Archive | Brest et région

31 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

dcan brest (le télégramme)

amiante

Justice. Le préjudice d’anxiété reconnu pour des anciens ouvriers de la DCN

La cour administrative d’appel de Nantes a reconnu le « préjudice d’anxiété » de douze anciens militaires ou ouvriers de la DCN de Brest qui avaient été exposés à l’amiante.
.
La juridiction a estimé qu’il y avait « carence de l’État, en sa qualité d’employeur (…), dans la mise en oeuvre des règles d’hygiène et de sécurité ».
.
Une carence « de nature à engager sa responsabilité jusqu’au 31 mai 2003, date à laquelle la DCN, service de l’État, est devenue DCNS, société de droit privé », explique la cour. Les magistrats font référence aux « nombreuses attestations » selon lesquelles les salariés « travaillaient dans une atmosphère polluée par les fibres d’amiante » sans être « équipés de protection individuelle ».
.
L’État avait pourtant produit, pour sa défense, plusieurs notes internes : l’une, adressée en 1976 par la DCN de Brest à tous les sites français, « définissait toutes les mesures à prendre » ; une autre, de 1979, « faisait le point sur l’utilisation de l’amiante dans l’ensemble des DCN » ; une troisième, de 1980, évoquait les produits de remplacement.
.
Mais pour la cour d’appel qui a contredit le jugement prononcé par le tribunal administratif de Rennes en juin 2016, « ces documents ne permettent pas d’établir » que le ministère de la Défense s’est conformé, « au sein de la DCN de Brest, à l’ensemble des obligations définies par le décret du 17 août 1977 ».
.

Entre 3.000 et 12.000 € de dédommagements

Les juges ont estimé que l’État en « accordant le bénéfice de l’allocation spécifique de cessa- tion anticipée d’activité » à l’un de ses agents exposés à l’amiante, avait par là reconnu implicitement l’existence d’un « lien » entre l’exposition aux poussières d’amiante et « la baisse » de l’espérance de vie.

.
« Cette circonstance suffit par elle-même à faire naître chez son bénéficiaire la conscience du risque de tomber malade ». L’État a été condamné à verser aux anciens salariés des sommes oscillant entre 3.000 et 12.000 € de dédommagements. Les requérants toucheront, en outre, 1.500 € supplémentaires pour leurs frais de justice.
.
Guillaume Frouin   31 janvier 2018
.

Lire la suite

30 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

brest alter commerce (of)

leclerc

Si c’est pour couler Leclerc, d’accord!

Commerce. À Brest, un supermarché moins cher contre un peu de temps

Ils sont cinq à lancer, à Brest, l’idée d’un supermarché coopératif. Un magasin accessible en échange de trois heures de temps. « En voyant le film Food Coop dédié à un supermarché coopératif de Brooklyn, on a eu envie de faire pareil », explique Gwendal Quiguer, Brestois de 30 ans.

Le concept a déjà fait ses preuves. Le principe : les clients de ce supermarché différent devront y investir au moins trois heures de leur temps chaque semaine. Ainsi, grâce à une équipe avant tout bénévole, les prix affichés seront 20 % moins chers. Au côté de Gwendal Quiguer, ils sont quatre à réfléchir au projet brestois depuis novembre. « L’idée est de prop- oser tous types de produits, locaux le plus souvent possible, biologiques ou non », explique Cécilia Laurent, une de ses acolytes. Pour l’heure, aucune date de lancement n’a été fixée.

Plus qu’un supermarché

« Ce concept favorise l’emploi de proximité, rémunère davantage les producteurs et n’enrichit pas des actionnaires fantômes, s’enthousiasme Gwendal Quiguer. Ce n’est pas juste un supermarché, mais un projet. » Pour recueillir les idées et réfléchir à la marche à suivre, le collectif organise une réunion publique. « Il y a beaucoup de choses à mettre en place : trouver un local, instaurer une charte de fonctionnement, contacter des producteurs… mais on est confiants. Nous ne sommes pas des concurrents, nous venons compléter l’offre qui existe déjà », affirme le jeune homme.

« Les gens ont de plus en plus de conscience alimentaire, sans avoir forcément les moyens de manger comme ils l’entendent, ajoute Cécilia. On leur offre en partie la solution. » En France, vingt-cinq supermarchés coopératifs ont déjà fait leurs preuves.

Mercredi 31 janvier, à 20 h, au patronage laïque du Pilier-Rouge.

Contact : brestcoop@zaclys.net.

Tél. 06 44 00 79 66.

Facebook : Brestcoop.

29/01/2018

https://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

28 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

manif pour tous à brest (divers genres)

kerinou

La présidente de la Manif pour tous, Ludovine de la Rochère, donnera une conférence publique à Brest (invitée par les Conférences du Ponant) jeudi 1er février à 20h30 à l’espace Saint Luc (rue Charles Moults).

La Manif pour tous ne peut s’arroger le droit de définir un « modèle familial universel ». Elle n’a pas le monopole de l’amour !

Rejoignez-nous donc au rassemblement pour la tolérance, à 19h30 au marché de Kerinou. Venez avec vos drapeaux, couleurs, pancartes… et votre bonne humeur! Nos amours sont plus forts que leur haine !

Facebook

Lire la suite

23 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

irrintzina (brest)

iririn

« Irrintzina »   à Brest,  Lundi 29 Janvier 2018.  

« Face au sentiment d’impuissance que provoque l’extrême gravité du dérèglement climatique, quelques militants de l’organisation basque Bizi ! font un pari fou : construire en quelques années une mobilisation sans précédent en vue de la COP21 et lancer un grand mouvement non-violent pour le climat : Alternatiba.

De Bayonne à Paris, sur des vélos multiplaces, coup de pédale après coup de pédale, en multipliant les villages des alternatives, de petites victoires en grandes mobilisations contre les multinationales des énergies fossiles et les banques qui les soutiennent, le film raconte les étapes de cette mobilisation. »

Un film    très tonique, positif,  engagé  (non violent), raconte  le tour de France Alternatiba de  2015, la mobilisation lors de la COP 21 et  celle de la rencontre internationale du secteur du pétrole offshore à Pau (avril 2016)

Lundi 29 janvier à 20h
Cinéma les Studios,  rue Jean Jaurès à Brest
En présence du réalisateur Pascal Hennequin

Le collectif local d’organisation comprend  : AE2D, Collectif Transition citoyenne en pays de Brest, Terres des possibles,  ATTAC, Canal Ti Zef.

Lire la suite

22 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

traon bihan (le télégramme)

traon3

Traon Bihan. « Tristesse et colère »

Valérie Lazennec a déposé une gerbe de fleurs en hommage aux « terres bio sacrifiées » Le feuilleton de la ferme de Traon Bihan, menacée par le développement du futur écoquartier de la Fontaine-Margot et le développement de la zone artisanale du Vern, se poursuit.
.
Et prend une tournure concrète : depuis le 9 janvier, les pelleteuses sont entrées en action, et les travaux de terrassements ont débuté sur les prairies voisines de la cuisine centrale. Hier, sous les averses et les rafales de vent, le spectacle des tranchées boueuses avait quelque chose de désolant pour les dizaines de fidèles soutiens aux exploitants de la ferme, venus dire, une nouvelle fois, leur inquiétude et leur désapprobation face à cette situation. « Ces derniers jours ont été particulièrement durs pour nous », soufflaient Philippe Nicol et Valérie Lazennec, les deux agriculteurs, avouant tristesse et colère mêlées.
.
Brest métropole prépare une proposition
.
« Quelques jours ont suffi pour saccager 20 ans de travail », lançait Valérie Lazennec. Avant de, symboliquement, déposer une gerbe de fleurs marquée d’un « À nos terres bio ». « C’est sans doute la première fois qu’on enterre des terres bio, sacrifiées à l’urbanisation ».
.
Dans l’assistance, au milieu des voisins et fidèles, quelques politiques affichaient leur soutien, tels Pierre-Yves Cadalen, pour France Insoumise, ou Ronan Pichon, pour Europe Écologie les Verts. Ce dernier se veut, d’ailleurs, optimiste pour l’avenir de l’exploitation. « Brest métropole rédige une proposition qui, à nos yeux, doit permettre, non seulement, de compenser les terres perdues par les aménagements en cours, mais également de mieux sécuriser Philippe et Valérie dans les terres qu’ils cultivent ». Il s’agirait de leur proposer des terres agricoles proches, dont les exploitants actuels partent à la retraite. Reste à connaître la localisation et la qualité de ces terres, le calendrier des opérations et, surtout, la nature des baux. « Pour l’instant, on n’a rien de concret. On attend », indiquent simplement les deux agriculteurs.
.
  21 janvier 2018
.

Lire la suite

22 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

forum social brestois (programme)

forum1

forum 2

Facebook

Lire la suite

20 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

forum social

26840707_310163582721714_50340578802935524_o

Plusieurs organisations se sont réunies pour mettre en place un « Forum Social Brestois » !

Elles vous invitent ainsi à Brest :

acharnement

Vendredi 2 février à 20h à une projection de cinéma aux Studios (136, rue Jean Jaurès)

pouliquen

Samedi 3 février à partir de 14h à la faculté Segalen (20, rue Duquesne) pour plusieurs débats.

Plozevet

A partir de 18h30, suivra une soirée conviviale au Patronage laïque Guérin (1, rue Alexandre Ribot) !

Facebook

Lire la suite

20 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

rojava brest quimper

kobane

ACTES en Cornouailles, l’AFPS Brest, les Amis du Monde Diplo Brest, ATTAC Brest, ATTAC Quimper, la Ligue des Droits de l’Homme BMO, la LDH Quimper, le Patronage laïque Guérin et  organisons des projections, suivies de débats avec les deux réalisateurs, du documentaire « Rojava : une utopie au cœur du chaos syrien ».

Elles auront lieu :

Quimper le mercredi 24 janvier, de 20h, aux halles Saint-François (rue Astor)
Brest le jeudi 25 janvier, de 19h à 20h30, au Patronage laïque Guérin (1, rue A Ribot)

A Brest, l’association de cinéma Termaji a bien voulu prêter main forte pour assurer la technique.

Projection en présence de Mireille Court et Chris Den Hond, réalisateurs du film.

Vous trouverez l’article de Mireille Court et Chris Den Hond paru dans le Monde diplomatique  au lien suivant : https://www.monde-diplo

Et la présentation de l’ouvrage collectif qu’ils ont dirigé avec Stephen Bouquin La Commune du Rojava. L’alternative kurde à l’État-nation  aux éditions Syllepse sur celui-ci : https://www.syllepse.net/

Lire la suite

18 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

brest nddl (le télégramme)

ZAD

Notre-Dame-des-Landes. « Ce soir on fait la fête, mais ce n’est pas fini »

Une centaine de personnes se sont rassemblées, hier soir, devant la mairie, pour fêter l’abandon du projet d’aéroport et organiser le prochain rassemblement. « On avait prévu ce rassemblement quoi qu’il arrive », explique Christian Perrot, membre du comité de soutien à la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.
.
Une centaine de personnes se sont donc retrouvées devant la mairie, hier soir, avec pour bonne nouvelle « la victoire de la lutte.
.
Tout le monde est heureux, on est soulagés. Mais ce n’est pas fini ! » « Apaisement ». C’est le mot qui se lit sur toutes les lèvres face à l’annonce du Premier ministre : il n’y aura pas d’expulsion ce soir. Le covoiturage qui devait aller jusqu’à Nantes, demain matin, a été annulé. « On va pouvoir faire la grasse matinée ! », se réjouit Christian Perrot.
.
La lutte est pourtant loin d’être finie : un car est déjà programmé pour le grand rassemblement du 10 février sur la Zad.
.
« On n’acceptera pas qu’on fasse le tri entre les gens, assure le militant. Il faut continuer les projets sur place, et continuer de s’opposer aux expulsions. On espère qu’il y aura une entité juridique spécifique pour accompagner les choses sur le terrain. Ce qui est sûr, c’est que le gouvernement a dû revoir le processus démocratique pour les grands projets. »
.
Par ailleurs, AE2D, Agir pour un environnement et un développement durables, se félicite de l’abandon du projet.
.
« Depuis longtemps, l’association soutenait directement l’action de l’Acipa, la principale asso- ciation d’opposants, et s’était activement engagée, localement, dans la mobilisation. Une déci- sion sage vient d’être prise par le gouvernement », juge l’association brestoise. « Les grands élus régionaux et locaux, notables de gauche et de droite qui s’arc-boutaient pour la défense de ce vaste projet d’aménagement, flattant leur ego, semblent n’avoir toujours pas compris qu’il était d’un autre temps, d’un autre siècle, et terriblement gaspilleur d’argent public ».
.
restig
.
AE2D en profite pour rappeler qu’« ici, localement, il y a un autre projet de bétonnage, certes plus modeste, de terres naturelles : celui d’un axe routier traversant la vallée du Restic au nord-ouest de Brest.
.
Ici aussi, des élus s’entêtent à vouloir y faire passer des milliers de voitures par jour, à grands coups de millions d’euros (…). Une décision d’abandon du projet routier dans la vallée du Restic serait une autre décision de bon sens. »
.
18 janvier 2018

.
http://www.letelegramme.fr/finistere/

Lire aussi:

L’aéroport de Notre Dame des Landes est mort ? Vive la ZAD !  Penser les alternatives (Essf)

Notre-Dame-des-Landes et projet de société : pourquoi les « zadistes » ne veulent pas partir (ESSF)

Notre-Dame-des-Landes : l’histoire de « la plus vieille lutte de France » en 6 actes (ESSF)

Notre-Dame-des-Landes, communiqué commun après l’abandon du projet d’aéroport : Nous nous engageons pour l’avenir de la ZAD (Essf)

Notre-Dame-des-Landes : pourquoi les zadistes ne quitteront pas les lieux (JDD)

Lire la suite

17 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

brest bd (ouest france)

G_5400_02

Bande dessinée. « Un homme est mort » s’anime sur écran

Le film d’animation « Un homme est mort » retrace le mouvement de grève de mars et avril 1950 à Brest.

La bande dessinée « Un homme est mort » de Kris et Davodeau a inspiré un film d’animation coproduit par Arte. Le scénario revient sur les grèves d’avril 1950 à Brest et le drame qui a suivi. Voir ses personnages prendre vie, c’est le rêve de tout auteur. Pour Kris et Davodeau, il est devenu réalité : leur bande dessinée Un homme est mort est devenue un film d’animation.

Pendant 65 minutes, les spectateurs sont plongés dans une période sombre de l’histoire brestoise.

En mars 1950, la ville est en ruines. Les conditions d’existence sont dures et la vie trop chère. Les ouvriers brestois se mettent en grève et réclament « pain, paix et liberté ». Mais les mani- festations dégénèrent. Le 17 avril, la police ouvre le feu : l’ouvrier syndicaliste Édouard Mazé est tué d’une balle en pleine tête. Le cinéaste René Vautier est justement à Brest. Il filme cette période troublée de mars-avril 1950, et en tire un documentaire intitulé Un homme est mort.

Les femmes au combat

La bande dessinée éponyme de Kris et Davodeau racontait l’histoire de ce film aujourd’hui disparu. Le lecteur y suivait les tribulations du « Breton à la caméra rouge » dans la ville en grève et la lutte des ouvriers brestois. « C’est l’histoire d’un film qu’on adapte au cinéma, la boucle est bouclée ! » sourit Kris.

Porter sa propre oeuvre à l’écran n’a pas été facile. « La BD, c’est le territoire de la liberté. À la télé, il y a bien plus de contraintes, financières notamment. » Mais la version animée permet de corriger quelques oublis. Notamment la place accordée aux femmes. « On s’est rendu compte a posteriori qu’on avait minimisé leur rôle dans les événements d’avril 1950, explique le scénariste. Les grèves ont vraiment commencé à se durcir à partir du moment où les femmes ont rejoint le mouvement. » Un personnage féminin supplémentaire a donc fait son apparition dans le film. « Le film se concentre aussi davantage sur la vie quotidienne à Brest dans l’après-guerre », souligne Kris.

« Parmi les vieilles machines »

La chaîne Arte est à l’initiative du film. La société de production Les Armateurs, à l’origine de Kirikou et des Triplettes de Belleville, s’est chargée de sa production. Une « chouette entre- prise » avec laquelle Kris a apprécié de travailler : « J’ai écrit les deux premières versions du scénario. On a vraiment eu les mains libres pour imaginer le film. »

Un homme est mort sera diffusé pour la première fois au Festival de la bande dessinée d’An- goulême fin janvier. Il devrait être projeté aux Capucins le 15 mars, en ouverture du Festival européen du film court. Un lieu parfaitement adapté, selon Kris : quoi de mieux que de revivre le passé ouvrier de Brest « parmi les vieilles machines » ?

dimanche 14 janvier 2018

http://jactiv.ouest-france.fr/

Lire aussi:

Wikipédia

Edouard Mazé

Edouard Mazé (NPA)

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin