Archive | Brest et région

10 février 2017 ~ 0 Commentaire

brest traon bihan (ouest france)

stop-au-beton-dans-la-Crau

À Brest, la ferme bio de Traon-Bihan fait de la résistance !

Valérie et Philippe élèvent quarante-cinq vaches laitières, en bio et en pleine ville. Leurs terres devraient être grignotées par un nouvel écoquartier. Une menace pour le couple.

« Nous sommes des paysans brestois et fiers de l’être ! » C’est le cri de guerre de Valérie Lazennec et de Philippe Nicol. En ville, ils élèvent 45 vaches laitières, en bio. Leur « ferme de Traon-Bihan » est dans la famille « depuis cinq générations ».

La majorité des 67 ha appartient désormais à la collectivité, qui devrait en récupérer « 23 », selon le couple, « entre 15 et 17 », selon Thierry Fayret, vice-président de Brest métropole en charge de l’urbanisme. Les terres accueilleront une partie des 1 500 logements « écolos » construits dans le quartier de la Fontaine-Margot, d’ici quinze ans. « Les exploitations alentour ont été acquises à l’amiable, décrit l’élu. Certaines font l’objet d’expropriations, sur demande des propriétaires. »

Un écoquartier qui grignote une ferme bio ? Cela agace Valérie Lazennec. « D’autant plus que la ville regorge de dents creuses. » Le projet date déjà d’une trentaine d’années. « Il est nécessaire pour que les jeunes ménages ne s’éloignent pas de la ville », justifie Thierry Fayret.

Moins de terre, moins de lait

Pour s’adapter au rétrécissement des terres, le couple a investi, en 2010, dans un labo de transformation où Valérie fabrique des yaourts pour 7 000 écoliers, chaque mois. « Mais si ça continue, nous ne pourrons plus produire beaucoup », constate Philippe Nicol. Moins d’espace, c’est moins de nourriture pour les bêtes, donc moins de lait.

La solution proposée par Brest métropole, « exploiter d’autres terrains appartenant à la collec-tivité », ne satisfait pas du tout les deux « résistants » : « Ils sont éloignés, pas exploitables en bio immédiatement. Et puis, on se bat aussi pour que les Brestois gardent ce bout de campagne ! », s’emporte la « deuxième fille de Brest ».

Depuis décembre, « quand on nous a mis un coup de pied dans le derrière pour partir », chaque mois, la ferme accueille des « ateliers » rassemblant sympathisants, élus, profes- sionnels afin de trouver des alternatives.

« La seule qui convienne serait que la collectivité nous laisse entre 15 et 20 ha », résument les agriculteurs. Du côté de Brest métropole, « nous voulons bien discuter, mais si les propriétaires restent campés sur leurs positions, cela va être compliqué », prévoit Thierry Fayret.

La pétition « pour sauver la ferme de Traon-Bihan » réunit plus de 4 000 soutiens. Parmi elles, Benoît Hamon, bientôt ? Valérie Lazennec est allée elle-même porter une lettre au QG du can- didat à l’élection présidentielle, à Paris. « Une simple invitation et une demande de soutien. »

Suivre l’actualité de la ferme sur le site lafermedetraonbihan.fr et sur la page Facebook « La ferme de Traon Bihan ». 09/02/2017

http://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

09 février 2017 ~ 0 Commentaire

les studios brest (mncp)

ken 1

ken 2

ken3

MNCP 29 Comité de Chômeurs et Solidaires du Pays de Morlaix
3 place du Calvaire
29600 Morlaix
tél. : 02 98 88 75 10
06 19 82 40 03
mncp29@gmail.com
site: http://comitedeschomeurs.fr

Lire la suite

07 février 2017 ~ 0 Commentaire

brest ceta

brest

Lire la suite

06 février 2017 ~ 0 Commentaire

brest traon bihan

L’image contient peut-être : texte

Le 22 janvier, c’était seulement il y a 2 semaines mais c’est déjà très loin et l’élan de solidarité et de soutien à la ferme ne doit pas s’essouffler !!

« Brest doit garder sa ferme bio » reprend du service !!!

Parce qu’il faut continuer à réfléchir ensemble sur notre société de demain, sur ce que mangeront nos enfants, sur ce sol qu’il faut arrêter de matraquer, sur cette eau et cet air qu’il faut sauver au plus vite…. sur la seule ferme BIO de Brest qu’il faut sauver,

De nouvelles actions de SOUTIEN sont prévues chaque mois car on ne lâchera PAS !! Caler déjà les dates, on vous donne le contenu très régulièrement :

Atelier sur la perte de foncier agricole et les solutions à trouver :
MARDI 14 FEVRIER de 14 h à 16 h à la Ferme de Traon Bihan (uniquement sur inscription)

« GAGNE ou PERDU » le SAMEDI 4 MARS de 17 h à 19 h :
Retour du concours Prairie Fleurie de Paris
Cinéma à la ferme
Apéro Discut en fanfare

« URBAN FARM » le DIMANCHE 2 AVRIL de 14 h à 17 h
Rando poètique, photographique et illustrative dans le Vallon du Vern

On ne lâche RIEN, on compte sur votre SOUTIEN

Pétition

Facebook

La ferme de Traon Bihan

Lire la suite

04 février 2017 ~ 0 Commentaire

lisez (l’humanité)

erdogan
.

Lisez, lisez, et lisez encore les textes d’Asli Erdogan

C’est une belle manière de mobiliser pour la libération de l’écrivaine Asli Erdogan que des artistes ont trouvée. Depuis plus d’un mois, des lectures de textes de l’opposante turque sont organisées, dans des librairies ou ailleurs, à l’appel des écrivains Thierry Briet et Ricardo Montserrat. L’occasion de découvrir une œuvre, celle d’une femme ouverte sur le monde et qui dit sa passion de la liberté, mais aussi le triste sort d’un pays qui finit par vivre sous la coupe du dictateur Erdogan. Cette mise en mouvement du monde culturel se fait sur tout le territoire. Ainsi, le 12 décembre, un moment de solidarité a été organisé à la Maison de la poésie à Paris, alors qu’à Nantes, Brest et ailleurs, simultanément, le travail de l’écrivaine était partagé à haute voix.

http://www.humanite.fr/

Festival de Douarnenez

Lire aussi:

Asli Erdogan, romancière emprisonnée en Turquie (Libération)

Lire la suite

04 février 2017 ~ 0 Commentaire

save stag alar

stang
.

Lettre Ouverte à M.François Cuillandre, Président de Brest Métropole

Ce vendredi 3 février, se déroulait le Conseil de Brest Métropole. Notre association Save StangAlar avait préparé une intervention en commun avec deux autres associations : Cap sur Mestriden et Costour Poumon Vert en Finistère, ainsi qu’avec des riverains du Vallon du Dour Braz.
Nous étions une large vingtaine de citoyens à soutenir notre porte-parole.
Suite à son intervention, le texte en a été distribué aux élus et à la presse, en tant que lettre ouverte. Vous le trouverez ci-dessous.
Après notre prise de parole, les élus de l’opposition sont tour à tour intervenus pour soutenir notre démarche, demandant à Brest Métropole de mieux prendre en compte les demandes des habitants, d’analyser plus finement les projets immobiliers en lisière ou sur les espaces boisés classés, ainsi que les problèmes de circulation induits par ces projets.

C’est l’article 11 du PLU qui autorise l’instructeur du permis d’aller au delà du simple respect formel du PLU par le promoteur privé sur un terrain privé : un projet dont l’ampleur risque de défigurer les lieux ou sites avoisinants, peut être refusé, ou être accordé par l’instructeur du permis sous réserve de prescriptions particulières, prescriptions auxquelles le PLU n’impose pas de limite.

Nous avons demandé pourquoi Brest Métropole n’a pas utilisé cet article pour interdire ou amoindrir le projet Iroise Promotion mais cette question n’a pas obtenu de réponse : aucune des interventions des Vice-Présidents n’a évoqué cet article 11.

Voici le texte de notre lettre ouverte:

3 février 2017
Lettre ouverte à M. le Président de Brest Métropole
Associations SaveStangAlar, Cap sur Mestriden, Costour Poumon Vert en Finistère
à Monsieur le Président de Brest Métropole, Monsieur François Cuillandre.

Monsieur le Président
Lors d’un précédent conseil, M. le Vice Président Fayret nous a répondu à propos d’un projet immobilier démesuré au Vallon du Stang Alar « c’est un projet privé sur une parcelle privée, instruite conformément au code de l’urbanisme et du PLU ». Plusieurs citoyens réunis à l’initiative de deux associations St Marcoises ne se satisfont pas d’une réponse aussi catégo- rique, car la Métropole avait tout moyen juridique de s’y opposer. Nous constatons la répétition dans le territoire métropolitain de projets immobiliers mettant en cause les espaces boisés classés, la tranquillité et la sécurité des usagers. Aussi avons nous cinq questions à vous poser.

Vallon du Dour Braz
Un permis pour un projet immobilier privé de 3 immeubles, 54 places de parking et une piscine, situé au milieu d’un espace boisé classé, juste à côté du parc naturel du DOUR BRAZ a été accordé. Une association de quartier et 9 riverains s’y sont opposés par 3 recours gracieux rejetés, et 2 recours contentieux sont en cours, menés par des riverains.
Notre question n°1:
Brest Métropole a organisé une réunion entre le promoteur et les riverains après la délivrance du permis, soit pendant les délais de recours. De ce fait Brest Métropole a pris le parti du promoteur contre les citoyens! Pourquoi Brest Métropole n’a pas respecté la neutralité qui lui incombe ?
Vallon du Dour Braz
Un projet immobilier privé est prévu au N°1 de la rue Gounod avec désaffectation, puis vente par la mairie de Brest, d’une parcelle du bois du Dour Braz, et autorisation de la circulation de voitures sur la venelle qui traverse ce petit bois fréquenté uniquement par les promeneurs et les randonneurs (GR 34…).
Notre question n°2:
Comment justifiez vous d’avoir désaffecté et vendu une partie de cet espace public boisé classé protégé à un investisseur privé ?

Vallon du Stang Alar
Juste au dessus du Parc public du Stang Alar, Brest Métropole a accordé un permis à Iroise Promotion pour un immeuble de cinq niveaux visibles, 71m. de long, dominant de 24m. le sentier piétonnier du vallon. Les quatre protections attachées réglementairement à la parcelle publique sous jacente sont menacées :

• La zone humide risque d’être dévastée par les pluies importantes comme celles qui ont récemment inondé Kerinou, car seule la gestion des pluies décennales a été imposée au promoteur. Au delà, tout partirait au ruisseau, d’où érosion des berges, turbidité et pollution de l’eau… Éviter cela est pourtant un des impératifs énoncés dans le PLU.
• Il y a risque de dépérissement par pollution des boisements d’intérêt paysager. Ceci contredit un des impératifs énoncés dans le PLU.
• Il y a un grand risque d’atteintes aux racines — et donc d’éboulement, des grands arbres accrochés en hauteur sur le talus public qui longe le sentier piétonnier. Ceci contredit un des impératifs énoncés dans le PLU.
• Toutes les constructions voisines du projet sont pavillonnaires avec jardin. L’identité résiden- tielle de ces quartiers n’est pas préservée. Ceci contredit un des impératifs énoncés dans le PLU.
• Les bâtiments prévus plongeraient directement dans les fenêtres et sur les terrasses des riverains, leur intimité ne serait pas respectée. Ceci contredit un des impératifs énoncés dans le PLU.
• Les conditions de circulation seraient dangereuses puisque le projet induirait un flux de cinquante à cent véhicules/jour, en double sens et dans une voie très étroite, très en pente, sans issue, empruntée pour l’essentiel par les promeneurs du vallon.

Comme au Vallon du Dour Braz, Brest métropole a rejeté les recours gracieux contre ce projet. Aujourd’hui 7 riverains sont en recours contentieux. Une pétition contre ce projet non conforme au PLU a recueilli 2.902 signatures.

En effet ces vallons, avec leurs espaces boisés classés, sont les poumons verts de Brest, celui du Stang Alar accueille plus de 350.000 visiteurs par an, et fait la fierté de Brest et de ses citoyens.

Un article du code de l’urbanisme, repris à l’article 11 du PLU, indique : « Le projet peut être refusé ou n’être accepté que sous réserve de l’observation de prescriptions spéciales si les constructions*, par leur situation, … leurs dimensions …, sont de nature à porter atteinte au caractère ou à l’intérêt des lieux avoisinants, aux sites, aux paysages naturels ou urbains. »
Autrement dit la puissance publique avait tout à fait le moyen de s’opposer à ce projet privé sur un terrain privé, même s’il prétendait respecter le PLU.

Notre Question n°3 :
Pourquoi n’avez vous pas fait usage de cet article pour préserver le caractère de ces vallons ? Cela signifie-t-il que pour Brest Métropole les parcs publics du Stang Alar et du Dour Braz ne méritent pas la protection de la loi au regard des intérêts privés ? Biodiversité:
Par ailleurs des espèces protégées par la Convention de Berne sont observées très fréquemment sur le territoire : écureuils roux, mésanges, roitelets huppés, salamandres… Le grignotage des espaces boisés classés risque de fractionner leurs corridors biologiques.

Notre Question n°4:
Pourquoi Brest Métropole n’a-t-elle diligenté aucune étude d’impact sur la flore et la faune entre le Stang Alar et le Costour, alors que Brest s’enorgueillit à juste titre de son choix récent comme un des trois pôles nationaux de protection de la biodiversité ?
Circulation et Stationnement :
Avec ces projets démesurés, le GR 34 dans le vallon du Dour Braz, la rue Brigadier Le Cann, la rue de Mestriden et le chemin de Pen Helen, tant appréciés des promeneurs, des familles et des sportifs deviendraient des voies dangereuses pour ces usagers.
Les quartiers voisins seraient envahis de voitures en stationnement et circulant en double sens.
Question n°5 :
Quels moyens ont été prévus par Brest Métropole pour assurer la sécurité des usagers de ces voies ?
Les présidentes et présidents des associations signataires, au nom des riverains des vallons du Dour Braz et du Stang ALar
M. Vincent LANGLET Mme Claude Rameau M. Hubert Person
SaveStangAlar
Cap sur Mestriden Costour Poumon Vert en Finistère

Association SAVESTANGALAR 4 févr. 2017

stang

Lire la suite

03 février 2017 ~ 0 Commentaire

brest saint marc

affiche st marc

Lire la suite

02 février 2017 ~ 0 Commentaire

stang alar (brest)

stang

Intervention prévue au Conseil de Brest Métropole le 3 février !

Nous avons collaboré avec les associations Cap sur Mestriden et Costour Poumon Vert en Finistère, en constatant la répétition de projets conduisant à des déclassements d’espace boisés classés, ou à leur mise en danger.

Ces espaces publics protégés, et financés depuis quarante ans par l’argent public pour ce qui est du projet du Stang Alar, servent donc à développer des projets d’immeubles de grand luxe (de 400K€ à 600K€ pour les « Perles de St Marc » qui ont commencé leur pub et leur vente, alors que les recours contentieux ne sont pas jugés).

Ces trois associations, ainsi que des riverains du vallon du Dour Braz, ont demandé à intervenir vendredi au prochain Conseil de Métropole, à partir de 17h00. Un porte parole lira une intervention qui sera ensuite distribuée aux élus et à la presse. Elle sera ensuite publiée sur la page de notre pétition.

Venez nous soutenir de votre présence, rendez vous un quart d’heure avant dans le hall !

Facebook

Lire la suite

02 février 2017 ~ 0 Commentaire

brest maïs (1)

titre 1

golais 1

http://golias-news.fr/

Lire la suite

02 février 2017 ~ 0 Commentaire

brest maïs (2)

 

gol2

http://golias-news.fr/

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin