Archive | Antiracisme

04 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Du Touvet (Isère) à Aix-en-Provence : non à de nouveaux éloges de l’OAS (Ldh)

Du Touvet (Isère) à Aix-en-Provence : non à de nouveaux éloges de l’OAS (Ldh) dans Antifascisme fdunnhfs

Au moment où s’ouvraient les négociations d’Evian pour mettre fin à la guerre d’Algérie, deux activistes, Albert Dovecar et Claude Piegts, membres des sinistres commandos delta de l’OAS, participaient à l’assassinat de Roger Gavoury, commissaire central d’Alger, dans la nuit du 31 mai au 1er juin 1961. Condamnés à mort, Dovecar et Piegts ont été exécutés le 7 juin 1962. C’est précisément le 7 juin 2013 que le Collectif aixois des rapatriés – le CAR –, a choisi pour inaugurer à Aix-en-Provence un monument, de même nature que ceux de Nice, Toulon, Perpignan et Marignane, érigés à la gloire de tels assassins. La stèle sera installée dans la cour de la Maison du maréchal Alphonse Juin, propriété de la ville d’Aix, devenue véritable casemate de la « nostalgérie ». L’actuelle équipe municipale en a confié la gestion au CAR qu’elle subventionne abondamment. Coutumier des éloges de la colonisation et de l’OAS, le président du collectif, René Andrès, lance un appel pour l’inauguration d’un espace « appelé à devenir le haut lieu de la mémoire, et de la conservation, de la vérité du peuple Pied-Noir et Harkis ».

L’Association de défense des anciens détenus de l’Algérie française (ADIMAD) soutient cet appel. Ces irréductibles de l’Algérie française ont prévu de se retrouver, comme chaque année, début juin autour de la tombe de Claude Piegts au Touvet, dans l’Isère. L’hommage initialement prévu le 2 juin 2013, a soulevé de telles protestations qu’il vient d’être interdit par la préfecture de l’Isère. Ses initiateurs l’ont reporté au 9 juin, deux jours après la cérémonie d’Aix. La Ligue des droits de l’Homme dénonce avec force ces tentatives de réhabilitation des anciens tueurs de l’OAS, autant que les dérives idéologiques sur les aspects positifs de la colonisation et les nouvelles instrumentalisations du drame des Harkis et de leurs enfants. Il est indispensable que soient officiellement reconnus, simplement reconnus, les crimes et méfaits qui ont accompagné la colonisation et la guerre d’indépendance de l’Algérie. Indis-pensable pour bannir en France toutes les formes de racisme que ces dérives alimentent ; indispensable pour permettre le renforcement des liens d’estime et d’amitié entre les peuples algérien et français, l’établissement d’une coopération active et sincère entre la France et l’Algérie !

Paris, le 4 juin 2013 Communiqué LDH http://www.ldh-france.org/Du-Touvet-Isere-a-Aix-en-Provence.html

Lire la suite

02 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Bal contre l’homophobie, le racisme et le sexisme

Bal contre l’homophobie, le racisme et le sexisme dans Antifascisme bal-213x300

Depuis quelques mois, nous sommes assaillis par toutes sortes d’idées arriérées : homophobes, sexistes, racistes. C’est absurde : l’homosexualité ne nuit ni à autrui ni à l’organisation de la société.   Sous prétexte de «défendre le droit des enfants à avoir un père et une mère » ou encore de « veiller à la sauvegarde de notre civilisation », les « manifs pour tous » déploient des moyens considérables (financier, technique, humain…) pour imposer un ordre moral dont la majorité d’entre nous ne veulent pas. Se développe en son sein depuis quelques semaines, un mouvement national de prières de rue : « les veilleurs ». Ce mouvement n’est pas inoffensif, il  fait  le lit au développement de groupuscules identitaires, nationalistes, et fascistes qui  profitent de cette occasion pour affirmer leur volonté d’imposer par la force leurs idées d’une France « purifiée » et traditionaliste.

SEXISME car on cherche à nous cantonner dans une case bien définie : avec ce pseudo « équilibre parfait » Papa/Maman, la femme y a surtout le mauvais rôle.

RACISME et HOMOPHOBIE car laisser se développer ces mouvements, c’est ouvrir la porte à un ordre conservateur. C’est regarder passivement et finalement réduire les libertés et les droits fondamentaux de gens « pas assez blancs », des femmes, d’homosexuel-les…

Tout ceci détourne finalement notre colère des vrais problèmes : l’austérité mise en place par les gouvernements capitalistes et ses conséquences dans nos vies quotidiennes. En effet, le vrai danger est social. Dans un contexte général de crise économique, c’est à nous qu’on présente l’addition : Accord National Interprofessionnel, réforme des retraites, reformes des universités…

Ainsi, nous faisons un bal festif pour qu’au-delà des veilleurs, une autre voix se fasse entendre. Nous vous invitons à venir se rassembler pour défendre des mesures sociales ET l’égalité des droits, partager un moment convivial et solidaire…  Et pour ne pas se tromper de colère !   

  Collectif Antifasciste 34
  Contact : antifa34@riseup.net


            

Lire la suite

28 mai 2013 ~ 0 Commentaire

Islamophobie : construire un front large

Islamophobie : construire un front large dans Antifascisme mosquee-profanation-racisme-saint-etienne_263

« Nous sommes là pour dire que l’islamophobie est un racisme » a déclaré la représentante du comité MRAP 19e lors du rassemblement organisé ce samedi 18 mai à Paris par le collectif Mamans toutes Égales (MTE).

Aux côtés d’associations musulmanes (CMF, PSM…) appelant les MusulmanEs à « sortir des mosquées pour défendre leurs droits contre les attaques islamophobes et à participer aux luttes sociales », 200 personnes se sont rassemblées : féministes (8 mars pour TouTEs, TumulTueuses, Féministes pour l’égalité…), LGBTI (Pink Bloc, Act Up-Paris), syndicalistes (Solidaires, STRASS) et militantEs de gauche. La représentante de l’Union des Juifs français pour la paix a rappelé les conséquences dramatiques pour toute la société de la discrimination des Juifs.

Offensive réactionnaire
Après le témoignage d’une des mères de Montreuil militant au collectif MTE, les féministes ont dénoncé la dimension à la fois sexiste et raciste des attaques qui touchent en premier lieu les femmes. La représentante de Solidaires a déclaré que plutôt que de préparer une loi permettant aux patrons de licencier des femmes portant le foulard, une politique féministe consisterait à imposer l’égalité, notamment salariale. L’intervention de Sarah Benichou du NPA a été une des plus applaudies : « Les mobilisations contre le mariage pour touTEs ont renforcé tous les réactionnaires et les fascistes y étaient a l’initiative. On est passé des discours aux agressions physiques. Or ce sont les mêmes qui attaquent les bars gays et qui attaquent les mosquées ou profanent les cimetières. » Elle a dénoncé la politique du PS au gouvernement qui a prolongé la politique raciste de Sarkozy contre les Roms et les sans-papiers et le nouveau projet de loi qui « non seulement est raciste en excluant les femmes musulmanes du travail mais qui donne plus de pouvoir aux patrons pour licencier ». Repré- sentant les minoritaires du Front de gauche contre l’islamophobie, Laurent Lévy a aussi pris la parole. Enfin, MTE a fait le constat que les luttes avaient permis de sensibiliser de plus en plus largement sur la question de l’islamophobie, mais pas encore de construire une mobilisation à la hauteur. D’où la nécessité de construire un front large pour mobiliser la communauté musulmane, les quartiers populaires et des courants plus importants de la gauche. Une assemblée générale a été appelée pour le dimanche 26 mai à Montreuil.

Denis Godard Lundi 27 mai 2013 Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 196 (23/05/13)

Lire la suite

16 mai 2013 ~ 0 Commentaire

Droite et extrême droite : leur « printemps des cons », une saison à combattre !

Droite et extrême droite : leur Février 1934

Le 6 mai dernier, jour anniversaire de l’élection de François Hollande, Jean-François Copé en meeting à Nîmes nous a prédit un « printemps des cons », allusion au « printemps français » des opposants au mariage pour tous, Frigide Barjot en tête, et au « mur des cons » de la magistrature dont la droite s’était offusquée. Derrière la formule choc et la vulgarité, la surenchère…
Surenchère car, sur le bilan économique et social de Hollande, la droite n’a pas grand chose à redire.

La preuve en est qu’elle vote régulièrement avec le PS. En effet, comment critiquer la ratification du TSCG et l’inscription dans le marbre des 0, 5 % de déficit structurel ? Comment s’insurger contre le pacte de compétitivité et ses 20 milliards de crédit d’impôt pour les entreprises alors que la droite elle-même n’aurait osé rêver plus beau cadeau pour le patronat ? Comment désapprouver la transformation de l’ANI en loi, quand le PS apporte la pierre principale au chantier de destruction du code du travail mis en œuvre par les gouvernements précédents, et ce avec l’appui d’une partie des syndicats ?
Copé a beau jeu à Nîmes de dénoncer « le plus grand matraquage fiscal de l’histoire », à croire qu’il n’a pas bien étudié ses dossiers. La tranche d’imposition à 75 % pour les très hauts revenus, qui ne tenait déjà pas compte des revenus du capital, a été retoquée par le Conseil constitutionnel. Certes, l’ISF a retrouvé son niveau d’avant les années Sarkozy, mais en contrepartie un plafonnement dans la logique du bouclier fiscal a été rétabli et la plupart des niches fiscales ont été maintenues. La bourgeoisie peut donc dormir tranquille, ses intérêts sont aussi bien préservés par Hollande qu’ils ne l’étaient sous Sarkozy.

Une droite radicalisée
Difficile donc pour la droite d’attaquer bille en tête le gouvernement sur son bilan sans recourir à l’outrance langagière. La politique néolibérale du PS brouille les cartes avec la droite qui ne peut dès lors se distinguer que sur les questions sociétales. Le mouvement contre « le mariage pour tous » est donc une véritable aubaine pour l’UMP, affaiblie par les luttes fratricides et discréditée par la mise en examen de Sarkozy et les casseroles de Claude Guéant. Dans son discours de Nîmes, Copé appelle à se mobiliser le 26 mai contre « le mariage gay », pour la droite la pierre angulaire de l’opposition au gouvernement, et au-delà pour « exprimer un non global à la politique de François Hollande ». Il est également le vecteur du rapprochement entre la droite et l’extrême droite. Le dimanche 21 avril 2013, 11 ans après l’arrivée de Jean-Marie Le Pen au deuxième tour des élections présidentielles, UMP et FN défilaient sous la même banderole contre le « mariage gay ». Mais ce rapprochement ne se fait pas par des discussions d’appareil, comme on aurait pu l’imaginer après les élections présidentielles et législatives. Un rapprochement rendu possible par la radicalisation de la droite sur les questions d’immigration et sur l’Islam et par les tentatives de Marine Le Pen pour polir le discours de l’extrême droite afin de la rendre plus « respectable »… Plus dangereuse, la jonction se fait aujourd’hui par des pratiques militantes et des expériences politiques communes et ce dans la rue, terrain traditionnel de la gauche. Et surtout, cette convergence semble davantage profiter au FN qu’à l’UMP.

Front commun contre la réaction
Avec son « printemps des cons », la surenchère langagière de Copé, lors d’un meeting tenu dans un département où le FN a fait plus de 25 % des voix, semble traduire la volonté de ne pas se laisser déborder par ce mouvement et comme une tentative de le canaliser. Son appel à ceux qui manifestent contre « le mariage pour tous » à rejoindre les listes UMP aux municipales peut être interprété dans ce sens. Face à une droite et une extrême droite qui occupent le terrain et qui nouent de dangereuses convergences, dans un contexte où les attaques homophobes se multiplient, il y a urgence à organiser une riposte spécifique et à reprendre la rue. Face à une droite, qui utilise le mariage pour tous pour se positionner dans l’opposition au gouvernement, et face à un FN, qui surfe sur les reculs sociaux et « les affaires » de la gauche et de la droite pour se présenter comme la seule alternative possible, il y a urgence à changer le rapport de forces et à reprendre la rue. Nous devons porter la nécessité d’une opposition de gauche, c’est-à-dire construire un front commun contre le gouvernement et le patronat, pour développer les mobilisations sociales et politiques afin de mettre un coup d’arrêt à l’offensive des libéraux, des réactionnaires et des fachos.

Camille Jouve et Pierre Baton Mercredi 15 mai 2013Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 195 (15/05/13)

Lire la suite

11 mai 2013 ~ 0 Commentaire

Manuel Valls s’ocuppe des roms (Bordeaux)

Manuel Valls s'ocuppe des roms (Bordeaux) dans Antiracisme roms

Lire la suite

07 mai 2013 ~ 0 Commentaire

8 mai 1945/ 8 mai 2013, le MRAP rend hommage aux « oubliés de l’histoire »

8 mai 1945/ 8 mai 2013, le MRAP rend hommage aux « oubliés de l’histoire »  dans Antiracisme banania-etiquetterien dans Hollandie

Le 8 mai 1945 était signée la capitulation sans condition de l’Allemagne nazie. Les peuples étaient « venus à bout de la bête immonde ».

Le MRAP se doit de rappeler inlassablement, qu’à cette victoire sur le IIIe Reich et le fascisme ont contribué, à côté des alliés –Soviétiques, Américains et Anglais pour la plupart – de nombreux immigrés venus d’Afrique noire et du Maghreb mais aussi de l’Europe toute entière. Les uns avaient fui l’idéologie fasciste qui avait d’abord triomphé en Italie, puis en Allemagne et en Espagne ; d’autres, colonisés, espéraient que leurs peuples bénéficieraient eux aussi de cette liberté chèrement acquise pour sortir du statut colonial et devenir des citoyens de leur propre patrie.

On ne demandait pas alors aux combattants étrangers de la résistance s’ils mangeaient de la viande hallal ou s’ils avaient des papiers !

Qu’il s’agisse des Algériens, Marocains, Tunisiens, Africains, Antillais, Malgaches, de ceux du groupe Manouchian de la Main d’Œuvre Immigrée (MOI) désignés comme « terroristes » sur l’Affiche rouge, ou encore de ceux, notamment les Républicains espagnols, qui, dans des chars baptisés Guadalajara Ebro, Teruel, Brunete, Madrid – mais également Don Quijote ou Durruti – ont contribué à libérer Paris. « Pourrions nous accepter que nos cimetières où se mêlent par milliers les croix chrétiennes, les étoiles juives et les croissants de l’Islam, soient ensevelies sous l’oubli et l’ingratitude ? », interrogeait le Général De Gaulle le 23 avril 1968.

Aujourd’hui, après les 5 années de xénophobie d’Etat du gouvernement Sarkozy et une campagne électorale 2012 durant laquelle, une droite – dont les composantes de droite extrême n’ont plus rien de républicaines, ainsi que le Front National – ont rivalisé dans l’abject, le racisme atteint des proportions particulièrement inquiétantes : 69% des Français estiment qu’il y a trop d’immigrés (+22% par rapport à 2009), le rapport de la CNCDH indique une hausse des menaces et actes racistes de 23%. Des thèses racialistes se développent.

Le MRAP espérait, avec l’élection de François Hollande et une majorité PS à l’Assemblée des changements notoires. Mais hélas, la douloureuse question des sans papiers demeurent inchangée : aujourd’hui un très grand nombre d’ enfants et petits enfants des combattants morts pour la France sont sans papiers, sans droits, sans reconnaissance. Ceux qui ont des papiers se voient toujours refuser le droit à la citoyenneté : le droit de vote aux résidents non communautaires, pourtant promesse du candidat François Hollande semble oublié. Ce n’est pourtant qu’une question de justice d’égalité, de dignité.

Ceux d’entre eux qui sont de nationalité française sont trop souvent victimes du racisme, de la relégation, de la discrimination.

Le MRAP tient également à rappeler que non seulement ces « indigènes » ont été exclus du défilé de la victoire du 8 mai 1945 à Paris, mais que, ce même jour, une répression terrible s’abattait en Algérie, sur la région de Sétif, parce qu’un drapeau algérien, symbole de l’indépendance, était brandi au cours d’un défilé célébrant la victoire. Il y eut alors des milliers de morts. Ces massacres préfiguraient ceux de dizaines de milliers de manifestants perpétrés à Madagascar par l’armée française face aux insurgés Malgaches qui avaient attaqué un camp militaire. En ce 8 mai 2013, le MRAP tient à rendre hommage à tous ces combattants venus d’ailleurs, « à ces étrangers et nos frères pourtant », qui ont lutté pour que la devise Liberté, Égalité, Fraternité ne soit pas un vain mot. Et quel meilleur hommage que de continuer leur lutte pour une société plus juste d’où le racisme aura enfin disparu, où le « vivre ensemble » l’emportera sur toutes les peurs et les haines.

 MRAP  mardi 7 mai 2013 – 12h18

Lire la suite

27 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Pour un 1er mai de refus du racisme et de la xénophobie : rassemblement 1er mai, 11h Paris

Pour un 1er mai de refus du racisme et de la xénophobie : rassemblement 1er mai, 11h Paris dans Antiracisme anti-r-1-r2-295x300

Appel, signé par la LDH, Pont du Carrousel, Paris 75001

Le 1er mai 1995, Brahim Bouarram, 29 ans, profitait d’une journée ensoleillée. Il ne savait pas que des mains criminelles allaient le précipiter dans la Seine et mettre fin à ses jours. Les auteurs venaient de quitter le défilé du Front national.

Dix-huit ans plus tard, les discours de stigmatisation, de discrimination et de rejet de l’autre ont fait tache d’huile. L’année dernière, ici même, nous avons été nombreux à exprimer notre espoir d’un changement de politique favorable aux immigré(e)s et leurs familles. Nous espérions une lutte plus affirmée contre les discriminations, et pour une citoyenneté à part entière. La promesse d’octroyer le droit de vote pour les étrangers, est aujourd’hui une promesse abandonnée, et la traque des sans-papiers continue avec toutes ses conséquences sur des femmes et des hommes de plus en plus fragilisé(e)s et abandonné(e)s.

L’instrumentalisation des débats sur l’Islam et la laïcité, conduisent à encourager la montée de l’intolérance et de la haine, alors que doit être encouragé le vivre ensemble démocratique.

Nous, citoyens et organisations fidèles aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, ne supportons plus que la République soit ainsi défigurée, la laïcité instrumentalisée au service de la stigmatisation de millions de nos concitoyens.

Il est temps de dire notre refus de cette dérive dangereuse, de faire barrage à la lepénisation des esprits et des politiques. Oui, il faut barrer la route à l’extrême droite et aux populistes de droite, barrer la route aux idées de haine qui ont tué Brahim Bouarram.

C’est pourquoi toutes les organisations signataires, appellent à un rassemblement le 1er mai 2013, à Paris à 11h au Pont du Carrousel.

Pour rendre hommage la m moire de Brahim Bouarram et toutes les victimes des crimes racistes.

Pour dénoncer les discours xénophobes qui mettent en danger les étrangers et discriminent les citoyens selon leurs origines ou leurs croyances.

Pour appeler à en finir avec tout ce qui, depuis des années, défigure la République.

Premiers signataires :

LDH/ MRAP/ ATMF/ FTCR/ ASDHOM/ AMF/ ACDA/ GISTI/ UJFP/ Manifeste des libertés/ UTIT/ Sortir du colonialisme/ FASTI/ ATF/ Réseau Féministe Ruptures / RESF/ Femmes Migrantes Debout/ MCTF/ CCSM/ La voix des FEMMES Migrantes/ CSP93/ Femmes Plurielles/ ADTF/ ATTAC/ Femmes Egalité / ACORT/ Féministes Algériennes Internationales/ FCSME/ AMDH/ REMCC/ Forum Palestine Citoyenneté / L INTER-CO/ AIDDA/ APCV/ CAPAB/ ACDR/ CSP92/ Alif sans papiers/ UNSP/ Droits Devants/ Union Syndicale Solidaire/ F d ration SUD/ SUD Education/ FSU/ EELV/ Parti de Gauche/ PCF/ NPA/ FASE/ PSU/ PCOF/ Gauche anti-capitaliste/ JFP Alternatifs/

Lire la suite

23 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Quimper. Sans emploi, elle vend ses diplômes sur Internet (OF)

Quimper. Sans emploi, elle vend ses diplômes sur Internet (OF) dans Antiracisme discrimination-232x300

Social mardi 23 avril 2013

Samia (prénom d’emprunt) a 46 ans et ne réussit pas à décrocher un entretien d’embauche. Désarmée, elle a décidé de mettre à vendre ses diplômes. Un geste fort pour cette Algérienne, née en France et habitante de Quimper (Finistère), qui souffre de ses origines.

« Puisqu’ils ne me servent à rien et surtout ne me permettent pas de trouver un emploi, je vends une maîtrise de psychologie clinique et pathologique mention AB, un diplôme universitaire sur les troubles envahissants du développement, un brevet de technicien supérieur (BTS) secrétaire de direction bilingue anglais et le first certificate in english. »

Mère de trois enfants

L’annonce publiée par Samia il y a quelques semaines maintenant sur le site internet Leboncoin.fr est un véritable coup de colère. Cette mère de trois enfants, séparée du père, vit le parcours du combattant. Elle a travaillé avec des enfants handicapés. Une situation professionnelle qui concordait bien avec son parcours scolaire. Oui mais voilà, le jour où il a fallu trouver un nouveau job, la Quimpéroise s’est retrouvée face à un mur et surtout à des préjugés.

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Quimper.-Sans-emploi-elle-vend-ses-diplomes-sur-Internet_6346-2186172_actu.Htm

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin