Archive | Brest et région

22 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

traon bihan brest

traon

Afin de soutenir la ferme de Traon Bihan, menacée de la perte d’une partie des terres qu’elle cultive, le Groupement des Agriculteurs Biologique du Finistère, avec le soutien du Collectif pour le maintien de la ferme de Traon Bihan, organise un week-end de mobilisation sur les parcelles menacées.

Diverses animations pour les petits et les grands auront lieu tout le week-end du 2 et 3 décembre. En famille ou entre amis, ce week-end se veut convivial et festif.

VENEZ NOMBREUX ET PARTAGEZ L’INFO!

Facebook

Lire la suite

21 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

restic brest

restig
Déclaration d’utilité publique
.
Ce jour, la Cour Administrative d’Appel de Nantes à confirmé le jugement du Tribunal Administratif de Rennes du 25 mars 2016, annulant l’arrêté préfectoral du 13 décembre 2012 de Déclaration d’Utilité Publique (DUP) du projet de voie de liaison entre la RD112 et la RD205 passant  par la vallée du Restic.
.
Le résultat de ce recours porté par l’association Agir pour un Environnement et un Développement Durables (AE2D) partenaire du Collectif et des riverains marque un sérieux coup d’arrêt porté à ce projet.
.
Sans cacher notre joie d’avoir réussi à préserver la Vallée jusqu’à ce jour, ne mésestimons pas le porteur du projet qui tentera par tous les moyens d’obtenir une nouvelle DUP.
.
Comptant toujours sur votre soutien et votre mobilisation.
.
sauvegarde.vallee.restic@listes.infini.fr

Lire la suite

20 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

brest pl guérin (front social)

guerin

Facebook

Lire la suite

17 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

plouzané, open the border (le télégramme)

Après « Kurdistan, rêve de printemps », le journaliste bretonnant Mikael Baudu présentera son dernier documentaire, « Open the border », samedi, à 10 h, au centre culturel François-Mitterand.

Le documentaire, projeté samedi, retrace le périple qu’ont vécu Saïf, Sévé et Tarik, réfugiés kurdes à la frontière gréco-macédonienne, où ils ont été stoppés plusieurs mois, avant de passer en Allemagne.

Le film n’est qu’une partie de l’histoire qu’ils ont vécue.
Elle a démarré en août 2014, pendant la guerre d’Irak où le village de Saïf, dans la province kurde de Syrie, est tombé entre les mains de Daesh. Comme des dizaines de milliers de Yézidis (*), il a alors fui, mais des centaines de civils ont été massacrés et d’autres enlevés, dont les femmes qui ont été vendues comme esclaves sexuelles.
Accompagné de Sévé et son fiancé Tarik, Saïf passera plus d’un an dans un camp de réfugiés en Turquie, avant de réussir à s’échapper pour rejoindre l’Europe. « J’avais rencontré Saïf lors d’un premier reportage dans ce camp et depuis nous étions restés en contact, grâce à Facebook », explique Mikael Baudu.
Après neuf tentatives plus ardues les unes que les autres, la dixième a été la bonne pour passer en Grèce, mais en arrivant à la frontière, le rêve européen a pris un sacré coup. « À la frontière macédonienne, ils étaient plus de 12.000 réfugiés bloqués se retrouvant entassés dans la pluie et le froid. Si certains possédaient des abris de fortune, d’autres dormaient dehors par cinq degrés. Mais comme disait Saïf : « on a voulu venir, c’est ça l’Europe » », poursuit le documentariste.
.

Passer la frontière

Pendant plusieurs mois, Saïf, Tarik et Sévé, qui était enceinte, n’auront qu’une idée en tête : passer de l’autre côté de la frontière. Ils contactent à plusieurs reprises des passeurs, jusqu’à trouver un réseau moins pire que les autres.

.
Mikael Baudu et Arno Vannier, son cadreur, ont rencontré les trois protagonistes, avant leur passage en Allemagne, où ils tentent aujourd’hui de se reconstruire. « Les Yézidis ont connu 74 génocides, dont Daesh est le dernier.
.
Pour Saïf, 23 ans, qui a côtoyé les horreurs de la guerre, connu les camps et perdu des parents et des amis, rien ne peut venir entraver ses rêves de bonheur », conclut Mikael Baudu. (*) Les Yézidis, qui forment une minorité confessionnelle, sont adeptes d’un monothéisme issu d’anciennes croyances kurdes.
.
Pratique
.
Le documentaire en breton, kurde, français, anglais, arabe et sous-titré en français, sera suivi d’un débat en présence du réalisateur. Une collecte pour les réfugiés sera également organisée : vêtements pour jeune homme, chaussures (39 à 42), parkas, couverture de survie, nourriture sèche et couches (tailles 5 et 6).
.
15 novembre 2017
.
.

Lire la suite

16 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

brest mineurs (ouest france)

ss pap

Brest. Une maison inoccupée squattée par des mineurs étrangers isolés

La « maison des mineurs » a trouvé son nom ce mardi soir. |

Un collectif de soutien aux mineurs étrangers isolés a réalisé une opération coup de poing, ce mardi soir, en allant squatter une maison inhabitée du quartier Saint-Marc. Le but : loger une dizaine de mineurs, âgés de 15 à 17 ans.

Le rendez-vous a été donné près de l’église du Guelmeur. Après un quart d’heure de marche, c’est près d’une maison isolée au milieu des arbres que la quarantaine de personnes présente s’est retrouvée. Une banderole « Maison des mineurs » a alors été placée sur la façade. Le logement appartient à Brest métropole habitat, et les membres du collectif n’ont pas eu à forcer la porte, qui n’était pas fermée à clé.

« Officialisation »

Dix mineurs isolés étrangers, qui avaient été expulsés de leur hôtel, l’occupent depuis quel- ques jours. Ce mardi soir, c »était donc un quelque sorte « l’officialisation de cette occupation. » Les forces de l’ordre et/ou des huissiers devraient probablement arriver. Mais selon les membres du collectif, il n’y aurait pas de risque d’expulsion.

Une réunion avec tous les soutiens est prévue dans cette maison vendredi à 18 h.

14/11/2017

https://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

14 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

collecte (brest)

brest

COLLECTE SOLIDARITÉ RÉFUGIÉS PAYS DE BREST

Bonjour à toutes et tous, la prochaine collecte au profit des Réfugiés a lieu :

Samedi 25 Novembre 2017 sur 6 points de collecte dans le Pays de Brest.

Nous sollicitons à nouveau votre aide pour aider un.e responsable de collecte.

Pour cela, faites un mail à refugies29n@gmail.com en précisant votre choix de lieu de collecte et le temps dont vous disposez.

Notre association CSR Pays de Brest a contribué à acheminé à Calais, Paris et Grande Synthe 13 camions de 38 tonnes depuis 2016. Un nouveau camion partira de Brest en décembre. Les besoin sont toujours très importants.

Facebook

Lire la suite

11 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

brest ceta (attac)

ceta

Rassemblement pour exiger un referendum sur CETA

Le CETA est un accord de commerce et d’investissement entre le Canada et l’Union Europé- enne négocié dans la plus parfaite opacité entre 2009 et 2014.
Le mandat donné par les États européens aux négociateurs n’a été rendu public qu’après la fin des discussions. Les analyses du texte, même celle commandée par le gouvernement, mon- trent les risques importants du CETA pour le climat, l’emploi, les services publics, la démo- cratie, l’agriculture, la santé, l’environnement, l’alimentation et la culture.

Il est entré en application provisoire le 21 septembre, mais il suffit qu’un pays européen ne le ratifie pas pour qu’il tombe. La France a le poids politique pour le faire, et en a toute légitimité. Sur ses 74 représentants au Parlement Européen, le 17 février 2017, seuls 16 ont approuvé le CETA.

La portée du CETA est tellement large qu’il est indispensable de prendre le temps d’un véritable débat public et de mettre en place un référendum.

Ce rassemblement sera l’un des moyens de porter cette exigence auprès de nos élus. Un autre est d’aller les interpeler via http://stop-ceta.fr

.
Organisé par Attac Brest
.

Lire la suite

10 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

cours public (ubo)

plog

« Luttes environnementales » : un cours public à l’UBO

L’UBO propose, mardi 21 novembre à 18h un cours public intitulé « Luttes environnementales. »Cette conférence se déroulera en salle Yves Moraud (B001 – faculté V. Segalen- Brest) et s’inscrit dans le cycle « Entre passé et avenir, la ville d’aujourd’hui ».Cette séance prendra à nouveau la forme d’une table-ronde animée par Natalia Leclerc et Jérôme Sawtschuk de l’UBO, sur l’histoire des luttes environnementales pour éclairer leurs rôles dans l’aménagement des territoires et des villes.

Tudi Kernalegenn, docteur en science politique de l’IEP de Rennes, et chercheur postdoctoral Marie Curie à l’Université Catholique de Louvain introduira la table ronde par une présentation sur la thématique « Bretagne et écologie : les territoires des luttes environnementales en Bretagne »  : L’idée sera de souligner que les luttes environnementales et l’écologie politique ce n’est pas seulement « penser global, agir local ». La dimension régionale (a fortiori en Bretagne) est essentielle, et c’est à ce niveau qu’on peut comprendre les dynamiques collectives.

Martin Siloret doctorant en Histoire moderne et contemporaine à l’université de Rennes proposera une réflexion sur le militantisme écologique. La création par la SEPNB (Société pour l’étude et la protection de la nature en Bretagne) d’un mensuel militant Oxygène, en 1979, témoigne du développement d’un environnementalisme très politisé en Bretagne au tournant des années 1980. Sa disparition six ans plus tard reflète les contradictions auxquelles ce mouvement est alors confronté.

Denez L’Hostis, Président d’honneur de l’association France Nature Environnement, interviendra comme grand témoin lors de cette table ronde pour nous présenter son retour d’expérience sur plusieurs conflits environnementaux liés à des projets d’aménagements et sur l’évolution qui s’est opérée lors des dernière décennies dans les stratégies de défense de l’environnement.

Ce cycle de conférences se tient tous les 3ème mardis de chaque mois, de 18 à 20h à la Faculté des Lettres et Sciences humaines Victor Segalen, Salle Yves Moraud (B001), 20 rue Duquesne, à Brest

Toutes les informations et le programme complet des différents cycles de conférences et cours publics organisés à l’UBO sont lisibles sur la page :

http://www.univ-brest.fr/

AE2D
Agir pour un Environnement et un Développement Durables

Lire la suite

09 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

land grabbing (ae2d)

Un système alimentaire mondial incohérent dénoncé dans le film LAND GRABBING

Dans le cadre du Festival de film documentaire ALIMENTERRE, l’Association brestoise Terre des Possibles organise la projection du film LAND GRABBING de Kurt Langbein

Le festival Alimenterre
consacré aux enjeux du droit à l’alimentation existe depuis 2007, il est coordonné par le Comité Français pour la Solidarité Internationale. Il sensibilise à travers des projections-débats, plus de 55 000 spectateurs en France et dans 9 pays, sur les paradoxes de nos modes de production et de consommation.

Dans ce cadre, l’association Terre des Possibles organise la projection du film LAND GRABBING. Elle sera suivie d’une discussion sur la situation locale
d’accaparement des terres, en présence des membres
de l’Association Bretagne Vivante.

VENDREDI 17 NOVEMBRE – 17H45
Cinéma Les Studios – BREST (156 rue Jean Jaurès)

Ce film démontre les incohérences du système alimentaire mondial. Il propose un regard critique sur les pratiques des investisseurs fonciers, les politiques européennes en la matière et leurs répercussions sur les populations locales, aussi bien en Afrique et en Asie qu’en Europe, et notamment en Roumanie.

Land-grabbing_flyer-8-nov-17

Contacts :
Association Terre des Possibles
38, rue Vauban 29200 Brest
contact@terredespossibles.org

http://www.terredespossibles.org

 Christian Bucher Jeudi 9 novembre 2017

http://www.ae2d.infini.fr/

Lire la suite

08 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

sécu (npa)

secu

Sécurité sociale : Qui veut noyer son hôpital…

« 30 % des dépenses de l’assurance maladie ne sont pas pertinentes » ; « Nous allons fermer les lits qui ne servent à rien, ou les réorienter vers de nouveaux besoins » : pour justifier les nouvelles coupes dans les dépenses de santé et les nouvelles attaques contre l’hôpital, Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, ne lésine ni sur les grosses ficelles ni sur les gros mensonges.

Qu’importe si personne au ministère n’a été capable d’argumenter le chiffre astronomique de « dépenses non pertinentes » annoncées par la ministre.

Quant aux « lits qui ne servent à rien », il suffit, pour en juger, de se rendre dans les services d’urgences hospitalières, et d’y voir des malades attendant sur des brancards, dans les couloirs, que des lits se libèrent dans les services bondés de l’établissement.

Trois milliards d’euros de réduction de crédits

Les contes et légendes de la ministre n’ont qu’un but : faire croire qu’il existe des « marges de manœuvre énormes » pour couper encore et toujours dans les dépenses hospitalières.

Sur les trois milliards d’euros de réduction de crédits que le gouvernement entend imposer à l’assurance maladie, la moitié doit être assumée par les établissements hospitaliers, où règne déjà l’épuisement professionnel, du fait du manque de personnel et d’une gestion donnant la priorité à la « productivité » sur la qualité et la sécurité des soins.

Pour une part la ministre n’a fait que reprendre les recettes des gouvernements précédents. L’extension de la « chirurgie ambulatoire » consiste à faire sortir l’opéréE le jour même de son intervention et permet de diminuer fortement les coûts. Cela devrait concerner 70 % des actes chirurgicaux en 2020, pour le plus grand bien de la productivité des établissements mais pas forcément pour celui des malades dont la sécurité et le suivi des soins, une fois sorti, de l’hôpital n’est souvent pas garantie.

Faire plus et mieux avec moins de personnel et de moyens

Vieille recette aussi : l’augmentation du forfait hospitalier de 2 euros sera à la charge des patientEs ou de leur assurance complémentaire… dont les tarifs ne cessent d’augmenter.

Au chapitre des nouveautés : la remise en cause de « tarification à l’activité » présentée depuis 15 ans comme la formule miracle pour financer les établissements hospitaliers.

Notre ministre libérale « découvre » cette vérité élémentaire : la course à la rentabilité pour chaque établissement pousse les gestionnaires à la multiplication des actes qui rappor- tent le plus, et ce au détriment des malades et d’une utilisation rationnelle et intelligente des ressources de la Sécurité sociale. Mais pour elle, la « solution » consiste à étrangler encore plus l’hôpital sous couvert de « promouvoir l’excellence » : faire plus et mieux avec moins de personnel et de moyens.

C’est que le but poursuivi, dans la continuité des lois « Bachelot » et « Touraine » n’est pas de donner à l’hôpital public les moyens de remplir ses missions, mais de transférer celles-ci à des réseaux de soins privés sous le contrôle des assurances « complémentaires ».

Mardi 7 novembre 2017 Jean-Claude Delavigne

https://npa2009.org/

hostau-bresy

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin