Archive | Brest et région

20 octobre 2017 ~ 0 Commentaire

brest procureur (atlantico)

ferrand-macron

Tour de passe-passe » : Le Canard enchaîné charge le procureur qui a blanchi Ferrand

Le procureur de Brest « confirme en tous points les révélations du ‘Canard’ sur les exploits immobiliers de l’éphémère ministre de la Cohésion sociale. Mais c’est pour mieux en conclure qu’il n’y a pas de quoi ferrer Ferrand », raille l’hebdomadaire satirique. Justice ou injustice ?

Le 13 octobre, le procureur de Brest, Jean-Philippe Récappé, a classé l’affaire Ferrand sans suite. Dans son édition du 18 octobre, Le Canard Enchaîné critique cette décision. « Il confirme en tous points les révélations du ‘Canard’ sur les exploits immobiliers de l’éphémère ministre de la Cohésion sociale. Mais c’est pour mieux en conclure qu’il n’y a pas de quoi ferrer Ferrand », raille-t-il, ajoutant que « pour arriver à blanchir un macronien d’élite, le magistrat énonce une contrevérité d’importance et se voile les yeux ».

Le « tour de passe-passe » du procureur de Brest

Dans son communiqué, le procureur affirme en effet que l’épouse de Richard Ferrad, Sandrine Doucen, « avait acquis dans le centre de Brest un immeuble qui a été loué ultérieurement aux Mutuelles ».

« En clair : le bien n’a pas été acheté en vue de le louer auxdites Mutuelles », explique l’hebdo- madaire satirique. « Or les documents publiés par le ‘Canard’ attestent du contraire : c’est Ferrand qui a signé, à titre personnel, le compromis de vente sous la condition suspensive que les Mutuelles soient d’accord pour louer ces bureaux !

Et ce n’est qu’une fois cette question réglée que le directeur général a cédé l’affaire à sa compagne, qui se sera constitué, en dix ans, un patrimoine de 600 000 euros sans bourse délier », enfonce le palmipède. Il explique ensuite qu’à « l’époque cette manœuvre a permis à Ferrand de camoufler son rôle dans l’opération. Les comptes rendus des conseils d’adminis- tration des Mutuelles de Bretagne de janvier 2011, consacrés à cet achat immobilier, ont passé sous silence le rôle joué dans l’affaire par le duo Ferrand-Doucen ».

Pour autant, le procureur a conclu que « les investigations menées n’ont pas mis au jour d’élé- ments de dissimulation avérée », s’étonne le Canard Enchaîné, précisant que « la reconnais- sance de cette dissimulation aurait eu pour effet d’allonger les délais de prescription ». « Grâce à son tour de passe-passe, le procureur peut proclamer qu’un éventuel délit de prise illégale d’intérêt est prescrit depuis 2015″, conclut Le Canard enchaîné, ajoutant que l’association anticorruption Anticor envisage de déposer plainte.

18 Octobre 2017
.

Lire la suite

18 octobre 2017 ~ 0 Commentaire

logement (brest)

pref

Logement pour toutes et tous ! Réquisition des logements vides 

Brest, le 16 Octobre 2017

Lettre Ouverte à :

Monsieur Pascal Lelarge, Préfet du Finistère

Monsieur François Cuillandre, Maire de Brest

Objet: hébergement de personnes à la rue

                                                            Messieurs,

Avec plus de 25% de réponses négatives par le 115 lors du premier semestre 2017, la situation de l’hébergement d’urgence à Brest est aujourd’hui totalement catastrophique. 1837 demandes n’ont pu aboutir durant la première moitié de l’année, nombre auquel il faut ajouter les nombreuses personnes qui, découragées par les refus systématiques, n’osent même plus contacter le numéro d’urgence.

Ce sont aujourd’hui plusieurs dizaines de personnes qui demeurent sans hébergement à Brest, dont certaines depuis plusieurs mois. Des personnes en situation de précarité, hommes et femmes, étudiant-e-s, au chômage, travaillant, en demande d’asile, de titre de séjour, citoyen-ne-s françai-se.s, européen-ne-s, mineurs non accompagnés, de nombreux enfants scolarisés dans les écoles de Brest et même des nourrissons !

Pourtant la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948, signée par tous les États, affirme le caractère inconditionnel du Droit au Logement en déclarant :

« Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté. » 1

La Convention de Genève, signée par la France le 28/07/1951, ainsi que le Code du Droit d’Asile font obligation à l’État de nourrir, de vêtir et de loger tout demandeur d’asile. On entend dire aujourd’hui au plus haut niveau que certaines nationalités y auraient moins droit que d’autres. Depuis quand la loi s’applique-t-elle de manière différenciée?

Par ailleurs le Code de l’Action Sociale et des Familles précise que “toute personne en situation de détresse médicale, psychique et sociale a accès à tout moment à un dispositif d’hébergement d’urgence”2 et : “Dans chaque Département est mis en place, sous l’autorité du représentant de l’ État, un dispositif de veille sociale chargé d’accueillir les personnes sans abri ou en détresse, de procéder à une première évaluation de leur situation médicale, psychique et sociale et de les orienter vers les structures ou services qu’appelle leur état. Ce dispositif fonctionne sans interruption et peut-être saisi par toute personne, organisme, ou collectivité”3. Quand toutes ces personnes refusées par le 115 ont-elles eu la possibilité de rencontrer ce “dispositif”?

La Convention Internationale des Droits de l’Enfant, signée par l’État Français en 1989, stipule que : “ Les Etats parties adoptent les mesures appropriées, compte tenu des conditions nationales et dans la mesure de leurs moyens, pour aider les parents et autres personnes ayant la charge de l’enfant à mettre en oeuvre ce droit et offrent, en cas de besoin, une assistance matérielle et des programmes d’appui, notamment en ce qui concerne l’alimentation, le vêtement et le logement.”4

Condamné à de multiples reprises par la Commission Européenne des Droits de l’Homme, rappelé régulièrement à l’ordre par le Défenseur des Droits, l’État français maintient et durcit sa position au mépris de toute réglementation et de toute éthique. Comme le rappelait le Défenseur des Droits : “Tout démontre que ce qui fait la migration c’est la nécessité vitale de fuir son pays, la situation politique, la guerre, les inondations, les sécheresses, la famine, la négation des droits des femmes et des homosexuels… Ce n’est pas du tout l’appel d’air qui joue”5. Le 21 juin dernier, il constatait “des atteintes aux droits fondamentaux… d’une exceptionnelle et inédite gravité” avec “des conditions de vie inhumaines”. En rendant la vie impossible aux personnes en exil, il est certain que nous n’arrêterons pas les migrations, par contre nous nous déshonorons chaque jour davantage.

Hormis le silence, les assignations devant le tribunal, les évacuations policières, la seule réponse de l’Etat français et des autorités locales est l’hôtel. Ainsi, entre 2015 et 2016, le 115 a augmenté de 121 % le recours aux hôtels et réservé plus de 18000 nuitées à l’année. Selon Hervé Perrain, directeur de l’AGEHB 6, le service tourne actuellement à 3000 nuitées d’hôtels accordées par mois.7 Outre le coût financier considérable de ce type de solution, c’est le coût humain qui est le plus important. En effet, tous les rapports montrent les conséquences dramatiques sur la santé des personnes de ce mode d’hébergement que la circulaire Pinel8, jamais appliquée, visait à réduire.

Il existe d’autres solutions moins coûteuses et plus adaptées aux besoins des personnes. Comme par exemple la réquisition et la mise à disposition de bâtiments vides (plus de 6500 à Brest, dont de nombreux appartenant à l’État ou aux collectivités locales).

En conséquence, nous exigeons que L’État et la Mairie prennent pleinement leurs responsabilités en donnant accès à un logement décent et pérenne à toutes les personnes à la rue. De plus la mise en place à très court terme d’un centre d’accueil et de mise à l’abri, ouvert 24h/24 toute l’année, est absolument indispensable pour éviter que de telles situations se reproduisent.

Nous entendons vous interpeller sur les possibilités existantes et vous renvoyons aux articles l 641-1 et l 641-2 du Code de Construction et de l’Habitation9:

Monsieur le Maire, vous avez le pouvoir de demander au Préfet de réquisitionner des locaux laissés vacants depuis plus de 6 mois et vous, Monsieur le Préfet, pouvez répondre favorablement à cette demande.

La crise n’est ni migratoire, ni économique, elle est humaine ! Il est temps d’en finir avec le calcul politique, place à la volonté !

Des personnes se sont installé-e-s au nº 56 de la rue Bruat à Brest dans un immeuble appartenant à Brest Métropole Habitat qui fut auparavant un foyer pour “filles-mères” puis, plus récemment, le siège social de l’association Émergence.

La solidarité n’est pas une charge mais un devoir ! Nous affirmons ici que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme prime sur toute autre loi. En ce sens, toute expulsion sans relogement immédiat serait contraire à son article 25 précédemment cité.

Dans l’attente d’une réponse positive de votre part, veuillez croire Messieurs en notre détermination à continuer d’exiger le respect de la dignité humaine et des droits fondamentaux. Vous pouvez compter également sur nous pour travailler à la recherche de solutions.

Les soutiens des habitant-e-s du nº56 rue Bruat à Brest :

Mouvement Zéro Personne à la Rue Brest, Front Social 29, CNT Brest, CLAJ,  FSU 29, Aidons les Réfugiés, NPA 29, Collectif Contre la Loi Travail,      Assemblée Citoyenne 29, Mrap 29.

https://www.change.org/

Lire la suite

16 octobre 2017 ~ 0 Commentaire

abers (ouest france)

flyer du 4 oct pdf-page-001

Pays des Abers. Un festival autour de l’accueil des migrants

Depuis deux ans, le pays des Abers reçoit des exilés, dont le nombre va croissant. Trois soirées présentent leur parcours du combattant au travers de films et débats. Plouguerneau, Plouvien et Lannilis ont été choisies par l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) pour héberger des demandeurs d’asile.

Rapidement, des collectifs se sont préoccupés de leur accueil. « Afin de remédier à l’isolement auquel est confrontée une personne dans un environnement dont elle n’a pas forcément les codes », explique Paul Madec, du collectif lannilisien. En effet, la législation concernant les demandeurs d’asile est extrêmement complexe, « surtout lorsque ces personnes ne connaissent pas notre langue. »

Informer et comprendre

Et puis, au quotidien, « il faut prendre en compte que la majorité arrive sans ressource, et l’allocation aux demandeurs d’asile n’est débloquée qu’après un dépôt de demande d’asile à la préfecture, ce qui peut prendre plusieurs mois », note aussi Paul Madec. En attendant, les mairies, à travers les CCAS, les banques alimentaires, des mises à disposition de salles, apportent leur écot.

Pour mieux comprendre cette crise migratoire, les collectifs de Plouguerneau et Lannilis proposent un festival afin « de faire le point, à l’heure où quatre-vingts personnes sont attendues au Prahda de Landivisiau et une soixantaine à celui Lampaul-Guimiliau ».

Les bénéfices du festival seront versés à l’action « Cent pour un toit », initiée par le collectif Humanité de Plouguerneau et l’association Digemer qui cherche à loger les migrants sans domicile. « Parmi eux, on retrouve beaucoup de mineurs isolés dont la situation dans la région brestoise est catastrophique. »

Le programme du festival

Jai marché jusquà vous, de Rachid Oujdi. Ils ont moins de 18 ans, on les appelle les mineurs isolés étrangers. Venus seuls, sans visa, ils débarquent à Marseille. En attendant leur majorité, ils sont censés se trouver sous la protection de l’Aide sociale à l’enfance… Suivi d’un débat.

Mardi 17 octobre, à 20 h 30, salle Armorika, Plouguerneau.

Welcome chez nous, d’Adrien Pinon. Serquigny, village de l’Eure de 2 000 habitants, accueille 30 réfugiés en provenance de la jungle de Calais. Après l’inquiétude, petit à petit, villageois et réfugiés apprennent à se découvrir.

Vendredi 20 octobre, à 20 h 30, UCPA de l’Aber-Wrac’h.

Open the border, de Mikael Baudu. Février 2016. Saïf, Tarik et Sévé tentent pour la dixième fois de traverser la Mer Égée. Une semaine plus tard ils arrivent à la frontière gréco-macédo-nienne. 14 000 réfugiés entassés autour d’abris de fortune. Leur rêve d’Europe se fracasse.

Samedi 21 octobre, à 18 h, salle Nuit de noce, à Lannilis.

16/10/2017

https://www.ouest-france.fr/

Association « DIGEMER »

Lire la suite

10 octobre 2017 ~ 0 Commentaire

front social (brest)

IMG_3171

IMG_3175

Le NPA manifestait derrière le « Front Social » 

Lire la suite

09 octobre 2017 ~ 0 Commentaire

front social 29 (1)

pic nik

Le front social propose d’inviter les manifestants dans chaque ville à pique-niquer ensemble après la manif

Facebook

Lire la suite

27 septembre 2017 ~ 0 Commentaire

relecq kerhuon (le télégramme + france info)

benoit h

Le Relecq-Kerhuon. Le maire Yohann Nédélec pousse ses agents à manifester

Yohann Nédélec se mue en leader syndical. Le maire du Relecq-Kerhuon ap- pelle ses agents à se mobiliser le 10 octobre prochain, lors de la journée de grève pour la défense de la fonction publique. Un appel diversement apprécié chez les agents, les syndicats, et les élus des communes voisines, où la lettre a été diffusée.

C’est un euphémisme : l’élu socialiste Yohann Nédélec n’est pas fan du président Macron ni de la politique du gouvernement. Mais de là à jouer les Philippe Martinez… Cette employée com- munale n’en revient toujours pas. En ouvrant l’enveloppe renfermant sa fiche de paie, elle a découvert un courrier signé de son maire, dans laquelle ce dernier l’appelle à manifester pour la défense de la fonction publique, le 10 octobre prochain.

« Cette lettre vous apparaîtra sans doute comme surprenante », convient Yohann Nédé- lec, « mais en tant qu’autorité territoriale, fervent défenseur de votre statut et de vos missions, je vous appelle à vous mobiliser massivement afin que nos gouvernants se rendent mieux compte de la paralysie qu’entraînerait une diminution de vos effectifs ».

« Chacun fera ce qu’il souhaitera »

La missive, dans laquelle Yohann Nédélec met en avant sa qualité de président du Centre de gestion du Finistère, s’est rapidement répandue dans les couloirs des mairies avoisinantes. À Guipavas, par exemple, le maire Fabrice Jacob en a pris connaissance. « En général, les appels à la grève, c’est le rôle des syndicats. C’est la première fois que je vois un patron appeler ses employés à descendre dans la rue », observe-t-il avec ironie.

Yohann Nédélec a beau préciser « que chacun fera ce qu’il souhaitera », un autre maire de la métropole brestoise (qui préfère rester anonyme) dénonce un « curieux mélange des genres. Dans le traitement du service public, on demande de la neutralité à nos agents, ces derniers sont en droit de demander la même neutralité à leur égard ».

« Qu’il paie la journée de grève de ses agents »

Au bureau de la CGT de Brest métropole, où l’écrit de Yohann Nédélec a alimenté les conver-sations, on a d’abord cru à une boutade. Et pour cause: « C’est du jamais vu ! », reconnaît Éric Pellennec, secrétaire général de la CGT de Brest métropole. Lequel a envie de dire à l’élu : « Mieux vaut tard que jamais ». Il n’oublie pas, en effet, que le même Yohann Nédélec a défendu la politique de l’ancien président Hollande, « qui a attendu la dernière année de son mandat pour relever légèrement le point d’indice des fonctionnaires ».

À la CGT, on n’est pas mécontent de trouver un allié de poids pour relayer le mot d’ordre des syndicats. « Son courrier va dans le bon sens et on va le diffuser largement. On aimerait maintenant que beaucoup d’autres élus suivent le mouvement, à commencer par François Cuillandre, ici à Brest ». Sollicité, Yohann Nédélec n’a pas souhaité s’exprimer.

Les syndicalistes suggèrent néanmoins au maire du Relecq-Kerhuon de joindre le geste à la parole. « Qu’il annonce qu’il va payer la journée de grève à ses agents, ce sera plus facile pour eux. Et comme patron de collectivité, il a aussi toute latitude pour relever le régime indemnitaire dans sa commune ». Alors, chiche ?

26 septembre 2017  Jean-Luc Padellec

http://www.letelegramme.fr/

Commentaire: Camarade maire bravo! Oublions tout! Surtout le tandem François Hollande- Emmanuel Macron!

Lire aussi:

Taxe d’habitation : des maires appellent à la grève (France Info)

Lire la suite

24 septembre 2017 ~ 0 Commentaire

france 3 iroise (ouest france)

reuz

Brest. Les salariés de France 3 Iroise bloquent le comité d’entreprise

Une quinzaine de salariés brestois de France 3 Iroise sont allés à Rennes ce vendredi matin. Par solidarité avec les grévistes, les membres du comité d’entreprise ont quitté la salle, contraignant la direction à mettre fin à la séance.

Une quinzaine de salariés brestois de France 3 Iroise sont allés à Rennes ce vendredi matin, où se tenait une réunion du comité d’entreprise au siège de France 3 Bretagne.

Ils protestent contre la suppression, au 1er janvier 2018, de l’édition Iroise.

Après le début du CE avec les élus et la direction, celui-ci a été interrompu pour la tenue d’une assemblée générale improvisée. Le CE a ensuite repris, avant que les élus ne quittent la salle, la réunion prenant alors fin.

22/09/2017

https://www.ouest-france.fr/

Commentaire: En Bretagne, à la suite du député du Morbihan, Paul Molac, des régionalistes se retrouvent derrière Macron! Alors la recentralisation jacobine? Ya bon?

Lire la suite

18 septembre 2017 ~ 0 Commentaire

vendredi 22 septembre (afps)

salalh

Libérez Salah Hamouri!

L’avocat Franco-Palestinien Salah Hamouri, emprisonné en Israël depuis le 23 août vient d’écoper de 6 mois de détention administrative, renouvelables, sur ordre du ministre d’extrème droite Avidgor Lieberman.

Un déni de droit absolu, dans un silence total des autorités de notre pays (et aucune réponse des parlementaires locaux à nos mails), à la différence du journaliste Loup Bureau, dont nous nous réjouissons de la libération après l’intervention de Jean-Yves Le Drian en Turquie. Ce deux poids deux mesures entre deux citoyens français n’est pas acceptable !

Nous appelons à un rassemblement de soutien à Salah, afin d’exiger sa libération:
.
Vendredi 22 Septembre 
18h Place de la Liberté à Brest.
 .
Salah Hamouri : injustice est faite, un déni absolu de droit
.
Ainsi donc la « loi du plus fort » est passée ! Dans cette partie du monde la démocratie ne vaut que pour certains : ceux qui depuis 50 ans – en toute impunité – occupent, colonisent, humilient tout un peuple en le privant de ses droits nationaux.
.
Salah Hamouri, avocat franco-palestinien résident de Jérusalem-Est, est de nouveau victime de cette arme inique utilisée illégalement de façon massive par le pouvoir israélien : la détention administrative. Après avoir déjà été emprisonné 7 ans pour des accusations fantaisistes, il est condamné à 6 mois de détention administrative sans qu’aucune charge ne pèse sur lui et sans avoir eu droit à aucun procès.
.
La détention administrative permet à un pouvoir autoritaire de maintenir en prison sans aucun motif un opposant – ou supposé tel – sans avoir à avancer le moindre commencement d’un début de preuve. De plus cette condamnation est renouvelable à l’infini sans plus de justification. Ils sont actuellement plus de 400, victimes de ce déni de justice et de démocratie, dans les prisons israéliennes, dont des femmes, des enfants, des député.e.s, pour certains depuis de nombreuses années.
.
Il a fallu 28 jours au pouvoir israélien pour parvenir à ses fins au gré des atermoiements d’une justice aux ordres d’un pouvoir colonial. Pendant ces 28 jours, la solidarité citoyenne s’est amplifiée, des milliers de messages ont été envoyés aux autorités françaises. Le silence de ces autorités a été assourdissant, insoutenable. L’appel au Président de la République pour qu’il ne reste pas muet face à cette situation est resté sans effet ! Comment expliquer ce silence ? Quand un citoyen français est victime d’arbitraire et d’injustice, c’est la République qui est humiliée.
.
Et cela, Emmanuel Macron le sait très bien, il en a fait la démonstration pour faire sortir des geôles turques Loup Bureau dont le père rappelait que son fils avait été accusé, de manière fantaisiste et arbitraire, d’appartenir à une « organisation terroriste » par M. Erdogan et les autorités turques.
.
Monsieur le Président de la République, il suffit de remplacer Loup Bureau par Salah Hamouri et Monsieur Erdogan par Monsieur Netanyahou pour éclairer la situation. Monsieur le Président de la République, pourquoi ce silence ? Un avocat franco-palestinien victime de l’arbitraire du pouvoir israélien n’a-t-il pas la même valeur à vos yeux qu’un journaliste français victime de l’arbitraire du pouvoir turc ? Ne mérite-t-il pas le même traitement, le même respect ?
.
Plus que jamais mobilisé.e.s, nous ne lâcherons rien, tant que Salah n’aura pas retrouvé sa liberté !
.
Liberté pour Salah Hamouri, l’acharnement du pouvoir israélien contre lui doit cesser !
.
Le Bureau national de l’Association France Palestine Solidarité
.

Lire la suite

17 septembre 2017 ~ 0 Commentaire

maquis (brest)

brest

Demande d’entrevue auprès de monsieur le Sous Préfet.

Durant l’été, nous avons été nombreux à apprendre, brutalement, l’arrêt des contrats aidés alors même qu’avaient lieu des démarches de recrutement et d’accueil de nouveaux salariés ! Nous, associations, syndicats et citoyen-ne-s, n’acceptons pas la décision du gouvernement, unilatérale et abrupte, de supprimer ce dispositif, sans qu’aucune solution ne soit proposée aux associations et aux personnes touchées.

Malheureusement, ces dispositifs sont dans bien des cas la seule possibilité pour de nombreuses associations de poursuivre leurs activités de solidarité, de soin, d’éducation, de culture, de sport, ou encore de remobilisation sociale. Ces activités s’inscrivent en dehors du secteur marchand et sont confrontées à des manques de moyens financiers et souvent des baisses de subvention. Qu’elles répondent à des besoins sociaux ou à l’intérêt général, voire pour certaines à des missions de service public, il est nécessaire qu’elles soient protégées.

Par ailleurs, parmi les plus gros utilisateurs de ces contrats aidés, l’État et les collectivités locales recrutent des personnes de manière non pérenne et cela, bien souvent, pour compenser le manque de moyens des services publics.

Par cette décision sans concertation, ni mesure de ses conséquences dans l’immédiat et sur le long terme, nous prenons acte du désintérêt que semble porter le gouvernement pour les actions menées sur les territoires, et au peu de cas fait aux personnes bénéficiaires ou engagées dans des démarches de demande de contrats aidés.

Cette décision motivée par des raisons strictement budgétaires s’accompagne de choix politiques en faveur des plus fortunés : prochaine diminution de l’impôt sur la fortune, baisse des impôts des grandes sociétés, atteintes répétées aux droits sociaux et au droit du travail. Au plan national comme localement, d’autres choix politiques avaient déjà attenté aux services publics et au secteur non marchand, notamment par le biais de diminution des subventions aux associations.

Ces décisions viennent accentuer ce qui peut être considéré comme un abandon des populations les plus fragilisées et contribueront à l’augmentation des déséquilibres sociétaux et des inégalités sociales. Les conséquences de tels choix successifs sont ainsi désastreuses à court et à long terme, pour les personnes victimes de ce gel brutal, pour les associations, mais aussi pour l’ensemble de la population.

Pour les nombreuses personnes concernées par la remise en cause des contrats aidés et pour la survie de nombreuses structures, nous demandons dans l’immédiat le maintien du dispositif. Nous demandons néanmoins la construction de moyens plus efficaces pour lutter contre le chômage et la précarité et des solutions plus pérennes pour ne pas devoir utiliser de tels contrats dérogatoires au droit du travail. En effet, ces embauches précaires ne peuvent être considérées comme satisfaisantes du point de vue des salarié-e-s.

Nous appelons l’ensemble des associations, des syndicats et des citoyens à se mobiliser contre les politiques menées actuellement, en rejoignant ou en initiant collectivement des actions contre celles-ci.

COLLECTIF ASSOCIATIONS PAYS DE BREST

SIGNATURE EN LIGNE
Pour signer l’appel du collectif des associations du pays de Brest « Baisse de subventions & remise en cause des contrats aidés » c’est ici :
http://www.maquis.infini.fr/

Avec:

ADAO, MPT/MJC de l’Harteloire, Les ateliers du Pinson, Compagnie Moral Soul, Compagnie Monaluna, Penn Ar Jazz, Couleur Quartier, Un soir à l’ouest, KUUUTCH, Ensemble Nautilis, Compagnie Anaïs Cloarec, Le théâtre du Grain, Court-circuit Pays de Brest, Compagnie MO3, Mpt Pen Ar Créac’h, et meute, Termaji Brest, Sema’for, Cooperative Artistique Cent-neuf, CSF Rive droite, FRONTAL, Collectif Revelrie, Lieu-dit Brest, Compagnie gigot bitume, Cinéphare, Patronage Laïque Guérin, Fil – Atelier&Collectif, Cookids On The Floor, Le Fourneau – Centre National des Arts de la Rue et de l’Espace Public, Bapav – Brest à Pied et à Vélo, La Cocotte Culturelle, Éditions Ultra, Le Mélange, LCause, Maison Pour Toutes, MPTValy-Hir, Canal Ti Zef, Travesías, Heol, La Ligue de l’enseignement du Finistère, Teatr Piba, Compagnie Dérézo, SUD Solidaires, Union local CGT Brest, Collectif Brestois contre la loi travail, Ensemble!, Autre Gauche Brest Nouvelle Citoyenneté, PCF Section du Pays de Brest, Ligue de l’enseignement du Finistère (NPA) et plus de 250 signataires.

Facebook

Lire aussi:

Brest. Fin des contrats aidés : les associations mobilisées (Ouest France)

Lire la suite

16 septembre 2017 ~ 0 Commentaire

traon bihan (le télégramme)

traon3

Traon Bihan. Rassemblement aujourd’hui

Le Collectif citoyens pour la ferme bio de Traon Bihan organise un  rassemblement aujourd’hui, place de la Liberté, à Brest, à partir de 14 h, pour « défendre la dernière ferme d’élevage bio de Brest.
.
La ferme de Traon Bihan (dans son état actuel) et l’écoquartier de la Fontaine Margot peuvent et doivent cohabiter », martèle le collectif.
.
Hier, les groupes Europe-Écologie Les Verts et l’Autre Gauche BNC ont également appelé à soutenir ce rassemblement. (Il va sans dire que le NPA aussi y appelle)
.
6 septembre 2017
.

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin