Archive | Ecologie & climat

30 septembre 2022 ~ 0 Commentaire

pêche (reporterre)

espece pro

« Une trahison » : l’Europe renonce à interdire une technique de pêche destructrice

Les autorités européennes ont renoncé, le 29 septembre, à interdire la senne démersale, une technique cruelle. Un échec dû, selon plusieurs défenseurs de l’océan, à l’abandon de la pêche artisanale par le gouvernement français.

La colère des défenseurs de l’océan et de la pêche artisanale est immense, depuis jeudi 29 septembre au soir. Alors que le Parlement européen avait voté, en juillet, en faveur de l’interdiction de la senne démersale dans les eaux côtières françaises, cette décision a été rejetée en trilogue. Les représentants du Parlement, du Conseil et de la Commission européenne ont décidé de laisser libre cours à cette technique de pêche « ultra-efficace » prisée des industriels néerlandais. « C’est une trahison aux intérêts de la nation », a réagi l’association Bloom dans un communiqué.

Apparue dans les eaux du nord de la France au début des années 2010, la senne démersale consiste à déployer des câbles vibrants, rattachés à un chalut, sur le fond de la mer. Leurs vibrations provoquent la formation d’un mur de sédiments, ce qui dissuade les poissons de fuir. Un « senneur » ratisse en moyenne 3 km² de fonds marins par action de pêche. En une journée, cinq bateaux de ce type peuvent rabattre l’équivalent de Paris dans leurs filets. « Les animaux marins n’ont aucune chance de s’en sortir », expliquait Claire Nouvian lors d’une conférence de presse, le 28 septembre. Selon les chiffres de l’association Pleine mer, on compte aujourd’hui 75 senneurs autorisés à pêcher en Manche.

La France, « premier lobbyiste des industriels »

À ses débuts, la senne démersale a conquis plusieurs pêcheurs français, qui n’ont pas hésité à investir plusieurs millions d’euros pour convertir leurs bateaux à la senne. Confrontés aux conséquences dramatiques de cette technique, la plupart sont aujourd’hui repentis. « Si l’on continue ces pratiques, dans cinq ans, il n’y aura plus personne. Il n’y aura plus assez de poissons », nous expliquait en mai dernier Alexandre Fournier, ancien senneur de Boulogne-sur-Mer.

Depuis l’apparition de la senne démersale dans les eaux françaises, les pêcheurs locaux ont vu les populations de rouget barbet, de grondin perlon, de carrelet, de sole, de limande, de barbue et turbot dégringoler. Dans le cadre d’un sondage organisé mi-septembre par le comité régional des pêches de Normandie et l’Organisation des pêcheurs normands, 205 d’entre eux (soit 98 % des sondés) [1] ont assuré être « favorables à l’interdiction de la senne démersale dans les 12 milles [des côtes, soit 22 km] pour tous les pavillons », français ou non.

« Conséquences économiques désastreuses »

Selon l’association Bloom, le gouvernement français n’aurait pas suffisamment défendu les intérêts des pêcheurs artisanaux français à Bruxelles, et serait responsable de l’échec des négociations en trilogue. « Le gouvernement est devenu le premier lobbyiste des industriels », déplorait Claire Nouvian le 28 septembre.

Malgré les nombreuses lettres envoyées par des pêcheurs artisanaux au secrétaire d’État à la mer, Hervé Berville, le gouvernement se serait aligné sur la position du Comité national des pêches maritimes et des élevages marins (CNPMEM). Ce dernier serait « trusté », selon Bloom, « par les intérêts industriels et notamment néerlandais, déterminés à éliminer la pêche artisanale et les pêcheurs côtiers ». « On s’est retrouvés face à un mur, a témoigné l’eurodéputée écologiste Caroline Roose sur Twitter. La pêche industrielle a gagné parce que le gouvernement [...] a fait en sorte que cet amendement ne passe pas. »

Lætitia Bisiaux, chargée de projet à Bloom, est pessimiste quant aux conséquences de cette prolongation du statu quo : « Ce scandale aura des conséquences économiques désastreuses pour les pêcheurs, qui avaient déjà payé un lourd tribut avec la pêche électrique qui a dévasté le port de Dunkerque ».

En mai dernier, plusieurs pêcheurs nous confiaient avec angoisse être sur le point de mettre la clé sous la porte : « J’ai une maison à rembourser, trois enfants à nourrir. Je ne sais rien faire d’autre. Je vais faire quoi, aller au McDo pour gagner 800 euros par mois ? » se demandait l’un d’entre eux.

Hortense Chauvin  30 septembre 2022

https://reporterre.net/

Lire la suite

28 septembre 2022 ~ 0 Commentaire

salinisation (ci)

mer sea

La salinisation des terres et des eaux, un fléau méconnu

L’élévation du niveau des mers, l’augmentation de la température qui accélère l’évaporation et accentue les sécheresses, mais aussi certaines activités humaines entraînent un accroissement des concentrations en sel dans les sols et les eaux douces de la planète. Une menace pour les cultures, l’eau potable et la santé humaine.

Le delta du Mékong subit une menace chimique qui, à long terme, pourrait se révéler plus meurtrière que les épandages d’agent orange effectués lors de la guerre du Vietnam. D’ici au milieu du siècle, il pourrait être envahi par un ennemi toxique contre lequel on n’est guère armés : le sel.

En effet, à mesure que le niveau de la mer s’élève, les eaux salées remontent toujours plus loin dans le delta, l’une des régions rizicoles les plus productives et densément peuplées d’Asie du Sud-Est. Pendant la saison sèche de cette année, la limite [d’extension] des eaux saumâtres — là où la salinité dépasse 4 grammes par litre — se situait à 64 kilomètres en amont, soit 17 kilomètres plus haut que sa maximale historique.

Cet afflux de sel s’explique en partie par la diminution des apports d’eau douce depuis le Mékong vers le delta, baisse liée à la présence d’immenses barrages hydroélectriques chinois aménagés très en amont du fleuve [appelé Lancang en Chine].

Mais, selon une modélisation novatrice, d’ici à 2050 environ, l’élévation du niveau de la mer dans la mer de Chine méridionale sera le principal facteur de salinisation du delta, où vivent plus de 20 millions de personnes. De vastes zones deviendront de ce fait inhabitables pour les riziculteurs, bien avant qu’elles ne soient inondées par l’océan lui-même.

Des concentrations délétères pour les cultures

Le Mékong fait partie de la dizaine de grands deltas fertiles – souvent des piliers de l’économie locale – à être confrontés à de telles invasions de sel. Or, avec le dérèglement climatique, ce fléau du sel va aussi survenir loin des océans, notamment dans les régions arides, où les spécialistes du climat estiment que les hautes températures vont entraîner des taux d’évaporation bien plus élevés.

Ce phénomène, s’ajoutant aux saisons sèches plus longues et à la fréquence accrue des épisodes de sécheresse, va contribuer à assécher l’intérieur des continents. Résultat, le sel, aujourd’hui naturellement présent à l’état de traces, va atteindre des concentrations telles que les cultures vont dépérir et que les écosystèmes fondés sur l’eau douce vont s’effondrer.

Parmi les zones vulnérables, on trouve les pays méditerranéens d’Europe du Sud, où les températures augmentent déjà plus rapidement que la moyenne planétaire et pour lesquels les modèles climatiques prévoient une diminution de 25 à 30 % des précipitations d’ici à 2080. L’écologue Erik Jeppesen, de l’université Aarhus (Danemark), a récemment fait valoir que l’accumulation de sel à venir dans les lacs, les zones humides et les fleuves de cette région “représente une menace importante pour le fonctionnement et la biodiversité des écosystèmes aquatiques de l’intérieur des terres”. Les cultures n’y survivront pas.

Et de nombreuses réserves d’eau souterraines dont dépendent le demi-milliard d’habitants de la région pourraient devenir non potables, assure Micol Mastrocicco, spécialiste de la pollution de l’eau à l’université de Campanie Luigi Vanvitelli.

On observe actuellement une forte hausse de la salinité sur tous les continents habités. Et le dérèglement climatique est loin d’en être la seule cause. L’eau de mer pénètre largement dans les deltas, du fait de la présence de barrages en amont ou de pompes qui puisent l’eau douce souterraine pour les robinets et l’irrigation. (Extrait)

29 août 2022

https://www.courrierinternati

Lire la suite

27 septembre 2022 ~ 0 Commentaire

nucléaire (cqfd)

futur nukl
.
.
Le nucléaire à l’agonie… mais à l’offensive
.
La moitié des réacteurs français ont passé l’été à l’arrêt mais le gouvernement voit toujours l’atome comme une filière d’avenir. Vanté comme une solution miracle au dérèglement climatique, le nucléaire y est surtout très vulnérable.

Sale temps pour le nucléaire civil français. Plombée par d’indispensables opérations de maintenance et un problème de corrosion sur plusieurs de ses centrales les plus récentes, EDF a dû mettre plus de la moitié de ses 56 réacteurs en pause forcée.

Le 25 août, 32 étaient toujours à l’arrêt. La baisse de production a été telle que l’Hexagone, habituellement exportateur, a dû acheter de l’électricité à ses voisins pour subvenir à ses besoins. Sur fond de pénurie de gaz russe, l’hiver s’annonce incertain pour le réseau électrique européen.

Y aura-t-il de l’électricité à Noël ?

Figure de proue du secteur, EDF traîne une dette qui dépassera bientôt les 50 milliards d’euros. Et, symbole des errances de la filière, le tout nouveau réacteur pressurisé européen (EPR) de Flamanville (Manche) ne rentrera en production que fin 2023 au mieux – avec onze ans de retard et un surcoût de près 16 milliards d’euros selon la Cour des comptes (19,1 milliards contre 3,3 prévus initialement).

C’est pourtant sur cette filière à l’agonie que le gouvernement parie pour assurer, aux côtés des énergies renouvelables, l’essentiel de la production électrique du siècle à venir. Le 10 février dernier, Emmanuel Macron a annoncé la mise en chantier prochaine de six nouveaux EPR et le lancement des études préparatoires pour huit autres.

Un milliard d’euros vont par ailleurs être investis dans le développement d’un nouveau type de réacteurs, moins puissants mais en principe plus aisés à construire et gérer : les petits réacteurs modulaires (SMR).

L’argument du bilan carbone

Pour justifier ce retour en arrière (aucune centrale n’a été mise en service depuis 2002), le président a eu recours à un classique du storytelling atomique français : l’« indépendance énergétique » du pays – alors même que l’uranium qui fait tourner les centrales est intégralement importé. Mais il a surtout vanté le faible bilan carbone du nucléaire.

Depuis que le dérèglement climatique fait la une des journaux, tout ce que le secteur atomique compte de communicants et de lobbyistes reprend cet argument ad nauseam. Ça a fini par payer : au sein même des familles de pensée écologistes et décroissantes, la doctrine pronucléaire se répand peu à peu, sous l’influence notamment de l’ingénieur Jean-Marc Jancovici.

Mêlant un discours convaincant sur l’urgence climatique et les limites de la croissance à un solutionnisme nucléaire aveugle, cette « star du climat » a l’oreille des puissants comme du grand public.

Avec ses vidéos qui font un tabac sur internet et sa bande dessinée Le Monde sans fin (Dargaud, 2021) qui s’est déjà vendue à plus de 300 000 exemplaires, Jean-Marc Jancovici a sensibilisé des foules entières au risque d’effondrement qui guette nos sociétés.

Or, « prendre conscience de l’urgence climatique, c’est très déstabilisant émotionnellement. Pour amortir le choc, on a besoin d’une solution. Avec le nucléaire, Jancovici en apporte une sur un plateau », analyse Charlotte Mijeon, porte-parole du réseau Sortir du nucléaire.

Au sein même des familles de pensée écologistes et décroissantes, la doctrine pronucléaire se répand peu à peu, sous l’influence notamment de l’ingénieur Jean-Marc Jancovici.

Aux yeux de cette militante, l’atome est surtout « une fausse solution qui empêche de voir les problèmes en face ». Une option « ni efficace pour les décennies à venir, ni résiliente dans un monde marqué par le réchauffement climatique », mais qui va capter des centaines de milliards d’euros, au détriment des énergies renouvelables et des efforts de sobriété énergétique.

Des centrales déjà touchées par la sécheresse

Parlons efficacité à moyen terme : quand les centrales actuelles auront fini par fermer, les nouvelles seront-elles prêtes ? Au vu du fiasco de Flamanville, il est permis d’en douter. Alors que les deux premiers des six nouveaux EPR annoncés par Emmanuel Macron sont censés être mis en service « à l’horizon 2035 », cette échéance est jugée illusoire… par l’État lui-même.

Dans une version de travail d’un rapport gouvernemental dénichée par le média Contexte 1, on apprend que l’administration vise plutôt une mise en service en 2040. En cas de « scénario fortement dégradé », le démarrage serait même repoussé au-delà de 2045…

Le comble, c’est qu’alors que le nucléaire se pose en solution miracle au dérèglement climatique, il y est lui-même extrêmement vulnérable. Ces dernières années, les réacteurs français commencent déjà à souffrir de la sécheresse.

En août 2018, les centrales du Bugey (Ain) et de Saint-Alban (Isère) ont dû être partiellement arrêtées afin de préserver la faune et la flore du Rhône : recrachée dans la nature, l’eau réchauffée par le refroidissement des centrales aurait dangereusement augmenté la température du fleuve, déjà impactée par une vague de chaleur.

Cette année, c’est dès le mois de mai que le problème s’est posé à la centrale du Blayais (Gironde). Pire : durant l’été, cinq centrales ont été autorisées à rejeter leurs eaux chaudes dans les rivières pour cause de risque de pénurie électrique, en dépit des potentiels dégâts sur la biodiversité aquatique.

« Le comble, c’est qu’alors que le nucléaire se pose en solution miracle au dérèglement climatique, il y est lui-même extrêmement vulnérable. »

À long terme, ce sont surtout des enjeux de sûreté qui vont se poser. Conséquence du réchauffement global, les paysages vont se modifier durablement (montée des eaux marines, par exemple) et les catastrophes climatiques (séismes, tsunamis, inondations, sécheresses, tempêtes, etc.) risquent de se multiplier au cours des prochaines décennies.

Les centrales ont donc des chances de se retrouver confrontées à des situations extrêmes non anticipées au moment de leur conception 2. « Le nucléaire est une industrie dangereuse et complexe, qui nécessite une prévisibilité très forte », pointe Charlotte Mijeon, du réseau Sortir du nucléaire. Or, le réchauffement climatique, c’est l’inconnu…

Et les déchets ?

Reste la sempiternelle question des déchets, que Jean-Marc Jancovici balaye d’un revers de la main, arguant sur le site d’Orano (ex-Areva) qu’ils « n’ont jamais fait un seul mort ». Les plus dangereux de ces déchets resteront tout de même radioactifs pendant près d’un million d’années…

Sur ce front-là aussi, l’État avance. Début juillet, la future poubelle nucléaire de Bure (Meuse) a été déclarée d’utilité publique. Une étape importante : si le recours que les opposants au projet s’apprêtent à déposer n’aboutit pas, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) pourra recourir à l’expropriation pour récupérer le foncier qui lui manque encore.

« Rien ne doit arrêter la relance du nucléaire en France », grimace Charlotte Mijeon, qui dénonce entre autres un projet « pas mûr » technologiquement. Sur place, la résistance continue de s’organiser.

Clair Rivière 16.09.2022

Lire la suite

27 septembre 2022 ~ 0 Commentaire

16 octobre

marche

marche 2

Lire la suite

26 septembre 2022 ~ 0 Commentaire

penn ar bed

NOUVEAU-NUMERO-DU-PENN-AR-BED

Acheter le Penn ar Bed spécial

Lire la suite

26 septembre 2022 ~ 0 Commentaire

climat (fr3)

pluie

L’été 2022, un marqueur du réchauffement ? « On assiste à une méditerranéisation de la Bretagne »

Sécheresse, incendies, orages violents… En Bretagne, l’été 2022 a été marqué par des phénomènes météo exceptionnels. Des signaux qui alertent sur un changement climatique inexorable ? Eléments de réponse avec Anne-Marie Treguier et Vincent Dubreuil, co-présidents du Haut Conseil breton pour le climat.

De plus en plus de journées chaudes, voire très chaudes, en été, de moins en moins de jours de gel en hiver, des printemps plus doux, des automnes plus chauds sont autant de paramètres qui permettent de constater le changement climatique en Bretagne.

Une progression lente marquée par des épisodes extrêmes comme celui de la sécheresse de l’été 2022. « Dans un climat qui se réchauffe, explique Anne-Marie Treguier, co-présidente du Haut Conseil breton pour le climat,  les extrêmes, rares dans le passé, vont devenir de plus en plus fréquents ».

Cette océanographe, également directrice de recherche CNRS à Brest et co-auteur du 6e rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), rappelle que l’observation des changements ne s’opère pas en comparant une année à la précédente, « mais selon une perspective de plusieurs décennies« . Une précision importante si l’on veut prendre la juste mesure de ce qui est en train de se produire à l’échelle de la planète.

Un manque crucial d’eau…

Qui aurait pu affirmer que la Bretagne connaîtrait, un jour, un déficit pluviométrique. C’est pourtant une réalité. Les nappes d’eau souterraine affichent un niveau bas selon un bulletin publié par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) fin août 2022. Cette diminution de la ressource s’explique en partie par un hiver 2021-2022 très peu pluvieux.

Comparer les niveaux d’urgence des arrêtés sécheresse encore en vigueur en Bretagne fin septembre 2021 et 2022, permet de constater que les mesures de restrictions prises par les départements bretons n’ont rien à voir avec celles de l’année dernière.

Ainsi, à la date du 20 septembre 2022, la totalité de la région Bretagne demeure en alerte « crise sécheresse », alors qu’en 2021, seuls deux départements, le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine, étaient encore en alerte et au plus bas des seuils, celui de la « vigilance ».

A noter également que les restrictions sur l’usage de l’eau imposées par ces arrêtés ont été pris dès le début du mois de mai où le Morbihan a été  placé en alerte « vigilance ».
Cette comparaison flagrante sur une année ne peut être considérée que comme l’un des indices de la multiplication à venir de périodes de sécheresse annoncées par les climatologues.

…. Et des incendies à répétition

Les incendies ont ravagé cet été 2022 de nombreuses forêts, principalement en Gironde. Fin août, plus de 62.000 hectares avaient brûlé sur l’ensemble de l’Hexagone.

Et la Bretagne, en pleine période de sécheresse, n’a pas été épargnée par les incendies. En particulier le Finistère où 2.588 hectares ont été détruits dans les Monts-d’Arrée cet été. Auxquels s’ajoutent plusieurs incendies dans le Morbihan, notamment en forêt de Brocéliande.
« Sur 20 ans, la surface brûlée en Bretagne est assez exceptionnelle,
relate Anne-Marie Treguier. La région n’est plus à l’abri de ces phénomènes qui, autrefois, touchaient davantage le sud de la France ».

Un climat méditerranéen en Bretagne ?

Selon Vincent Dubreuil, géographe et climatologue, on assiste à ce qu’il appelle « la méditerranéisation » du climat en Bretagne. Tout comme Anne-Marie Tréguier, il co-préside le Haut Conseil breton pour le climat. Cette instance indépendante, mise en place au mois de mai dernier, a pour mission d’apporter son expertise scientifique dans les politiques publiques en matière de lutte contre le dérèglement climatique.

Dérèglement, un terme que Vincent Dubreuil emploie peu. Lui, il préfère parler de changement « dont on a une manifestation concrète en Bretagne dit-il. Par exemple, le nombre de journées chaudes à Brest, à savoir plus de 25 degrés, est passé en moyenne de 6 jours par an après la Seconde guerre mondiale à 12 jours par an ces trente dernières années. A Rennes, on est passé de 28 jours à 45 jours par an ».

Rennes, c’est La Rochelle ou Bordeaux il y a cinquante ans en termes de température

Vincent Dubreuil Climatologue et co-président du Haut Conseil breton pour le climat

Les jours de gel ont diminué dans les deux villes sur la même période. A Brest, après la guerre, il gelait en moyenne 18 jours par an, contre 14 jours ces trente dernières années. A Rennes, même scénario : le nombre de jours de gel est passé de 43 à 30 par an. « Rennes, c’est La Rochelle ou Bordeaux il y a cinquante ans en termes de température » analyse Vincent Dubreuil.

Quand la mer monte

Une planète qui se réchauffe sous le coup des émissions de gaz à effet de serre produites par l’activité humaine, des épisodes de sécheresse plus intenses et prolongés, des pluies plus violentes et soudaines… et le niveau de la mer qui monte, lentement mais sûrement, se traduisant, sur le littoral breton, par un recul du trait de côte et des risques de submersion.

« C’est un problème identifié comme majeur en Bretagne, note Anne-Marie Treguier. Evidemment, la montée du niveau de l’océan n’est pas perceptible comme ça. Ce que nous allons percevoir, par exemple, c’est un quai, inondé une fois tous les 3 ou 4 ans au moment d’une grande marée, qui va l’être systématiquement désormais. C’est ce genre d’épisodes remarquables qui donne la tendance ».

Pour limiter et stabiliser le réchauffement de la planète d’ici 2100, « il faut passer des beaux discours aux actes » affirme Vincent Dubreuil. Selon le climatologue, « toutes les années perdues nécessiteront encore plus d’efforts pour les rattraper. Plus on agit vite, moins la transition sera brutale ».

 23/09/2022  Carole Collinet-Appéré, Thierry Peigné

Lire la suite

25 septembre 2022 ~ 0 Commentaire

liffré (fr3)

gattaz

Nouvelle manifestation à Liffré contre l’installation de l’usine Bridor

L’usine de viennoiseries surgelées utilisera 180 000 mètres cubes d’eau pour sa production et créera 500 emplois dans la zone

Associations écologistes, habitants de la commune et élus ont manifesté ce matin devant la mairie de Liffré contre l’installation d’une usine de production de viennoiseries surgelées. Ils dénoncent un pillage des ressources en eau et l’artificialisation des sols

A Liffré, les manifestations contre l’usine Bridor se suivent et se ressemblent. Début juin déjà, les opposants s’étaient rassemblés durant tout un week-end. Aujourd’hui ils marchent à nouveau contre l’implantation de l’usine de 21 hectares dans la zone de Sévaille 2.

Nouvel élément dans le dossier, la validation du projet par le préfet le 1er juillet dernier.

« Un projet d’un autre âge après la sécheresse de cet été »

« Incompréhensible », « aberrant », « déconnecté du réel », « d’un autre temps », les qualificatifs ne manquent pas dans la bouche des opposants (associations, élus, habitants) pour qualifier ce projet d’usine de viennoiseries surgelées destinées à l’export.

180 000 mètres cubes d’eau par an devraient être nécessaires pour la production et 21 hectares de terres seront artificialisées pour construire l’usine. Des chiffres qui ne passent pas pour les manifestants.

Ca me paraît de plus en plus aberrant de consacrer autant d’eau à une usine et à un modèle de développement vieux et arriéré par rapport à l’actualité et au modèle qu’on nous demande de suivre. Simoné, agriculteur bio sur une commune voisine

« C’est un projet d’un autre âge. Aujourd’hui la priorité écologique c’est l’accès à l’eau et à la nourriture de proximité, pas exporter à l’autre bout du monde des brioches surgelées pour enrichir toujours les mêmes » s’insurge Solène dans le cortège.

L’emploi local comme argument d’implantation

En face, le maire de Liffré Guillaume Bégué, défend le projet d’implantation. « 500 emplois dans la zone seront à pouvoir » explique t-il. « C’est 10% d’emplois complémentaires aux 5 000 déjà existants. Or on sait que ceux qui ont le plus de mal à trouver un emploi, c’est à cause de la mobilité. Donc là on ramène de l’emploi auprès des habitants. »

Pour le maire, la zone de Sevaille 2 est celle sur laquelle l’impact de l’installation de l’usine sera le moins important. Guillaume Bégué reconnaît que l’entreprise sera grosse consommatrice d’eau mais qu’elle a déjà réduit sa consommation sur l’usine de Servon, passant de 50 000 mètres cubes à 30 000.

Le Duff, un groupe breton d’envergure internationale

Le groupe Le Duff, maison mère de Bridor, est un des leaders mondiaux de la boulangerie et de la restauration. Il emploie plus de 35.000 personnes, pour un chiffre d’affaires 2019 de 2,05 milliards d’euros. Il a annoncé en 2019 un investissement de 250 millions d’euros pour construire à Liffré cette usine de produits de boulangerie traditionnelle et de viennoiserie pâtisserie, promettant « 500 emplois non délocalisables« .

Il avait alors reçu le soutien du président de la région Bretagne et ancien maire de Liffré de 2008 à 2017 qui s’était réjouit que le groupe Le Duff ait choisi la Bretagne pour son projet, plutôt que les sites de Lyon ou Düsseldorf, alors envisagés.

L’usine de Liffré viendra donc compléter celles de Servon (Ille-et-Vilaine) et de Louverné (Mayenne). Les habitants et les associations écologistes ne s’avouent pas vaincues. Un recours contre le permis de construire est en cours et un autre contre l’autorisation environnementale sera initié en novembre.

 24/09/2022  Sarra Ben Chérifa  Victoire Panouillet

Lire la suite

22 septembre 2022 ~ 0 Commentaire

28 septembre

appel-28-septembre-22-7

A Paris, manifestation à 18h30 place de la Bastille.

Lire la suite

22 septembre 2022 ~ 0 Commentaire

grenades (reporterre)

militarisme1

Grenades lacrymogènes, LBD : une usine veut produire plus de poudre

Dans le Finistère, une usine de fabrication d’armes souhaite augmenter sa production de poudre. Un projet qui aurait des conséquences négatives sur l’eau et la qualité de l’air.

C’est une forteresse installée au cœur du parc régional d’Armorique. À Pont-de-Buis-lès-Quimerc’h, dans le Finistère, sur un site de 100 hectares, l’usine Nobel Sport fabrique de la poudre pour munitions à usages multiples, allant de la cartouche pour fusil de chasse à des équipements pour les forces de police, comme des grenades lacrymogènes et des munitions de lanceurs de balles de défense. Depuis le 26 août et pour quelques jours encore, une enquête publique est ouverte dans cette commune de 3 600 habitants. L’objectif de cette demande est d’obtenir l’autorisation d’augmenter de 25 % sa production. Mais au-delà de l’aspect éthique, cette croissance n’est pas sans conséquences sur l’environnement.

Ces dernières années, l’usine s’est retrouvée à plusieurs reprises dans le collimateur des mouvements sociaux. Ce fut le cas lors du mouvement de protestation contre les expulsions sur la zad de Notre-Dame-des-Landes en 2013 ou lors du mouvement des Gilets jaunes en 2019. Mais, à en croire l’avis d’autorités compétentes, le fabricant de munitions pourrait aussi attirer l’attention du public en raison des répercussions environnementales de l’usine sur une zone déjà fortement fragilisée.

Autrefois poudrerie nationale, l’entreprise envisage de produire 3 100 tonnes de poudre par an, contre 2 500 tonnes à l’heure actuelle. Cependant, le projet est fortement dépendant de la ressource en eau en raison d’un important système de refroidissement nécessaire à la sécurité du site. Les chiffres présentés dans l’étude d’impact donnent le vertige : actuellement, c’est jusqu’à 3 500 m³/j d’eau qui peuvent être théoriquement consommés sur le site. « En pratique on est plutôt sur une moyenne de 2 000 m³/j », tempère de son côté Arnaud Joissains, directeur sécurité et sûreté evironnement de l’entreprise.

Un avis défavorable

Bien qu’indispensable pour la sécurité du site, cette quantité d’eau prélevée dans la rivière toute proche, la Douffine, a interpellé l’Autorité environnementale. En effet, l’été 2022 a montré que la Bretagne n’était plus épargnée par les problèmes d’accès à l’eau et il semblerait que la question n’ait pas été anticipée par le porteur du projet. « Le dossier n’indique pas les mesures qui sont prises si le débit du cours d’eau n’est pas suffisant [...]. De plus, la possibilité d’une augmentation de la récurrence des faibles débits de la rivière, dans le contexte du changement climatique, n’est pas prise en compte dans le projet », indiquent les auteurs du rapport de la Mission régionale d’autorité environnementale (MRAE).

Située en amont d’une zone Natura 2000, l’eau utilisée est en partie rejetée dans la Douffine ; ce qui explique qu’une forte teneur en DPA (diphenylamine) a été constatée de 2016 à 2020. Cette substance chimique considérée très toxique est utilisée comme stabilisant pour la fabrication de la poudre. Sommée par la préfecture du Finistère de changer la donne, la poudrerie a depuis réalisé des travaux pour limiter la présence de certains solvants. Le projet prévoit néanmoins une hausse des rejets en sulfates dans l’eau, sans que les conséquences éventuelles sur la vie aquatique ne soient détaillées.

Fait rarissime, ces différents éléments ont conduit la commission locale de l’eau (CLE) à donner un avis défavorable au projet. Composé d’élus et d’associations d’usagers, l’organisme a mis en lumière l’incompatibilité du projet avec les objectifs de protection de l’eau et du littoral.

Zones d’ombre sur la qualité de l’air

La qualité de l’air est aussi questionnée par l’Autorité environnementale. Là encore, malgré certains investissements récents, des zones d’ombre persistent. Le site utilise chaque année 2 534 tonnes de solvants et 90 % d’entre eux sont recyclés. Il reste néanmoins sur le site des déchets pyrotechniques « qui ne disposent pas de filière de traitement. Ils sont stockés et brûlés sur place », affirme le porteur du projet. Des opérations régulières qui ne sont pas sans conséquences sur la qualité de l’air et le voisinage.

Parmi les très rares observations déposées à l’heure actuelle pour l’enquête publique, on peut en effet lire ce témoignage d’un habitant de la commune : « Je viens d’acheter un terrain à Pont-de-Buis pour m’y installer. Sur le terrain je mets un masque, car les fumées des feux à l’air libre, quasi journaliers, me font mal à la tête. » S’appuyant sur des données chiffrées, la MRAE émet elle aussi des réserves : « Les quantités de COV émis  [1] restent relativement importantes. Toutes les solutions possibles pour diminuer ces émissions devraient donc être examinées. »

Quelle sera la prise en compte de ces arguments face au poids économique d’un des plus importants acteurs du secteur ?

Réponse dans quelques semaines. En attendant, l’enquête publique est ouverte jusqu’au 26 septembre. Pour y participer, il est possible d’envoyer un mail avec ses observations à cette adresse :

accueil-mairie@pontdebuislesquimerch.fr.

Kristen Falc’hon 22 septembre 2022

https://reporterre.net/

 

Lire la suite

21 septembre 2022 ~ 0 Commentaire

bayou (jdd le-temps)

feminisme

Violences sexistes : Julien Bayou se retire de la co-présidence du groupe écologiste à l’Assemblée

Le secrétaire national d’EELV, Julien Bayou, s’est mis en retrait de co-présidence du groupe écologiste à l’Assemblée nationale après que la députée Sandrine Rousseau l’a accusé de « comportements de nature à briser la santé morale des femmes ».

Julien Bayou est dans la tourmente depuis qu’il est accusé de violences commises sur son ex-compagne en juillet dernier. Et l’affaire est revenue, depuis lundi, en pleine figure du secrétaire national du parti Europe Écologie-les Verts (EELV). À l’issue d’une réunion à l’Assemblée à laquelle participaient notamment 23 députés écologistes, il a été convenu que Julien Bayou se mette en retrait de la co-présidence du groupe écologiste à l’Assemblée nationale, rapporte franceinfo  ce mardi. Et ce, le temps que l’enquête de la Cellule d’enquête et de sanction sur le harcèlement et les violences sexuelles et sexistes du parti écologiste soit menée.

Les accusations de Sandrine Rousseau 

La veille, la députée écologiste Sandrine Rousseau était invitée dans l’émission C à vous sur France 5 . Celle qui se décrit comme éco-féministe a confié avoir reçu une ex-compagne de Julien Bayou, accusant ainsi son collègue sur le plateau de « comportements de nature à briser la santé morale des femmes ». Mais selon Sandrine Rousseau, « elles sont manifestement plusieurs », même si elle n’a « entendu qu’un seul témoignage ».

Julien Bayou a donc préféré renoncer à sa fonction de co-président du groupe EELV à l’Assemblée, laissant la charge à sa collègue, Cyrielle Châtelain, qui assurera seule la direction des députés à l’hémicycle. La figure écologiste restera toutefois secrétaire national du parti jusqu’au congrès, informe franceinfo.

La cellule pourrait « décider de mesures conservatoires »

Après les accusations contre Julien Bayou, EELV s’est dit « pleinement mobilisé dans la lutte contre les violences faites aux femmes », rappelant s’être équipé « d’une cellule d’écoute dès 2016 puis d’une cellule d’enquête et de sanction sur le harcèlement et les violences sexuelles et sexistes début 2017 », relate franceinfo.

Le parti a encore indiqué que sa cellule « travaille à son rythme et avec pour seul souci la recherche de la vérité ». Avant de prévenir : « Selon l’urgence et la gravité des faits reprochés, elle peut décider de mesures conservatoires. » Enfin, EELV a informé qu’un audit sur son fonctionnement sera effectué « au mois de février 2023 ».

20 septembre 2022 Marianne Lecach

https://www.lejdd.fr/

Lire aussi:

Sauver le soldat Quatennens, l’erreur fatale de Mélenchon

Affaire Quatennens : pour Bompard, « une gifle n’est pas égale à un homme qui bat sa femme tous les jours »

Affaire Quatennens : Manuel Bompard fait une mise au point après avoir relativisé sur la violence d’une gifle

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin