languedoc-Roussillon annonçait ses résultats suite à la mise en place d’un dispositif de surveillance sanitaire auprès d’habitants concernés (analyses sanguine et urinaire) et préconisait un « suivi médical personnalisé » pour plusieurs d’entre eux présentant des taux anormalement élevés de métaux lourds (arsenic, plomb et cadnium).

Il aura fallu une plainte pour empoisonnement pour que l’ARS daigne mettre en place cette surveillance par crainte d’un scandale sanitaire ! Comme dans les Cévennes, l’ARS Bretagne semble avoir fait le choix de guérir plutôt que de prévenir !

23 février 2017

logo-Dd

A noter :

Le collectif Douar Didoull appelle à manifester le samedi 18 mars 2017 à Guingamp (22), place du Champ au Roy à 10h30, pour l’abrogation définitive du PERM de Lok Envel et de tous les permis miniers en Bretagne et ailleurs.

mines-

Renseignements : douardidoull@riesup.net

Lire aussi:

Projets miniers. Une manifestation à Guingamp, le 18 mars (Ouest France)

Lire la suite

24 février 2017 ~ 0 Commentaire

bio (france inter)

ennemo bio

La grogne des agriculteurs bio

Les Français n’ont jamais autant mangé bio et pourtant, les agriculteurs bio sont en colère. Ils dénoncent le versement complètement chaotique et incomplet de leurs aides.

Valérie Forgue produit un vin de Touraine dans la vallée du Cher. Cette viticultrice est fière de sa première cuvée 2016 estampillée bio après 3 ans de reconversion. Je ne suis pas Cosette dit-elle je fais du bio pour faire des produits auxquels je crois, pas pour toucher des aides.

Mais elle se dit écoeurée. Elle attend encore le solde de son aide à la reconversion de 2015..et elle n’a encore rien reçu pour 2016..

Et c’est partout pareil dit la FNAB, la Fédération nationale d’agriculture biologique : des aides versées en retard ou pas du tout …des problème de trésorerie..

Des exploitants au bord de la crise de nerf et de la faillite.

Patrick : l’explication ?

D’abord il y a un bug….Depuis la réforme de la nouvelle politique agricole commune, la PAC en 2015, Ces aides européennes doivent être gérées conjointement par l’Etat et par les Régions…. Et c’est devenu un casse-tête pour faire le calcul… Le gouvernement a verser des avances de trésoreries, ca reste flou… pas de quoi calmer la grogne.

Patrick : et pourtant le ministre de l’agriculture invité à ce micro il y a 1 semaine (le 14 février) nous a assuré que tout allait bien pour l’agriculture bio.

C’est vrai que le bio a le vent en poupe !

L’année dernière, les surfaces engagés en agriculture bio ont progressé de 16 % …et les Français n’ont jamais autant mangé bio, + 20 % dans leurs assiettes…

En 2013, le gouvernement a mis un coup d’accélérateur : une enveloppe de 160 millions d’euros par an jusqu’en 2017…presque le double de ce qui existait avant.

mais voilà, personne n’a anticipé un tel engouement, les reconversions en agriculture bio atteignent un rythme spectaculaire et…les aides ne suivent plus !

mercredi 22 février 2017 Nathalie Fontrel

https://www.franceinter.fr/

Lire aussi:

L’étrange bug informatique qui empêche des milliers d’agriculteurs bios de toucher leurs aides (Bastamag)

Lire la suite

24 février 2017 ~ 0 Commentaire

démantèlement (vie publique)

sem11mie-Z3-tepco-nucleaire-japon

Démanteler une centrale nucléaire, comment et à quel prix ?

En trois étapes

La première étape est la mise à l’arrêt définitif des réacteurs. Le combustible est déchargé et les circuits de refroidissement vidangés. La deuxième est celle du démantèlement partiel. Tous les bâtiments de la centrale sont déconstruits sauf ceux des réacteurs. Enfin, le démantèlement total a lieu. Les générateurs de vapeur, le bloc et le bâtiment du réacteur sont alors démontés. Le démantèlement est une opération difficile, en raison des produits radioactifs que contien- nent les installations. Mais, elle est techniquement bien maîtrisée. Tout ce qui est démantelé est traité en tant que déchets nucléaires.

Pour 15% du coût de construction

En France, seuls les réacteurs G1, G2 et G3 de Marcoule et Chinon A1, entrés en fonction entre 1956 et 1963, ont été complètement déconstruits. Faute de retour d’expérience, l’éva- luation du coût est délicate pour les centrales de grande puissance. Il existe cependant un consensus international pour estimer ce coût à 15 % de celui de la construction, soit 3 à 500 millions d’euros par réacteur. Certains opposants au nucléaire contestent ces évaluations. Pour eux, les coûts de construction et de démantèlement seraient équivalents.

Le démantèlement, une charge pour les générations futures ?Les trois exploitants (EDF, CEA et Areva) prévoient les financements (provisions) destinés à couvrir les futures charges de démantèlement des centrales. D’après la Cour des comptes, en 2013, ces charges s’élevaient pour EDF à 22,5 milliards d’euros pour le démantèlement des installations et à 15,8 pour la gestion des combustibles usés. Les provisions du CEA et d’Areva pour la déconstruction des installations étaient respectivement de 4,1 et 7,9 milliards d’euros (source : Cour des comptes, Le coût de production de l’électricité nucléaire, 2014).
.
La déconstruction de Brennilis ou la difficile estimation des coûtsBrennilis est un chantier pilote du démantèlement. Ce prototype EL4 a été actif de 1967 à 1985. Démantelé au départ partiellement, il est en voie de déconstruction complète, EDF ayant décidé en 1999 de libérer le site d’ici 2018. Le devis de démantèlement de la centrale est passé de 254 millions d’euros en 2001 à 458,6 en 2012. Des aléas techniques et juridiques explique notamment cette augmentation.Source : Cour des comptes, op.cit, 2014.
.
Combien de centrales arrêtées ?157 unités électronucléaires ont été arrêtées dans le monde. 12 unités ont été stoppées en France : G2, G3, Chinon A1, Chinon A2, Chinon A3, Saint Laurent A1 et A2, Bugey 1, Chooz A, EL4, Phénix et Superphénix (G1 n’est pas considéré comme un « réacteur électronucléaire »). Mais seulement quatre (G2, G3, Chooz A et Chinon A1) sont presque démantelées à ce jour.Source : CEA, Elecnuc. Les centrales nucléaires dans le monde, 2016.1er 02 2017

http://www.vie-publique.fr/

Lire aussi:

EDF trop imprécis sur le démantèlement nucléaire (Le Monde)

Démantèlement : un débat public est impératif (SDN)

Lire la suite

23 février 2017 ~ 0 Commentaire

brest maïs (fr3 + bastamag)

pesticideis

Maïs traité à la phosphine à Brest : “Triskalia ne peut pas être à la fois juge et partie”

Alors que Triskalia a annoncé que la moitié du maïs traité à phosphine entreposé à Brest était conforme à la réglementation, l’Union Régionale Solidaires de Bretagne et le Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’ouest veulent des analyses de la part de l’Etat.

« C’est quand même un comble ! C’est l’entreprise prise en défaut d’utilisation de céréales non conformes, qui annonce elle-même que ces céréales sont à nouveau conformes ! alors que l’enjeu de cette affaire est un problème de Santé Publique. Triskalia ne peut pas être à la fois, juge et partie ! »

Voilà la réponse de l’Union Régionale Solidaires de Bretagne et le Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’ouest suite à l’annonce de Triskalia qui a indiqué que la moitié de la cargaison de maïs arrivé mi-décembre à Brest et traité à la phosphine a été analysée et s’est révélée « conforme à la réglementation ».

« L’Etat se tait »

L’Union Régionale Solidaires souhaite que l’Etat intervienne sur les stocks de maïs. « Mais l’Etat se tait : les résultats de ces analyses sont gardés secrets ; aucune information n’est donnée sur la situation des stocks à Plouisy et à Plouagat. Le ministre de la Santé, M. TOURAINE et celui de l’Agriculture, S. LE FOLL, que nous avons interpellés, restent silencieux face à ce scandale de Santé Publique » déplore-t-elle. 

« C’est à l’ANSES de dire si ce maïs est consommable »

L’Union syndical pointe également du doigt les antécédents judiciaires de Triskalia, « coupable d’avoir empoisonné aux pesticides plusieurs de ses ex-employés, son comportement non transparent dans cette affaire de maïs à la phosphine, nous poussent à douter de sa bon- ne foi. Le communiqué de Triskalia ne suffit donc pas à garantir que ce maïs ne présente aucun risque, ni pour la santé des travailleurs portuaires et agricoles, ni pour celles des animaux qui sont destinés à s’en nourrir, ni pour les humains qui les mangeront. C’est à l’ANSES de dire si ce maïs est consommable« .

En l’absence de garanties données par la Préfecture elle-même, l’Union Régionale Solidaires de Bretagne et le Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’ouest continuent « à demander la destruction des 25 500 tonnes de maïs« .

Lucas Hobé Publié le 23/02/2017

http://france3-regions.francetvinfo.fr/

Lire aussi:

Elevage : des salariés lancent l’alerte sur du maïs contaminé par un pesticide très toxique (Bastamag)

Lire la suite

22 février 2017 ~ 0 Commentaire

non à la mine d’or industrielle (slf)

Un toucanet koulik (Selenidera piperivora) se nourrisant de fruits du palmier comou (Oenocarpus bacaba) Le toucanet koulik fait partie de l’extraordinaire biodiversité de « l’Amazonie Française » (© Tanguy Deville)

En forêt guyanaise !

En toute discrétion, l’Etat français encourage l’industrialisation de la filière aurifère en Guyane. Le projet Montagne d’Or, prévu pour 2018, deviendrait la plus grande mine du territoire français. Il aurait de graves impacts humains et environnementaux et ouvrirait la porte aux autres multinationales minières en attente !

Lettre

Au Président et au gouvernement de la France.

Ne laissez pas détruire l’exceptionnelle biodiversité guyanaise ! Merci d’arrêter Montagne d’Or et tous les autres projets de mines d’or industrielles en Guyane

Afficher la lettre de pétition

Un monstre industriel : le projet « Montagne d’Or » s’inscrit sur 190 km2 de concessions et prévoit une fosse de 2,5 km de long, 500 m de large et 400 m de profondeur. Son usine de traitement de minerai par cyanuration exige l’énergie de 20 % de la consommation annuelle de la Guyane.

Les sites industriels de ce type détruisent immanquablement la forêt et les écosystèmes sur lesquels ils s’implantent et bien au-delà, du fait du drainage minier acide. Le risque majeur repose sur le stockage en digue de millions de tonnes de boues cyanurées. Au moins 25 ruptures de digue ont eu lieu depuis 2000 dans le monde. En 2015, le Brésil a connu un accident similaire considéré comme l’une des pires catastrophes écologiques.

La Guyane inclut une partie encore intacte de la forêt amazonienne, poumon de notre planète, et zone de biodiversité extraordinaire. Ce territoire doit absolument être préservé d’activités aussi destructrices.

L’exploitation minière de l’or n’est pas indispensable. Les besoins industriels représentent seulement 8 % de l’or extrait. La filière du recyclage en a fourni 3 fois plus en 2015.

Si la France autorise l’exploitation à grande échelle de ce premier gisement, elle s’exposera nécessairement à la multiplication de projets miniers équivalents.

Ce choix de société n’est pas une solution de développement pérenne. La population n’a d’ailleurs pas été consultée et les procédures imposant de recourir au Conseil Consultatif des Populations Amérindiennes et Bushinengué n’ont pas été respectées.

Le collectif Or de question qui regroupe des ONG locales et nationales, demande au gouvernement français l’arrêt immédiat des projets de méga-industrie minière. L’économie guyanaise doit s’orienter vers un développement écologiquement et socialement soutenable.

Merci de le soutenir en signant la pétition

Contexte

Lire la suite

21 février 2017 ~ 0 Commentaire

linky paris

linky paris  dans Altermondialisme

RASSEMBLEMENT NATIONAL STOP-LINKY
(et autres compteurs communicants)

Mercredi 22 mars 2017 de 11h30 à 15h
devant la maison de la Radio à Paris
(116 av du Pdt Kennedy)
Mercredi 22 mars 2017, l’Association des Maires de France (AMF) organise avec Radio-France et Public-Sénat une journée entièrement consacrée aux communes dans le cadre de la campagne présidentielle, et tous les candidats à l’élection présidentielle ayant déposé les fameux 500 parrainages seront reçus.

Cf : http://www.amf.asso.fr/document/index.asp?DOC_N_ID=24303&TYPE_ACTU=1

C’est l’occasion de faire entendre pour le mouvement Stop-Linky (Collectifs, associations, particuliers, élus municipaux, etc). En effet, une colère de plus en plus puissante gronde dans toute la France face aux passages en force d’Enedis et de ses sous-traitants qui tentent d’imposer leurs compteurs par la désinformation, les menaces, intimidations, etc.

D’autre part, l’entreprise Enedis (appuyée par les Préfets, qui ne sont donc pas au service des citoyens mais des intérêts industriels) attaque devant la justice administrative les municipalités qui prennent des délibérations pour protéger leurs administrés en interdisant le déploiement des compteurs communicants.

Or, au lieu de soutenir les maires et les conseils municipaux, les dirigeants de l’Association des maires de France prennent fait et cause pour les industriels et pour les compteurs Linky et cie. C’est inacceptable.

D’innombrables citoyens et élus ne veulent pas de ces compteurs communicants qui :

- mettent en cause les libertés publiques (captation d’innombrables informations sur la vie privée)
Cf : http://www.ldh-france.org/linky-compteur-communicant-en-dit-beaucoup-notre-vie-privee

- mettent en danger la santé des habitants (émissions permanentes d’ondes électromagnétiques), alors que les études officielles sont contestables et contestées
Cf : Criirem http://bit.ly/2m7ohVb et Robin des Toits http://bit.ly/2l2NW0t

- nuisent à l’environnement (destruction de 81 millions de compteurs en parfait état de marche)
Cf : http://rmc.bfmtv.com/emission/compteurs-linky-de-veritables-big-brother-a-notre-domicile-962684.html

- détournent l’argent des citoyens (qui devrait servir à renforcer le réseau électrique ou à lutter contre la précarité énergétique et non à payer des compteurs communicants chers, fragiles, piratables, etc)
Cf https://blogs.mediapart.fr/ben-lefetey/blog/050516/et-si-les-milliards-du-linky-servaient-lutter-contre-la-precarite-energetique

- font augmenter les factures et les abonnements (sauf à s’habituer à vivre en disjonctant vingt fois par jour)
Cf : http://bit.ly/2kDrFtR ou http://bit.ly/1TjMweA

- font disfonctionner les appareils de votre logement
Cf : http://bit.ly/2gMUCjS ou http://bit.ly/2lZK4kW

Mais cette colère est à ce jour ignorée par les « autorités » et par la plupart des candidats à l’élection présidentielle. Alors faisons-nous entendre  ! Nous demandons le droit pour chaque commune d’interdire le déploiement des compteurs communicants sur son territoire et, lorsque la commune ne prend pas une telle décision, le droit pour les particuliers de refuser ces compteurs…

Stéphane Lhomme
Conseiller municipal de Saint-Macaire
Animateur du site web :
http://refus.linky.gazpar.free.fr

Robin de Toits
Association nationale pour la sécurité
sanitaire dans les technologies sans fil
http://www.robindestoits.org

Lire la suite

21 février 2017 ~ 0 Commentaire

forêts (bastamag)

 tarzan

L’étrange décret qui ouvre les forêts françaises protégées à l’exploitation minière

Dès les 1er mars, les principales forêts protégées de France pourraient se trouver ouvertes à l’exploitation minière. C’est ce que propose un projet de décret élaboré par le ministère de l’Agriculture et soumis à consultation publique jusqu’au 20 février.

Celui-ci vise les « forêts de protection » – le régime de protection le plus contraignant, créé en 1922, qui concerne environ 150 000 hectares sur tout le territoire métropolitain.

En bénéficient notamment les forêts de Fontainebleau et de Rambouillet en Ile-de-France. Jusqu’à présent, il était absolument impossible d’y procéder à des travaux de quelque type que ce soit, à l’exception de la recherche de sources d’eau potable. Désormais, il deviendrait envisageable d’y procéder, moyennant autorisation, à des fouilles archéologiques ou à « la recherche et l’exploitation souterraine des ressources minérales revêtant un intérêt national ou régional, telles que les substances de mines et certaines substances de carrières ».

Pourquoi ce décret aujourd’hui ?

Faut-il voir un lien avec la politique de «relance minière» souhaitée par de nombreux indus-triels et politiques?

Selon le ministère, il ne s’agit que de permettre le classement de massifs forestiers abritant déjà une carrière ou présentant un intérêt archéologique. Une démarche aujourd’hui irréalisable «faute de l’existence d’un régime spécial». Sont notamment avancés les exemples de la forêt de Montmorency, dans le Val-d’Oise, qui abrite l’une des plus impor- tantes carrières de plâtre d’Europe (propriété conjointe du groupe cimentier Lafarge et de Placoplatre, filiale de Saint-Gobain), ainsi que celui de la forêt de la Haye, près de Nancy, qui abrite des sites archéologiques.

Une formulation inquiétante

Il n’en reste pas moins que la formulation très large du décret, qui vise toutes les forêts de protection, inquiète les défenseurs de l’environnement ainsi que les dizaines de collectifs citoyens qui se sont créés sur tout le territoire métropolitain pour s’opposer aux nouveaux projets miniers. Beaucoup y voient le résultat du lobbying des industriels des carrières, représentés par l’Unicem (Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction). D’autant plus qu’au même moment, la proposition de réforme du code minier n’a pas vraiment permis d’y intégrer les garde-fous environnementaux et démocratiques nécessaires (lire notre enquête récente).

Derrière ce décret, y aurait-il aussi des projets précis ?

Il existe au moins un exemple : la société Variscan mines vient d’obtenir un permis de recher- che en Ariège, le « permis de Couflens », à proximité de l’ancienne mine de Salau, mais aussi d’une forêt de protection de 1000 hectares…

Plus généralement, la logique d’affaiblissement des protections environnementales sous- jacente au projet de décret va immanquablement affecter les rapports de forces dans bien des endroits. Ainsi dans le Lot, où un collectif citoyen se bat pour préserver un verger à graines unique, au cœur d’un site classé « Espace naturel sensible », contre l’expansion d’une carrière de galets de quartz appartenant à l’entreprise française Imerys.

Une pétition en ligne a été créée, qui a déjà recueilli plus de 30 000 signatures.

Olivier Petitjean 17 février 2017

Lire la suite

20 février 2017 ~ 0 Commentaire

linky carhaix (le télégramme + ouest france)


.
Compteurs Linky. Des manifestants inquiets
.
Une centaine de personnes ont défilé, hier matin, dans les rues de Carhaix pour s’opposer à la mise en place des compteurs Linky. À leurs yeux, ces équipements sont dangereux pour la santé et intrusifs dans la vie privée.
.
« Linky, ça suffit. Gazpar, y en a marre ! ». 10 h 40, hier en haut de la place du Champ-de-Foire. Au son de la bombarde et du biniou, et sous les yeux de passants souvent surpris, une centaine de personnes crient leur colère contre les compteurs dits « intelligents » ou « communicants ». « C’est quoi ? », questionne une jeune femme à un manifestant. Si, depuis des mois, la fronde monte doucement avec, un peu partout, la création de collectifs d’opposants et des réunions d’information, une bonne partie de la population ignore encore ce combat.
.
« Cette manifestation peut justement servir à alerter les gens qui ne sont pas au courant de ce qui nous attend si on ne fait rien », glisse une personne mobilisée. Inquiétudes pour la santé et la vie privée Les craintes des opposants aux compteurs Linky et autres appareils sont écrites sur les banderoles et pancartes réalisées pour l’occasion.
« Linky, Gazpar, eau, capteurs communicants = profil détaillé, vie privée marchandisée, liberté privatisée ? Qui est derrière le tout connecté ? », interroge ainsi le panneau d’une manifes-tante. « Linky, Gazpar, Aquarius, un scandale sanitaire s’annonce », assure une autre. Ou encore : « Objets connectés, liberté sacrifiée ».
.
Les collectifs mobilisés affirment à la fois que ces équipements sont dangereux pour la santé et qu’ils sont intrusifs dans la vie privée des gens.
.
En tête de cortège, un slogan inscrit sur une grande banderole résume l’esprit du jour : « Pour rester humain et libre, non au compteur Linky ». Obligatoire ou pas ? Des accusations qu’E- nedis (ex-ErDF) dément en bloc via un document intitulé: « La vérité sur le compteur Linky ». L’entreprise y explique que ces équipements respectent les normes concernant l’exposition aux champs électromagnétiques et ne s’immiscent en rien dans la vie privée des gens. Autre désaccord majeur entre Enedis et les manifestants, le caractère obligatoire ou non de ces compteurs. Selon l’entreprise, le changement de compteur est obligatoire. Pour les opposants, pas du tout. Difficile de s’y retrouver. Voilà sans doute pourquoi plusieurs municipalités ont demandé un moratoire et réclamé une évaluation indépendante.
.
.

Lire aussi:

La marche anti-Linky a réuni une centaine de manifestants (Ouest France)

Lire la suite

17 février 2017 ~ 1 Commentaire

linky france inter demain samedi 14h

linky france inter demain samedi 14h dans Ecologie & climatSamedi 18 février 2017 à 14h

Émission CO2 mon amour  animé par Denis Cheissoux
Débat sur les compteurs Linky avec:
.
- Gladys LAROSE, chef de Mission au sein du Programme Linky (Enedis)et

- Stéphane LHOMME, opposé au Linky, conseiller municipal de Saint-Macaire (Gironde)

cleardot dans Ecologie & climat

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin