Archive | Brest et région

19 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

ps brestois (le télégramme)

elephnats

Affaire du PS brestois. Cuillandre peut-il tenir ?

L’unité affichée derrière le vainqueur, le soir de la primaire interne, est-elle toujours d’actualité ? Réponse sans doute dans quelques jours.

C’est la douche froide dans les rangs des élus socialistes brestois, qui ont appris jeudi soir la mise en examen du maire.

Engagé dans une opération déminage dans son propre camp, François Cuillandre les a réunis ce vendredi, mais rien n’a filtré.« On me dit que la somme évoquée est dérisoire. Mais François Cuillandre n’a pas été clair avec nous lors du débat de la primaire, où la question lui a été posée. Il a abusé de notre confiance, et nous voici embarqués dans une campagne avec un candidat fragilisé ». Ce militant socialiste est en colère. Et il ne doit pas être le seul. Mais silence dans les rangs !

Ce vendredi, les élus du PS brestois, réunis dès 8 h 15 autour du maire, sont restés injoignables toute la journée. Si l’embarras est palpable, tout est verrouillé. « Ordre a été donné de ne pas vous parler. En mairie, c’est très tendu », soufflait déjà un adjoint socialiste rencontré jeudi, alors que François Cuillandre se trouvait encore dans le bureau de la juge d’instruction.

Quelques heures plus tard, le maire annonçait lui-même sa mise en examen, en prenant bien soin de faire le parallèle entre les 4 000 € de prêt non remboursé que la justice lui reproche, et les 100 000 € d’indemnités qu’il a apportés au pot commun de l’association Vivre à Brest, à son propre détriment. Très combatif, il avait aussi indiqué qu’il allait faire appel de la décision, et s’exprimer devant la presse « en début de semaine prochaine ». Pas franchement l’attitude de quelqu’un qui s’apprêterait à rendre les armes.

Thierry Fayret avait prévenu du risque

Mais François Cuillandre le sait la menace immédiate se joue dans son propre camp, où des ambitions se sont déjà exprimées. Celle de Yohann Nédélec, d’abord.

Le patron des socialistes du Finistère avait des vues sur Brest, et il avait même déjà constitué une équipe, avant de se rallier au maire, après avoir compris qu’il n’aurait pas le vote des militants.

Celle de Thierry Fayret, ensuite. Le premier adjoint est allé au bout de la primaire, réalisant un score honorable face au maire. Ce même Thierry Fayret avait d’ailleurs tenté son va-tout deux jours avant le vote, en adressant un mail à neuf élus socialistes.

Dans cette lettre que nous avons pu lire, il alertait sur le danger d’une éventuelle mise en exa-men de la tête de liste. « Au regard de ce que je connais de l’affaire, je crois que la probabilité d’une mise en examen de François est haute. Ce n’est pas un risque à prendre à la légère, et ce ne sera pas après la mise en examen que nous pourrons nous retourner », écrivait-il.

Vers un arbitrage de Paris  

Que vont faire ces deux-là ? Pour l’heure, ils s’en tiennent au silence, mais ne seront-ils pas tentés de demander un arbitrage en haut lieu ? Lors de la mise en examen de Richard Ferrand, pour prise illégale d’intérêts, dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne, le premier secrétaire du PS Olivier Faure avait demandé la démission du président de l’Assemblée nationale. Peut-il tenir un discours différent aujourd’hui, s’agissant d’un maire-candidat de son camp ?

En attendant, les alliés des socialistes se réfugient aussi dans le silence. Ce vendredi, ni le PC, ni Brest Nouvelle Citoyenneté, n’ont donné suite à nos appels. Seule Anne-Marie Kervern, de l’UDB, a accepté de parler. Elle évoque « Une affaire privée qui concerne le PS brestois et l’association Vivre à Brest », mais trouve normal que le maire puisse s’exprimer publiquement « pour éclairer les Brestois ».

Quant à Bernadette Malgorn, qui lançait officiellement sa campagne ce vendredi, elle n’a pas jugé utile de commenter les ennuis judiciaires du maire. Comme si ce candidat fragilisé lui allait bien, finalement.

19 octobre 2019  Jean-Luc Padellec

 https://www.letelegramme.fr/

Lire aussi:
.

Lire la suite

14 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

cgt hôpital (le télégramme)

Le syndicat CGT brestois du CHRU Brest-Carhaix appelle à deux mobilisations cette semaine.

Le syndicat CGT brestois du CHRU Brest-Carhaix appelle à deux mobilisations cette semaine. Ce lundi, les infirmièr(e)s de blocs opératoires diplômé(e)s d’État (Ibode) vont débrayer de 8 h à 10 h et manifester devant le bâtiment 5 de l’hôpital Morvan pour revendiquer une meilleure reconnaissance de leur spécialité, ainsi qu’une revalorisation de leur salaire et la protection de leurs compétences spécifiques.

Mardi, la mobilisation aura lieu à l’hôpital de Bohars, avec un débrayage de 8 h 30 à 9 h 30, devant l’entrée de l’établissement psychiatrique. Les agents de psychiatrie ont décidé d’amplifier leur mobilisation face à l’absence de réponse de la direction à leurs revendications. Ils demandent une reconnaissance des risques professionnels liés à la violence en psychiatrie et des mesures immédiates pour la prévenir. Ce mouvement sera reconduit tous les mardis.

Les agents du service des urgences de l’hôpital de la Cavale Blanche ont décidé de se joindre à la mobilisation des pompiers à Paris le mardi 15 octobre. Une délégation du CHRU Brest-Carhaix participera à la manifestation.

13 octobre 2019

https://www.letelegramme.fr/

Lire la suite

12 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

leila shadid à brest (afps)

afps

Lire la suite

05 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

amiante brest (le-télégramme of)

250 travailleurs des principales entreprises du port ont débrayé ce vendredi matin

Pour dénoncer ce qu’ils estiment être un scandale d’État :

la volonté du gouvernement de mettre fin au dispositif de départ en préretraite, à partir de 50 ans, des personnes exposées à l’amiante 

Navtis, Endel, Damen, Sobec, Snef, Meunier, Neotech, ou encore CCI : les principales entreprises du port ont vu leurs salariés migrer vers le Parc-à-Chaînes, ce vendredi matin. La raison : un méchant bruit, courant depuis quelques semaines, sur une possible suppression de l’Acaata (allocation de cessation anticipée d’activité des travailleurs de l’amiante), ce dispositif permettant aux salariés ayant été exposés à l’amiante de partir en préretraite à partir de 50 ans. Perspective sur laquelle la CGT n’avait obtenu jusqu’alors aucune réponse officielle, si ce n’est une déclaration, lors d’une table ronde, d’une représentante de la Direction.

https://www.letelegramme.fr/

brest naval

Navtis le chantier de réparation navale de Brest

50 Débrayent chaque matin depuis trois jours pour demander de réintégrer le dispositif amiante qui leur permettait de bénéficier d’une retraite anticipée.

À la demande du PD-G de Navtis, le gouvernement a pris la décision de sortir Navtis du décret d’Allocation de cessation anticipée d’activité des travailleurs de l’amiante (ACAATA) de façon ré-troactive, revenant ainsi sur les droits acquis par les salariés il y a plus de cinq ans. Ce dispositif permettait aux salariés ayant été exposé à l’amiante de partir en préretraite à partir de 50 ans.

Le seul chantier à Brest

« Cette petite réparation légitime était pourtant si peu quand on constate le nombre de camara-des disparus à cause de ce fléau qui tue à petit feu. On est le seul chantier naval à être sorti du dispositif à Brest, à la demande de notre patron.

Or, on estime que l’on travaille encore de façon significative dans l’amiante. Parmi nous, certains travaillent dans l’amiante depuis 20 ou 30 ans. On est fatigués, et on ne se voit pas rester dans ce boulot jusqu’à 64 ans », dénonce Christian Abarnou, délégué syndical CGT, qui demande donc la réintégration dans le dispositif de préretraite anticipée.

Selon ce représentant syndical, les salariés de Navtis qui travaillent à 90 % pour la navale, « découvrent encore de l’amiante tous les jours sur les chantiers, que ce soit sur les bâtiments français ou étrangers ».

https://theworldnews.net/

Lire aussi:

.

Lire la suite

03 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

brest christine renon (ouest france)

Lire la suite

26 septembre 2019 ~ 0 Commentaire

cavale blanche (côté brest)

hoptiam

Les urgentistes de La Cavale Blanche à Brest en journée de grève

Une partie des urgentistes de l’hôpital de La Cavale Blanche, à Brest, est en grève ce jeudi 26 septembre pour dénoncer, une nouvelle fois, les conditions d’accueil des patients.

Les urgentistes de La Cavale Blanche à Brest dénoncent le manque de lits pour accueillir les patients. Une partie des urgentistes de l’hôpital de La Cavale Blanche, à Brest, est en grève ce jeudi 26 septembre 2019.

Selon Morgan Quentel Barbi, aide-soignant à l’hôpital et référent régional au sein du collectif inter-urgences, ils sont environ une cinquantaine, soit la moitié du personnel urgentiste de La Cavale Blanche, à participer à cette journée nationale. Celle-ci poursuit le mouvement des services hospitaliers, qui réclament de meilleures conditions de travail, d’accueil et de soin au sein des hôpitaux.

Dans toutes les régions, chacun fait un petit événement pour montrer à notre ministre (Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé) que nous restons actifs car nous n’avons toujours rien eu de valable.

Des tentes Quechua pour dénoncer l’attente des patients

Une vingtaine de tentes Quechua a été symboliquement placée devant l’accueil de l’hôpital. Chacune avec le nom fictif d’un patient et la raison de sa présence. Morgan Quentel Barbi explique la démarche :

L’idée est de dénoncer le manque de lits pérennes aux urgences et, plus largement, dans tout l’hôpital de La Cavale Blanche. Tous les ans, notre activité augmente de 3 à 5 % avec un personnel identique. Nous nous retrouvons avec des gens qui restent dans les services jusqu’à trois ou quatre mois car il n’y a pas de création de lit en Ehpad ou dans les services de soins, et gardent des lits qui devraient tourner.

«Des patients jusqu’à 20 ou 30 heures sur des brancards»

Une situation que l’hôpital a particulièrement subi durant l’été : Nous avons une Unité d’hospita-lisation de courte durée (UHCD) de 16 lits où les gens sont censés rester 24 heures. Or, en août, certains sont restés sept jours. On les garde car il n’y a pas de place pour les emmener vers d’autres services. Du coup, ça force des patients à rester jusqu’à 20 ou 30 heures sur les brancards.

Le personnel gréviste met à disposition du public la pétition nationale qui a déjà reçu plus de 100 000 signatures.

Le collectif inter-urgences appelle également à se joindre au mouvement de grève des pompiers, qui doivent se retrouver à Paris le 15 octobre.

26 Septembre 2019

https://actu.fr/bretagne/

Lire aussi :

Finistère. Brest : les brancardiers de l’hôpital de la Cavale-Blanche en grève

Lire la suite

26 septembre 2019 ~ 0 Commentaire

dato et juna (lt)

georg

Lire la suite

24 septembre 2019 ~ 0 Commentaire

retraites (cgt-brest npa lo)

71299362_2452595788322638_1609725400051613696_n

Facebook

Lire aussi:

Mardi 24 septembre : pour les retraites, un tour de chauffe sous l’eau (NPA)

Après le 24 septembre: préparer la riposte (Lutte Ouvrière)

Lire la suite

24 septembre 2019 ~ 0 Commentaire

mad mut’ (le monde)

richard fer

Affaire des Mutuelles de Bretagne

Le bail signé avec la compagne de Richard Ferrand perdure

Le groupe de santé breton continue de verser un loyer annuel de 45 000 euros à Sandrine Doucen, par l’intermédiaire de la Société civile immobilière Saca, au cœur de l’enquête judiciaire visant le président LRM de l’Assemblée nationale.

Les Mutuelles de Bretagne continuent à verser un loyer annuel de 45 000 euros à la compagne de Richard Ferrand, l’avocate Sandrine Doucen, par l’intermédiaire de la Société civile immobilière (SCI) Saca, a appris Le Monde.

Cette société est pourtant au cœur de l’enquête judiciaire pour « prise illégale d’intérêts » visant l’ex-directeur général du groupe (1998-2012), devenu président (La République en Marche) de l’Assemblée Nationale.

Selon nos sources, cette information a été communiquée, fin janvier, par la direction générale des Mutuelles aux enquêteurs mobilisés sur l’affaire, à Lille, où ce dossier politiquement sensible a été dépaysé fin 2018.

Elle a été confirmée au Monde, lundi 23 septembre, par l’avocat du groupe de santé breton, Jean-Marc Delas : « Oui, le bail perdure. La question de son renouvellement s’est d’ailleurs posée il y a quelques semaines, or il s’agit d’un bail juridiquement régulier conclu dans l’intérêt économique des Mutuelles de Bretagne. Il n’est même pas au prix du marché, alors on continue. Je considère qu’il n’y a pas de lien avec l’affaire judiciaire. »

Egalement contactée, la compagne de Richard Ferrand, liée à lui par un pacs signé en 2014, n’a pour sa part pas souhaité donner suite.

Selon le registre du commerce à jour au 20 septembre, la SCI Saca appartient toujours à la compagne de Richard Ferrand, qui en est la « gérante-associée ».

Or cette SCI est au centre des investigations de la justice. C’est elle, en effet, qui a permis à Sandrine Doucen, en 2011, de se constituer un patrimoine immobilier d’une valeur finale estimée à plus de 500 000 euros, donc de s’enrichir grâce à l’argent des Mutuelles, « un organisme privé du secteur sanitaire et social à but non lucratif » régi par le code de la mutualité. L’affaire avait été révélée par Le Canard enchaîné en mai 2017… (Payant)

Anne Michel mardi 24 septembre 2019

https://www.lemonde.fr/

Lire la suite

21 septembre 2019 ~ 0 Commentaire

manif climat 21 septembre (brest st-malo quimper lannion st-brieuc rennes vannes carhaix douarnenez)

IMG_5090

IMG_5091

IMG_5092

IMG_5094

Lire aussi:

Saint-Malo: 650 personnes ont marché pour le climat (OF)

Quimper. Une manifestation pour la paix et le climat bien suivie (OF)

Mobilisation. 540 personnes pour un climat de paix (Le Télégramme)

Lannion: Manifestation. Paix et climat, même combat (OF)

Brest. 500 manifestants pour la convergence des luttes (LT)

Saint-Brieuc. 600 personnes battent le pavé et font leur « Vélorution » pour le climat (OF)

Rennes. 3 000 à 3 500 personnes mobilisées pour le climat défilent à Rennes (OF)

Vannes. Les jeunes manifestent pour le climat (Ouest France)

À Carhaix, 200 jeunes en grève manifestent avec Youth for Climate (OF)

Douarnenez. 200 personnes marchent pour le climat (OF)

 

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin