Archive | Douarnenez, le Cap

09 février 2018 ~ 0 Commentaire

plouhinec jean moulin (fr3)

capture

Plouhinec : l’avenir du lycée professionnel Jean Moulin en suspend

La mobilisation continue autour du lycée professionnel Jean Moulin à Plouhinec dont l’avenir est en suspend.

Le lycée professionnel Jean Moulin à Plouhinec attend toujours de savoir oui ou non il fermera ses portes. Enseignants et habitants sont toujours mobilisés et continuaient à manifester ce matin.

Un lycée symboliquement en grève. Ce jeudi, les cours ne sont pas assurés au lycée Jean Moulin de Plouhinec. Les enseignants continuent de se mobiliser alors que l’avenir de leur établissement est suspendu. En décembre dernier, le Conseil régional annonçait en effet sa fermeture. Parmi les arguments avancés le peu d’effectif et la baisse démographique de Cap Sizun. Depuis cette annonce, plusieurs manifestations ont eu lieu, pour le maintien de ce lycée.

Cet après-midi, le Conseil académique de l’Éducation nationale (CAEN) devait se rencontrer à Rennes. Un vote consultatif devait avoir lieu mais tous ses membres n’étaient pas réunis. Une nouvelle réunion doit avoir lieu le 22 février. L’avis du CAEN peut avoir un impact sur la suite des événements.

Se battre pour les élèves 

Les enseignants mobilisés souhaitent que leurs élèves puissent assurer la continuité de leur parcours. Même si les arguments démographiques prévalent dans ce débat, l’un des profes- seurs Franck Pasquignon rappelle que certaines zones n’ont pas envie d’être oubliées.

Emilie Colin 08/02/2018

https://france3-regions.francetvinfo.fr/

Lire aussi:

Plouhinec : 400 personnes à la marche de protestation contre la fermeture du lycée professionnel 

Lire la suite

26 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

hôpital douarnenez ( cgt )

douarn cgt

Facebook

Lire la suite

21 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

poulgoazec jean moulin (fr3)

jean moul

Plouhinec : 400 personnes à la marche de protestation contre la fermeture du lycée professionnel

400 personnes environ ont défilé ce samedi 20 janvier à Plouhinec dans le Cap Sizun, pour le maintien du lycée professionnel Jean-Moulin. Sa fermeture annoncée mi-décembre par le Conseil Régional ne passe toujours pas auprès des enseignants et des habitants.

Mi-décembre, le conseil régional a annoncé la fermeture pour la rentrée prochaine du lycée professionnel Jean Moulin de Plouhinec dans le Finistère.
Pour justifier sa décision, la Région a avancé l’argument du peu d’effectif du lycée et de la baisse démographique du Cap Sizun. Au-delà de la seule fermeture d’un lycée, c’est bien aussi l’aménagement de ce territoire enclavé qui est en jeu.Ils étaient donc plusieurs centaines à manifester ce samedi après-midi dans les rues de Plou- hinec et d’Audierne. Soutenus par des syndicats et plusieurs partis politiques, les habitants se battent aussi pour le dynamisme du territoire. De plus, défendre le maintien du lycée n’est pas une première pour Plouhinec. Déjà en 2004 un projet de fermeture menaçait l’établissement, finalement écarté après une forte mobilisation. Alors, aujourd’hui encore, les enseignants, élèves et habitants gardent espoir.

Le comité d’action pour Jean-Moulin doit être reçu au rectorat à la fin du mois de janvier. Il a plusieurs propositions dans son cartable, notamment la création sur place de nouvelles filières.  Les instances du conseil académique de l’Éducation nationale et le préfet doivent se prononcer sur la proposition de fermeture faite par le conseil régional début février.

Un micro lycée aux formations bien spécifiques

Le lycée professionnel Jean Moulin forme des menuisiers, des agenceurs et des charpentiers de marine, l’une des très rares formation de ce type en France et la seule en Bretagne. Dans le projet de la Région, le lycée Pierre-Guéguin de Concarneau devrait récupérer les effectifs des charpentiers de marine. Les formations bois pourraient, elles, être transférée vers le lycée des métiers du bâtiment de Pleyben. Actuellement, 65 jeunes sont en apprentissage, toutes filières confondues. Au-delà de la perte des élèves (soit 47 jeunes pour 2017/2018), la fermeture du lycée impacterait huit enseignants et une vingtaine d’employés.

T. Peigné G. Bron  20/01/2018

https://france3-regions.francetvinfo.fr/

Lire la suite

21 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

plogoff (essf)

fem mes de plog

Plogoff (1975-1981)

Tandis que les paysans du Larzac luttent contre l’invasion des militaires, les Bretons de Plogoff (Finistère) mènent bataille contre le projet d’implantation d’une centrale nucléaire. En dépit de la promesse faite par le candidat à l’élection présidentielle Valéry Giscard d’Estaing en 1974 qu’aucune infrastructure de ce type ne serait édifiée contre l’avis des populations, leur bourg de quelque 2 000 âmes a été choisi d’un commun accord, dès 1975, par le conseil régional de Bretagne et le Conseil économique et social.

Entériné fin novembre 1978 par le conseil général du Finistère, le projet concerne 24 hectares de lande en bordure de la baie d’Audierne et exige le dynamitage de 17 millions de tonnes de granit pour ramener de 40 à 10 mètres l’à-pic permettant aux quatre réacteurs de 1 300 mégawatts d’avoir les pieds dans l’eau. A deux pas de la pointe du Raz, site le plus touristique de Bretagne…

Dès septembre 1978, 5 000 personnes manifestent au cap Sizun tandis que 15 000 autres simulent la mort dans les rues de Brest pour symboliser leur combat antinucléaire. Des mani- festations se succèdent jusqu’au 30 janvier 1980 où, devant la mairie de Plogoff, les opposants font un autodafé des dossiers d’enquête d’utilité publique à peine livrés. C’est le début de six semaines d’échauffourées, jets de pierre contre jets de grenades incapacitantes.

L’enquête est effectuée dans des camionnettes faisant office d’annexes, escortées par les forces de l’ordre.

En l’absence de leurs époux majoritairement marins de commerce, les femmes de Plogoff mènent la vie dure aux sept escadrons de gendarmes mobiles déployés sur le village qu’un hélicoptère survole et que des véhicules du génie militaire sillonnent pour franchir les barri- cades. Le 16 mars 1980, 50 000 personnes manifestent à l’occasion de la clôture de l’enquête d’utilité publique. Le 24 mai 1980, 100 000 à 150 000 opposants fêtent la fin de la procédure, et 50 000 à 60 000 organisent sur place un fest-noz.

Le 3 décembre 1980, le gouvernement donne son feu vert à EDF pour débuter les travaux de terrassement mais, peu après son élection au printemps 1981, François Mitterrand classe le projet sans suite comme il s’y était engagé durant sa campagne. Pour la première fois, un projet d’aménagement d’« intérêt général » porté par l’Etat est abandonné en France.

http://www.europe-solidaire.org/

Lire la suite

19 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

plouhinec lycée jean moulin (ouest france)

sos_jean_moulin_2_0-e1514121934954

Plouhinec. Une marche de protestation pour le lycée Jean-Moulin

Objectif du Cap : « Montrer à la Région et au rectorat que nous sommes tous attachés au maintien du seul lycée public du Cap Sizun » !  Le Comité d’action pour le lycée Jean-Moulin ne démord pas, à Plouhinec (Finistère). Le rendez-vous est prévu au départ du terre-plein de Poulgoazec, ce samedi.

Dans un nouveau tract, publié mardi, le Comité d’action pour Jean-Moulin (Cap Jean-Moulin) motive « la grande marche de protestation », samedi après-midi, au départ du terre-plein de Poulgoazec. En quelques mots, le tract exprime trois refus et une doléance :

« 1. Non à la désertion de l’État ;

2. Non à la fermeture des lieux de formation professionnelle ;

3. Réclamons une table ronde (rectorat/région/élus) ;

4. Refusons l’incertitude pour nos jeunes. »

Un panel de fermetures

Il est d’abord question des moults fermetures : « Perceptions (Plogastel, Pont-Croix), bureau de poste (Poulgoazec), collège, école (Saint-Joseph à Audierne, Notre-Dame de Lorette à Plouhinec), ligne de bus (la 53, le dimanche) et bientôt le lycée professionnel public Jean- Moulin si nous laissons faire. Maintenons la mixité sociale et générationnelle dans notre territoire, ensemble arrêtons la casse ! »

Le Cap réclame une table ronde, « pour la formation professionnelle dans le Cap Sizun, la création de nouvelles filières qui attirent la jeunesse et répondent aux besoins des entreprises locales. […] Si la population réagit, nous pouvons faire évoluer la situation comme en 2004. »

Enfin, « si le rectorat et la Région veulent fermer le LP Jean-Moulin, rien n’est prêt pour accueillir les élèves, dénonce le Cap. Aucun local adapté à Concarneau, atelier saturé à Pleyben. Où vont aller nos jeunes ? Quel coût pour les familles ? »

Cette semaine, la CGT des Marins du Grand-Ouest, la Libre-Pensée 29-Cercle Jean-Marie Deguignet, ou l’Union démocratique bretonne (UDB), ou la section PCF de Douarnenez et du Cap Sizun, (et le NPA Note du blog) ont apporté leur soutien à la manifestation du Cap.

17/01/2018

Samedi 20 janvier, 

14 h Poulgoazec, devant la criée

https://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

15 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

douarnenez algues vertes (le télégramme)

submersion-ys

Algues vertes. L’Epab veut aller voir sous terre

Les puits, les lavoirs et les fontaines, comme à Sterch’laon, sont des portes d’entrée sur les nappes phréatiques, même profondes.
.

L’Epab (Établissement public de gestion et d’aménagement de la baie de Douarnenez) lance un appel aux propriétaires de captages d’eau, puits ou forages, qui accepteraient de bénéficier d’analyses gratuites de leur eau, afin de participer aux travaux de lutte contre la prolifération des algues vertes. Explications.

Depuis une vingtaine d’années, le suivi de la qualité des eaux de surface de la baie de Douar- nenez s’est progressivement mis en place, notamment pour suivre l’évolution des teneurs et des flux en nitrates arrivant vers la baie. Un suivi indispensable, si l’on veut pouvoir mesurer l’impact des actions mises en oeuvre pour lutter contre la prolifération des algues vertes.

Le suivi se fait sur 21 cours d’eau des bassins versants de la baie.

Huit d’entre-eux, considérés comme les principaux contributeurs au flux d’azote, bénéficient d’un suivi resserré depuis 2009. L’objectif fixé pour l’instant dans le Schéma d’aménagement et de gestion des eaux de la baie (Sage) est, rappelons-le, d’atteindre une concentration maxi- male de 15 mg/litre et par cours d’eau, dans le but de réduire de moitié le phénomène des marées vertes.

Un seul cours d’eau sous la barre des 15 mg/l

Dans le dernier bilan (2015-2016), on note une baisse moyenne de la concentration en nitra- tes de 16 % sur les 21 cours d’eau suivis, depuis les treize dernières années. Mais on est encore loin du compte.

Le Stalas est encore à 36 mg/l, le Lapic à 30, le Kergaoulédan à 29, le Ris à 28, le Kerharo et le Lestrevet à 22 et l’Aber à 16. Seul le Pénity est descendu à 14 mg/l, mais c’est le cours d’eau qui était le moins chargé de tous depuis le début du suivi.

Le suivi de la qualité de l’eau s’effectue également dans les eaux souterraines. Deux fois par an, des prélèvements sont faits en trente points du territoire, dans des nappes peu profondes (captages, sources…). « Nous avons besoin de savoir comment réagissent les nitrates dans tous les milieux, comment ils évoluent dans le territoire. Plus on a d’informations, mieux on peut travailler, explique Fiona Mc Laughlin, en charge de la qualité de l’eau au sein de l’Epab. Pour avoir une connaissance plus fine encore, avoir davantage de données, nous avons besoin d’accéder à des endroits qui nous sont normalement inaccessibles, s’agissant de terrains privés. Notre objectif cette année est d’accéder à des nappes phréatiques plus profondes ».

Faire parler les nappes phréatiques

Pour ce faire, l’Epab a lancé une campagne d’information en direction des propriétaires de captages d’eau, de puits ou de forages, à l’échelle de tout le pourtour de la baie, afin qu’ils acceptent que des prélèvements et des analyses y soient faits. « Nous allons commencer cette campagne au moment des hautes eaux, début avril. Le mieux, c’est d’intervenir après quelques jours sans pluie. J’ai déjà eu des appels, se réjouit Fiona Mc Laughlin.

Des particuliers pour l’instant, qui voient un intérêt dans la démarche, celle de connaître la qualité de l’eau de leurs puits. Outre l’analyse des nitrates, nous calculons le pH, la conductivité, c’est-à-dire la quantité de sels minéraux dans l’eau, son taux d’oxygène et sa température. C’est gratuit et ce sera un suivi régulier. Ces informations seront rendues publiques mais resteront anonymes ».

11 janvier 2018 Marie-Line Quéau

Contacts:

Mél: qualite.eau@epab.fr

tél: 02.29.40.41.27 ou 07.87.21.19.41.

http://www.letelegramme.fr

Lire la suite

24 décembre 2017 ~ 0 Commentaire

plouhinec jean moulin (le peuple breton)

sos_jean_moulin_2_0-e1514121934954

Création d’un comité de soutien pour le lycée Jean Moulin

Le combat pour le maintien du lycée Jean Moulin à Plouhinec continue. Jeudi dernier s’était rassemblée une cinquantaine de personnes à Confort-Meilars à la demande des personnels du lycée pour créer un comité de soutien et engager un rapport de force avec le rectorat et le conseil régional pour revenir sur leur décision de fermer le dernier lycée du Cap-Sizun.

CAP Jean Moulin est le nom de ce comité de soutien : Comité d’Action Pour Jean Moulin, le nom est bien trouvé.

Sept personnes se sont proposées pour le conseil d’administration dont trois personnels du lycée. Et un bureau de quatre personnes a été élu dont le président est un parent d’élève. Le siège sera dans la mairie de Confort-Meilars, les personnels ne souhaitaient pas s’installer à Plouhinec en rapport à l’attitude du conseil municipal qui n’a même pas souhaité voter une délibération pour le maintien du lycée…

L’association va être déclarée en préfecture et pourra recevoir des dons qui aideront aux différentes actions qui vont être menées. Le personnel considère qu’ils ont deux mois pour inverser la tendance sinon ça va être très compliqué. Il faudra une mobilisation générale dans le Cap-Sizun, mais également au niveau de la Bretagne comme l’appelle l’UDB pour mettre la pression sur les décideurs rennais.

Le personnel du lycée a demandé un rendez-vous auprès du rectorat à Rennes pour le mois de janvier.

Rendez-vous ou pas il faudra se présenter devant le rectorat pour montrer la volonté des habitants du Cap et des Bretons en général pour le maintien du lycée. Qu’en sera-t-il par la suite des autres petits lycées en périphérie ?

Il est temps que les élus du Cap se mobilisent derrière les personnels et élèves du lycée (il n’y avait que deux maires jeudi soir).

Car en vérité cela va plus loin que la seule question du lycée mais également des différents services publics et de quel avenir nous souhaitons pour l’ensemble des territoires bretons, en particulier ceux périphériques et en difficulté économique et démographique comme le Cap-Sizun.

Pour les personnels du lycée et les membres du bureau les vacances de Noël vont être studieuses et militantes, avec notamment l’envoi de nombreux courriers aux différentes parties en particulier les élus locaux. La mobilisation devra être forte à la rentrée.

Une page Facebook existe déjà, Sauvons Jean Moulin, et une nouvelle est en cours avec le nom CAP Jean Moulin.

Maxime TOUZE 24 décembre 2017

http://lepeuplebreton.bzh/

Lire aussi:

La décision de fermeture du lycée Jean-Moulin à Plouhinec passe mal.

Commentaire: On doit la création de ce lycée à deux militants du PCF: Albert Trividic (instituteur) et Noêl le Gouil (patron pêcheur). On devait aussi à Albert Trividic, (Labous Koat) bretonnant, l’animation d’un théâtre en breton. Noël Le Gouil (Deïk) était aussi Président du Comité local des pêches et responsable CGT. (Mab bihan Deik)

Lire la suite

15 décembre 2017 ~ 0 Commentaire

plouhinec jean moulin (fr3 + lt + of + lpb)

poulgoazec

Plouhinec: le lycée pro ferme, des interrogations sur la filière Charpente maritime

Le lycée Jean-Moulin est spécialisé en menuiserie. Il fermera certainement ses portes à la rentrée prochaine, si l’Education Nationale et le préfet valident la décision du conseil régional, prise ce jeudi. Les formations seront transférées, mais du côté du syndicat enseignant, des doutes subsistent.

La décision a été prise ce jeudi 14 décembre par le Conseil régional.

Le lycée professionnel Jean-Moulin de Plouhinec dans le Cap Sizun fermera ses portes à la fin de l’année scolaire. Le lycée Pierre-Guéguin de Concarneau récupèrera les effectifs. Une partie des formations pourrait aussi être transférée vers le lycée des métiers du Bâtiment de Pleyben. Trois formations initiales y sont dispensées (menuisier technicien, agenceur, charpentier marin).

Le lycée comptait 47 jeunes pour 2017/2018, d’après Le Télégramme. L’année prochaine, ça aurait été une trentaine. Le CAP Charpente marine, ouvert en septembre 2014 n’était pas parvenu à séduire les étudiants. Pour sa première rentrée, la promotion ne comptait que 6 élèves. Pourtant la profession est demandeuse de main-d’oeuvre.

Le lycée de Concarneau sera-t-il prêt ? Des travaux sont à prévoir pour la migration de cette formation. N’importe quel établissement ne s’improvise pas chantier naval. La région se veut rassurante et dit mettre en place les installations. Les travaux en atelier dispensés dans cette filière nécessitent la construction d’un tout nouveau bâti qui ne pourra pas être effectuée pour septembre prochain.

La FSU commentait dans un communiqué : 

[En 2017,] le recrutement s’est bien passé avec 11 élèves sur 12 en seconde TMA, 10 élèves sur 12 en Menuiserie et 11 élèves sur 12 en Charpente Maritime. Les enseignants ont été prévenus de ces discussions mi-novembre.

Un « renno-centrisme » ? 

Le syndicat continue : « selon toute vraisemblance il n’y aura donc aucune formation de charpente maritime dispensée en Finistère lors de l’année scolaire 2018-2019. Les expérien- ces passées au niveau national de filières n’ayant pas accueilli d’apprenants pendant une année scolaire montrent toutes que ces filières ont rapidement fermé par la suite. »

Du côté du Cap Sizun, la population doute. La FSU rapporte une inquiétude sur la par disparition du savoir-faire naval ainsi que par la désertification des établissements scolaires au profit des plus grandes villes.

Cathy Dogon  15/12/2017

Notre reportage en​ 2014

Plouhinec : gros plan sur la formation de charpentier de marine 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/

Lire aussi:

Le Conseil régional vote pour la fermeture du lycée Jean Moulin (Le Télégramme)

La Région vote la fermeture du lycée Jean-Moulin (Ouest France)

La décision de fermeture du lycée Jean-Moulin à Plouhinec passe mal (Le Peuple Breton)

FSU: http://www.rennes.snuep.fr/

Lire la suite

02 décembre 2017 ~ 0 Commentaire

plouhinec jean moulin (of+ lt)

63 étudiants sont concernés par la fermeture du lycée.

(Entre 1000 et ) 500 manifestants contre la fermeture du lycée

Ils étaient nombreux à manifester ce samedi en début d’après-midi contre la fermeture du lycée professionnel Jean-Moulin, prévue pour la rentrée 2018. Après un rassemblement à Poulgoazec, à Plouhinec (Finistère), le cortège a marché jusqu’à Audierne.

Dès 13 h 30, ce samedi 2 décembre, les manifestants étaient déjà nombreux à se rassembler à Poulgoazec, sur la commune de Plouhinec. Anciens élèves, enseignants, élus ou simples habitants du Cap, tous manifestaient contre la fermeture du lycée professionnel Jean-Moulin mais aussi contre la désertification du Cap.

« Profitez du Cap sous le soleil, bientôt il n’y aura plus rien » scandaient ironiquement les manifestants à l’approche du pont d’Audierne.

63 étudiants sur le carreau

« Nous avons la volonté de nous battre jusqu’au bout contre cette décision du Conseil régional et du Rectorat, annonçait en début de manifestation Pierre Garrec, membre de l’opposition municipale. « Il y a une volonté de déshabiller le Cap au bénéfice d’autres communes, ajoute l’élu, mais en faisant cela, on accentue déséquilibres entre l’est et l’ouest. »

Pour Pascal Barbotte, enseignant en charpente maritime, cette fermeture du lycée est « réfléchie depuis bien longtemps : méthodiquement, les sections ont déménagé une à une dans d’autres établissements. Cela fait cinq ans qu’on interpelle la mairie et la région à ce sujet. La seule réponse que nous avons toujours obtenue est « pas de fermeture à l’ordre du jour ». »

L’enseignant précise que les effectifs du lycéen, 63 apprentis et adultes en formation, sont toujours les même que l’an dernier. « Mais en période électorale, ça ne devait pas être politiquement correct d’annoncer une fermeture de lycée… » ajoute-il avant de déplorer « le cynisme » du Rectorat « qui a laissé des élèves s’inscrire en première année : ils les ont envoyés droit dans le mur »

Pour rappel, la formation charpente maritime devrait déménager à Concarneau et la formation bois (pour adultes) sera envoyée à Pleyben. « Dans un collège déjà engorgé ! Comment vont-ils faire pour accueillir 50 élèves de plus, sans nuire à la formation de tous ? »

« Le cap : un territoire qu’on abandonne »

Pour les Capistes présents dans le cortège, les solutions sont trouvables : « La dotation régionale de fonctionnement annuel du lycée s’élève à 110 000 €. Ça représente 3 centimes par foyer breton » s’amusent à calculer les manifestants. Mais tous préfèrent mettre en avant l’ancrage local du lycée professionnel, ouvert en 1947.  » Cette fermeture c’est l’arbre qui cache la forêt : le cap est un territoire qu’on abandonne. Et ce n’est pas en faisant partir les jeunes qu’on va le redynamiser. »

« On ne demande que ça, accueillir plus d’élèves, mais toutes nos propositions de mise en place de formations nouvelles ont été refusées par la Région » ajoute Pascal Barbotte.

Un sentiment partagé par Laurent Coatmeur, prof de menuiserie :  » l’éolien marin, le brevet pro charpente, le partenariat kayak, les décrocheurs scolaires… Au fil des ans ils ont refusé toutes nos propositions. » « Notre lycée est d’utilité publique, ajoute Isabelle Favero, professeur de français et d’histoire. Il doit vivre ! »

« Résigné », le maire de Plouhinec, Bruno Le Port, a seulement confié être « préoccupé » par le devenir du personnel du lycée et être actuellement en discussion avec la Région à ce sujet.

De leur côté, les enseignants réfléchissent déjà à aller manifester à Rennes le 14 décembre prochain, jour de vote au conseil régional.

02/12/2017 Pauline BOURDET

https://www.ouest-france.fr/

Lire aussi:

.
.
Commentaire:
.
La mémoire ouvrière s’estompe! Une personne a évoqué l’un des deux « fondateurs » du
lycée, sans pouvoir nommer l’autre.
L’un était Albert Trividic, instituteur communiste, responsable du théâtre à l’amicale laïque pendant la guerre pour envoyer des colis aux prisonniers, dit « Labous Koat ».
.
L’autre c’était, Noël Mathurin Le Gouil, mutin à Sébastopol en URSS en 1919,  CGTU 1924, PC 1926,  connu comme « Deïk ar Goïl », patron pêcheur sur le Stalingrad, secrétaire de la CGT et président du comité local des pêches.
.
jean_moulin

Lire la suite

29 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

plouhinec jean moulin (lt + of )

jean_moulin

Plouhinec. Fermeture du lycée Jean-Moulin en 2018 !

Le lycée professionnel Jean-Moulin de Plouhinec (29), spécialisé dans la charpente navale, devrait fermer ses portes à la rentrée de 2018. La décision a été annoncée, ce mercredi, par le président de Région, Loïg Chesnais-Girard.

Selon un professeur : « Il y aura un vote le 14 décembre au conseil régional.

Puis, le préfet validera la fermeture par arrêté. Cette mesure interrompra la scolarité des élèves de 1re année de Bac pro. Ils vont se retrouver sur le carreau », poursuit-il.

Actuellement, une cinquantaine d’élèves étudient dans les diverses formations du métier du bois, accompagnés par 20 professeurs et administratifs. L’ensemble du personnel s’oppose à cette mesure et prendra part, ce jeudi, à la journée d’actions qui aura lieu à Quimper. D’autres actions devraient aussi être organisées.

http://www.letelegramme.fr/

cap

Lire aussi:

Plouhinec. Lycée Jean-Moulin : les soutiens ne faiblissent pas (Ouest France)

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin