Archive | Brest et région

19 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Contre le pacte de responsabilité dans le finistère (of)

400px-1950 Brest 1950

A l’appel des syndicats CGT, Unsa, FSU, Sud Solidaires et FO, près de 450 manifestants se sont réunis à Brest place de la Liberté et square Marc-Sangnier en fin de matinée.

À 11 heures, il y avait deux rassemblements à Brest pour donner « le coup d’envoi d’un printemps de mobilisation contre l’austérité et pour le progrès social ». D’un côté, une bonne centaine de personnes s’étaient réunies à l’appel du syndicat FO, place de la Liberté, devant les marches de la mairie. Un peu plus loin, vers la rue de Siam, l’intersyndicale CGT, Unsa, FSU et Sud Solidaires avait choisi sym- boliquement la Sécurité sociale, square Marc-Sangnier pour déployer panneaux et drapeaux.

Même si plus de 200 personnes avaient répondu à l’appel,   » c’est une petite mobi- lisation, malgré les enjeux de taille, regrettait Olivier Cuzon, porte-parole de Solidaires pour le Finistère qui tient à marquer le coup. Depuis le début du quinquennat, c’est une suite de mesures économiquement inefficaces et socialement injustes. »

Les deux cortèges ont fusionné au milieu de la rue de Siam peu après midi, avant de remonter place de la Liberté pour une dernière allocution commune. La circulation du tramway a été interrompue durant un bon quart d’heure, le temps que les derniers manifestants libèrent les voies. Brest – 18 Mars

http://www.ouest-france.fr/pacte-de-responsabilite-450-manifestants-brest-2012607

Pacte de responsabilité. 150 manifestants à Quimper (of)

Ce matin, près de 150 personnes se sont rassemblées devant la caisse primaire d’assurance maladie pour protester contre le pacte de responsabilité.

Près de 150 personnes se sont rassemblées vers 11 h 30 devant les locaux de la caisse primaire d’assurance maladie, à Quimper, afin de dénoncer le pacte de responsabilité. Les manifestants ne croient pas à la baisse du coût du travail qui entraînera la réduction du financement de la Sécurité sociale. Les syndicats craignent pour l’avenir des services publics et la baisse du pouvoir d’achat.

Quimper – 18 Mars

http://www.ouest-france.fr/pacte-de-responsabilite-150-manifestants-quimper-2012764

 

 

Lire la suite

17 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Mercredi 26 mars aux studios brest

gaz

Lire la suite

14 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Brest, quentin marchand a présenté son programme (of)

Brest, quentin marchand a présenté son programme (of) dans A gauche du PS

Quentin Marchand, tête de liste Colère de Brest, l’humain d’abord, annonce la gratuité des transports en commun. Et celles des premiers mètres cubes d’eau.

La gratuité est au centre du programme de la liste Colère de Brest, l’humain d’abord emmenée par Quentin Marchand. La gauche radicale prône notamment la gratuité des transports en commun. La mesure coûterait dix millions d’euros, financés par une hausse du versement transport et la redistribution des budgets.

La gratuité s’appliquerait aussi aux premiers mètres cubes d’eau. Une manière d’inciter à préserver la ressource. Quentin Marchand est aussi favorable à un retour à de « vrais services publics », sans délégataires de service public comme Keolis pour le transport ou Sodexo pour la restauration centrale.  Brest – 13 Mars

http://www.ouest-france.fr/quentin-marchand-nous-ne-voulons-pas-de-big-brother-et-de-ses-derives-2001038

Quentin Marchand : « Nous ne voulons pas de Big Brother et de ses dérives »

Brest – 12 Mars Trois questions à…

Quentin Marchand,

Colère de Brest ! L’humain d’abord.

Êtes-vous favorables à la création d’une police municipale ? Comment la finan- ceriez-vous ?

Nous sommes opposés à la police municipale. L’État doit s’engager pour une police nationale avec des effectifs suffisants, formés aux problématiques sociales et de proximité. Lorsque Bernadette Malgorn était au ministère de l’Intérieur sous Sarkozy, les effectifs de la police ont baissé de 25 % sur Brest. Depuis la police est soumise à une politique du chiffre. Il est temps qu’elle se recentre sur une démarche de protection des personnes et prenne en compte la dimension sociale de son activité.

La vidéosurveillance existe déjà dans les transports en commun. Faut-il l’étendre à l’espace public ?

La vidéo surveillance est chère et inefficace. Elle ne remplace pas la présence humaine. Nous ne voulons pas de Big Brother et de dérives totalitaires, les citoyens n’ont pas besoin de se sentir toujours surveillés.

Quel type de prévention pourrait être développé ?

La première insécurité est sociale : la précarité, les licenciements, le chômage et les discriminations. Les violences physiques ou morales sur les personnes ont lieu majoritairement au sein du foyer, principalement les femmes, les enfants et les personnes âgées. Il est nécessaire de mettre en place une réelle politique de protection des personnes. Il faut organiser la prévention par des campagnes d’information et la protection par des foyers-logements afin de mettre à l’abri les victimes de violence. La ville doit aussi être particulièrement ferme face à la recrudescence des agressions à caractère raciste ou homophobe. Enfin, la tranquillité dans les quartiers doit être assurée par un véritable maillage social comprenant services publics, commerces de proximités, éducateurs de rue, animateurs sportif ou socioculturel et des lieux ouverts aux jeunes l’après midi comme le soir. Nous préférons l’accompagnement et la prévention au laisser-faire et à la répression.

http://www.ouest-france.fr/quentin-marchand-nous-ne-voulons-pas-de-big-brother-et-de-ses-derives-2001038

Commentaire: Le NPA soutien la liste « Colère  de Brest » , deux de ses membres sont sur la liste: Sylvie Gourmelen et Alain Jolivet.

Lire la suite

13 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Brest andré cherblanc veut mettre l’accent sur les enjeux nationaux (cb)

communism

Le dernier candidat déclaré aux élections municipales brestoises veut porter les intérêts du “ camp des travailleurs ”.

André Cherblanc, militant de Lutte ouvrière, tête de la liste “ Le camp des travailleurs ”, se présente pour la troisième fois aux élections municipales à Brest. « Nous sommes des militants du mouvement ouvrier, des habitants des quartiers. Des révolutionnaires communistes qui contestent le pouvoir capitaliste en place et voudraient transformer la société. Ce à quoi les partis socialistes et communistes ont renoncé…» André Cherblanc et ses colistiers entendent utiliser la campagne des municipales « non pas pour obtenir des postes, mais pour relayer ce besoin d’un changement profond de la société. Les élections constituent un temps privilégié pour s’adresser aux citoyens. »

Pour le militant, les véritables enjeux ne sont pas locaux mais nationaux : la misère, le chômage, la précarité du travail… « Nous voulons imposer l’interdiction des licenciements et la répartition du travail entre tous, arrêter de faire profiter de fonds publics ceux qui ne produisent rien…(les cadeaux au patronat sans contrepartie, note du blog).  Notre participation aux élections est un moyen de rendre ces idées visibles et d’offrir aux citoyens en colère une manière de l’exprimer autre que l’abstention qui serait une forme de résignation. »

Quel regard porte-t-il sur les autres candidatures ? « Les représentants des grands partis au pouvoir favorisent les grands intérêts en place (banquiers, grands groupes…). Le Front national veut capitaliser sur le dégoût qu’ils inspirent désormais pour faire la même chose mais en pire, avec des solutions plus autoritaires et qui divisent la population. » Martine de Saint Jan

Dernière mise à jour : 12/03/2014 à 15:40

http://www.cotebrest.fr/2014/03/12/andre-cherblanc-veut-mettre-laccent-sur-les-enjeux-nationaux/

 

Lire la suite

13 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Brest, ils construisent ensemble contre le racisme et la ségrégation (cb)

brest

Quartiers Communs, ce sont quatre jours d’ateliers, de concerts, de projections, et une conférence gesticulée, avec pour thème le vivre ensemble. Jusqu’au 15 mars.

Depuis mercredi 12 et jusqu’a samedi, 15 mars, la CNT (Conférence nationale du travail) Interpro- Brest et le Collectif d’actions, de soutien et de solidarité aux personnes sans papiers (le CASSS-paPIERs) organisent des ateliers, concerts, projections ainsi qu’une conférence gesticulée. « On y gesticule plutôt que d’expliquer, on y raconte sa vie plutôt que d’argumenter », expliquent les organisateurs.

Quartiers Communs, c’est le nom du festival, a lieu dans les structures de quartier du Valy- Hir et de Pontanézen. Si l’ambiance promise est à la fête, l’objectif de cet événement n’en reste pas moins éminemment politique pour faire prendre conscience au plus grand nombre de l’importance du vivre ensemble, à la veille des élections municipales. « C’est un temps de rencontres, d’échanges et de débats pour construire ensemble nos utopies et trouver de nouveaux alliés dans la lutte contre les systèmes de domination, indiquent les organisateurs. Sans aucune forme de prosélytisme, nous souhaitons proposer des possibilités d’action commune, en opposition aux discours hargneux trop souvent entendus dans l’espace public. »

 Programme (Toutes les entrées sont à prix libre.)

Jeudi 13 mars
• À 19 h 30, projection du documentaire Ne vivons plus comme des esclaves, réalisé par Yannis Youlountas. Durée 1 h 29, au centre socio-culturel L’Escale, Pontanézen. La projection sera suivie d’un débat.

Vendredi 14 mars
• À 20 h, conférence gesticulée Mes identités nationales animée par Pablo Seban au centre socio-culturel L’Escale, à Pontanézen. Durée – 1 h 40.

Samedi 15 mars
• De 10 h à 16 h au centre socio-culturel L’Escale, Pablo Seban propose un atelier suite à la conférence gesticulé afin de permettre aux participants de partager leurs expériences.

Parmi les questions abordées :
« A-t-on conscience de nos identités multiples et de celles de notre entourage ? »,
« Quels mécanismes nous empêchent de les voir ? »
ou encore « Que peut-on mettre en place pour commencer à casser ces barrières qui nous sont imposées ? ».

Nombre de places limitées.
Inscription à l’issue de la conférence gesticulée du vendredi.
• À 17 h , projection du documentaire Mouvement Immigration Banlieues, réalisé par Reynald Bertrand. Durée : 51 minutes.
La projection sera suivie d’un débat.
• À 20 h 30, concert punk rap à la salle Le Bouiboui, à Saint-Renan. Avec :
- Kyma (rap – Tours)
- Vowels ( punk hardcore – Dresde, Allemagne)
- Homesick (punk mélo – Angers
- Found on the floor (métal punk – Irlande)

Franck Martin Dernière mise à jour : 13/03/2014 à 12:15

Centre socio-culturel L’Escale – Quartier de Pontanézen
5, rue Sisley à Brest.
Tram A – arrêt Europe / Bus ligne 6 – arrêt Daumier

Maison pour tous du Valy-Hir 1, rue des Frères de Goncourt, à Brest.
Tram A – arrêt Valy-Hir / Bus ligne 4 – arrêt Valy-Hir.

Salle Le Bouiboui
En face de la mairie de Saint-Renan

http://quartierscommuns.wordpress.com/

http://www.cotebrest.fr/2014/03/13/ils-construisent-ensemble-contre-le-racisme-et-la-segregation/

 

 

Lire la suite

12 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Jabil à brest, un accord sur le plan social (of)

y-en-a-marre

Ce mardi matin, le CE et les syndicats de l’usine Jabil ont validé l’accord sur le plan de licenciements annoncé en janvier par la direction. 70 emplois vont être supprimés.

70 sur 143. Pas un licenciement de plus. Ce mardi matin, à Brest, le CE (comité d’entreprise) et les syndicats ont donné leur accord sur le PSE (Plan de sauvegarde de l’emploi) suites à d’âpres négo- ciations qui duraient depuis janvier avec la direction. « Il y a eu des hauts et des bas, mais ce que nous avons conclu est correct pour ceux qui partent et ceux qui restent », résumait Chantal Causeur, élue au CE et déléguée CGT. À l’origine, 96 licenciements étaient prévus. Brest – 11 Mars Paul CARCENAC

http://www.ouest-france.fr/emploi-plan-social-jabil-un-accord-trouve-1994921

Lire la suite

11 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Journée des femmes sous le signe de la lutte (of)

manifestation

Une centaine de personnes a répondu à l’appel ce samedi sur la place de la Liberté. Objectif : rappeler que les femmes doivent encore se battre pour leurs droits.

La Journée des femmes est l’occasion de mettre sur le devant de la scène médiatique des problèmes auxquels les femmes sont encore confrontées aujourd’hui. « Pourquoi sommes-nous toujours là en 2014 ? Parce que les femmes constituent les 3/5e des personnes les plus pauvres dans le monde. Parce que les femmes représentent les 2/3 des analphabètes. Parce que les femmes ne peuvent pas librement disposer de leur corps en ayant accès à la contraception et à l’avortement… »

La liste est longue. Et pour les militantes du « Planning Familial » qui étaient à l’instigation de cette journée avec « L cause », la lutte est toujours d’actualité : « Nous réaffirmons que le combat est loin d’être terminé et que notre vigilance ne doit pas baisser face à la montée des courants réactionnaires dans toute l’Europe » .  Brest – 08 Mars

http://www.ouest-france.fr/manifestation-journee-des-femmes-sous-le-signe-de-la-lutte-1988601

Contact: MFPF, 4, rue Ernest Renan 29200 BREST

Par téléphone: 02 98 44 08 14

Par e-mail: planningfamilial.brest@gmail.com

 

Lire la suite

06 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Qui a peur de Vagina Wolf ?

virginia

Les associations HLGBT (Hétéro-friendly, Lesbienne, Gay, Bi, Trans),  Divers Genres et West Up, en partenariat avec le distributeur « OutPlay » et le cinéma Les Studios, organisent l’avant-première brestoise du film « Qui a peur de Vigina Wolf ».

Cette soirée débutera le Jeudi 20 Mars à 20h avec la présence au débat qui suivra de la réalisatrice Anna Margarita Albelo, suivit d’un final festif au Bar L’Usine en bas de Siam (26 rue Pierre Brossolette).

Ce film est un remake lesbien décalé et hilarant se déroulant à Los Angeles :
Le jour de ses 40 ans, Anna décide que sa vie doit changer ! Sa carrière de cinéaste est en panne sèche et sa vie sentimentale inexistante… Quelque chose doit changer… Maintenant! La belle Katia va pousser Anna à réaliser ses rêves : réaliser un film, perdre 20kg et trouver l’amour !

*
Née à Miami dans une famille d’origine cubaine et après des études en Floride, Anna Margarita Albelo s’est installée à Paris en1993 où elle travaille en tant que journaliste, performeuse ou encore DJ. Membre du collectif Butch Bitches, auteur de plusieurs courts métrages et de documentaires. Déjà multiprimé (Philadelphie, Dortmund, Kiev…), la réalisatrice signe sa première comédie lesbienne et girly, adaptation de la célèbre pièce de théâtre d’Edward Albee sortie en 1962,

Facebook

Lire la suite

05 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Négociations unedic: tous mobilisés pour l’assurance chômage !

dessin-cartoon-inegalites-riches-pauvres

La négociation pour la nouvelle convention UNEDIC a commencé en janvier dernier.

L’objectif de l’organisation patronale se présente clairement: plus de droits sociaux pour les précaires. Le MEDEF en a appelé à supprimer les annexes 8 et 10 (intermittents) et l’annexe 4 (intérimaires) dans le seul but de démanteler les droits destinés aux plus précaires.

Mais partout en France des intermittents, des intérimaires, des syndicalistes, des chômeurs et précaires se sont mobilisés le 27 février dernier.

Continuons le combat et amplifions la mobilisation !
Intermittents du spectacles comme de la vie, intérimaires, précaires, chômeurs, travailleur-es pauvres, salarié-es du privé comme du public, unissons-nous contre cette nouvelle attaque du patronat.

Vendredi 14 mars doit se tenir la prochaine et dernière réunion de négociation Unédic.

Déjà dans plusieurs villes, la mobilisation se prépare : Lyon, Toulouse, Paris, Lorient…

Des appels sont fixés pour le 13 mars.

Afin de réfléchir à la possibilité de se mobiliser ensemble comme dans les autres villes, le 13 mars prochain à Brest, nous proposons:

Une réunion ouverte à tous
Lundi 10 mars  à 18h au CLAJ,
2, rue du Docteur Gestin.


Extrait de l’intervention de Samuel Churin, porte parole de la coordination des intermittents et précaires du spectacle, le 27 février 2014 sur LCI :

 » Pourquoi le MEDEF nous attaque ? Pour une raison simple : c’est que dans les années 60, dans une période de plein emploi, nous étions les seuls a avoir des contrats courts. On a répondu par un  régime spécifique – ça n’a rien à voir avec l’exception culturelle, pour répondre à un type de contrat court, à des pratiques d’emploi.

Maintenant ces pratiques d’emploi sont devenues la norme. Le patronat réclame de la flexibilité et il y a des contrats courts partout. Et le MEDEF a très peur que nous servions de modèle aux autres précaires. Nous nous disons : au lieu de rendre pauvres les gens qui sont extrêmement fragiles et extrêmement pauvres déjà, essayons de rendre les autres un peu moins pauvres. »


Le Collectif brestois en marche contre l’injustice sociale

reseaudesluttes.brest@gmail.com

Lire la suite

04 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Meeting à brest

meeting 5 mars version mail

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin