Archive | Douarnenez, le Cap

14 mars 2019 ~ 0 Commentaire

penn sardin (rennes 2)

rennes

Quand les Penn-Sardin chantaient la Bretagne

Les premières conserveries de poisson ouvrent sur les côtes bretonnes en 1860 ; les premières fermetures interviendront en 1960. Durant cent ans, ces usines vont être le lieu de travail de milliers de femmes qui vont y connaître des conditions pénibles mais aussi une certaine liberté et donc le début d’une émancipation.

C’est une tradition lointaine en Bretagne de conserver le poisson. Mais avec la découverte de l’appertisation au 18ème siècle puis l’essor de la fabrication des boites en fer blanc dans la deuxième moitié du 19ème siècle, le paysage prend de nouvelles couleurs. Dans les ports sardiniers implantés là où les sardines migrent d’avril à octobre, c’est-à-dire dans la baie de Douarnenez et celle d’Audierne, les conserveries se multiplient.

Plus de sous, plus de dentelles

A la fin du 19è siècle, Douarnenez compte 24 conserveries pour une population d’environ 8 000 habitant-e-s et Saint-Guénolé pour 3 à 4 000 habitant-e-s en compte 14. La sardine est un poisson fragile qu’il faut emboîter rapidement, une aubaine pour les industriels, mais aussi pour les familles pauvres que la terre ne suffit plus à nourrir. Malgré des conditions difficiles, l’usine est vécue comme un progrès pour celles qu’on appelle « les penn-sardin ».

De l’arrière-pays bigouden, les femmes et parfois les petites filles arrivent en nombre pour travailler à l’usine, tandis que les garçons s’embarquent sur les bateaux de pêche. « Ma grande-tante qui est née le 11 novembre 1918 – raconte Klervi Rivière – disait qu’à onze ans, elle était déjà à l’usine et comme ce n’était pas autorisé, elle devait se cacher lors des contrôles ! »

Elles disent qu’en principe, Klervi chante et Marie-Aline, sa mère, explique. En réalité, elles se répondent et se complètent, tout au long de la conférence chantée, parfois avec humour. Car si les conditions de travail des sardinières étaient terribles comme le rappellent les différentes grèves du début du 20ème siècle, les chansons qu’elles ont laissées n’ont rien de tragique.

On y parle plutôt des rivalités entre usines, entre quartiers, des amourettes et des coquetteries de ces femmes, souvent jeunes, qui découvrent tout à la fois la vie en ville, le travail en groupe et la joie d’avoir un salaire. « Elles avaient un peu de sous alors il fallait le montrer » plaisan-tent encore les conférencières qui ajoutent qu’elles « font évoluer les modes ». Notamment la célèbre coiffe bigoudène qui commence à monter jusqu’à bientôt atteindre les 33 centimètres de dentelle !

Chanter pour tenir et se soutenir

C’est au prix de bien des efforts que les sardinières gagnent leur salaire et leur indépendance. « Il faut emboîter le poisson dès sa sortie de l’eau – rappelle Marie-Aline Lagadic – donc les usines sont construites à proximité de l’accostage des bateaux et quand les pêches sont bonnes, c’est parfois jusqu’à 72 heures d’affilée qu’il faut travailler. »

Aussi pour qu’elles gardent du cœur à l’ouvrage et ne tombent pas d’épuisement, les patrons et les contre-maîtresses encouragent-ils les ouvrières à chanter. « Les gens de passage étaient stupéfiés – dit encore Marie-Aline Lagadic – d’entendre les chants de ces femmes quand ils passaient près des usines. » Chanter, ça empêche de s’endormir, ça crée aussi des solidarités. « Quand on sentait une voisine qui faiblissait, précise Klervi Rivière, on lui disait : allez, viens, on va chanter une chanson ! »

Et au début, ces femmes chantent ce qu’elles connaissent : le grand répertoire patrimonial de Bretagne. « J’avais appris ces chansons avec ma grand-mère, ma mère et mes tantes – se souvient Marie-Aline Lagadic – et quand j’ai voulu publier ce répertoire, tout le monde pensait qu’il s’était éteint. » Jusqu’à l’ouverture au public des collectes du musée des Arts et Traditions Populaires au début des années 2000 qui vient confirmer ses souvenirs. Non sans fierté, elle revendique aujourd’hui cet héritage : « Les ouvriers chez nous, c’étaient des ouvrières et notre répertoire a été sauvé par les usines ! »

Si travailler à l’usine permet aux femmes de la campagne de commencer à s’émanciper, les grèves des années 20 feront le reste. Dès 1905, les sardinières revendiquent d’être payées à l’heure et non plus au mille et obtiennent satisfaction ; elles seront désormais rétribuées 80 centimes de l’heure. Mais à l’aube des années 20, cette somme n’est plus suffisante et les ouvrières demandent une augmentation. Quand le kilo de beurre coûte 15 francs et que le kilo de café est facturé 17 francs, il ne semble pas excessif de rêver d’un salaire horaire de 1 franc 25.

La première grève de femmes en France

A Douarnenez, fin 1924, débute une grève spectaculaire, le « premier conflit de femmes ». Tellement étonnant qu’il sera médiatisé dans toute la France et que quelques grands syndica-listes se déplaceront pour soutenir les grévistes, parmi lesquels le Rennais Charles Tillon. Il reviendra quelques années plus tard (1926/1927) du côté de Lesconil et du Guilvinec pour apporter son soutien à d’autres femmes en grève.

C’est aussi à ce moment-là qu’il peindra sa célèbre toile, exposée aujourd’hui au Musée de Bretagne, et près de laquelle Klervi Rivière et Marie-Aline Lagadic tiennent conférence en 2019. Comme pour rappeler qu’avec l’intervention de ces syndicalistes venu-e-s de loin, c’est toute la vie des Bretonnes qui a été changée.

Elles entendent notamment que si elles doivent travailler aussi dur pour nourrir leur famille, c’est peut-être parce qu’elles ont trop de bouches à nourrir. Et dans cette Basse Bretagne où elles sont en prise chaque dimanche avec le curé, elles découvrent la méthode Ogino pour contrôler les naissances ! Ces femmes font un « bond dans la modernité » et Marie-Aline Lagadic y voit un lien direct avec leur fort engagement dans la résistance quelques années plus tard.

A l’issue des grandes grèves des années 20, les patrons du pays bigouden semblent céder et accordent aux ouvrières leur augmentation. Pourtant, lorsqu’il faut reprendre le travail, la déception est grande : toutes les usines ne rouvrent pas et les deux tiers des femmes se retrouvent sans travail, obligées de quitter le pays pour gagner leur vie ailleurs.

Marie-Aline Lagadic rappelle que seules deux régions de France ont gardé dans leurs traditions une chanson anarchiste, sans doute apportée par Charles Tillon ; « Saluez riches heureux ces pauvres en haillons, saluez se sont eux qui gagnent vos millions » chante-t-on dans les sardineries de Bretagne comme dans les mines de Carmaux. « On est toujours un peu émues – disent la mère et la fille – quand on chante cette chanson à la mémoire de toutes ces femmes qui se sont battues. » Un beau message de transmission entre générations de femmes.

Pour aller plus loin :

Conférence « Des sardines et des femmes, histoire des luttes des ouvrières de la mer » par Fanny Bugnon à Rennes 2 dans le cadre des mardis de l’égalité le 2 avril prochain. La confé-rence sera suivie de l’inauguration de l’amphithéâtre Joséphine Pencalet. Sardinière de Douar-nenez gréviste en 1924, elle se présenta aux élections municipales de 1925 sur la liste commu-niste et fut la première femme élue de France avant l’invalidation de son élection puisque les femmes n’ayant pas encore le droit de vote, elles n’avaient pas non plus le droit d’être élues !

Geneviève ROY 13 mars 2019

Lire aussi:

Quand les Penn-Sardin chantaient la Bretagne (Breizh Femmes)

Source

Commentaire: « Penn Sardin » n’est pas une moquerie, c’est le nom de la coiffe traditionnelle de la région « Douarnenez Audierne » par opposition aux voisines: le Cap, pays Bigouden, Porzay et Glazic de Quimper.

Lire la suite

05 mars 2019 ~ 0 Commentaire

plogoff (mpt kerfeunten)

plog

Le film de Laure-Dominique Agniel sera projeté dimanche à 16 h à la salle des fêtes

Lire la suite

02 mars 2019 ~ 0 Commentaire

douarnenez le bris (le télégramme)

ecole pole emploi

J.-M.-Le Bris.

Contre la réforme, le 20 sur 20 pour tous

Un 20 sur 20 généralisé sur les bulletins de notes et des démissions de profs principaux : le collectif des enseignants du lycée Jean-Marie-Le Bris opposés à la réforme Blanquer lance des actions inédites.

« Le ministre Blanquer ignore les oppositions à sa réforme du lycée et du bac, les grèves, les dénonciations des programmes et du tronc commun farfelu, la lettre de la FCPE lui demandant une suspension…

Alors nous innovons pour nous faire entendre, des parents notamment ». Professeur d’histoire-géo au lycée Jean-Marie-Le Bris, Patrick Bras explique ainsi l’esprit des deux actions fortes menées par les enseignants du collectif né voici deux mois contre cette réforme. En espérant pouvoir encore changer la donne.

La première est la démission des professeurs principaux de leur fonction à compter de ce vendredi. « À l’échelle de l’établissement, cela représente environ 60 % des profs principaux, sur les trois niveaux », signale Florent Kervarec, professeur d’éco-gestion. « Nous démissionnons car nous estimons ne plus pouvoir remplir correctement notre rôle auprès des élèves et de leurs parents : nous avons un rôle d’orientation mais nous n’avons pas d’informations fiables à donner », ajoute-t-il, se refusant « à mentir aux élèves ».

« Flou et précipitation »

Le collectif évoque plusieurs zones de flou autour des futures spécialités créées par la réforme et dénonce « la précipitation avec laquelle celle-ci est menée ». Les parents d’élèves ont reçu un courrier expliquant les motivations de ces démissions, qui ne signifie en aucun cas que les cours ne sont plus assurés. « Cela n’empêche pas non plus la tenue des conseils de classe et nous n’abandonnons pas nos élèves », précisent les professeurs.

Ils lancent aussi une deuxième initiative originale de protestation, en généralisant le 20 sur 20 dans leur discipline sur les bulletins de notes du deuxième trimestre. « Les élèves connaissent leur note réelle mais nous avons décidé de remplir des bulletins fantaisistes, avec des appré-ciations farfelues autour de la confiance chère au ministre », annonce Patrick Bras.

Là aussi, les parents sont informés de la démarche, qui vise notamment à cibler l’introduction du contrôle continu à hauteur de 40 % dans le futur bac, « celui-ci perdant de fait son caractère national ». « Nous savons que certains vont être choqués par cette action, nous ne le faisons pas de gaieté de cœur, mais c’est le moyen que nous avons trouvé pour susciter une prise de conscience », complète le professeur d’histoire-géo.

La direction du lycée a été mise au courant des deux démarches ce vendredi matin. Au niveau national, plus de 200 lycées figurant dans une « chaîne des bahuts inter-collectifs » connaissent ainsi des modes d’actions nouveaux. Les enseignants espèrent de cette manière voir les élèves et les parents les rejoindre dans leur combat contre la réforme.

01 mars 2019  Rodolphe Pochet

https://www.letelegramme.fr/

Lire aussi:

Lorient. Profs principaux, des démissions en bloc… (OF)

Lire la suite

20 février 2019 ~ 0 Commentaire

fortuna (audierne)

affiche-FORTUNA-Audierne-7-mars2-1024x724

Site

Facebook

Lire la suite

10 février 2019 ~ 0 Commentaire

démographie bretonne (bretagne bretons)

bretagne

Recensement en Bretagne

Le fossé se creuse encore entre est et ouest

Les résultats du recensement 2011-2016 viennent d’être publiés par l’Insee. Avec un premier constat : la population de la Bretagne a encore augmenté sur ces cinq ans (+ 0,5%) mais avec un ralentissement par rapport au recensement précédent de 2006-2011 où les arrivées dans la région avaient été nombreuses et le solde naturel plus dynamique.

Mais ce pourcentage de progression est loin d’être uniforme. La carte ci-dessus est éloquente : elle témoigne que le fossé s’est encore creusé entre l’est et l’ouest avec ce fort contraste de couleur.

L’agglomération rennaise concentre les plus forts pourcentages de hausse, au point qu’elle figure aujourd’hui au quatrième rang national des villes les plus attractives. L’agglo Rennes Métropole compte maintenant 440.000 habitants et, à ce rythme, elle va finir par totaliser autant d’habitants que les Côtes-d’Armor.

Brest retrouve la hausse

La plupart des villes bretonnes voient également leur population augmenter, y compris Brest-Métropole qui était en baisse entre 2006 et 2011. Il est vrai qu’en cinq ans à peine (2007-2012), l’arrondissement de Brest avait perdu 5.000 emplois dans l’ensemble des activités liées à la Marine nationale, presque sans bruits et sans heurts. Mais cela n’a pas échappé aux statistiques du recensement précédent. Cette fois, la tendance s’inverse mais légèrement (+0,2%). Les agglomérations de Lorient, Quimper, Concarneau ou Saint-Malo sont elles aussi en hausse démographique.

La zone bleue s’étend

Quand on fait abstraction de l’Ille-et-Vilaine, la lecture de la carte démographique est nettement moins flatteuse. C’est particulièrement vrai dans le Centre-Bretagne où la population est encore en baisse, tout comme sur le littoral nord des Côtes-d’Armor et du Finistère.

On notera également que la tendance ne s’arrange pas pour Douarnenez, dont la population était déjà en baisse au recensement précédent. La crise de la pêche a laissé des traces profondes et la situation géographique de la cité penn sardin ne constitue pas le meilleur tremplin pour rebondir.

Pour tous ces secteurs, l’Insee note que l’excédent migratoire est aujourd’hui insuffisant pour compenser le déficit du solde naturel.

15 janvier 2019

http://www.bretagne-bretons.fr/

Lire la suite

05 février 2019 ~ 0 Commentaire

baie de douarnenez

Consultation du public pour la demande d’enregistrement d’une extension d’élevage de porcs au lieu-dit Kervelinge à Plonévez Porzay (EARL Colin)

L’exploitation agricole Colin élève actuellement 39 vaches laitières et produit 1 485 porcs charcutiers par an. Conseillée par la société AVELTIS, elle va abandonner l’activité lait et demander une extension de son élevage porcin à 4 100 porcs charcutiers produits par an.

Il y aura 2 330 tonnes de lisier de porcs en plus des 1 270 tonnes actuelles, soit un total de 3600 tonnes représentant 15 tonnes d’azote (N), soit un excédent d’environ 5 tonnes d’azote par rapport à la situation antérieure. Pour épandre cet azote supplémentaire, il est fait appel à quatre exploitations laitières environnantes.

Alors que le Plan Algues Vertes 2 prévoit une baisse de vingt tonnes d’azote par an, un accord pour cette extension cumulée avec les autres en cours d’instruction reviendrait à autoriser l’épandage de plus de trente tonnes d’azote supplémentaires par an sur le bassin versant de la baie de Douarnenez.

Près de 4 000 personnes ont déjà envoyé le courrier au Préfet. Nous proposons de nous rendre à Quimper vendredi prochain à 11 h pour donner au Préfet la liste papier des signataires.

Jean Hascoet Baie de Douarnenez Evironnement
Alain Uguen Cyberacteurs

http://www.baiedouarnenezenvironnement.com/  

Lire la suite

04 février 2019 ~ 0 Commentaire

surfeurs le ris (fr3)

Douarnenez : face à pollution de l’eau

Les surfeurs manifestent

La plage du Ris est un spot bien apprécié par les surfeurs. Mais la baignade y sera interdite cette année car l’eau est polluée par les déjections bovines des élevages aux alentours. Face à cette situation inédite, les surfeurs ont manifesté, rejoints par des habitants.

Non à la fermeture de leur spot !
Les surfeurs de Douarnenez sont décidés à protéger la plage du Ris qu’ils apprécient particulièrement pour pratiquer leur sport favori. Le problème ? L’eau est trop polluée et la baignade comme la pêche à pied devraient y être interdites dans le courant de l’année 2019.En cause : une trop grande contamination de l’eau en matière fécales provenant des déjections bovines.

Les selles sont drainées par la pluie dans la rivière du Névet qui se jette ensuite dans la baie de Douarnenez. Selon eux, le contact avec ces bactéries présentes dans l’eau peut entraîner maladies et allergies chez les usagers, notamment les enfants.Comme le dit Yann Le Quéau, « avec nos combinaisons on peut se protéger du froid, par contre one ne peut pas se protéger des microbes. » C’est pourquoi ils ont décidé de manifester leur mécontentement ce dimanche 3 février en fin d’après-midi. Ils ont été rejoints par des riverains sensibles à cette cause environnementale.

Un shooting de la mort 

Une manifestation des plus originale : l’action majeure s’est déroulée dans l’eau. Les surfeurs mécontents ont fait une photo choc. Ils se sont allongés sur leurs planches dans la baie et on simulé une intoxication, jouant les morts flottant sur leurs planches.

Une démonstration qui a attiré l’œil de l’opinion publique. Ce dimanche, ils n’étaient pas seuls : des habitants les ont rejoint pour manifester. Sensibles à la cause de leur baie, ils sont tout aussi opposés à ce que l’on laisse l’eau être contaminée.

Les organisateurs certifient ne viser personne et ne cibler aucun responsable. Le but premier de ce rassemblement est d’interpeller l’opinion publique et les élus. Les surfeurs ne sont pas à leur premier coup d’essai. À la pointe de la Torche, ils avaient déjà manifesté pour des raisons similaires au printemps dernier.

Corentin Bélard 04/02/2019
.
.

Lire aussi

Pollution : les surfeurs s’engagent dans le Finistère 

Lire la suite

01 février 2019 ~ 0 Commentaire

plage du ris (côté quimper)

31-Temps-mort-au-Ris-Google-Chrome

Images chocs de surfeurs contre la pollution d’une plage à Douarnenez

Les surfeurs feront venir l’Ankou sur la plage du Ris dimanche 3 février.Sur décision des services de l’Etat, la plage du Ris à Douarnenez (Finistère) est fermée toute l’année 2019. La baignade et le ramassage des coquillages sont interdits. En revanche, les activités nautiques sont autorisées.

Cette fermeture s’explique par le niveau de pollutions observées (notamment des bactéries fécales) ces cinq dernières années.

En réaction, les surfeurs du secteur appellent à un rassemblement dimanche 3 février à 16 h, sur cette fameuse plage à l’entrée de Douarnenez. Ils dénoncent une dégradation continue depuis trente ans.

Après les algues vertes, nous voilà confrontés à une nouvelle problématique et pas des moindres. Le point de non retour est-il franchi ? Nous, surfeurs espérons que non et comptons accentuer la pression sur les différentes institutions en diffusant le plus largement possible des images « choc ».

L’Ankou à la plage

Ce dimanche, l’Ankou sera présente sur la plage douarneniste. A son signal, les surfeurs se laisseront flotter sur leur planche ou dans l’eau en signe d’intoxication et de mort.

Des drones filmeront la scène. Des associations environnementales (comme Baie de Douarnenez environnement) et des sympathisants devraient aussi se joindre à la manifestation.  Yann Le Quéau, surfeur de 38 ans, assure que l’objectif n’est pas de polémiquer ou de pointer du doigt les agriculteurs :

On veut simplement surfer tranquillement au Ris avec nos enfants. Or actuellement, on sait bien qu’on risque d’attraper une gastro quand on va au Ris. Quand il a plu, la mer est marron !

Les surfeurs du territoire considèrent la plage du Ris comme un sport de repli quand la mer est trop forte ailleurs. Ses petites vagues en font aussi une plage idéale pour les enfants et les surfeurs débutants.

31 Jan 2019

https://actu.fr/bretagne/

plage du ris

Les surfeurs appellent à un Rassemblement:

Dimanche 3 Février, Plage du Ris à Douarnenez.                                                     Allongés sur leur planche, ils simuleront une mort par intoxication.

Lire aussi : 

Qualité des eaux : peut-on se baigner sans souci sur les plages du Finistère ?

Baignade au Ris, les bovins en cause, à quand une étude à la parcelle? (BDZE)

Site

Facebook

Lire la suite

30 janvier 2019 ~ 0 Commentaire

audierne (ehpad)

gwa

Appel à manifester pour soutenir le personnel de l’Ehpad,              Jeudi 31 Janvier à 16h Audierne                                                         Place du Général de Gaule (près d’Aquashow, du centre des
pompiers d’Audierne et d’une salle omnisport).

Ehpad de la baie d’Audierne en souffrance (Pétition)

Lire la suite

29 janvier 2019 ~ 0 Commentaire

eaux 29 (côté brest)

eaux et rivieres

Qualité des eaux

Peut-on se baigner sans souci sur les plages du Finistère ?

Le préfet du Finistère a fermé une plage à Douarnenez, d’autres l’ont déjà été. L’association Eau et rivières de Bretagne estime que la qualité des eaux de baignade se dégrade.Il y a quelques jours, le préfet du Finistère, Pascal Lelarge, a signifié la fermeture administrative, pour l’année 2019, de la plage du Ris à Douarnenez pour cause de pollution chronique d’origine bactérienne.
D’autres plages de la côte nord-finistérienne ont déjà fait l’objet d’une telle sanction administrative.

Que vous inspire la fermeture de l’emblématique plage du Ris à Douarnenez ?

Tout un symbole ! Cela fait des années que cette plage subit la pollution constante du cours d’eau qui s’y jette et que la qualité des eaux de baignade est dégradée.

Mais ce n’ est pas un cas isolé. La baie de Douarnenez et la côte nord-finistérienne demeurent des points noirs en Bretagne. Deux plages de Guissény avaient déjà subi le même sort l’année dernière. De plus, certains maires ferment préventivement leurs plages polluées pour éviter des contrôles sanitaires négatifs synonymes de fermeture administrative ! Notamment à Ploudal-mézeau, Porspoder et Kerlouan.

Se baigner ou faire de la planche à Tréompan, par exemple, comporte des risques pour la santé : troubles gastriques, yeux qui piquent, plaques sur la peau… Et qui dit bactérie, dit aussi virus…

Quelle est l’origine de ces contrôles sanitaires négatifs ?

Prenons le cas de la plage du Ris. Le rapport du Labocea, laboratoire public d’analyses, énonce clairement que «l’origine bovine est prédominante» dans cette pollution. Et ce pour la cinquième année consécutive.

Plus globalement, les 18 analyses réalisées pour l’Agence régionale de santé (ARS Bretagne) montrent que les causes de la pollution des ruisseaux côtiers sont d’origine humaine à 25 %, et d’origine humaine et animale à 75 %.

Des progrès sont réalisés, notamment en matière d’assainissement des particuliers. Mais ces ruisseaux sont très exposés à la pression des élevages bovins et porcins au plus près du littoral.
En agriculture aussi il y a des progrès mais pour reprendre l’exemple du ruisseau Quillimadec, qui prend sa source à Plounéventer et se jette à Guissény, des moutons noirs pénalisent tout le monde !

Que préconisez-vous pour reconquérir ces plages interdites à la baignade ?

Eau & Rivières de Bretagne va maintenir la pression sur les maires des communes concernées. Pour beaucoup d’élus locaux, mettre la responsabilité de certaines pollutions bactériennes littorales sur des épandages de lisiers de porc ou de bovins est toujours un sujet tabou, alors qu’ils ont la responsabilité de la santé publique des habitants et des touristes.

Un exemple ? En amont de la plage de Penfoul, à Landunvez, se trouve une ferme-usine de    13 750 porcs qui doit traiter 60 tonnes de lisier chaque jour. Nous avons alerté la communauté de communes du Pays d’Iroise sur la dégradation continue des eaux de baignade. Son vice-président en charge de l’environnement nous a répondu:  « on ne peut rien faire» !

Le sujet serait donc tabou pour les maires et les élus. Mais ont-ils le pouvoir de stopper ces sources de pollution ?

Ils ne peuvent pas tout, certes, mais ils doivent influencer ! S’ils ne prennent pas la mesure de ces pollutions et de leurs origines, l’administration ne fera pas non plus le nécessaire indispen-sable pour limiter les risques sanitaires qu’engendrent certains élevages. S’ils ne  prennent pas le dossier à bras le corps, ils mettent aussi en péril tout en pan de l’économie du département.

Eau & Rivières de Bretagne regrette aussi un flou dans la réglementation gérée par l’Agence régionale de santé s’agissant des fermetures préventives des plages par les maires. Nous  souhaitons plus de rigueur et de fermeté de la part de l’ARS pour que notre littoral puisse enregistrer une amélioration de la qualité des eaux de baignade… à l’instar des autres départements bretons.

La qualité des eaux de baignade se dégrade, prévient l’association Eau & Rivières de Bretagne, qui tire la sonnette d’alarme et interpelle les élus.  Entretien avec Jean-Yves Piriou, vice-président.

Propos recueillis par Yvon Jézéquel 28 Janvier 2019

https://actu.fr/bretagne/

LIRE AUSSI

Eau & Rivières de Bretagne

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin