Archive | Crise

18 octobre 2017 ~ 0 Commentaire

crise écologique (cdl’a)

Crise écologique : notre cerveau n’est pas programmé pour se la représenter !

La petite histoire suivante montre à quel point le cerveau humain peine à entrevoir la spécificité de la croissance exponentielle. Le Grand Vizir Sissa ben Dahir, inventeur supposé du jeu d’échec, aurait répondu au roi indien Shirham qui lui demandait quelle récompense il souhai- tait: «Majesté, je serais heureux si vous m’offriez un grain de blé que je placerais sur la première case de l’échiquier, deux grains sur la deuxième case, quatre grains sur la troisième, huit grains sur la quatrième, et autant de grains de blé qu’il serait possible de poser en couvrant  ainsi de suite les soixante-quatre cases ».

Le roi a du sûrement penser :  « 1, 2, 4, 8, 16, 32… » , imaginant dans sa tête les 6 premières cases… Il répondit à son vizir inventeur «  Pas de problème ! Et c’est tout ce que tu souhaites Sissa, espèce d’idiot ? ».

Le roi n’avait pas un cerveau de mathématicien. A la onzième case, il faut déjà 1024 grains de blé… puis tout s’emballe. Qui entrevoit que le nombre de grains demandé est de 18.446.744.073.709.551.615 ce qui correspond à 1000 fois la production mondiale de blé en 2012 ?

Tellement habitué aux évolutions  linéaires, le cerveau de l’homme non mathéma- ticien n’appréhende pas une des particularités de la croissance exponentielle : sa vitesse.

Cette incapacité d’intelligence est un des éléments nous permettant de comprendre l’évolution de notre conscience écologique. Notre cerveau nous fait intuitivement percevoir l’apocalypse écologique, pourtant prévisible à un horizon de 50 ans, comme un évènement possible à une échéance extrêmement lointaine.

Si une quantité quelconque (la richesse, la pollution etc.) augmente d’un petit pourcentage chaque année, sans calcul mathématique le cerveau humain peine à estimer intuitivement le nombre d’année nécessaire au doublement. 
Taux de croissance annuelle d’une quantité (richesse, pollution etc.) 1% 2% 5% 10% 20%
Temps de doublement de la quantité initiale 70 ans 35 ans 14 ans 7 ans 4 ans

Explorons, de 1970 à 2070, un siècle de conscience écologique.

Pour les besoins de notre démonstration, nous proposons d’imaginer un quelconque territoire découpé en 1024 unités de surfaces équivalentes, qui pourrait être par exem- ple la mer Méditerranée ou bien la planète entière. Pour simplifier, nous considèrerons que le système qui a organisé l’exploitation de ce lieu, n’a dégradé jusqu’en 1970 aucune de ces 1024 petites surfaces.

Minime anicroche en 1970 : 1 seule unité de surface est dégradée.

Ce peut-être quelques fonds marins et quelques espèces de poissons si l’on a considéré comme territoire la mer Méditerranée, ou l’assèchement de la mer d’Aral si l’on a considéré la planète. Le millième de la surface s’est dégradé, mais qui s’en aperçoit ? Les habitants qui côtoient cette dégradation, sont les oubliés du jeu gagnant-gagnant de la mondialisation des échanges.

Seuls 7 hurluberlus, scientifiques de haute volée, certains du Massachusetts Institute of Technology (MIT), mandatés par le « Club de Rome » en 1970, posent la question du nombre d’unités qui seront à ce rythme dégradées en 2050. Ils modélisent des dynamiques qui se révèlent être des exponentielles qui interagissent, en s’appuyant sur diverses données mon- diales comme la production, la pollution, la population, etc. Les résultats sont choquants : si le business continue sans inflexion, les dégâts irréversibles entraineront une chute de population dès 2030. Ils écrivent un best-seller sur les limites de la croissance.

Léger problème local en 1980 : 2 unités sont dégradées.

Pourquoi se soucier de 2 unités sur 1024 ? Une explosion frénétique de douce consommation, appelée croissance, cache le problème sous le tapis. La question du futur ne se pose alors que pour quelques mathématiciens et certains écologistes. Ils se demandent toujours comment va augmenter cette dégradation : de manière linéaire ou exponentielle ?  Les deux tendances sont toutes deux encore envisageables puisque les séries linéaires et exponentielles commencent par les mêmes chiffres : d’abord 1, ensuite 2…

L’accroissement linéaire atteint 1024 en 1024 coups :

1 (en 1970), 2 (en 1980), 3 (en 1990), puis 4, puis 5 … et enfin 1024 (dans 10 000 ans)

L’accroissement géométrique atteint 1024 en 11 coups :

 1 (en 1970), 2 (en 1980), 4 (en 1990), 8 (en 2000), 16 (en 2010), 32 (en 2020), 64 (en 2030), 128 (en 2040), 256 (en 2050), 512 (en 2060), 1024 (en 2070).

Le président américain Reagan est un non mathématicien, dont le cerveau pense linéaire. Il fustige donc en 1985 le travail du Club de Rome en  affirmant que pour l’Amérique il n’y a pas de Limits to Growth.

Petit problème mondial en 1990 : 4 unités sont dégradées.

Au Sommet de la terre de Rio en 1992, le petit monde des décideurs politiques flippe: et si le «Club de Rome» avait raison ? On vit trop bien cependant. Au moins ceux qui profitent le plus du système. Et il faut être réélu. Le président américain, Bush père, dénonce publiquement la pensée anti progrès du livre Limits to Growth. Dans le cerveau de Bush 1, 2, 4 n’est pas si loin de 1, 2, 3. Si la vitesse de destruction s’avère n’être finalement que linéaire, il reste 10 000 ans avant l’effondrement.

2000-2010 : Problème mondial sérieux: 8 unités sont dégradées.

Le GIEC confirme l’apocalypse climatique. Pourtant, ceux pour lesquels il fait si bon vivre de la surconsommation préfèrent retenir les doutes climato-sceptiques. Il reste 1016 unités saines. Ils redemandent aux scientifiques de vérifier leurs mesures et voir si d’autres facteurs n’entre- raient pas en jeu : est-ce bien  1, 2, 4, 8 ? Les mesures des scientifiques ne sont-elles pas imprécises ? Toutes les complexités sont-elles bien prises en compte ?  La série ne redevien- dra-t-elle pas finalement linéaire après deux anomalies, le 4 et le 8,  liées à d’autres causes qui ne se reproduiraient pas ?  Si c’était le cas, en 2070 ce ne seraient que 11 unités dégradées sur 1024, à peine 1% de la surface. Ce serait une fausse alerte de déclinistes grincheux et les inventions technologiques auraient le temps de nous sauver.

2010-2020 : Risque de catastrophe: 16 unités sont dégradées.

De ces unités dégradées, l’homme ne tire plus aucun moyen de subsistance. Ceci accélère la dégradation d’autres unités.  De nouveaux hurluberlus proposent de vivre « la décroissance » comme une solution à étendre à l’humanité entière : chacun se contentant d’une juste part.

Face à la catastrophe (en 2020, 32 unités sont dégradées), la COP21 en 2016 se conten- te d’une mesurette. Elle cumule des promesses qui, même si elles étaient tenues, ne permet- traient pas de limiter le réchauffement climatique à 2°C.

La promesse de gascon de la COP21 La COP 21 voudrait éviter la catastrophe sans tou- cher aux écarts qui se creusent entre les riches et les pauvres et conforte le président Obama qui affirme alors que le mode de vie des Américains reste non négociable : pour que le mode de vie américain passe de 4 planètes à 1 planète, on mise sur la seule technologie et … on croise les doigts.  En 2017, pour la première fois la pauvreté dans le monde ne baisse plus.

Le choc en 2030 : 64 unités sont dégradées.

Face à la catastrophe perceptible aux yeux de chacun, maintenant que 6% du territoire est détérioré, le cerveau humain reconnait le danger de la tendance exponentielle. Pour freiner la dégradation de 6% de plus, promise à la fin de la décennie, deux options émergent. L’option de répartir égalitairement les consommations sans dépasser ce que notre planète fournit chaque année soit une division par 4 de l’ordinaire des habitants des pays riches et par 2000 des trains de vie des plus riches.

L’option de laisser disparaitre en dix ans les 20% de la population qui consomment 6% de la production mondiale. Soit 1,5 milliard d’humains. Empêcheront-elles qu’en 2040, 128 unités soient dégradées ? En 2050, les 256 unités dégradées représenteront 25% de l’espace encore disponible. En 2060, l’humanité se partagera 50% de l’espace vivable. En 2070, la dégradation  exponentielle aura couvert la totalité du territoire.

De 1970 à 2070, la tragédie du temps…

La tragédie du temps si bien chantée par le poète Moustaki:

« Pendant que je dormais, pendant que je rêvais
Les aiguilles ont tourné, il est trop tard…
Certains se sont battus, moi je n’ai jamais su
Passe, passe le temps, il n’y en a plus pour très longtemps…
Pendant que je chantais, pendant que je t’aimais
Pendant que je rêvais il était encore temps »

La tendance exponentielle de la dégradation a été comprise en 1972 par les scientifiques hurluberlus du « club de Rome ». Quant à nous autres, l’exponentielle nous a surpris.

Denis Dupré

Réponse 

  1. Albert Jacquart racontait cette petite histoire à ses étudiants pour la prise de conscience de la croissance exponentielle:
    Il appelait cette histoire l’équation des nénuphars !
    L’hypothèse de départ est que les nénuphars doublent leurs nombres ou la surface occupée chaque jour qui passe. On constate qu’au bout d’un mois de 30 jours le lac qu’ils occupent est plein ( la fin du monde pour ces nénuphars là !).
    La question que posait Albert Jacquart était la suivante:
    à partir de quand le lac était à moitié vide ? La réponse de la très grande majorité des étudiants était le 15ème jour alors qu’une petite minorité donnait la bonne réponse, le 29 ème.
    On imagine bien que dans le monde des nénuphars, on ne se préoccupait pas de la si proche fin du monde à l’aube du 26 ème jour où seulement 6,25% du lac était couvert!

    Christophe Lassiat   14 octobre 2017

    https://alaingrandjean.fr/

    Commentaire: La chanson: Beds Are Burning est une chanson politique, réclamant la restitution de leurs terres natales aux aborigènes Pintupi, volées 200 ans plus tôt par les colons britanniques. En parlant de la spoliation d’un territoire et de son exploitation pour en tirer un maximum de profit, la défense du peuple aborigène se double d’un message écologiste plus global, et souligne l’urgence à prendre conscience de l’impact des activités humaines sur la planète.

Lire la suite

17 octobre 2017 ~ 0 Commentaire

précarité (jdd)

infog-1

Les mille visages de la précarité en France

La pauvreté concerne plus de 14% de la population française et touche toutes les géné- rations. Tour d’horizon à l’occasion de la Journée mondiale du refus de la misère. En France, près de 8,9 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Des femmes, des enfants, des jeunes, étudiants ou en recherche d’emploi, des handicapés…

Mais aussi des seniors ou encore des actifs indépendants : artisans, agriculteurs, commer- çants, chefs d’entreprise. La pauvreté n’a pas un, mais de multiples visages. En France, ils sont 8,9 millions selon l’Insee, qui retient le seuil de 60% du revenu médian. Un peu plus de la moitié d’entre eux ont moins de 30 ans. Un sur dix a plus de 60 ans. La pauvreté a progressé en France ces dix dernières années avec un million de personnes supplémentaires au-des- sous du seuil. L’extrême précarité a même bondi de 69% entre 2002 et 2012 : aujourd’hui, 2,3 millions de français vivent avec moins de 660 euros par mois. Depuis deux ans néanmoins, le taux tend à se stabiliser, note l’Observatoire des inégalités.

Taux de chômage record chez les moins de 25 ans

Entre décembre 2015 et mars 2017, le nombre d’allocataires du RSA (revenu de solidarité active) a pour la première fois diminué de 5%, soit 95.000 personnes de moins. Certes, la part de ces citoyens pauvres (42%) est trois fois plus élevée dans les quartiers dits « prioritaires » que la moyenne nationale, mais ces deux millions de personnes représentent moins d’un quart (23%) de la population pauvre en France. On trouve les 77% restants dans nos villes, en zone périurbaine et rurale…

De la même manière, plus des trois quarts des élèves en situation précaire étudient hors des zones d’éducation prioritaire.

Le Centre d’observation de la société rappelle que 3,2 millions des enfants issus de milieux défavorisés sont scolarisés dans des établissements classiques. En France, la pauvreté concerne un enfant sur cinq. Selon Eurostat, la situation s’est fortement dégradée entre 2003 et 2012 en raison de la crise économique : 158.000 enfants pauvres supplémentaires, dont 110.000 très jeunes.

La plupart appartiennent à des familles frappées par le chômage.

Mais ce sont aussi des enfants de salariés précaires, mal rémunérés. Plus d’un enfant pauvre sur dix vit avec deux parents qui travaillent et un tiers sont élevés au sein d’une famille mono- parentale. Avec des mamans, explique le Centre d’observation de la société, « découragées devant les difficultés à trouver un travail, les bas salaires ou les horaires incompatibles avec la charge d’enfants ». Selon l’Insee, deux millions de familles monoparentales vivent dans la pauvreté.

infog-2
Un enfant sur cinq vit dans une famille pauvre. (JDD)

Un étudiant sur cinq renonce à se soigner

Le taux de chômage bat des records chez les moins de 25 ans (22,1%). L’an dernier, la moitié des jeunes sans diplôme, sortis du système scolaire trois ans plus tôt, étaient sans emploi – contre un quart en 2001 –, selon un rapport du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq). Et le taux de chômage des jeunes diplômés de l’enseignement supé- rieur, trois ans après leur sortie du système universitaire, a doublé (de 5 à 10%) en quinze ans. Aujourd’hui, 20% des jeunes adultes vivent sous le seuil de pauvreté. Alors que le logement mobilise plus de la moitié de leur budget, un étudiant sur cinq renonce à se soigner faute de moyens, selon l’étude Pacte Santé 2017 de la Croix-Rouge.

Parmi les actifs, les professions indépendantes (agriculteurs, artisans, commerçants, chefs d’entreprise…) sont encore plus menacées par la précarité que les salariés, même si la situation s’améliore après deux années difficiles : leur taux de pauvreté passe de 23,7 à 22%, une décrue qui concerne surtout les commerçants. Aujourd’hui encore, un artisan sur cinq et un quart des agriculteurs sont pauvres.

Le risque de pauvreté s’aggrave également avec le handicap. Alors que le niveau de vie médian est inférieur de 167 euros à celui des personnes sans handicap, note l’Observatoire des inégalités, près d’un quart des personnes touchées par plusieurs limitations handicapantes vivent sous le seuil de pauvreté. Et plus le handicap est sévère, plus le niveau de pauvreté est élevé.

17 octobre 2017

http://www.lejdd.fr/

Lire la suite

16 octobre 2017 ~ 0 Commentaire

fmi (anti-k)

war

Pour plus de croissance, le FMI invite à taxer… les revenus des riches

Il faut taxer plus fortement les riches, car ce sont les inégalités, et non pas les impôts, qui pénalisent la croissance, pointe le Fonds monétaire international. Enfin ?

« Un pavé dans la mare », s’amuse « le Courrier International ».

A la veille de son assemblée annuelle, vendredi 13 octobre, le Fonds monétaire internatio- nal (FMI), dirigé par Christine Lagarde, lance un avertissement : il faut taxer plus fortement les riches, car ce sont les inégalités, et non pas les impôts, qui pénalisent la croissance. Certaines inégalités sont inévitables dans un système basé sur l’économie de marché, constate le FMI,  mais ce dernier s’inquiète d’une « inégalité excessive qui compromettrait la cohésion sociale conduisant à un affaiblissement de la croissance économique », dans un rapport publié mercredi dans le cadre de ses réunions d’automne.

« Au cours des trente dernières années, l’inégalité a augmenté dans de nombreux pays, en grande partie à cause des changements technologiques », pointe le FMI. « Dans les écono- mies avancées, les revenus des 1% les plus riches ont augmenté trois fois plus vite que ceux du reste de la population. » Or « les recherches du FMI dans ce domaine ont montré que la montée des inégalités présente des risques pour la durabilité de la croissance économique ».

« Les gouvernements risquent de saper la croissance économique mondiale en réduisant les impôts des riches », annonce le « New York Times » à la lecture de ce rapport. Et de poursui- vre : « Ce message, bien que largement adressé à tous les pays développés, a une résonance particulière aux Etats-Unis alors que l’administration Trump et les législateurs républicains prônent un plan fiscal qui, selon les critiques, exacerberait les inégalités de revenus en réduisant les impôts des Américains les plus riches. »

Le « Guardian » résume également: « Taxer plus fortement les revenus des riches contribuerait à réduire les inégalités sans avoir un impact négatif sur la croissance. Le FMI, basé à Washington, a utilisé son puissant moniteur budgétaire semestriel pour démolir l’argument selon lequel la croissance économique souffrirait si les gouvernements des pays occidentaux développés obligeaient les 1% les plus riches à payer plus d’impôts. »

Le quotidien britannique y voit aussi un message positif adressé au Parti Travailliste, qui propose de taxer à 45% les revenus supérieurs à 80.000 livres (91.200 euros), et de 50% les revenus supérieurs à 123.000 livres (140.000 euros). Dans un discours à Harvard, Christine Lagarde a renouvelé cet appel à profiter de la reprise pour « créer une économie plus inclusive qui fonctionne pour tous ». Citant John Fitzgerald Kennedy, elle a déclaré : « Aussi agréable que cela puisse être de se prélasser dans la chaleur de la reprise… le meilleur moment pour réparer sa toiture, c’est lorsque le soleil brille. »

Alors, comment réduire les inégalités et taxer les revenus les plus riches ?

« La politique budgétaire est un instrument puissant pour atteindre les objectifs de redistri- bution », explique le FMI. Mais « dans la réalité, la progressivité du système fiscal des pays peut être plus basse encore parce que les contribuables les plus riches ont souvent accès à toutes sortes de façons de payer moins d’impôt« , explique « le Devoir ».

Le FMI suggère donc un durcissement des règles sur les revenus du capital et les revenus des dividendes, ainsi que les taxes foncières, les impôts sur les successions et autres taxes sur les biens de luxes, l’énergie produite à partir de combustibles fossiles, l’alcool et le tabac afin de mieux redistribuer la richesse. L’institution ajoute :« De nombreux pays devraient s’attacher à réduire les possibilités de fraude et d’évasion fiscales. Les impôts sur la propriété immobilière sont à la fois équitables et efficaces. »

Le FMI suggère aussi de « mieux cibler les dépenses publiques consacrées aux catégories défavorisées afin d’améliorer l’accès à une éducation et à des soins de santé de qualité. Cela accroîtra aussi l’efficience globale ». Le rapport s’interroge enfin sur l’opportunité d’instaurer un revenu de base universel.

L.T.  L’Obs 13 octobre 2017

http://www.anti-k.org/

Commentaire: Plus les riches sont riches et plus ils sont puissants. Plus ils sont puissants et moins ils paient d’impôts. Ce sont les pauvres qui doivent payer pour tout. Voir l’Empire Romain…

Lire la suite

13 octobre 2017 ~ 0 Commentaire

club de paris (cadtm)

dette

Quel est le rôle du Club de Paris ?

Le Club de Paris est un groupe d’États créanciers du Nord, spécialisé dans le traitement des défauts de paiements des pays du Sud par la renégociation de leurs dettes publiques bilaté- rales (c’est-à-dire les dettes contractées auprès d’autres États).

Depuis sa création en 1956, le Club de Paris a conclu 433 accords avec 90 pays débiteurs, pour un montant total de dettes restructurées (rééchelonnées ou annulées) de 583 milliards de dollars US |1|.

Le très sélect Club de Paris est composé de 22 pays |2|. Jusqu’à récemment, il s’agissait uniquement des pays occidentaux industrialisés ; en 2016, la Corée du Sud et le Brésil ont rejoint le Club, preuve que les puissances émergentes sont désormais incontournables en matière de dettes souveraines. Les représentant-e-s des pays membres se réunissent men- suellement au sein du ministère français des Finances |3|, aux côtés d’éventuels autres États créanciers ainsi que des représentant-e-s des institutions internationales (à titre d’observa- teurs) comme le FMI, la Banque mondiale, la CNUCED, l’OCDE, la Commission européenne ou les banques régionales de développement.

Business as usual : maximiser le recouvrement de fonds

Lorsque le Club intervient, la restructuration de la dette qu’elle opère vise à rétablir la solva- bilité du pays, autrement dit, elle se contente de rendre la dette remboursable dans l’objectif de permettre aux créanciers de recouvrer le maximum de leurs créances en arriérés. Mais il n’est nullement question de droits humains ou de conditions de vie des populations. Les membres du Club de Paris détiennent près de 30 % du stock de la dette des pays du Sud, dont le fardeau injuste saigne les peuples. Le Club est dirigé par le directeur du Trésor Français et son secrétariat est hébergé par ce ministère. Le contribuable français paie donc pour les frais de cette non-institution.

Une institution opaque sans existence officielle

Malgré l’importance qu’il occupe sur la scène internationale, le Club de Paris n’a en réalité ni existence légale ni personnalité juridique, une «non-institution» comme il se définit lui-même. Telle est la stratégie pour échapper à toute responsabilité démocratique : le groupe informel ne fait que formuler des « recommandations » qui, dans la pratique et selon le principe de «soli- darité» qui régit le Club, sont appliquées à la lettre par les États membres. Autres éléments qui viennent corroborer cette opacité et l’absence de légitimité de l’institution : l’agenda des ses- sions n’est jamais rendu public à l’avance, les réunions se déroulent à huis clos, la teneur des discussions et des délibérations est maintenue secrète, même à posteriori, la société civile du Sud ou du Nord n’est jamais représentée.

Des règles et des alliés peu « fairplay » au service d’un agenda à peine caché

Seul et isolé face à un cartel de créanciers puissants et unis, le pays débiteur est générale- ment représenté par le ministre des Finances ou le gouverneur de la Banque centrale. Le Club de Paris est à la fois juge et partie, et le pays débiteur est quant à lui, pieds et poings liés.

En effet, les restructurations de dettes souveraines prennent place dans des situations de crise, souvent en réponse à un défaut ou à un risque de défaut de paiement du pays débiteur. Pour accéder à une réunion de « négociation », le pays débiteur, en situation de quémandeur, a donc dû, d’une part, démontrer l’impossibilité de poursuivre les remboursements de sa dette en l’état et, d’autre part, conclure d’ores et déjà un accord avec le FMI ou la Banque mondiale.

Ces « pompiers pyromanes » qui éteignent les feux pour en rallumer d’autres, en imposant comme conditionnalités une série de réformes qui non seulement sont contraires à l’intérêt du pays endetté et à son peuple, mais sont également contre-productives en plongeant l’économie du pays dans la spirale de l’austérité et de la récession.

Le Club de Paris est également l’outil de l’initiative PPTE (Pays pauvres très endettés) mise en place en 1996 par les pays créanciers, via le FMI, en réponse à l’échec des politiques menées depuis la crise de la dette des années 1980. Cette initiative, présentée médiatique- ment comme un cadeau fait aux pays, n’est en fait que le moyen de les remettre en position de remboursement et de leur imposer des politiques d’ajustement structurel |4|, dont les effets se sont avérés socialement destructeurs.

dette

Des enjeux géopolitiques et commerciaux

Les enjeux géopolitiques des créanciers jouent un rôle déterminant dans le choix des pays auxquels est accordée une restructuration de dette et dans ses modalités. En guise d’illus- tration, la Pologne du gouvernement pro-occidental de Lech Walesa, alors qu’il venait de quitter le Pacte de Varsovie |5| pour passer dans le camp occidental, a obtenu en 1991 une réduction de 50 % de sa dette bilatérale à l’égard des créanciers du Club de Paris.

L’Égypte a obtenu un traitement similaire la même année, alors que le dictateur à sa tête, Hosni Moubarak, constituait un soutien clé dans la première guerre du Golfe.

L’Irak, suite à l’invasion illégale du pays en mars 2003 par les États-Unis et leurs alliés, a bénéficié en 2004 de 80 % d’annulation du stock de sa dette (soit 30 milliards de dollars US) et un moratoire sur le paiement jusqu’en 2008. Dans de nombreux autres cas, le Club de Paris a restructuré des dettes issues de régimes dictatoriaux servant les intérêts de ses membres, leur octroyant ainsi une légitimation et empêchant une annulation pure et simple de ces dettes sur la base de l’argument juridique de la dette odieuse.

Pour ne citer que quelques exemples : le Chili de Pinochet en 1974 ; l’Indonésie de Suharto, à quatre reprises entre 1966 (un an après le massacre de plus de 500 000 personnes) et 1970 ; le Brésil et sa junte militaire en 1983 ; la République démocratique du Congo de Mobutu entre 1976 et 1989 (9 passages devant le Club de Paris) ; la Sierra Leone entre 1992 et 2002 (5 passages) ; le Congo-Brazzaville en 1986 et 1990 ; le Gabon de 1987 à 2004.

dette

Dans le même temps, nombre de pays « défavorisés » n’ont pas droit au moindre allègement. Et les pays touchés par le tsunami de décembre 2004 n’ont pas eu mieux, au- delà des annonces purement médiatiques, qu’un simple moratoire d’un an entraînant de sur- croît des intérêts de retard à payer ! Les pays membres du club ont ainsi été, une nouvelle fois, moins solidaires que des millions de personnes dans le monde. Le Sri Lanka s’est vu accorder un différé de paiement pour 227 millions de dollars US (sur 6,2 milliards dus aux pays membres !) toujours sous condition de rembourser les créances non concernées. L’Indonésie a connu le même sort : 2,7 milliards de dollars US différés sur presque 53 milliards dus au Club.

Lorsque le Club de Paris intervient, il n’est nullement question de droits humains ou de conditions de vie des populations.

Si le Club s’est vu marginalisé dans la crise grecque au bénéfice de l’Eurogroupe, alors que la Grèce est le principal débiteur du Club |6|, il n’en est pas de même pour Cuba et l’Argentine, pour lesquels le Club a joué un rôle de premier plan pour réintégrer ces deux pays dans le « système dette » |7|.

L’Argentine était en défaut de paiement à l’égard de 15 pays membres du Club de Paris depuis la suspension de paiement de 2001 opérée en pleine crise économique. En mai 2014, le Club de Paris a signé un accord avec l’Argentine prévoyant le remboursement intégral au cours des 5 prochaines années. La somme à rembourser (9,7 milliards de dollars US) inclus le capital, les intérêts, mais également des intérêts punitifs sur les arriérés. L’accord est condi- tionné à la réalisation d’investissements étrangers en provenance des pays créanciers. En aucun cas, l’origine et la légitimité de la dette argentine n’est questionnée, alors qu’elle pro- vient en grande partie des prêts concédés durant la dictature militaire et génocidaire (1976- 1983), notamment pour l’achat de matériel militaire.

En décembre 2015, c’est au tour de Cuba de parvenir à un accord historique avec le Club de Paris pour restructurer la dette sur laquelle le pays avait fait défaut en 1986.

L’Accord prévoit que les pays membres du Club abandonnent les intérêts sur cette dette pour un montant de 8,5 milliards de dollars US (qui inclut les pénalités de retard). En échange, Cuba s’est engagé à rembourser les 2,6 milliards de dollars US qui correspondent au principal, sans taux d’intérêt jusque 2020 et à un taux de 1,5 % à partir de cette date. L’octroi par Cuba de bénéfices en matière commerciale et d’investissement a joué un rôle fondamental dans cette opération. L’Espagne et la France, principaux créanciers, entendent protéger leur position dans la perspective d’une ouverture de l’économie cubaine vers l’extérieur.

dette

Le Club de Paris doit être aboli !

Le fonctionnement du Club de Paris interdit à ses membres de prendre des initiatives qui mettraient en porte à faux les autres membres. C’est ainsi que la Norvège s’est vue reprocher la reconnaissance du caractère illégitime et l’annulation de certaines de ses créances vis-à-vis de cinq pays (Équateur, Égypte, Jamaïque, Pérou et Sierra Leone). Les autres membres du Club craignaient de se voir réclamer de faire de même vis-à-vis de dettes odieuses ou illégitimes.

Un des objectifs affirmés du Club est d’aider les pays concernés à « mettre en œuvre des politiques lui permettant de ne plus recourir au Club de Paris ». Force est de constater que c’est un cuisant échec. Le Sénégal est passé 14 fois devant le Club depuis 1981, la République démocratique du Congo 13 fois depuis 1976, le Togo 13 fois depuis 1979, la Côte d’Ivoire 12 fois depuis 1984, le Niger 11 fois depuis 1983… Ce qui est atteint, c’est au mieux une soutenabilité financière de court terme. Ensuite, les politiques proposées se tradui- sent par une ouverture des économies aux multinationales, des mesures antisociales… et un nouvel endettement.

Les désastres sur les populations causées par ses politiques et la conviction que le Club est par essence irréformable amènent le CADTM a prôné la suppression pure et simple du Club de Paris.

A contrario, face à une nouvelle crise de la dette des pays du Sud qui menace d’éclater à tout moment, le Club risque bien de revenir sur le devant de la scène. Pourtant, s’il s’agit de dési- gner un cadre institutionnel international pour négocier les restructurations de dettes, il serait plus intéressant d’encourager des initiatives comme celle de l’Assemblée générale de l’ONU de créer un cadre juridique international pour la restructuration des dettes |8|. Mais face aux obstacles dressés par les créanciers pour aboutir à un cadre institutionnel plus équitable et au vu de l’urgence sociale et des nombreuses preuves du caractère odieux des dettes des pays du Sud, la priorité reste bien la désobéissance face aux créanciers !

12 octobre  Maud Bailly

Semaine d’actions contre la dette et les institutions financières internationales du 9 au 15 octobre 2017. A l’occasion de la semaine d’actions contre la dette et les institutions financières internationales se déroulant du 9 au 15 octobre 2017, le CADTM revient sur les principaux mécanismes et institutions au centre du « système-dette ».

http://www.cadtm.org/

Lire la suite

08 octobre 2017 ~ 0 Commentaire

emplois aidés (associations citoyennes+politis + fr3)

Résultat de recherche d'images pour "Non à l'immense plan social sur les emplois aidés !  Mercredi 18 octobre : la " journée noire " des associations"

Non à l’immense plan social sur les emplois aidés !

Mercredi 18 octobre: « journée noire » des associations

Avec une violence inouïe, le gouvernement vient de décider la suppression de 150 000 emplois aidés dès 2017, et 110 000 supplémentaires en 2018.

Compte tenu de la fragilité des associations, beaucoup déboucheront sur des licenciements. Cet immense plan social a été décidé sans aucune concertation et dans une approche strictement comptable.

Il témoigne d’une ignorance et d’un mépris de la société civile, qui semble pour le gouvernement se réduire aux start-ups et aux entrepreneurs sociaux. Cette décision est catastrophique pour des dizaines, et bientôt des centaines de milliers de salarié.e.s privés d’emploi, pour des milliers de collectivités incapables d’assurer la continuité du service public, pour la survie de milliers d’associations et pour les populations aidées. C’est une atteinte grave à la dignité des personnes, à l’accès au droit, à la solidarité, aux pratiques culturelles, sportives et éducatives, au vivre ensemble.

Les associations ne se définissent pas seulement par un « modèle économique », mais par un modèle social, démocratique, humain fait d’émancipation, de respect des droits fondamentaux, d’égalité, mais aussi de coopération, de générosité. L’innovation sociale, ce n’est pas l’ubéralisation de la société, mais l’invention sans cesse renouvelée de réponses sur le terrain aux besoins des habitant.e.s et aux aspirations des citoyen.ne.s dans la fraternité. Le retour au 19è siècle qu’on nous propose est archaïque et invivable.

C’est pourquoi les organisations et les citoyens signataires demandent :

– Un moratoire sur la suppression des emplois aidés en 2017-2018, c’est-à-dire de nouvelles instructions à Pôle emploi et aux services déconcentrés de l’État pour renouveler les contrats aidés sur la base des critères de début 2017, sans se limiter à des aménagements à la marge en fonction des protestations ;

– Une étude d’impact sérieuse et contradictoire de l’évolution des financements publics aux associations, de leurs effets sur la vie citoyenne et les territoires, sur les actions réalisées par les associations au service de l’intérêt général et sur les conditions d’emploi dégradées des salarié.es associatifs ;

– La mise en place dès le budget 2018 d’une ligne budgétaire dotée de 800 millions d’euros supplémentaire et son attribution déconcentrée aux associations contribuant à l’intérêt général qui en ont le plus besoin[1], employeuses ou non, afin de permettre à ces associations d’assurer la continuité des missions indispensables qu’elles remplissent au service de la société ;

– L’ouverture d’une négociation sur l’emploi associatif, afin que les associations puissent, pour leurs missions permanentes au service de l’intérêt général, rémunérer correctement leurs salarié.e.s de façon stable à travers des CDI, tout en maintenant un dispositif adapté de retour à l’emploi.

Mercredi 18 Octobre est la date retenue pour une grande mobilisation des associations « journée noire » en parallèle au 12ème forum national des associations et des fondations (Palais des Congrès Paris)

6 octobre 2017

Version PDF ICI

http://www.associations-citoyennes.net/

Lire aussi:

«Journée morte» contre l’immense plan social dans les assos (Politis)

Brest : des affiches sur les murs pour défendre les emplois aidés (FR3)

Lire la suite

04 septembre 2017 ~ 0 Commentaire

analyse (tendance claire)

economie

Notre analyse de la crise alimente le populisme et les illusions antilibérales

Notre parti critique Mélenchon durement, mais la critique reste superficielle. Nous sommes incapables de convaincre sur l’imposture de son programme économique pour une raison fort simple : nous avons la même analyse de la crise que lui… sans nous rendre compte que cette analyse légitime les réponses de Mélenchon !

Alors que l’analyse économique marxiste devrait constituer un fondement solide de notre parti, cet héritage est aujourd’hui dilapidé par la direction de notre parti. Nous sommes à la remorque idéologique des réformistes, alors que l’ampleur de la crise et la faillite des solutions bour- geoises à la crise (libérales ou keynésiennes) devraient nous ouvrir un boulevard pour popu- lariser les analyses marxistes. Analyses dont la pertinence reste toujours actuelle aujourd’hui, n’en déplaisent aux exploiteurs qui ont tout intérêt à les envoyer au musée. Ne les y aidons pas !

Que dit Mélenchon sur la crise ? Que ce sont les politiques d’austérité « absurdes » qui sont responsables de la crise. Le blocage des salaires, les coupes dans les dépenses publi- ques dépriment la «demande»: du coup, les carnets de commandes des entreprises se vident, si bien que la production se contracte et que l’investissement des entreprises chute, celles-ci préférant spéculer sur les marchés financiers.

Si ce diagnostic est juste, les remèdes de Mélenchon sont parfaitement adaptés : il faut augmenter les salaires et les dépenses publiques, ce qui permettra de remplir les carnets de commande et faire redémarrer l’économie ! Pas la peine d’en finir avec le capitalisme, il faut en finir avec les politiques néolibérales « absurdes » et tout le monde ou presque sera ga- gnant: salariés, « entrepreneurs », etc. Les seuls qui seront perdants seront les méchants financiers qui spéculent sur le terreau de la crise. Mélenchon se présente ainsi en expert du « bon » capitalisme.

Que dit notre parti sur les causes de la crise ? A peu près la même chose. Par exemple, dans son livre de 2012 (On a voté… et puis après ?), Olivier Besancenot développe une théorie de la crise qu’il attribue frauduleusement à Marx : « En s’attaquant au coût du travail, en réduisant les salaires, le pouvoir d’achat et en supprimant de l’emploi, les détenteurs de capi- taux rétablissent, il est vrai, des taux de profit et des marges supplémentaires en leur faveur, mais sur la base d’un calcul à très court terme.

En privant la population des moyens de consommer ce que les producteurs produisent, ils empêchent la société d’absorber les ressources produites. Les capitalistes disposent dès lors d’une production qui ne trouve pas de marchés solvables. L’offre ne correspond plus à la demande. C’est ce que l’on appelle la crise de surproduction et de suraccumulation, que Marx avait déjà décelée dans la société capitaliste, il y a plus de 150 ans, dans ses travaux sur la crise de 1857 » (p.55-56). Cet extrait est représentatif de ce que dit notre parti à une échelle large.

Pourtant, l’explication marxiste de la crise est parfaitement corroborée encore aujourd’hui par les faits.

Cette explication est la suivante : le système entre en crise quand les capitalistes ne sont plus capables d’extorquer suffisamment de plus-value par rapport à la masse de capital investi. C’est ce que Marx appelle la « suraccumulation de capital » (qui n’a rien à voir avec l’explica- tion attribuée à Marx par Besancenot) à laquelle conduit la « loi fondamentale de l’économie politique », à savoir la loi de la baisse tendancielle du taux de profit.

Marx explique que le fonctionnement normal du système conduit les capitalistes à utiliser de plus en plus de machines et de moins en moins de travailleurs.

Or c’est l’exploitation des travailleurs qui est la source des profits, pas les moyens de produc- tion. Résultat : le taux de profit moyen diminue. Et l’enchaînement causal est le suivant : quand le profit diminue, l’investissement diminue, la croissance ralentit, le chômage augmente. C’est exactement ce qu’on a constaté. Ce n’est pas une diminution de la consommation liée à l’insuf- fisance des salaires qui a causé la crise de 2008-2009.

Aux USA, les profits ont diminué à partir de 2006, ce qui a entraîné ensuite (avec quelques trimestres de décalage) une chute de l’investissement et une chute du PIB. La baisse de la consommation est venue en dernier, comme un effet de la crise. Le terreau de la crise est le décalage entre les profits dégagés dans l’économie réelle et la bulle de capital fictif alimentée par l’endettement privé. C’est cette contradiction qui a explosé en 2008. Et du point de vue capitaliste, les politiques d’austérité sont parfaitement rationnelles pour tenter de redresser le taux de profit des entreprises capitalistes et relancer l’accumulation.

Pourtant, la majorité explique régulièrement que la crise capitaliste continue… mais que les profits sont au plus haut et que tout baigne pour les capitalistes ! Comment expliquer qu’un système est en crise alors que son moteur (le taux de profit) marche du feu de dieu ? Les réformistes ont la réponse, et malheureusement la majorité la reprend à notre compte : les méchants capitalistes ne veulent plus investir leur profit, ils se gavent de dividendes et spéculent.

Le problème est que c’est complètement faux : c’est un mythe populiste qui fait croire qu’il suffirait de tordre un peu le bras aux capitalistes (les forcer à réinvestir davantage leurs profits) pour que le système redevienne vertueux. En fait, la part du profit qui est réinvesti par rapport à celle qui est distribuée en revenus de la propriété (dividendes, intérêts, etc.) n’a pas baissé. Elle est relativement stable pour une raison simple : les capitalistes doivent investir pour rester compétitifs sur le marché. Mais il est plus simple et démagogique de dénoncer les comportements des individus que la logique d’un système…

Armée de cette analyse, nous serions capables d’expliquer que les remèdes de Mélenchon ne feraient qu’aggraver la crise du système et conduiraient inéluctablement (faute de s’engager dans une rupture avec le capitalisme) à une politique d’austérité accrue. Les exemples histo- riques ne manquent pas. Le plus flagrant pour nous est l’échec complet de la relance de 1981. Aujourd’hui, cet échec serait encore plus rapide et flagrant, puisque les marges de manœuvre pour une politique réformiste sont encore plus réduites, compte tenu de l’ampleur de la dépression économique dans laquelle nous sommes engluées.

Si notre parti popularisait une analyse marxiste de la crise, nous pourrions expliquer que les prémisses sur lesquelles repose le réformisme antilibéral de Mélenchon sont faux, et que rompre avec les politiques d’austérité implique de rompre avec le capitalisme. Il resterait ensuite à convaincre de notre projet en positif, mais nous pourrions alors le faire en partant sur de bonnes bases pour convaincre.

Gaston Lefranc (19 août 2017)

https://tendanceclaire.org/

Commentaire: Cette position est minoritaire dans le NPA mais semble intéresser pas mal de militants, nous la livrons « pour infos ». Elle était enseignée à « l’école de la LCR » dans les années 80′…

Lire la suite

02 septembre 2017 ~ 0 Commentaire

smic (luttes invisibles)

mmammaaacc

SMIC en GRAND DANGER

Par arrêté du 23 août, le premier ministre vient de nommer les membres du « Groupe d’experts sur le SMIC ». Derrière l’hypocrisie des discours de Macron et de ses serviteurs, les nomina- tions révèlent le vrai visage du pouvoir inféodé aux amis financiers du président.

En premier, la disparition d’un sociologue laisse toute la place aux économistes libéraux qui prétendent détenir seule la vérité.

En second, le président, M. Gilbert CETTE, est un économiste libéral qui est contre le SMIC. Dans son ouvrage de 2015, « Réformer le code du travail », il demande que le SMIC ne soit plus le même pour tous selon les branches, les âges… bref un SMIC à la carte décidé par les patrons. En clair plus de SMIC, cette grande conquête sociale qui dérange Monsieur Cette.

En troisième la composition du groupe : tous les membres sont des économistes libéraux défavorables au SMIC et 2 ont clairement affirmé leur opposition au SMIC. Zylberberg avait demandé, dès 2008 la désindexation du SMIC sur l’inflation et a publié en 2016 « Le négation- nisme économique ». Pour lui, les économistes non libéraux sont des négationnistes qui refusent la seule vérité, celle des libéraux, des financiers, du MEDEF et de leurs serviteurs politiques.

Ceux qui n’adhèrent pas à son idéologie antisociale sont taxés de « négationnistes », de « non scientifique » et accusé d’être « trop dans l’idéologie ».

Lui évidemment est pragmatique, scientifique et il détient seul la vérité économique, sociale et politique. Il est en fait un idéologue de l’idéologie gestionnaire maquée et niée par ses propagandistes pour mieux nous tromper en en faisant une prétendue vérité scientifique ou encore un « expertise ».

Andréa GARNERO est aussi une pour la libéralisation du SMIC. Derrière ses discours hypocrite, Macron révèle ses vrais objectifs et la politique qu’il veut nous faire subir. Cette  commission appelée « Groupe d’experts », est une incarnation de l’idéologie gestionnaire qui nomme expertise ce qui n’est que l’expression de son ADN antisociale et antihumaine.

Leur but est de faire éclater le SMIC en encore de plus nombreux SMIC profession- nels, regionaux…. que ceux actuels et qui permettront une division sur le sujet et dans les métiers ou le rapport de force est le plus faible de le baisser au maximum. Les vais experts du SMIC sont les SMICARDS, mais eux sont absents de cette commission créé par Sarko pour casser le SMIC. Ce que Sarko n’a pas osé faire, Macron le Petit se prépare à le faire !

Unissons et mobilisons toutes les forces de progrès contre la réforme du code du Travail.

31 août

lutte-des-classes

Les attaques pour la destruction du code du travail s’accompagnent de la mise en chantier de la fin du Smic, de la fin des contrats aidés et du licenciement dans un premier temps de 150 000 d’entre eux.

Ajoutons la fin des cotisations sociales au 1er janvier 2018 et donc de la baisse des salaires, la remise en cause de la protection sociale, maladie et retraite vers l’abandon des malades et des seniors, de la fin des protection des chômeurs pour aller vers la charité, ce qui tout cela combiné veut dire une énorme hausse du chômage et par là une pression considérable à la baisse sur l’ensemble des salaires.

S’UNIR POUR NE PLUS SUBIR

Les querelles d’ego ou de boutiques doivent cesser. C’est trop grave. Unifions les luttes des salariés en CDI, du privé comme des fonctionnaires, mais aussi des précaires et en premier lieu aujourd’hui des contrats aidés, des intermittents, des étudiants et jeunes de quartier, des chômeurs, des victimes de la baisse des APL…

Réjouissons-nous que 2 fédérations et environ 30 UD de FO rejoignent la lutte de la CGT, Solidaires, FSU et UNEF, que la principale fédération de la CFTC, le commerce, s’associe à cette lutte. Construisons l’unité sociale et syndicale de tous ceux qui ne veulent pas baisser la tête face à la contre-révolution libérale.

Facebook Jacques Chastaing

Facebook Luttes invisibles

Lire la suite

30 juin 2017 ~ 0 Commentaire

finance (npa)

 tax tobin

La nef des fous

Le 16 juin dernier, le quotidien économique les Échos publiait un long article qui commençait ainsi : « Le monde n’a pas connu de crise financière depuis cinq ans. Inutile d’espérer pour autant que nous ayons appris de nos erreurs. Les crises financières viennent de notre refus d’envisager des risques pourtant bien réels. »

Et si on regarde l’actualité récente, il y a bien matière à s’inquiéter : partout, la finance est à l’offensive pour détruire les insuffisantes réglementations mises en œuvre après l’effon- drement de 2008-2009.

Aux États-Unis, Trump avait annoncé la couleur dès son investiture, et la Réserve fédérale se rallie aujourd’hui à cette position : les tests de solidité des banques pourraient être simplifiés et espacés. En Europe, la même tendance se manifeste (à un degré moindre pour l’instant) : ainsi, la taxe sur les transactions financières (« taxe Tobin »), déjà bien limitée, a été mise au frigo au dernier sommet européen le 23 juin par Emmanuel Macron au prétexte des négociations du « Brexit ».

Dans leur souci de complaire à la finance et sous le prétexte fallacieux d’aider à la croissance, les dirigeants politiques laissent se développer des germes d’instabilité financière alors que le système bancaire reste plein de zones de fragilité, comme viennent de le démon- trer les sauvetages en catastrophe d’une banque espagnole et de deux banques italiennes.

Dans le cas italien, la facture pour le contribuable sera salée (jusqu’à 17 milliards d’euros). À quand la prochaine crise économique ? Si les crises économiques se déclenchent d’abord dans la finance, leurs racines se trouvent dans les déséquilibres de l’économie productive, dans l’évolution du taux de profit.

Comme l’a souligné Marx, la spéculation n’est pas la cause profonde des crises mais une manifestation du désordre économique capitaliste au même titre que la fièvre est le symptôme d’une maladie et non sa cause. Néanmoins, laisser libre jeu à la finance, c’est jouer avec le feu, mais il est vrai qu’en la matière, ce sont « ceux d’en bas » qui paieront les turpitu- des des dirigeants et des banquiers. Du moins, tant que la révolte n’aura pas atteint un degré suffisant.

Jeudi 29 juin 2017

https://npa2009.org/

Lire la suite

27 juin 2017 ~ 0 Commentaire

portugal (npa)

incend

Catastrophes naturelles?  Incendies meurtriers au Portugal: le business de l’eucalyptus et l’austérité européenne accusés

Après le grave incendie de Pedrógão Grande, qui a fait 64 morts ce week-end au Portugal, la population tente de comprendre. Pour João Camargo, spécialiste du changement climatique à Lisbonne, il faut cesser les politiques qui ont conduit, en raison de l’austérité notamment, au démantèlement et à la libéralisation des services publics forestiers.

Les images du violent incendie qui a ravagé pendant plusieurs jours le centre du Portugal cette semaine, à la suite d’un orage sec, ont soulevé beaucoup de questions. Le drame humain sans précédent: 64 morts, plus de 200 blessés, est venu interroger dans la douleur, au milieu des cendres, des voitures calcinées et des corps carbonisés de la National 236, les politiques publiques menées ces dernières années dans un pays régulièrement confronté aux feux de forêt. Après la crise de 2008 et avec la bénédiction de la Troïka débarquée en 2011, les responsables politiques ont en effet accéléré la « libéralisation et le démantèlement » des services de gestion et de protection des forêts, au profit d’une monoculture très rentable lancée dans les années 80, l’eucalyptus, déplore dans les pages du quotidien Público João Camargo, chercheur à l’Institut de Sciences Sociales de Lisbonne (ICS-UL).

Patricia Neves : Quels sont les facteurs climatiques qui ont participé à l’incendie de Pedrógão Grande ?

João Camargo : Il y a à la fois les températures supérieures à la moyenne (5 à 7 degrés de plus) enregistrées le samedi 17 juin lorsque l’incendie s’est déclenché, les vents très forts, les sols frappés par la sécheresse… Pedrógão Grande se situe par ailleurs dans une zone peu habitée, marquée par l’exode rural, où domine l’eucalyptus… C’est une sorte de cocktail parfait ayant conduit au pire.

Le phénomène n’est toutefois pas nouveau : en 2003/2005, le Portugal a eu deux années apocalyptiques, très chaudes. Des zones gigantesques ont alors brûlé (en 2016, le pays a aussi été durement touché, en particulier l’île de Madère, ndlr). Par rapport à ses voisins, au climat pourtant semblable, (l’Espagne, la Grèce, l’Italie et même la France), le Portugal est le pays dont le territoire a le plus brûlé. Les zones touchées ont ensuite été rapidement replan- tées avec de l’eucalyptus essentiellement, dont la spécificité est de repousser assez vite sans grand entretien. Les incendies s’inscrivent ainsi dans des cycles : ça brûle, on plante, ça repousse… et si rien n’est fait, c’est prêt à brûler de nouveau…

Vous avez justement dénoncé dans le quotidien Público, ce lundi, la mainmise de l’eucalyptus au Portugal, une industrie qui pèse lourd dans l’économie du pays. Expliquez-nous.

João Camargo : Il y a selon moi une corrélation entre l’augmentation du nombre d’incendies et l’expansion de l’eucalyptus au Portugal (une expansion de 13% entre 1995 et 2010, ndlr). Les terres agricoles ont progressivement laissé place à un territoire forestier, dominé d’abord par les pins puis par l’eucalyptus. C’est précisément au cours de cette transition que l’on a observé une hausse du nombre d’incendies, dont l’intensité s’est également accrue (les feuilles, l’écorce et surtout l’huile d’eucalyptus sont hautement inflammables, ndlr).

Aujourd’hui, l’eucalyptus représente près de 30% des espèces au Portugal, selon les derniers chiffres officiels rendus publics en 2010. 9% du territoire (plus de 800.000 hectares) serait par conséquent recouvert d’eucalyptus. Seuls le Brésil, l’Inde, l’Australie et la Chine font mieux. En proportion néanmoins, si on tient compte de la superficie, le Portugal est sans doute le pays qui compte le plus d’eucalyptus au mètre carré dans le monde. Une donnée qui s’explique notamment en raison du poids de l’industrie du papier et de la pâte à papier (alimentée pour l’essentiel par le bois d’eucalyptus, ndlr), qui représente 1% du PIB portugais malgré le peu d’emplois directs créés.

Cette industrie a, selon vous, fait pression et cherché à influencer les législateurs. Comment ?

João Camargo : Prenez le controversé décret de loi nº96/2013 qui a considérablement libéra- lisé, en 2013 sous le précédent gouvernement (de droite), la plantation d’eucalyptus. Par exemple, pour les parcelles de moins de deux hectares, une simple déclaration préalable suffit désormais pour les propriétaires souhaitant investir dans l’espèce. Or ces terrains repré- sentent plus de 80% du territoire forestier portugais. Toutes les associations de défense de l’environnement mais aussi d’autres intervenants, tels que les pompiers, ont dénoncé à l’épo- que cette loi qui a également participé à lever une partie des quelques restrictions encore existantes. Il est toutefois question, à présent pour l’actuel gouvernement (de gauche), de révoquer ledit décret.

Seulement, les discussions qui ont commencé il y a près d’un an ont fait l’objet d’une immense levée de boucliers de la part des industriels qui ont menacé de mettre un terme à leurs inves- tissements sur le territoire national. Le géant Navigator Company (ex-Portucel) l’ancienne entreprise publique privatisée, est ainsi présent dans de nombreux pays (Navigator Company a enregistré en 2015 un chiffre d’affaires en hausse de 5,6% pour atteindre 1,6 milliard d’euros, ndlr.) Depuis, la position du gouvernement, sous pression, s’est petit à petit adoucie sur le sujet.

Autre élément : la proposition visant à mettre en place un « cadastro florestal », un registre public centralisé, afin d’identifier et de répertorier l’ensemble des propriétaires. Ce registre n’existe pas aujourd’hui au Portugal. C’est un scandale. Ça fait au moins vingt ans que les gouvernements promettent sa création mais l’idée soulève beaucoup de résistance. Peut-être parce qu’on va découvrir que la part des propriétaires non identifiés, morts, immigrés etc. laissant leurs terres à l’abandon, est encore plus importante que prévu ou que les terres sont exploitées par des tierces personnes voire des entreprises sans autorisation (les propriétaires d’1/3 des zones forestières portugaises ne seraient pas identifiés à ce jour au Portugal. La mesure nécessiterait le déblocage de 700 millions d’euros ndlr).

Quel impact a eu la crise, en particulier l’injonction de Bruxelles sur les déficits, vis-à-vis de la gestion et la protection des forêts ?

João Camargo : Le Portugal a cessé d’avoir une politique forestière publique digne de ce nom. En témoignent notamment les coupes successives, d’abord dans les effectifs (le nombre de gardes forestiers, par exemple, qui avait déjà commencé à baisser, est passé de 1.200 mem- bres sous le précédent gouvernement de gauche à 317 l’année dernière, selon Francisco Louçã, du Bloc de Gauche, membre de la coalition au pouvoir, ndlr). L’intervention de la Troïka n’a ensuite fait qu’accélérer ce désengagement de l’Etat, encouragé par ailleurs à libéraliser le secteur. Le corps des gardes forestiers, très présent sur le terrain, a donc été démantelé tout comme les anciens « Serviços florestais », grande entité chargée de la gestion et la protection de la forêt, qui n’existait déjà plus en tant que telle avant l’arrivée des créanciers mais qui a été par la suite, sous l’impulsion de la Troïka, sévèrement restructurée.

Le ministère de l’Environnement et le ministère de l’Agriculture ont en effet fusionné, les « Serviços florestais » devenus « Autoridade florestal nacional » ont à leur tour fusionné avec le « Instituto da Conservação da Natureza »… Résultat : le nombre d’employés a diminué, les services sont moins spécialisés, moins opérationnels, surtout dans leur capacité à mener des opérations sur le terrain… En parallèle, outre ces restructurations, la Troïka a encouragé le gouvernement à libéraliser non seulement le code du travail ou la finance, mais aussi les ressources des sols…

Source: Marianne

Patricia Neves Lundi 26 juin 2017

https://npa2009.org/

Lire aussi notre camarade Francisco Louça:

Maudit Sisyphe Le plus grand incendie de l’histoire du Portugal (ESSF)

Portugal : les incendies et leurs causes (Lutte Ouvrière)

Lire la suite

19 juin 2017 ~ 0 Commentaire

tour grenfell

tour

Ça, c’est la tour Grenfell.
.
Elle a été bâtie dans les années soixante dix et se trouve dans un quartier de Londres qui est maintenant super riche. Elle est coincée entre Kensington (le quartier où vit William) et Notting Hill, quartier « bobo » et « artiste », plein de riches (stars, milliardaires russes et saoudiens, etc).
.
La tour est une tour HLM.
.
Le council (autorité locale) parle depuis des années de « résoudre le problème » que pose la tour, à savoir les pauvres qui habitent dedans. Des 400+ résidents, la plupart sont des familles, des mères célibataires et leurs enfants, des gens qui ne s’appellent pas John ou Imogene Smith.
.
La tour a un blog. Sur ce blog, depuis des années, les résidents se plaignent des risques incendies. DIX NEUF FOIS, par le biais de leur député, ils ont demandé à ce que la commission incendie passe dans l’immeuble et l’inspecte. À chaque fois, ils se sont fait envoyer paître par le council qui était, jusqu’à la semaine dernière, un siège conservateur. Y avait des sous à économiser. C’était des ménagères, elles avaient un accent bizarre, elles pouvaient être ignorées.
.
Les résidents autour, les riches, par contre, on les a écoutés. On les a écoutés se plaindre que la tour était immonde à regarder, qu’elle faisant tâche au milieu des belles maisons historiques, et que c’était vraiment un scandale.
.
Alors on a débloqué des fonds pour rénover la tour. On a, entre autres, enveloppé le bâtiment d’une couche de plastique pour isoler, protéger de l’humidité, mais surtout, pour faire joli. Parce que les riches d’à côté, ils trouvaient le béton moche.
.
Mais le risque incendie n’a pas été pris en compte. Il n’y a pas eu de discussion autour de l’absence de sortie de secours, de sprinklers (sortes de douches incendie NDB), d’alarme commune. La marche à suivre en cas d’incendie (fermez la porte, restez chez vous) n’a jamais été révisée malgré le changement important apporté à la structure du bâtiment.
.
L’année dernière, les députés conservateurs ont voté contre une loi proposée par les travaillistes et visant à forcer les propriétaires à rendre les logements salubres. Les risques incendie en faisaient partie.
.
Dans la nuit de mardi à mercredi, un incendie s’est déclaré. La couche de plastique qui entourait le bâtiment s’est enflammée comme un feu de paille. Et les pauvres, les étrangers, les mères célibataires se sont retrouvés coincés dans leur boite d’allumettes.
.
À l’intersection du classisme, du sexisme et de l’avarice, il y a des dizaines de corps brûlés, des enfants jetés par la fenêtre par des parents désespérés et des politiciens avec des discours qui sonnent comme des mensonges. J’ai la rage.
.
Lire aussi:

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin