Archive | Châteaulin Crozon Daoulas Le Faou

18 mars 2020 ~ 0 Commentaire

premier tour (le peuple breton)

breizxit

Analyse du premier tour des élections municipales en Bretagne

Le premier tour des élections municipales s’est déroulé malgré le Covid-19. La participation est en baisse mais les taux sont contrastés : souvent autour de 40 % en ville, et parfois nettement plus en zone rurale. Le deuxième tour devrait être reporté au 21 juin, sans doute avec maintien des résultats du premier – reste à savoir comment assurer la validité juridique de cette mesure.

Un premier constat : la gauche est majoritaire dans de nombreuses villes. À Rennes et à Nantes, l’addition des voix de gauche donne plus de 60 %, et plus de 50 % à Brest, Saint-Brieuc, Lorient et Lamballe, 74 % à Saint-Herblain, 72 % à Saint-Nazaire…

Des listes de gauche diverses l’emportent dès le premier tour à Lanester, Lannion, Paimpol, Guingamp (81 % des voix pour les deux listes de gauche !). Christian Troadec est réélu dès le premier tour à Carhaix avec 51 %, où le total des voix de gauche s’approche des 70 % si l’on compte la liste de Laure Broussard.

À Quimper si la droite est majoritaire en voix, sa division profite à la tête de liste divers gauche Isabelle Assih (PS selon la presse blog) qui arrive en tête du premier tour, devant le maire sortant, Ludovic Jolivet (divers droite). La droite l’emporte largement en revanche à Saint-Malo, Dinan, Pontivy, Vitré et Vannes.

L’échec de La République en marche

Alors que La République en marche avait gagné presque toutes les circonscriptions de Bretagne aux élections législatives de 2017, les résultats des municipales sont à coup sûr une déception pour le parti de la majorité présidentielle : 12,6 % à Brest, 13,75 % à Quimper, 14,5 % à Rennes, 17,8 % à Lorient, 24,5 % à Lannion…

Souvent les listes d’En Marche se classent troisième ou quatrième. Malgré un positionnement centriste réputé porteur en Bretagne, le parti ne s’est pas solidement implanté. Les marqueurs de droite du quinquennat d’Emmanuel Macron, comme son autoritarisme en matière économi-que et sociale (recentralisation, affaiblissement des syndicats, 49-3) ont certainement déplu à nombre d’électeurs venus de la la gauche.

Si le positionnement pro-européen pouvait encore séduire lors des élections européennes de 2019, il ne restait en revanche plus beaucoup d’arguments pour les municipales de 2020.

Ajoutons que les candidats LREM n’ont pas tous mené de brillantes campagnes… Le candidat lannionais Gael Cornec a ainsi répété en boucle dans les journaux que « pour refaire les trottoirs il n’y a pas besoin d’être de droite ou de gauche », sans jamais présenter de projet crédible, et son score de 25 % apparaît particulièrement bas quand on sait que toute la droite était rangée derrière lui (ce qui n’était pas le cas des listes LREM à Nantes, Rennes ou Brest par exemple).

Un PS affaibli mais toujours vivant

Les maires sortants du PS arrivent en tête dans les trois plus grandes villes de Bretagne, avec 32,6 % pour Johanna Roland à Nantes, 33 % pour Nathalie Appéré à Rennes, 26,5 % pour François Cuillandre à Brest.

À Lannion la liste d’union de la gauche (PS, EELV, UDB, PCF) menée par le maire socialiste sortant Paul Le Bihan l’emporte dès le premier tour avec 52 % des voix.

Tandis que la liste PS-PCF-Générations menace la maire sortante Agnès le Brun à Morlaix (plus de 36 %, sans compter les 19 % de la liste de gauche citoyenne Verts, Insoumis et UDB)

La candidate du PS à Paimpol, Fanny Chappé, l’emporte contre le maire de droite sortant, Jean-Yves de Chaisemartin.

Philippe Le Goff est réélu dans un fauteuil à Guingamp avec 70 % des voix !

Le PS n’est plus en position hégémonique :

Sur les listes d’union de la gauche, le rapport de force s’est souvent rééquilibré et certains maires socialistes devront ré-apprendre à discuter avec leurs alliés, faute de pouvoir faire appliquer seuls leur politique.

A Lorient, l’ex-bastion du PS reviendra vraisemblablement soit à un maire écologiste, Damien Girard, qui a largement rassemblé à gauche, soit au meneur de la droite Fabrice Loher.

Dans l’agglomération lorientaise, les deux villes qui ont donné la victoire à la gauche dès le premier tour, Lanester et Hennebont, ont plebiscité des têtes de liste « divers gauche » présentant une vraie pluralité politique (dont l’UDB).

Et dans les communes rurales, de nombreux candidats de gauche ont préféré cette fois la nuance « divers gauche » à celle d’« apparenté PS ».

A Rennes, Nantes et Brest, l’écart de voix entre socialistes et écologistes s’est nettement réduit par rapport à 2014. En plus de la progression propre d’EELV, il faut noter que ce parti a su rassembler, puisqu’il faisait liste commune avec l’UDB et Nouvelle Donne à Rennes, et avec l’UDB et Générations à Brest : le Parti socialiste n’est donc plus perçu comme le seul parti capable de faire l’union à gauche.

L’essor écologiste

Les listes menées par EELV arrivent très souvent dans le trio de tête : première à Lorient avec 23 %, deuxième à Rennes avec 25 % des voix, à Nantes avec 19 % et à Saint-Nazaire avec 17 %, troisième à Brest avec 15 % (mais seulement 7 % à Quimper).

Le nombre d’élus écologistes devrait logiquement augmenter dans les trois métropoles et Lorient pourrait être la première ville de Bretagne à élire un maire écologiste. Reste que les discussions de second tour feront beaucoup…

EELV obtient d’ors et déjà des élus à Lannion et Lanester, où l’élection s’est jouée au premier tour. A Lannion, EELV devrait avoir autant de conseillers municipaux que le PS, et sera incontournable pour faire fonctionner la commune.

L’Union démocratique bretonne a généralement été partie prenante des dynamiques écologistes dans des listes menées par EELV (Rennes, Lorient, Brest, Quimper…) ou sur des listes de gauche plus larges (Lannion, Saint-Brieuc, Saint-Herblain…).

L’Union démocratique bretonne renforce ses positions

Le parti autonomiste devrait logiquement voir plusieurs de ses militants élus à Nantes, Rennes, Brest, Lorient, Saint-Brieuc, à Douarnenez ou encore au Relecq-Kerhuon, puisque les listes sur auxquels ils participent accèdent au second tour. Les chances sont plus réduites à Quimper et à Pontivy.

Des membres de l’UDB sont déjà élus : trois à Lannion, dans la majorité (pour une seule sortante pour l’UDB, dans l’opposition), deux à Lanester dans la majorité (aucun élu UDB sortant), et deux également à Hennebont (aucun sortant), un aux Sorinières (Loire-Atlantique), et trois à Paimpol dans la majorité – mais le maire sortant a annoncé déposer un recours.

Le maire de Plounérin, Patrick L’Héreec, membre de l’UDB, est élu pour un second mandat, ainsi que d’autres candidats du parti à Lanloup, Plouézec, La Roche-Jaudy, Plérin, Inzinzac…

C’est donc avec un maillage d’élu déjà renforcé que le parti aborde les années à venir, mobilisé pour faire avancer dans les communes et communautés de communes les causes de l’autono-mie démocratique, de la langue bretonne, de la transition écologique et d’une solidarité à reconstruire.

2017, un feu de paille ?

Le contraste est fort avec les élections présidentielle et législatives de 2017, qui, en Bretagne comme ailleurs, avaient mis sur le devant de la scène La République en Marche, Les Républicains, le Rassemblement national et la France Insoumise.

Une parenthèse s’est-elle refermée ? La République en marche passe de la première à la troisième ou quatrième place selon les villes, devant ou derrière Les Républicains, tandis que l’extrême-droite et la France insoumise sont presque toujours sous la barre des 10 % et compteront en fin de compte fort peu d’élus municipaux.

Le paysage politique n’en est pas ressorti identique à l’avant-2017 pour autant : la droite, bien que confortée dans ses bastions, est menacée ou défaite dans plusieurs des villes gagnées sur la gauche lors des scrutins municipaux précédents (Morlaix, Saint-Brieuc, Paimpol, Quimper…) ; et la gauche, redynamisée par la progression écologiste, est plus diverse et moins dépendante du Parti socialiste, sans néanmoins que celui-ci ne disparaisse, très loin de là.

Nil CAOUISSIN 16 mars 2020

http://lepeuplebreton.bzh/

Lire la suite

01 mars 2020 ~ 0 Commentaire

plogoff (arthus huelgoat)

huelgoat

http://arthus-cine.fr/

Lire la suite

25 janvier 2020 ~ 1 Commentaire

châteaulin

84180465_149942029787642_3551504939484184576_n

chat

Municipales à Châteaulin : la liste citoyenne lance un appel aux jeunes

La troisième liste, « Un autre Châteaulin est possible », est toujours en cours de constitution et assure que « de plus en plus de gens » rejoignent ce collectif de citoyens.Celui-ci, engagé dans une démarche participative, entend notamment « construire une commune humaine, solidaire et écologique, en soutenant les luttes sociales et féministes ». Cela « avec les citoyens » et en multipliant les réunions publiques. La prochaine, jeudi 30, à 20 h, au bar Le Ty Breizh, s’adresse plus particulièrement aux jeunes. Mais pas que.Les membres du collectif, dont un jeune qui vient d’avoir 18 ans, les invitent à venir dire « ce dont ils ont envie pour leur ville ». Rappelons qu’il est possible de s’inscrire sur les listes électorales jusqu’au 7 février.
.
Pratique
Réunion publique de la liste « Un autre Châteaulin est possible », jeudi 30, à 20 h, au bar Le Ty Breizh, quai Carnot, sur le thème de l’implication des jeunes dans la vie municipale.
.
Contact :
.
debatlocalchateaulin@laposte.net
.
.
Commentaire:
.
Le NPA soutient cette liste

Lire la suite

24 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

un autre châteaulin

chateau

Facebook

Lire la suite

18 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

leïla 14 ans (le-télégramme le-huff’)

chateau

Leïla, 14 ans, en révolte contre les féminicides

« Un homme va tuer « sa » femme dans moins de 48 heures » : c’est ce qui est inscrit sur la banderole réalisée par Leïla, 14 ans. La jeune Castoise l’installera sur la façade de la Maison de la presse, probablement dimanche.

Une immense banderole dénonçant les féminicides va être posée sur la façade de la Maison de la presse, à Châteaulin.

On doit cette initiative à une jeune Castoise de 14 ans, Leïla Perez, qui n’a eu aucun mal à convaincre le maître des lieux.« Un homme va tuer « sa » femme dans moins de 48 heures ». Ce message pour dénoncer les féminicides va bientôt apparaître sur la façade de la Maison de la presse de Châteaulin.

Cette banderole de 6 m de long n’est pas la première à s’afficher sur la boutique du libraire militant, Frédéric Vasseur. D’autres, avant elle, avaient pourfendu « la loi Travail et son monde », ainsi que « les ordonnances de la finance ».

On se souvient par ailleurs de la banderole de soutien au financement participatif pour le rachat du hameau de Run ar Puñs, dont le gérant de la Maison de la presse est également administrateur.

C’est justement au Run ar Puñs, dans le grand hangar situé derrière la salle de concert, que la nouvelle banderole se prépare. Mais cette fois, ce n’est pas à Frédéric Vasseur qui en est l’auteur. L’idée vient de Leïla Perez, une jeune Castoise de 14 ans, scolarisée en classe de 3e au collège Jean-Moulin. Le militant, habitué à la confection de banderoles aux lettres peintes au pochoir, prodigue des conseils et quelques amis donnent aussi un coup de main, mais c’est Leïla qui pilote.

149 meurtres de femmes

Leïla est une adolescente engagée, très mature, et qui s’exprime avec aisance. « Je suis en contact sur Instagram avec des groupes féministes qui font du collage sauvage, la nuit, dans les rues des grandes villes. Mais comme je suis mineure, elles m’ont déconseillée de suivre leur exemple, car cela peut être dangereux », reconnaît Leïla.

Quand cette jeune fille volontaire a une idée en tête, elle ne l’abandonne pas en chemin. « C’est trop révoltant ce qui se passe, on ne peut pas se taire ! », s’emporte-t-elle.

Aussi, sur les recommandations de sa mère, qui avait vu les précédentes banderoles sur la façade du commerce, Leïla est allée frapper à la porte de Frédéric Vasseur. « Je trouve cela important que de jeunes citoyens puissent s’exprimer, surtout sur des problèmes aussi dramatiques », explique le commerçant. En effet, selon le collectif « Féminicides par compagnon ou ex », au moins 149 meurtres de femmes ont été commis en France, en 2019.

« Rien n’a été fait et elle est morte »

Si la France a découvert le terme de féminicide durant l’année écoulée, Leïla n’a pas attendu le Grenelle des violences conjugales de l’automne dernier pour se révolter. « À la fin de ma 5e, j’étais déjà sensibilisée au problème mais à l’époque nous n’en parlions pas en classe, alors je me suis documentée par moi-même », raconte la jeune fille qui reconnaît néanmoins qu’elle n’en imaginait pas toute l’ampleur.

Le déclencheur est venu d’une vidéo qu’elle a vue sur les réseaux. « Un voisin avait prévenu la police qu’une femme se faisait battre par son compagnon. Il lui a été répondu que c’était à elle de porter plainte. Rien n’a été fait et elle est morte », s’insurge l’adolescente.

La banderole de Leïla devrait être terminée ce week-end. Si le temps le permet, elle sera posée, dimanche, sur la façade de la Maison de la presse.

https://www.letelegramme.fr/

Lire aussi:

Pour alerter contre les féminicides, la banderole choc d’une ville du Finistère

Lire la suite

04 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

châteaulin (ouest france)

chateau

Projet de réforme des retraites.

150 manifestants dans les rues de Châteaulin

À l’appel des syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires du Finistère, environ 150 ont manifesté à Châteaulin, vendredi 3 janvier 2020, contre le projet de réforme des retraites.

« Mobilisons-nous jusqu’au retrait de la réforme des retraites ! » C’est sur ce mot d’ordre que l’intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires s’est rassemblée vendredi 3 janvier 2020, à 11 h, devant la permanence de Richard Ferrand, à Châteaulin. Venues de tout le département du Finistère, quelque 150 personnes ont répondu présent.

« Ce lieu n’est pas choisi par hasard, il s’agit de la permanence du 4e personnage du gouvernement », souligne Eric Guerry, secrétaire départemental du syndicat Force ouvrière-DGFIP (direction générale des Finances publiques).

Pour lui et les manifestants, « ce gouvernement ne répond qu’aux intérêts des plus riches et veut nous rendre plus pauvres, plus précaires ». Ce qu’ils demandent ? « Le retrait de ces réformes ! »

Appel à la grève jeudi 9 janvier

Dans la ligne de mire des manifestants, la grève générale et nationale du jeudi 9 janvier 2020, annoncée reconductible. « Depuis 30 jours, on est en bagarre, explique Éric Guerry. Ça ne s’est pas arrêté pendant les fêtes, c’est inédit. On ne lâchera rien. »

À midi, le cortège a pris la direction de la gare, en soutien aux cheminots grévistes de Quimper, qui avaient préparé un barbecue.

03/01/2020

https://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

30 décembre 2019 ~ 0 Commentaire

châteaulin retraites

chateau

Rassemblement à Chateaulin vendredi 3 janvier à 11h

 Dans le cadre des actions menées depuis des semaines contre la réforme des retraites

Les organisations syndicales GGT, FO, FSU et Solidaires du Finistère continuent à appeler à la mobilisation contre le projet de réforme des retraites du gouvernement. Aussi,  pour gagner une grande journée de grève et de manifestation le 9 janvier prochain dans le cadre de l’appel national, elles appellent les travailleurs, salariés, retraités, privés d’emploi … à se retrouver vendredi 3 janvier 2020 à 11h00  devant la permanence de Richard Ferrand à Châteaulin,

Rassemblement qui sera suivi d’un casse-croûte de solidarité avec les grévistes à la gare de Châteaulin. 

Lire la suite

18 décembre 2019 ~ 0 Commentaire

châteaulin (ouest france)

chateaulin

Municipales. Un collectif va présenter une alternative à la « droite » et au « ni droite, ni gauche »

À Châteaulin (Finistère), une troisième liste a décidé de se présenter aux élections municipales de mars 2020 pour proposer une « alternative à la liste de “droite” et à la liste “ni droite, ni gauche” ». Elle est issue d’un collectif.

Après s’être réuni mardi 10 décembre, le collectif a voté pour la création d’une troisième liste à Châteaulin : soit 12 votes pour, sur 22 personnes présentes. Un vote contre a été recensé, ainsi que trois abstentions et six personnes qui n’ont pas pris part au vote.

Les membres du collectif s’expriment d’une seule voix et souhaitent faire de la politique autrement : « L’objectif initial du collectif était de permettre aux Châteaulinois de se réapproprier le débat autour des municipales. Collectivement, la décision a été prise de constituer une liste pour être force de proposition et proposer une vraie alternative à la liste de “droite” et à la liste “ni droite, ni gauche” déclarée à Châteaulin. »

Ici, pas de tête de liste ni de meneur. Pour le groupe désireux de se faire entendre, le plus important est de se rassembler autour de valeurs communes, échanger leurs idées et construire un projet collectivement qui leur ressemble.

La prochaine étape publique aura lieu demain soir, à 20 h, au bar le Ty Breizh. L’objectif de cette réunion sera de continuer le travail de proposition et d’échange et prendre des décisions, collectivement.

17/12/2019

Pour poursuivre les échanges

debatlocalchateaulin@laposte.net

La page Facebook qui est intitulée @Chateaulin2020.

https://www.ouest-france.fr/

Commentaire:

Le NPA participe à cette liste

Lire la suite

13 décembre 2019 ~ 0 Commentaire

châteaulin (le télégramme)

chateaulin
Une troisième liste aux municipales

Lors de sa réunion publique, mardi soir, à la salle des fêtes, le collectif citoyen a voté pour la constitution d’une liste à Châteaulin, aux municipales des 15 et 22 mars 2020. Cela fait donc trois listes dans la cité de l’Aulne.

Les rangs du collectif citoyen ne cessent de grossir. Lancé début octobre à l’initiative de quelques militants associatifs désireux de s’inviter dans le débat électoral, le collectif a tenu une nouvelle réunion publique, mardi soir, à la salle des fêtes pour répondre à la question : « Une autre liste pour Châteaulin 2020 : pour ou contre ? ». Les « pour » l’ont emporté.

Réunion le jeudi 19

Pour l’heure, le collectif continue d’animer des réunions publiques, la prochaine ayant lieu le jeudi 19 décembre, à 20 h, au bar Ty Breizh, situé quai Carnot.

https://www.letelegramme.fr

Lire la suite

05 décembre 2019 ~ 0 Commentaire

châteaulin

78223679_126737935441385_7166416725972353024_o

Communiqué de presse le 4 décembre 2019

C’est officiel ! Les listes « Nouvel Avenir pour Châteaulin » et « Châteaulin innovante et créative » sont fin prêtes pour nous chanter la sérénade au son des pipeaux.

Démocratie participative, développement durable, lien social : des mots qui font rêver pour faire oublier qu’on prend les mêmes et qu’on continue… Ah qu’elles sont adroites ces deux listes !
Une autre liste pour Châteaulin aux municipales 2020 : Pour ou contre ?

Mardi 10 décembre, 20h Salle des Fêtes de Châteaulin.

Nous donnons rendez-vous aux doux-réveurs, aux utopistes, aux écologistes, aux gilets jaunes, aux anti-capitalistes, aux marxistes, aux décroissants, aux humanistes, aux socialistes non encarté-e-s, aux trotskistes, aux anarchistes, aux communistes libertaires, à touTEs les anti-systèmes et toutes celles et ceux qui ne veulent pas se définir mais pour qui « justice sociale, égalité, solidarité, simplicité, respect de l’humain et de l’environnement » ont du sens…

Nous sommes un petit groupe de doux rêveurs très préoccupés par la gouvernance du pays, par son échec à porter les intérêts de la population, par son échec à être à la hauteur des enjeux environnementaux. Nous remarquons que localement les listes qui se présentent sont encore des émanations de cette gouvernance (droite et sociaux libéraux).

Nous voulons bousculer les pratiques politiques car nous nous trouvons bien mal représentés . La question est récurrente à chaque élection, voter, ne pas voter, voter blanc, nul, bref participer ou pas à ce qui semble trop souvent être un simulacre de démocratie… Nous cherchons des solutions pour en sortir.

Partageons nos idées, nos valeurs, nos interrogations et prenons la décision finale collectivement, elle n’en sera que plus pertinente.

Source

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin