Archive | Austérité

16 août 2017 ~ 0 Commentaire

étudiant(e)s (solidaires)

jeunes

Diminution des aides au logement : se loger ou manger, nous n’avons pas à choisir !

Le gouvernement vient d’annoncer une baisse des allocations logement (APL, ALF, ALS) de 5€ par mois à partir d’octobre 2017, soit 60€ par an et par personne. C’est absolument scandaleux ! Tous les ans, les gouvernements successifs réduisent le montant et le périmètre des aides au logement. Cette année, ce sont donc 6,5 millions de foyers, soit 12.500.000 de personnes qui vont perdre 5€ par mois !

La réaction des étudiant·e·s, nombreux·ses à être concerné·e·s par les Aides Personna- lisées au Logement (800.000 étudiant·e·s sur les 2.500.000 que comptait le pays en 2015 en bénéficient), ne se fait pas attendre : nous ne comptons plus les témoignages d’étudiant·e·s dont la perte annoncée de ces 5€ par mois signifie manger moins souvent, faire l’impasse sur des soins, ou abandonner leurs études, faute de pouvoir survivre.

Non content de réduire le budget de l’Enseignement Supérieur et la Recherche, Macron s’attaque au budget des étudiant·e·s, dont plus de la moitié est consacré au logement. La loi travail 2 qui s’annonce va aggraver la situation : plus de 90% des étudiant·e·s occupent un emploi chaque année, dont la moitié toute l’année.

Macron massacre à coup de rabot, tranche par tranche, euro par euro les droits des étudiant·e·s. Il va aggraver notre précarité, nous obligeant à voler notre nourriture faute de pouvoir l’acheter, dormir dans le froid faute de pouvoir se chauffer ou se loger, renoncer à des soins médicaux et pour finir renoncer à nos études pour tenter de survivre. Nous ne nous laisserons pas faire !

Les étudiant·e·s ne sont pas les seul·e·s à avoir recours aux aides logement, loin s’en faut. C’est aux 30% les plus pauvres de la population que Macron veut faire payer les cadeaux aux plus riches et au patronat, tels que la réforme annoncée de l’ISF !

Des aides vitales, faute de mieux

Notre fédération défend la possibilité pour chaque étudiant·e d’être indépendant·e. Cette indépendance est particulièrement importante en cas de rupture familiale, et/ou quand il s’agit de personnes qui subissent une oppression spécifique. Par exemple, pour un·e étudiant·e trans ou homosexuel·le, le foyer familial peut·être un lieu de discriminations permanentes : le quitter est alors non seulement une condition pour la réussite de ses études mais aussi souvent une question de survie.

Ce qui rend ces aides si précieuses, c’est qu’elles sont universelles et qu’elles tombent à jour fixe : on peut “compter dessus”. C’est un élément important quand on sait que les dates de versement des bourses sont aléatoires, et que celles-ci sont nettement insuffisantes. En Île-de-France, bien souvent, même une bourse à échelon maximum ne suffit pas à couvrir l’ensemble du loyer ! Diminuer les aides au logement, c’est aggraver la précarité étudiante.

Elles nous sont donc vitales. Elles sont le peu que nous avons pour pouvoir étudier dans des conditions tolérables. Elles restent des solutions faute de mieux, des solutions de survie. Même cumulées avec les bourses, elles ne suffisent pas à l’émancipation totale des étu- diant·e·s. De plus, il s’agit bien d’argent public qui finance des propriétaires privés. On l’oublie trop souvent : ce sont eux qui s’enrichissent non seulement sur le dos de notre précarité, mais aussi sur le budget de l’État… donc de toute la société.

C’est pourquoi, faute de mieux, nous défendons ces aides pour l’instant et nous opposons catégoriquement à leur baisse. Nous revendiquons un véritable engagement de l’État dans le logement social et particulièrement le logement étudiant.

La fédération Solidaires étudiant-e-s, syndicats de luttes, revendique des mesures à effet immédiat :

  • L’instauration d’un véritable statut de locataire (avec un vrai droit au logement) pour les occupant·e·s de chambres CROUS ;
  • La fin des avantages et privilèges, notamment fiscaux, accordés aux investisseurs privés qui profitent de la misère étudiante ;
  • Le plafonnement des loyers dans le parc privé ;
  • Le gel puis la baisse des loyers dans les CROUS ;
  • La réquisition des logements vides ;
  • La pénalisation de la demande de caution parentale pour la location de tout logement ;
  • La fin des critères discriminatoires lors de l’attribution de chambres CROUS (couples homosexuels notamment) ;
  • La nationalisation des résidences “sous contrat” avec le CROUS.

Pour que ces mesures soient viables sur le long terme nous revendiquons en outre :

  • La réhabilitation de tous les logements insalubres sans augmentation de loyer, en partie financée sur la suppression des avantages fiscaux sus-mentionnés ;
  • La construction massive de logements dignes, de qualité et respectueux de l’environnement.

24 juillet 2017

http://www.solidaires-etudiant.org/

Lire la suite

14 août 2017 ~ 0 Commentaire

austérité (médiapart)

macron

Réduire la fonction publique n’est pas un choix rationnel

La réduction des services publics ne s’inscrit pas dans une logique dictée par des chiffres contrairement à ce que veulent faire croire ceux qui la promeuvent.

François Fillon légitime la suppression de 500 000 postes de fonctionnaires par le fait que le nombre d’agents publics a très fortement augmenté et qu’il est aujourd’hui nettement plus élevé en France que chez la plupart de nos voisins. Les think-tank libéraux répètent inlassable- ment le credo d’une France surdotée d’emplois publics par rapport aux autres pays.

C’EST FAUX ! Une faible augmentation du taux de fonctionnaires

Pour faire croire à un recours inflationniste à la création de postes de fonctionnaires, il faut choisir de ne raisonner que sur les chiffres bruts : 3,8 millions en 1980 // 5,6 millions en 2015 soit une forte augmentation. Mais en réalité ce que traduit ce chiffre n’est pas tant l’augmen-tation du nombre de fonctionnaires que l’augmentation de la population !

Car c’est évidemment proportionnellement à la population totale que cette question doit être examinée : plus la population est nombreuse, plus le nombre de fonctionnaires nécessaires au bon fonctionnement des services publics est élevé. Et si on compare le nombre de fonctionnaires proportionnellement à la population totale, l’augmentation est seulement de 1,4%. et, actuellement, le nombre de fonctionnaires croit moins fortement que la population.

Un nombre de fonctionnaires moins élevé qu’il y paraît

Si le nombre de fonctionnaires pour 1000 habitants est supérieur en France à la moyenne européenne, nous sommes loin d’être le pays des records en la matière ! Par exemple, la Finlande, souvent citée y compris par les discours libéraux comme modèle pour ses services publics a presque 130 fonctionnaires pour 1000 habitants alors que nous n’en avons que 80. Nous avons même moins de fonctionnaires pour 1000 habitants que les États-Unis.

Si nous regardons la part des fonctionnaires dans l’emploi public, la France se situe parmi les pays ayant un taux faible (l’emploi public représente environ 20% de l’emploi total en France) et en dessous de la moyenne européenne (environ 25%) et de la plupart des pays européens. Et ce taux a été davantage réduit en France que dans la moyenne des pays européens (1,5% contre 0,5%)

Si on compare le nombre de fonctionnaires à la surface du pays, ce qui est une donnée signifiante car la faible densité de population nécessite un nombre de fonctionnaires supérieur pour que le service public soit assuré équitablement sur l’ensemble du territoire. Là encore, la France est loin d’être dans le peloton de tête avec un taux inférieur à l’Allemagne.

La comparaison ne peut se limiter à ces chiffres car le nombre de fonctionnaires doit être mis en regard des missions exercées par le service public.

Ainsi le Royaume-Uni qui a privatisé une grande partie de ses services publics n’en n’a pas moins un taux d’emploi public/emploi total comparable à celui la France. Idem pour l’Allemagne.

Que les choses soient claires : la réduction des effectifs de la fonction publique n’obéit donc pas à une rationalité dont les chiffres feraient la preuve, elle est un choix politique : celui de transférer une part des missions des services publics vers des services privés et payants. C’est-à-dire de les réserver aux plus riches et donc de priver les classes populaires de soins, d’éducation, de culture et de sécurité.

Sources : INSEE, OCDE, OFCE, Ministère de la Fonction publique

Paul DEVIN 11 févr. 2017

Syndicaliste FSU, inspecteur de l’Education nationale, secrétaire général du SNPI-FSU, syndicat des inspecteurs (IEN et IA-IPR).

https://blogs.mediapart.fr/

Lire la suite

13 août 2017 ~ 0 Commentaire

contrats aidés (france bleu + alternatives économiques)

privileges-des-pauvres

Baisse des contrats aidés : des milliers de salariés et d’employeurs en détresse

Conséquence de la volonté du gouvernement de réduire le nombre de contrats aidés, des salariés se voient interrompre ou supprimer le contrat qui leur avait été promis ou même qu’ils avaient démarré. Un drame, à la fois pour les employés mais aussi pour les employeurs.

Murielle Pénicaud les juge « inefficaces » et « coûteux« . 

Dans le viseur de la ministre du travail, les contrats aidés de type CAE (Contrat d’Accompagne- ment dans l’Emploi) ou CUI (Contrat Unique d’Insertion). Ainsi, alors même que certains con- trats ont récemment été signés par des employeurs et des employés, des dizaines viennent d’être purement et simplement annulés, voire interrompus. En effet, les agences Pôle Emploi ont reçu l’ordre lundi dernier de les arrêter et de ne plus en délivrer. Résultat, des situations ubuesques et dramatiques, avec des employés qui voient leur précieux leur passer sous le nez. Et d’autres qui avaient carrément commencé à travailler et à qui l’on a demandé cette semaine de rentrer chez eux. Autant de drames humains, que le gouvernement ne semble pas avoir bien mesuré.(Sans blague? NdB)

Isabelle, renvoyée chez elle après trois journées de travail

C’est une situation ubuesque dans laquelle les pouvoirs publics viennent de plonger Isabelle, 40 ans, mère de deux enfants. Originaire du sud de la France, cette demandeuse d’emploi décroche à la fin du mois de juin dernier un entretien pour un poste dans la ville du Havre. Isabelle traverse alors la France pour passer son entretien et décroche le job. A la clef, un Contrat Unique d’Insertion (CUI). Branle-bas de combat. Isabelle saute sur l’occasion et fonce. Elle signe alors son contrat le 7 août dernier et démarre son nouveau job. Seulement, quatre jours plus tard, coup de fil du Pôle Emploi qui lui signifie que son contrat est finalement invalidé et interrompu. Et maintenant ? Isabelle a en effet engagé des frais, s’est lancée dans la location d’un nouveau logement, a inscrit ses filles à l’école. Seulement, retour à la case de départ. Elle est aujourd’hui de nouveau au chômage et dans une région qu’elle ne connaît pas.

Les agents de Pôle Emploi totalement désemparés

Des situations comme celle d’Isabelle, les conseillers du Pôle Emploi en ont tous sur leur bureau, partout en France. Impuissants et désemparés, face à cette décision prise par le gouvernement. Véronique Riesco est responsable régionale de la CGT, pour le Pôle Emploi, en Normandie. Elle explique les drames humains auxquels elle est aujourd’hui confrontée.

Des recours restent possibles auprès de Pôle Emploi pour les personnes concernées. En attendant, cette mesure risque de faire exploser les chiffres du chômage lors de la prochaine vague.

Bertrand Queneutte, France Bleu Normandie  vendredi 11 août

https://www.francebleu.fr/

Lire aussi:

Emplois aidés : attention danger ! (Alternatives Economiques)

Lire la suite

07 août 2017 ~ 0 Commentaire

pauvres belges (le vif)

haddock2

Les Belges les plus pauvres profitent moins de la prospérité

Toutes les tranches de la population belge ont vu leur revenu disponible augmenter entre 1985 et 2013, mais la hausse a été plus importante chez les hauts revenus que chez les autres, selon une étude de Wim Van Lancker (Université d’Anvers).

Sur cette période, en tenant compte de l’inflation, le revenu disponible des ménages des 5% les plus pauvres de Belgique a augmenté d’environ 16%, alors que celui des 5% les plus riches a crû de 46%, et celui du pour cent le plus fortuné de 60% selon une étude de Wim Van Lancker (Université d’Anvers), relayée par De Standaard lundi..

La classe moyenne a vu son revenu disponible croître de 40%. « La différence entre cette classe moyenne et les hauts revenus est donc bien moins importante que la différence entre les bas revenus et ceux de la classe moyenne », souligne Wim Van Lancker. « Ce sont surtout les bas revenus qui sont à la traîne. » Pour Van Lancker, ces chiffres démontrent que la société belge combine une classe moyenne stable, des dépenses sociales élevées et un important risque de pauvreté.

07/08/17

Source: Le Vif

http://www.levif.be/

Lire la suite

02 août 2017 ~ 0 Commentaire

vacs (odi)

depart-en-vacance2

Qui va partir en vacances ?

80 % des cadres supérieurs partent en congés chaque année, contre 50 % des ouvriers. Et encore, entre catégories, on ne part ni aussi souvent, ni aussi longtemps, ni dans les mêmes conditions.

Près des deux tiers des Français déclaraient partir en vacances [1] au milieu des années 1990, selon le Crédoc. Le taux de départ en vacances a ensuite diminué petit à petit jusqu’à tomber à quasiment 50 % en 2008. Depuis 2011, il repart à la hausse et a atteint 60 % en 2014 (dernières données disponibles) [2].

Qui sont les chanceux qui vont faire leurs valises ? Pour partir, il faut en avoir les moyens. 40 % des personnes aux revenus inférieurs à 1 200 euros mensuels ont quitté leur domicile pour des congés en 2014, contre 86 % de celles qui disposent de plus de 3 000 euros. Un « budget vacances » pour une famille peut représenter plusieurs milliers d’euros : impossible pour la majorité des bas salaires. Les plus pauvres ne sont pas les plus aidés et les plus aisés ont davantage l’occasion de bénéficier d’hébergements gratuits dans la famille ou chez des amis.

Partir dépend plus largement du milieu social. 82 % des cadres supérieurs partent en congés contre 47 % des ouvriers. Plus on monte dans l’échelle sociale, plus on a de chances de s’échapper. Parce que l’on gagne davantage, mais aussi parce que cela fait partie de son mode de vie. Par exemple, parce qu’on a eu l’habitude de voyager avec ses parents (on y a pris goût, on se sent rassuré hors de chez soi), parce qu’on parle une langue étrangère (pour les voyages lointains). Mais aussi parce que ses amis voyagent et que raconter ses vacances lointaines (et les mettre en scène sur différents supports) fait partie de la sociabilité, de l’image qu’on renvoie de sa famille notamment.

Des inégalités qui se creusent

Le taux de départ en vacances a eu tendance à augmenter pour toutes les catégories sociales au cours des dernières années, ce qui peut paraître paradoxal en temps de crise. Si on remonte davantage dans le temps, on observe que les plus modestes [3] n’ont pas encore rattrapé leur niveau de départ en vacances de la fin des années 1990 (44 % en 1998, contre 40 % aujourd’hui). Tandis que le taux de départ des plus aisés [4] est passé de 83 % en 1998 à 86 % en 2014. Par ailleurs, les taux de départ progressent beaucoup plus fortement chez les retraités qui ne subissent pas l’impact de la montée du chômage [5].

Les raisons de ceux qui ne partent pas

En 2014, près de la moitié des personnes déclaraient ne pas envisager de partir en vacances dans les prochains mois pour des raisons financières. Il faut dire qu’une semaine de location pour un couple avec deux enfants équivaut souvent au minimum à un demi-Smic. D’autres ne prévoyaient pas de partir pour des raisons de santé (16 %), professionnelles (9 %) ou familia- les (8 %). Un peu plus d’une personne sur dix n’est pas partie par choix (13 %).

Rares sont ceux qui partent plusieurs fois dans l’année

Partir est une chose, mais seule une minorité privilégiée peut le faire plusieurs fois par an. C’est le cas pour 22 % de la population (données Crédoc 2009). Les cadres sont 43 % à être dans ce cas, mais les ouvriers sont quatre fois moins nombreux. Pouvoir partir en vacances hors de l’été reste un luxe.

Prendre l’avion pour ses déplacements personnels ou professionnels est loin d’être une pratique démocratisée. La moitié des voyages sont réalisés par les 2 % des personnes les plus riches. En 2008, les 10 % des habitants les plus riches ont fait en moyenne 1,3 voyage aérien, alors que jusqu’aux 50 % les plus pauvres, le nombre moyen de vols est proche de zéro (moins de 0,2, soit un voyage tous les 5 ans) [6]. Pour la grande majorité des personnes, prendre l’avion est impossible financièrement, en dépit du développement des compagnies à bas prix.

Date de rédaction le 15 juillet 2012

30 juin 2017

http://www.inegalites.fr/

Lire la suite

30 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

pauvreté (les répliques)

assis tes

11 millions de français avec moins de 10€ à la fin du mois

Selon un étude réalisée par Genworth en 2015, cabinet spécialisé dans les assu- rances de personnes, environ 11,4 millions de Français ne disposaient que d’à peine 10 euros après avoir payé leurs dépenses courantes et vitales, à savoir : nourriture, loyer, gaz/électricité, impôts, téléphone. Aujourd’hui, la situation ne se serait pas améliorée.

Un chiffre édifiant révélant il y a 2 ans la gravité dans laquelle se trouvait et se trouve toujours des millions de Français représentant environ un quart des ménages, soit 5,8 millions. À contrario, près de 4% des ménages disposent de plus de 1000 euros à la fin du mois, une fois toutes les dépenses courantes et vitales réglées. Pour 20% des ménages, entre 100 et 200 euros restant à la fin après règlement de toutes les factures et dépenses vitales.

Les résultats révèlent également d’autres chiffres évocateurs :

- 50% des sondés ont du mal à finir le mois et à gérer jusqu’à la paie suivante.

- Un peu plus de 50% n’épargnent qu’à peine 50 euros par mois.

- 40% des Français ne tiendraient pas un mois en cas de chute de leur revenu. 20% à peine une semaine.

​Des situations préoccupantes révélant également que près de 40% des sondés sont pessi-mistes quant à leur situation financière estimant qu’elle va en s’aggravant. Des difficultés les poussant à réduire voire à supprimer leurs dépenses de loisirs; sortie, cinéma, restaurant, vacances etc. A baisser leur consommation d’eau pour 19% d’entre eux, d’électricité pour 22% et de nourriture pour 19% également.

Seulement 18% des sondés estiment que leur situation financière va s’améliorer, contre 29% en Allemagne et près de 40% en Espagne. Aujourd’hui le taux de pauvreté s’établirait à 15% de la population, elle était à 14% en 2015. La pauvreté et la précarité ne cessent de s’accroître, la situation s’étant donc depuis, aggravée.

24/07/2017

http://m.lesrepliques.com/

Lire la suite

24 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

austérité (basta)

macron

Augmentation des loyers et des expulsions, baisse des aides au logement

Le gouvernement a décidé de diminuer l’Aide personnalisée au logement (APL) de manière uniforme pour les 2,7 millions de ménages qui en bénéficient. Cette baisse de 5 euros par mois, soit 60 euros par an, peut paraître anodine pour les personnes disposant de revenus corrects. Mais elles frappent prioritairement les ménages les plus pauvres et les étudiants en situation précaire, dans un contexte où les loyers poursuivent leur augmentation. 90 % des ménages qui perçoivent l’APL sont locataires.

Cette aide publique, qui s’élève à environ 230 euros en moyenne par mois, représente un coup de pouce précieux pour acquitter son loyer. Elle est accordée sous condition de ressources – l’épargne et un éventuel patrimoine sont pris en compte – ainsi qu’en fonction du montant du loyer. « Une personne seule par exemple ne touche plus les APL si elle gagne plus de 1,1 Smic par mois », rappelle la Fondation Abbé Pierre. Soit 1265 euros nets par mois.

Pour un étudiant non boursier vivant seul, les aides au logement, dont l’APL, constituent plus de 10 % de son budget moyen, estimé à 714 euros par l’Observatoire de la vie étudiante [1]. « Les ressources qu’offrent les APL sont donc essentielles pour ces étudiants puisqu’elles constituent la seule aide financière étatique », commentait la Fédération des associations générale étudiantes (Fage). « Alors que plus de 60 000 bacheliers sont en détresse, faute d’affectation, la poursuite d’études se voit aujourd’hui doublement remise en cause », critique le syndicat étudiant suite à l’annonce gouvernementale. Pour l’Union nationale des étudiants de France (Unef), qui demande au contraire une revalorisation de l’APL, 800 000 étudiants sont concernés.

Des familles « pour lesquels chaque euro pèse »

La moitié des allocations logement sont versées aux ménages les plus pauvres, « pour lesquels chaque euro pèse », souligne également Droit au logement (DAL). La mesure « épargne ceux qui profitent des loyers chers et se sont enrichis depuis 15 ans ». « Ce n’est ni aux ménages modestes, ni aux étudiants, ni aux locataires HLM de payer le logement cher ! » déplore l’association.

Même l’ancien grand patron Louis Gallois, désormais président de la Fédération des acteurs de la solidarité (qui rassemble toutes les grandes organisations caritatives ou humanitaires françaises), dénonce une mesure « aveugle » qui « frappe en premier lieu les plus pauvres ». « Non seulement elle met à mal la solvabilité des locataires, mais aussi le pouvoir d’achat, car pour une personne qui touche le revenu de solidarité active (RSA), 5 euros en moins par mois, c’est significatif. Je ne peux pas ne pas faire le rapprochement avec d’autres mesures annoncées, comme celle de réduire l’impôt sur la fortune, qui va coûter plusieurs milliards d’euros », détaille Louis Gallois dans une interview au Monde.

Pour la logique comptable du gouvernement, 5 euros de moins pour 2,7 millions d’allocataires, cela représente une économie globale de 135 millions d’euros par an. La mesure devrait entrer en vigueur en octobre. Comparée à la fraude fiscale, estimée au minimum à 60 milliards, l’économie attendue est dérisoire.

Record des expulsions locatives

Cette baisse des APL intervient alors que les loyers continuent leur progression. Au premier trimestre 2017, les loyers ont augmenté en moyenne de 0,51 % en France, la plus forte hausse enregistrée depuis trois ans selon l’Insee. Un studio de 10 à 15 m² se loue, à Paris, principale ville universitaire, entre 400 et 1000 euros par mois ! Parallèlement, les expulsions de logement pour impayés n’ont jamais été aussi élevées. En 2016, 15 222 familles ont été expulsées de leur logement avec le concours de la force publique. « Triste record, qui confirme la tendance de long terme, avec une augmentation de 140 % en 15 ans ! Sans oublier que deux à trois fois plus de ménages quittent leur domicile avant l’arrivée des forces de l’ordre, sous la pression de la procédure », a réagi la Fondation Abbé Pierre début juillet.

Le 11 juillet, à Angers, une centaine de personnes, dont une trentaine d’enfants, ont été expulsées de bâtiments publics qu’elles occupaient, sur ordre de la préfecture. « Ni enquête sociale ni hébergement n’ont été proposés ou mis en place. Leurs appels au 115 (le Samu social) n’ont pas abouti depuis », proteste le DAL. C’est probablement une autre manière de réaliser des économies : une famille qui vit dans un bidonville ou un camp de fortune ne peut demander l’APL.

Lire la suite

21 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

universités (npa)

matthieu

La sélection n’est pas la solution !

Le gouvernement vient d’annoncer un plan de coupes budgétaires de 331 millions d’euros dans l’enseignement supérieur et la recherche. Le candidat Macron avait pourtant annoncé lors de sa campagne qu’il souhaitait « sanctuariser le budget de l’enseignement supérieur ».
.
On voit ce que vaut ce genre de promesses lorsqu’elles sont prononcées par des hommes politiques uniquement préoccupés de sanctuariser les intérêts des plus riches et des grandes entreprises.
.
Edouard Philippe vient en effet d’annoncer une baisse de l’impôt sur les grandes fortunes (ISF) et de l’impôt sur les bénéfices des sociétés.
.
La première fera gagner aux ménages les plus riches et coûtera à l’Etat 3 milliards d’euros, le Premier ministre précisant sans rire : « C’est 3 milliards d’euros qui sont rendus aux Français ». Preuve que les coupes imposées à l’Université ne découlent pas d’une implacable logique comptable (un manque d’argent dans les caisses de l’Etat) mais d’un pur choix politique : celui d’une redistribution des richesses à l’envers, puisqu’une nouvelle fois, on veut prendre au service public pour donner aux plus riches, qui ne se sont pourtant jamais portés si bien.
.
Mais ce n’est pas tout.
.
Profitant d’une situation absurde créée par les gouvernements successifs, où 87 000 bache- liers se retrouvent sans affectation universitaire, la classe dominante est à l’initiative pour tenter d’imposer, une nouvelle fois !, la prétendue nécessité d’une sélection à l’université.
.
Un éditorial du Monde plaide ainsi pour cette vieille lubie des gouvernements con- servateurs en prétendant que la sélection scolaire,  dont on sait qu’elle est aussi sociale, puisqu’elle aboutit à éliminer prioritairement les jeunes des classes populaires, serait plus juste que le tirage au sort. Cette fausse alternative doit être dénoncée : elle n’a pour fonction que de justifier la destruction déjà en cours de l’Université publique.
.
Remarquons au passage la profonde injustice qu’il y a à vouloir instaurer une sélection à présent que le bac est devenu plus accessible au plus grand nombre, et notamment aux  enfants des classes populaires.
.
Ce dont l’Université a besoin, c’est donc de davantage de moyens : pour permettre à chaque bachelierE de suivre des études dans la filière de son choix, pour améliorer les conditions d’accueil et d’étude des étudiantEs (il n’y a pas de raison que l’Etat n’aligne pas les moyens de l’Université sur ceux accordés aux classes préparatoires aux grandes écoles), pour embaucher les dizaines de milliers de précaires, personnels BIATSS et enseignantEs-cher- cheurEs, sans lesquelLEs l’Université ne pourrait fonctionner, et pour revaloriser les salaires.
.
Le NPA appelle donc à la mobilisation la plus large, dès la rentrée universitaire, pour imposer le retrait des coupes budgétaires dans l’enseignement supérieur et la recherche, contre l’instauration d’une sélection, et pour une véritable démocratisation des études supérieures.
.
Ni tirage au sort, ni sélection : il faut un plan d’investissement public massif dans l’Université et la recherche publiques ! 
.
Montreuil, le 20 juillet 2017
.
.
Lire aussi:
.

Lire la suite

27 juin 2017 ~ 0 Commentaire

portugal (npa)

incend

Catastrophes naturelles?  Incendies meurtriers au Portugal: le business de l’eucalyptus et l’austérité européenne accusés

Après le grave incendie de Pedrógão Grande, qui a fait 64 morts ce week-end au Portugal, la population tente de comprendre. Pour João Camargo, spécialiste du changement climatique à Lisbonne, il faut cesser les politiques qui ont conduit, en raison de l’austérité notamment, au démantèlement et à la libéralisation des services publics forestiers.

Les images du violent incendie qui a ravagé pendant plusieurs jours le centre du Portugal cette semaine, à la suite d’un orage sec, ont soulevé beaucoup de questions. Le drame humain sans précédent: 64 morts, plus de 200 blessés, est venu interroger dans la douleur, au milieu des cendres, des voitures calcinées et des corps carbonisés de la National 236, les politiques publiques menées ces dernières années dans un pays régulièrement confronté aux feux de forêt. Après la crise de 2008 et avec la bénédiction de la Troïka débarquée en 2011, les responsables politiques ont en effet accéléré la « libéralisation et le démantèlement » des services de gestion et de protection des forêts, au profit d’une monoculture très rentable lancée dans les années 80, l’eucalyptus, déplore dans les pages du quotidien Público João Camargo, chercheur à l’Institut de Sciences Sociales de Lisbonne (ICS-UL).

Patricia Neves : Quels sont les facteurs climatiques qui ont participé à l’incendie de Pedrógão Grande ?

João Camargo : Il y a à la fois les températures supérieures à la moyenne (5 à 7 degrés de plus) enregistrées le samedi 17 juin lorsque l’incendie s’est déclenché, les vents très forts, les sols frappés par la sécheresse… Pedrógão Grande se situe par ailleurs dans une zone peu habitée, marquée par l’exode rural, où domine l’eucalyptus… C’est une sorte de cocktail parfait ayant conduit au pire.

Le phénomène n’est toutefois pas nouveau : en 2003/2005, le Portugal a eu deux années apocalyptiques, très chaudes. Des zones gigantesques ont alors brûlé (en 2016, le pays a aussi été durement touché, en particulier l’île de Madère, ndlr). Par rapport à ses voisins, au climat pourtant semblable, (l’Espagne, la Grèce, l’Italie et même la France), le Portugal est le pays dont le territoire a le plus brûlé. Les zones touchées ont ensuite été rapidement replan- tées avec de l’eucalyptus essentiellement, dont la spécificité est de repousser assez vite sans grand entretien. Les incendies s’inscrivent ainsi dans des cycles : ça brûle, on plante, ça repousse… et si rien n’est fait, c’est prêt à brûler de nouveau…

Vous avez justement dénoncé dans le quotidien Público, ce lundi, la mainmise de l’eucalyptus au Portugal, une industrie qui pèse lourd dans l’économie du pays. Expliquez-nous.

João Camargo : Il y a selon moi une corrélation entre l’augmentation du nombre d’incendies et l’expansion de l’eucalyptus au Portugal (une expansion de 13% entre 1995 et 2010, ndlr). Les terres agricoles ont progressivement laissé place à un territoire forestier, dominé d’abord par les pins puis par l’eucalyptus. C’est précisément au cours de cette transition que l’on a observé une hausse du nombre d’incendies, dont l’intensité s’est également accrue (les feuilles, l’écorce et surtout l’huile d’eucalyptus sont hautement inflammables, ndlr).

Aujourd’hui, l’eucalyptus représente près de 30% des espèces au Portugal, selon les derniers chiffres officiels rendus publics en 2010. 9% du territoire (plus de 800.000 hectares) serait par conséquent recouvert d’eucalyptus. Seuls le Brésil, l’Inde, l’Australie et la Chine font mieux. En proportion néanmoins, si on tient compte de la superficie, le Portugal est sans doute le pays qui compte le plus d’eucalyptus au mètre carré dans le monde. Une donnée qui s’explique notamment en raison du poids de l’industrie du papier et de la pâte à papier (alimentée pour l’essentiel par le bois d’eucalyptus, ndlr), qui représente 1% du PIB portugais malgré le peu d’emplois directs créés.

Cette industrie a, selon vous, fait pression et cherché à influencer les législateurs. Comment ?

João Camargo : Prenez le controversé décret de loi nº96/2013 qui a considérablement libéra- lisé, en 2013 sous le précédent gouvernement (de droite), la plantation d’eucalyptus. Par exemple, pour les parcelles de moins de deux hectares, une simple déclaration préalable suffit désormais pour les propriétaires souhaitant investir dans l’espèce. Or ces terrains repré- sentent plus de 80% du territoire forestier portugais. Toutes les associations de défense de l’environnement mais aussi d’autres intervenants, tels que les pompiers, ont dénoncé à l’épo- que cette loi qui a également participé à lever une partie des quelques restrictions encore existantes. Il est toutefois question, à présent pour l’actuel gouvernement (de gauche), de révoquer ledit décret.

Seulement, les discussions qui ont commencé il y a près d’un an ont fait l’objet d’une immense levée de boucliers de la part des industriels qui ont menacé de mettre un terme à leurs inves- tissements sur le territoire national. Le géant Navigator Company (ex-Portucel) l’ancienne entreprise publique privatisée, est ainsi présent dans de nombreux pays (Navigator Company a enregistré en 2015 un chiffre d’affaires en hausse de 5,6% pour atteindre 1,6 milliard d’euros, ndlr.) Depuis, la position du gouvernement, sous pression, s’est petit à petit adoucie sur le sujet.

Autre élément : la proposition visant à mettre en place un « cadastro florestal », un registre public centralisé, afin d’identifier et de répertorier l’ensemble des propriétaires. Ce registre n’existe pas aujourd’hui au Portugal. C’est un scandale. Ça fait au moins vingt ans que les gouvernements promettent sa création mais l’idée soulève beaucoup de résistance. Peut-être parce qu’on va découvrir que la part des propriétaires non identifiés, morts, immigrés etc. laissant leurs terres à l’abandon, est encore plus importante que prévu ou que les terres sont exploitées par des tierces personnes voire des entreprises sans autorisation (les propriétaires d’1/3 des zones forestières portugaises ne seraient pas identifiés à ce jour au Portugal. La mesure nécessiterait le déblocage de 700 millions d’euros ndlr).

Quel impact a eu la crise, en particulier l’injonction de Bruxelles sur les déficits, vis-à-vis de la gestion et la protection des forêts ?

João Camargo : Le Portugal a cessé d’avoir une politique forestière publique digne de ce nom. En témoignent notamment les coupes successives, d’abord dans les effectifs (le nombre de gardes forestiers, par exemple, qui avait déjà commencé à baisser, est passé de 1.200 mem- bres sous le précédent gouvernement de gauche à 317 l’année dernière, selon Francisco Louçã, du Bloc de Gauche, membre de la coalition au pouvoir, ndlr). L’intervention de la Troïka n’a ensuite fait qu’accélérer ce désengagement de l’Etat, encouragé par ailleurs à libéraliser le secteur. Le corps des gardes forestiers, très présent sur le terrain, a donc été démantelé tout comme les anciens « Serviços florestais », grande entité chargée de la gestion et la protection de la forêt, qui n’existait déjà plus en tant que telle avant l’arrivée des créanciers mais qui a été par la suite, sous l’impulsion de la Troïka, sévèrement restructurée.

Le ministère de l’Environnement et le ministère de l’Agriculture ont en effet fusionné, les « Serviços florestais » devenus « Autoridade florestal nacional » ont à leur tour fusionné avec le « Instituto da Conservação da Natureza »… Résultat : le nombre d’employés a diminué, les services sont moins spécialisés, moins opérationnels, surtout dans leur capacité à mener des opérations sur le terrain… En parallèle, outre ces restructurations, la Troïka a encouragé le gouvernement à libéraliser non seulement le code du travail ou la finance, mais aussi les ressources des sols…

Source: Marianne

Patricia Neves Lundi 26 juin 2017

https://npa2009.org/

Lire aussi notre camarade Francisco Louça:

Maudit Sisyphe Le plus grand incendie de l’histoire du Portugal (ESSF)

Portugal : les incendies et leurs causes (Lutte Ouvrière)

Lire la suite

19 juin 2017 ~ 0 Commentaire

tour grenfell

tour

Ça, c’est la tour Grenfell.
.
Elle a été bâtie dans les années soixante dix et se trouve dans un quartier de Londres qui est maintenant super riche. Elle est coincée entre Kensington (le quartier où vit William) et Notting Hill, quartier « bobo » et « artiste », plein de riches (stars, milliardaires russes et saoudiens, etc).
.
La tour est une tour HLM.
.
Le council (autorité locale) parle depuis des années de « résoudre le problème » que pose la tour, à savoir les pauvres qui habitent dedans. Des 400+ résidents, la plupart sont des familles, des mères célibataires et leurs enfants, des gens qui ne s’appellent pas John ou Imogene Smith.
.
La tour a un blog. Sur ce blog, depuis des années, les résidents se plaignent des risques incendies. DIX NEUF FOIS, par le biais de leur député, ils ont demandé à ce que la commission incendie passe dans l’immeuble et l’inspecte. À chaque fois, ils se sont fait envoyer paître par le council qui était, jusqu’à la semaine dernière, un siège conservateur. Y avait des sous à économiser. C’était des ménagères, elles avaient un accent bizarre, elles pouvaient être ignorées.
.
Les résidents autour, les riches, par contre, on les a écoutés. On les a écoutés se plaindre que la tour était immonde à regarder, qu’elle faisant tâche au milieu des belles maisons historiques, et que c’était vraiment un scandale.
.
Alors on a débloqué des fonds pour rénover la tour. On a, entre autres, enveloppé le bâtiment d’une couche de plastique pour isoler, protéger de l’humidité, mais surtout, pour faire joli. Parce que les riches d’à côté, ils trouvaient le béton moche.
.
Mais le risque incendie n’a pas été pris en compte. Il n’y a pas eu de discussion autour de l’absence de sortie de secours, de sprinklers (sortes de douches incendie NDB), d’alarme commune. La marche à suivre en cas d’incendie (fermez la porte, restez chez vous) n’a jamais été révisée malgré le changement important apporté à la structure du bâtiment.
.
L’année dernière, les députés conservateurs ont voté contre une loi proposée par les travaillistes et visant à forcer les propriétaires à rendre les logements salubres. Les risques incendie en faisaient partie.
.
Dans la nuit de mardi à mercredi, un incendie s’est déclaré. La couche de plastique qui entourait le bâtiment s’est enflammée comme un feu de paille. Et les pauvres, les étrangers, les mères célibataires se sont retrouvés coincés dans leur boite d’allumettes.
.
À l’intersection du classisme, du sexisme et de l’avarice, il y a des dizaines de corps brûlés, des enfants jetés par la fenêtre par des parents désespérés et des politiciens avec des discours qui sonnent comme des mensonges. J’ai la rage.
.
Lire aussi:

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin