Archive | Antiracisme

11 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Édito : dégueulasse !

Édito : dégueulasse ! dans Antiracisme you_stink1

Ça pue dans le Sud Est, du côté de Nice. Le 4 juillet, Jean-Marie Le Pen a été le premier à dégainer sa petite saloperie contre les Roms à l’occasion de la présentation de sa candidate. Il a annoncé l’invasion de la ville par les Roms en 2014 puisque la Roumanie sera membre à part entière de l’Europe à cette date ! Et de dénoncer la présence « urticante et odorante » des quelques familles Roms présentes dans l’agglomération niçoise.

L’ancien ministre Estrosi, actuel député maire de Nice et candidat à sa réélection, ne pouvait en rester là. Il fallait qu’il démontre que lui c’est du sérieux, qu’au-delà des mots il peut passer aux actes. En télé et radio, il a donc développé son plan de bataille pour traquer les gens du voyage ou les Roms qui occupent des terrains illégalement, qu’il a qualifié de « délinquants ». Caméra vidéo, saisie des voitures, flicage de tous les déplacements, appel au maire à utiliser sa méthode. « J’en ai maté d’autres, je vous materai ». C’est bien un appel direct à se faire justice soi même que le shérif niçois a lancé.

Ce n’est pas seulement une affaire locale de concurrence pour les prochaines municipales entre le FN et l’UMP. Cela fait suite à une série de dérapages racistes de divers élus UMP, à Marseille, à Royan, à Ris-Orangis, à Courcouronnes, le pire étant atteint par Didier Réault, conseiller général et élu municipal à Marseille, qui a appelé le 8 juin à jeter des cocktails molotov sur les campements Roms, comme cela s’était effectivement passé à Hellemmes dans le Nord deux jours avant…

Le discours de Sarkozy prononcé en juillet 2010 à Grenoble qui ciblait entre autres les Roms, mais aussi toute la politique mise en œuvre depuis son arrivée par Valls, ont largement contribué à stigmatiser les Roms ou les gens du voyage, à faire d’eux les boucs émissaire désignés. Ils sont les premiers responsables. Le PS peut dénoncer aujourd’hui les propos d’Estrosi ou de Le Pen, mais son ministre de l’Intérieur a à son actif des dizaines d’expulsions brutales, qui déstructurent les communautés Roms, déscolarisent les enfants, découragent l’activité des associations qui les accompagnent. Ces politiques ouvrent la possibilité pour la droite la plus réactionnaire et à l’extrême droite en particulier de « passer à l’acte » contre la fraction la plus fragile, la plus isolée socialement de la population. Abject !

JMB Jeudi 11 juillet 2013Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 203 (11/07/13)

Lire la suite

08 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Politique, Estrosi promet de « mater » les gens du voyage (LT+OF)

Politique, Estrosi promet de L’histoire bégaie!

Des propos du maire de Nice Christian Estrosi donnant un « mode d’emploi » pour mettre fin aux occupations illégales de terrains par les gens du voyage ont toutes les chances de créer une polémique.empty dans Droite républicaine

La belle polémique que voilà… Christian Estrosi a appelé aujourd’hui les élus de France à « la révolte » contre les occupations illégales de terrains par les gens du voyage, et estimé que lui-même les « materait » comme il en avait « maté d’autres ». « J’appelle les maires de France à la révolte et à utiliser le mode d’emploi qui est le mien », a déclaré le maire de Nice au cours du Grand rendez-vous Europe1/i>Télé/ Le Parisien, faisant référence à plusieurs occupations illégales de terrains sur le territoire de sa commune auxquelles il avait réussi à mettre fin.

« J’en ai maté d’autres » Et de raconter les échanges qu’il aurait eu avec les gens du voyage : « La première chose que je fais, c’est vous mettre des caméras partout pour surveiller vos faits et gestes dans les quelques heures qui viennent. On va noter ceux qui rentrent, ceux qui sortent, à quelle minute, à quel moment et ce que vous allez faire partout, partout dans la ville, dans la métropole, etc. Je vais relever les plaques d’immatriculations les unes après les autres ». « J’en ai maté d’autres, je vous materai », aurait-il également déclaré, indiquant avoir par ailleurs fait un référé à titre conservatoire devant le tribunal « pour pouvoir saisir les véhicules, vous savez ces belles et grosses voitures avec lesquels ils tirent leurs belles et grosses caravanes pour lesquelles il faudrait parfois aux Français toute une vie pour pouvoir se payer les mêmes. » Et de conclure son intervention en indiquant son intention de transmettre son « mode d’emploi » à « tous les maires de France pour qu’ils sachent pendant tout l’été quels moyens utiliser face à un pouvoir socialiste qui ne les accompagne pas ».

Indignation du PS Le PS a immédiatement fait part de son indignation, estimant par la voix de son porte-parole Eduardo Rihan Cypel que le député-maire de Nice appelait « carrément à des pogroms ».  » Mais qu’est-ce qu’il va faire? Il va prendre une batte de baseball et régler le compte des gens? Un élu de la République doit régler les problèmes sans tomber dans le populisme et les amalgames », a-t-il ajouté. En Bretagne, cette semaine, le maire de Pont-l’Abbé a mis sa démission dans la balance pour alerter les pouvoirs publics de son impuissance face à l’occupation illégale d’un terrain de sa commune.

Lire la suite

29 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Extrême droite : ne rien lâcher, continuer

Extrême droite : ne rien lâcher, continuer dans Antifascisme nouvel-obs-neo-fachos-dely

Après l’assassinat de Clément Méric, plus de 80 associations, organisations syndicales, partis politiques et mouvements antifascistes se sont mobilisés à Paris et dans une trentaine de villes de régions pour rappeler que le fascisme tuait et qu’il fallait le combattre.

Ces mobilisations doivent marquer le début d’un combat unitaire, large contre le fascisme et l’extrême droite. Mercredi 5 juin, Clément Méric, membre de Solidaires ÉtudiantEs et de l’Action antifasciste Paris-Banlieue, a été assassiné par des militants des Jeunesses nationalistes révolutionnaires. Quelques jours plus tard à Argenteuil, une jeune femme voilée a été violemment agressée par des skinheads. Le 15 juin à Lyon, jour de la marche des fiertés, deux membres du GUD sont les auteurs d’une agression raciste. La veille, toujours à Lyon, trois militants antifascistes qui collaient des affiches ont eux aussi été pris à partie par des militants d’extrême droite. Samedi 24 juin à Agen, deux jeunes festivaliers ont été agressés par sept skinheads très proches de Troisième voie du sinistre Serge Ayoub… La liste des violences perpétrées par des fascistes, homophobes et racistes continue à s’allonger, comme si ces derniers avaient aujourd’hui un sentiment d’impunité, aidés sans aucun doute par le climat politique de ces derniers mois, de ces dernières années.
Et ce n’est pas « la défaite au goût de victoire » du FN dimanche dernier lors de la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot qui va embellir la situation. Cette élection confirme la progression électorale du Front national qui double ses voix entre les deux tours, montrant ainsi l’inefficacité des appels au « front républicain », un front qui revient à faire passer la droite dite « républicaine » comme un bouclier contre l’extrême droite. Alors que ces dernières années, l’UMP a largement repris les thèmes du FN, donnant ainsi toujours plus de crédit à son discours. Quant au Parti socialiste, ce dernier ne considère visiblement pas sa politique anti-sociale ou les affaires de Cahuzac comme la cause de son échec. Ce serait la faute au « beau temps »…

Après des mobilisations en demi-teinte L’extrême droite ne doit pas pouvoir parader dans la rue et y agresser qui elle veut. Il doit y avoir une réaction collective pour l’en empêcher. Cela passe aujourd’hui par la construction d’un mouvement de masse qui pèse sur le rapport de forces général, qui montre que, contre l’extrême droite, nous pouvons nous mobiliser massivement dans l’unité. Malheureusement, les manifestations et rassemblements de ce week-end n’ont pas été à la hauteur de cet enjeu. Certes, des rassemblements et manifestations ont eu lieu dans une trentaine de villes, mais globalement ils ont été plus petits que ceux qui avaient eu lieu au lendemain de l’assassinat de Clément. À Paris, même si la manifestation a rassemblé environ 8 000 personnes, nous pouvons regretter que les organisations syndicales n’aient pas fait le plein, tout comme certaines organisations politiques de la gauche de la gauche qui ces derniers mois ont pourtant prouvé qu’elles pouvaient mobiliser… L’enjeu reste important et, à l’initiative de Solidaires, la réunion unitaire du 3 juillet sur les suites à donner est importante. Pour notre part, nous y défendrons la nécessité de mettre en place un cadre national, large et unitaire, pour continuer la lutte contre le fascisme et l’extrême droite.

Sandra Demarcq Vendredi 28 juin 2013 Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 201 (27/06/13) 

Lire la suite

25 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Diffamation. Le créateur du site Breizh Atao condamné (LT+OF)

Diffamation. Le créateur du site Breizh Atao condamné (LT+OF) dans Antifascisme

Diffamation, incitation à la discrimination raciale… Boris Le Lay, alias «Mérour», qui déverse sa bile raciste et antisémite sur le net depuis quelques années, a été condamné, hier, par le tribunal de Quimper.

empty dans Antiracisme

Boris Le Lay ne s’est pas présenté à l’audience. «C’est lâche», réagit l’avocat de la Licra. «Facile d’être derrière son écran à vomir des insanités. D’ailleurs, sa place est-elle devant un tribunal ou dans un hôpital psychiatrique ? Quand on lit sa prose, c’est à vomir», s’emporte Me Bergot, défenseur de Mona Bras. «Il a réfléchi au poids des mots. Pourquoi ne vient-il pas s’exprimer ?», ironise Me Picard, dont le client, Yannick Martin, s’avance, seul, jusqu’à la barre. Lui, le champion de Bretagne de bombarde, a été vilipendé par le prévenu pour sa couleur de peau. En janvier 2011, l’administrateur du site Breizh Atao écrivait : «Que cela vous plaise ou non, on n’a jamais vu de sonneur noir», ou, un peu plus loin : «Bizarre, il ne serait pas bretonnisable. Breizh ne doit pas se diluer». Yannick Martin raconte combien il a mal digéré ces propos. Hier, il aurait aimé lui dire en face : «S’il ne l’a pas remarqué, le drapeau de la Bretagne est noir et blanc. Les hermines et les bandes sont ensemble et unies».


«La ligne jaune est franchie» 
Mona Bras lui succède. La conseillère régionale, porte-parole de l’UDB et adjointe au maire de Guingamp, a, elle aussi, été la cible des attaques de Breizh Atao. Elle, «régionaliste au service de l’État occupant», selon Boris Le Lay, a même eu droit à des menaces : «Nous n’hésiterons pas à cogner sur les peaux de vinaigre qui ont la langue trop pendue». Elle aurait, elle aussi, aimé regarder le prévenu dans les yeux et lui dire «qu’on naît breton par le choix du coeur». Bernard Poignant est là également, lui, qualifié de «sioniste», en juillet 2011, avant d’être la cible d’allégations pédophiles. «Je ne laisse pas passer car il y va du respect des élus au suffrage universel. Quand la ligne jaune est franchie, il faut s’adresser aux juges», estime le maire de Quimper.

«Idéologie assez nauséabonde»
Toutes ces parties civiles n’ont donc pas eu le débat contradictoire qu’ils souhaitaient. Boris Le Lay, Rospordinois âgé de 31 ans, était pourtant sous contrôle judiciaire. Il serait crêpier au Japon, salarié par Joël Robuchon. Quand ce n’est pas sur Breizh Atao, c’est sur son site projet juif.com qu’il s’adonne à «son obsession anti-juive», comme la qualifie Me Baccouche, du Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA). «C’est un site qui colporte une idéologie assez nauséabonde», reconnaît le président Molié, en détaillant quelques propos de son administrateur.

«Ne pas en faire un martyr»
Ces deux sites sont hébergés à Houston, au Texas, ce qui assurait au prévenu, pensait-il, toute impunité pour déverser son fiel. «Il doit estimer que la justice française est illégitime», commente le procureur Tufféry, qui se fait cinglant comme rarement : «S’est-il penché sur les oeuvres de Brasillach ? S’est-il dit devant le mémorial de la Shoah qu’il n’y avait pas assez de noms ? Boris Le Lay poursuit un objectif : rejeter les noirs, les juifs et les élus qui défendent les fondements de la démocratie française». Le magistrat requiert un an ferme et 5.000 € d’amende. Il requerra huit mois ferme supplémentaires dans un autre dossier impliquant Boris Le Lay. En mars 2011, ce dernier s’était réjoui de la mort tragique de Serge Goldberg, membre du Mrap, en ces termes : «Un juif du Mrap écrasé par un train, c’est la fête. Marchez dedans, ça porte bonheur». Le tribunal l’a finalement condamné à 18 mois avec sursis car «on ne veut pas en faire un martyr». Yannick Martin obtient 5.000 € de dommages et intérêts, Bernard Poignant, Mona Bras, la LDH (Ligue des droits de l’Homme), la Licra et le BNVCA, 1.500 € chacun.

Lire la suite

15 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Halte aux agressions racistes islamophobes !

Halte aux agressions racistes islamophobes ! dans Antiracisme voilee

Hier, jeudi 13 juin, une jeune femme musulmane voilée a été physiquement agressée à Argenteuil.

Cette agression intervient une vingtaine de jours après la plainte déposée par une jeune fille voilée pour une agression subie dans la même ville. Ces agressions sont de nouvelles manifestations du climat raciste et xénophobe entretenu par la droite, l’extrême droite et ses satellites fascisants. Une semaine à peine après le meurtre de Clément Méric, cette nouvelle agression démontre que leurs cibles sont les antifascistes, les homosexuelLEs, les immigréEs, les musulmanNEs… La politique du gouvernement qui multiplie les expulsions de sans papiers, expulse les roms, organise de véritables rafles à Barbès entretient cette montée du racisme. Ainsi, deux jours avant l’agression de jeudi, un contrôle d’identité d’une femme portant le voile intégral dans un autre quartier de la même ville avait provoqué des affrontements avec la police. Tout ceci créer un climat de haine et de peur pour diviser les classes populaires, tenter de dresser les victimes de la politique des classes dominantes les unes contre les autres. Ce ne sont pas les immigréEs ou les femmes qui portent le voile qui licencient ou imposent l’austérité, la régression sociale. Ce sont bien les patrons, le gouvernement et les forces réactionnaires qui veulent mettre la population au pas. Aux agressions et aux provocations racistes, hostiles aux musulmanNEs il faut opposer la solidarité et l’action collective des travailleurs-euses, des classes populaires quelles que soient leur origine, leur religion ou leur couleur de peau.

Montreuil, le 14 juin 2013 http://npa2009.org/node/37697

Lire la suite

12 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Les « races humaines » existent ? Alors énumérez-les !

Les « races humaines » existent ? Alors énumérez-les ! dans Antiracisme blog-obama_photomontage-singe

« J’appartiens à la race blanche, vous appartenez à la race noire. »Ainsi Eric Zemmour traçait-il, en novembre 2008, sur Arte, une ligne de démarcation entre lui et son interlocutrice, la militante antiraciste Rokhaya Diallo. L’écrivaine Nancy Huston et le biologiste Michel Raymond (CNRS) viennent aimablement d’offrir au polémiste, cinq ans plus tard, une formidable caution scientifique et intellectuelle. Dans une tribune (Le Monde du 18 mai), les deux auteurs imaginent un parallèle audacieux. De même, disent-ils en substance, que la biologie constate un dimorphisme sexuel dans l’espèce humaine – hommes et femmes diffèrent par certains traits –, elle documente des différences génétiques entre les diverses populations. Ces différences sont scientifiquement démontrées et valident, assurent Mme Huston et M. Raymond, le fait que la notion de race est, s’agissant de l’espèce humaine, pertinente. Ainsi, vouloir rayer le terme de « race » de la législation française – comme François Hollande s’y est engagé – relèverait d’un égalitarisme bien-pensant, avatar d’une forme moderne de lyssenkisme…

La critique est aussi forte que l’argumentaire est pauvre. Le premier argument mis en avant par les auteurs est un remarquable contresens. Puisqu’il existe différentes races de chiens – ce que chacun s’accorde à constater –, il n’y a pas de raisons valables à ce qu’il n’existe pas de races humaines. Ce faisant, les auteurs oublient de rappeler que la diversité des races canines est le fruit d’une sélection effectuée de longue date par l’homme, pour obtenir des animaux adaptés à telle ou telle fonction. Si l’on s’en tient à ce parallèle avec le chien, la race est la conséquence d’un élevage. D’où cet accident rhétorique : d’hypothétiques races humaines seraient le résultat d’une forme d’hygiène raciale. Point de races sans une volonté délibérée d’entretenir certains traits, certaines caractéristiques. Les auteurs n’en restent pas au chien : ils invoquent le chimpanzé, la girafe ou le raton laveur et leurs multiples sous-espèces, qu’ils présentent également comme des analogues animaux aux supposées races humaines…

Là encore, l’argument est trompeur. Car, dans le reste du règne animal, ces sous-espèces ne tiennent qu’à l’occupation de niches écologiques dis- tinctes. Or, l’une des singularités d’Homo sapiens est qu’il est fondamentalement migrateur. Il s’est affranchi de tous les environnements rencontrés après ses sorties d’Afrique successives, s’adaptant à l’ensemble des biotopes, créant ainsi une continuité de peuplement, des tropiques aux régions arctiques. Où, dans cette continuité, placer les frontières ? Bien sûr, la sélection n’a jamais cessé son œuvre. Des différences de phénotype sont apparues au cours des derniers millénaires. Il est donc en effet absurde, comme le soulignent justement les auteurs, de contester la réalité de ces différences. Mais, les migrations et les mélanges de population n’ayant jamais cessé, ces différences s’inscrivent dans un continuum de diversité qu’il est impossible d’incarcérer dans une classification rigide de systématicien. L’ethnie, notion complexe qui tient compte de considérations socioculturelles, linguistiques, etc., peut parfois être invoquée, mais la race, comme catégorie biologique, est un leurre.

Au coeur du malentendu

Pour les auteurs, la variété des réactions à certains traitements médicamenteux en fonction des populations, ou les susceptibilités différentes à certaines maladies viennent corroborer « scientifiquement » la notion de race. Mais… les populations du grand ouest de la France sont très enclines à la luxation con- génitale de la hanche : parle-t-on d’une race « ouest-française » ? Celles des îles et du pourtour méditerranéen sont plus sujettes à la thalassémie (une maladie du sang) : parle-t-on d’une « race méditerranéenne » ? Ce hiatus entre perception et réalité biologique est au cœur du malentendu. Ce qu’au comp- toir du Café du Commerce on nomme « race » ne recouvre aucune réalité biologique précise, mais est le résultat d’une construction sociale et/ou de per- ceptions visuelles : les « Noirs » ne constituent pas un groupe biologiquement homogène ou cohérent, pas plus que les « Blancs », les « Jaunes », etc. Un individu né d’un homme à peau noire et d’une femme à peau blanche est immanquablement perçu par la société comme un Noir, alors que si l’on s’en tient à la génétique, il n’est pas plus noir que blanc. Ce que nous nommons « race » en langue commune n’a donc aucun fondement scientifique. Exemple : la no- menclature administrative américaine considère qu’il existe une « race » des « Blancs hispaniques ». Faut-il y voir une réalité biologique ou plutôt la traduction d’une crainte de l’Amérique du Nord anglo-saxonne face à la pression migratoire de l’Amérique du Sud hispanophone ? En Europe, il ne viendrait à personne l’idée de discriminer une race « hispanique »… Ainsi, l’exercice auquel se livrent les auteurs consiste à faire accroire qu’il existe des déterminants biologiques objectifs entérinant des catégories socialement construites par les vicissitudes de notre histoire ou la mesquinerie de nos préjugés. Ce travers a des précédents historiques connus. Il y aurait aussi eu un moyen plus expéditif pour réfuter les certitudes des deux auteurs. Les races humaines existent, dites-vous ? Alors énumérez-les…

Lire la suite

04 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Du Touvet (Isère) à Aix-en-Provence : non à de nouveaux éloges de l’OAS (Ldh)

Du Touvet (Isère) à Aix-en-Provence : non à de nouveaux éloges de l’OAS (Ldh) dans Antifascisme fdunnhfs

Au moment où s’ouvraient les négociations d’Evian pour mettre fin à la guerre d’Algérie, deux activistes, Albert Dovecar et Claude Piegts, membres des sinistres commandos delta de l’OAS, participaient à l’assassinat de Roger Gavoury, commissaire central d’Alger, dans la nuit du 31 mai au 1er juin 1961. Condamnés à mort, Dovecar et Piegts ont été exécutés le 7 juin 1962. C’est précisément le 7 juin 2013 que le Collectif aixois des rapatriés – le CAR –, a choisi pour inaugurer à Aix-en-Provence un monument, de même nature que ceux de Nice, Toulon, Perpignan et Marignane, érigés à la gloire de tels assassins. La stèle sera installée dans la cour de la Maison du maréchal Alphonse Juin, propriété de la ville d’Aix, devenue véritable casemate de la « nostalgérie ». L’actuelle équipe municipale en a confié la gestion au CAR qu’elle subventionne abondamment. Coutumier des éloges de la colonisation et de l’OAS, le président du collectif, René Andrès, lance un appel pour l’inauguration d’un espace « appelé à devenir le haut lieu de la mémoire, et de la conservation, de la vérité du peuple Pied-Noir et Harkis ».

L’Association de défense des anciens détenus de l’Algérie française (ADIMAD) soutient cet appel. Ces irréductibles de l’Algérie française ont prévu de se retrouver, comme chaque année, début juin autour de la tombe de Claude Piegts au Touvet, dans l’Isère. L’hommage initialement prévu le 2 juin 2013, a soulevé de telles protestations qu’il vient d’être interdit par la préfecture de l’Isère. Ses initiateurs l’ont reporté au 9 juin, deux jours après la cérémonie d’Aix. La Ligue des droits de l’Homme dénonce avec force ces tentatives de réhabilitation des anciens tueurs de l’OAS, autant que les dérives idéologiques sur les aspects positifs de la colonisation et les nouvelles instrumentalisations du drame des Harkis et de leurs enfants. Il est indispensable que soient officiellement reconnus, simplement reconnus, les crimes et méfaits qui ont accompagné la colonisation et la guerre d’indépendance de l’Algérie. Indis-pensable pour bannir en France toutes les formes de racisme que ces dérives alimentent ; indispensable pour permettre le renforcement des liens d’estime et d’amitié entre les peuples algérien et français, l’établissement d’une coopération active et sincère entre la France et l’Algérie !

Paris, le 4 juin 2013 Communiqué LDH http://www.ldh-france.org/Du-Touvet-Isere-a-Aix-en-Provence.html

Lire la suite

02 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Bal contre l’homophobie, le racisme et le sexisme

Bal contre l’homophobie, le racisme et le sexisme dans Antifascisme bal-213x300

Depuis quelques mois, nous sommes assaillis par toutes sortes d’idées arriérées : homophobes, sexistes, racistes. C’est absurde : l’homosexualité ne nuit ni à autrui ni à l’organisation de la société.   Sous prétexte de «défendre le droit des enfants à avoir un père et une mère » ou encore de « veiller à la sauvegarde de notre civilisation », les « manifs pour tous » déploient des moyens considérables (financier, technique, humain…) pour imposer un ordre moral dont la majorité d’entre nous ne veulent pas. Se développe en son sein depuis quelques semaines, un mouvement national de prières de rue : « les veilleurs ». Ce mouvement n’est pas inoffensif, il  fait  le lit au développement de groupuscules identitaires, nationalistes, et fascistes qui  profitent de cette occasion pour affirmer leur volonté d’imposer par la force leurs idées d’une France « purifiée » et traditionaliste.

SEXISME car on cherche à nous cantonner dans une case bien définie : avec ce pseudo « équilibre parfait » Papa/Maman, la femme y a surtout le mauvais rôle.

RACISME et HOMOPHOBIE car laisser se développer ces mouvements, c’est ouvrir la porte à un ordre conservateur. C’est regarder passivement et finalement réduire les libertés et les droits fondamentaux de gens « pas assez blancs », des femmes, d’homosexuel-les…

Tout ceci détourne finalement notre colère des vrais problèmes : l’austérité mise en place par les gouvernements capitalistes et ses conséquences dans nos vies quotidiennes. En effet, le vrai danger est social. Dans un contexte général de crise économique, c’est à nous qu’on présente l’addition : Accord National Interprofessionnel, réforme des retraites, reformes des universités…

Ainsi, nous faisons un bal festif pour qu’au-delà des veilleurs, une autre voix se fasse entendre. Nous vous invitons à venir se rassembler pour défendre des mesures sociales ET l’égalité des droits, partager un moment convivial et solidaire…  Et pour ne pas se tromper de colère !   

  Collectif Antifasciste 34
  Contact : antifa34@riseup.net


            

Lire la suite

28 mai 2013 ~ 0 Commentaire

Islamophobie : construire un front large

Islamophobie : construire un front large dans Antifascisme mosquee-profanation-racisme-saint-etienne_263

« Nous sommes là pour dire que l’islamophobie est un racisme » a déclaré la représentante du comité MRAP 19e lors du rassemblement organisé ce samedi 18 mai à Paris par le collectif Mamans toutes Égales (MTE).

Aux côtés d’associations musulmanes (CMF, PSM…) appelant les MusulmanEs à « sortir des mosquées pour défendre leurs droits contre les attaques islamophobes et à participer aux luttes sociales », 200 personnes se sont rassemblées : féministes (8 mars pour TouTEs, TumulTueuses, Féministes pour l’égalité…), LGBTI (Pink Bloc, Act Up-Paris), syndicalistes (Solidaires, STRASS) et militantEs de gauche. La représentante de l’Union des Juifs français pour la paix a rappelé les conséquences dramatiques pour toute la société de la discrimination des Juifs.

Offensive réactionnaire
Après le témoignage d’une des mères de Montreuil militant au collectif MTE, les féministes ont dénoncé la dimension à la fois sexiste et raciste des attaques qui touchent en premier lieu les femmes. La représentante de Solidaires a déclaré que plutôt que de préparer une loi permettant aux patrons de licencier des femmes portant le foulard, une politique féministe consisterait à imposer l’égalité, notamment salariale. L’intervention de Sarah Benichou du NPA a été une des plus applaudies : « Les mobilisations contre le mariage pour touTEs ont renforcé tous les réactionnaires et les fascistes y étaient a l’initiative. On est passé des discours aux agressions physiques. Or ce sont les mêmes qui attaquent les bars gays et qui attaquent les mosquées ou profanent les cimetières. » Elle a dénoncé la politique du PS au gouvernement qui a prolongé la politique raciste de Sarkozy contre les Roms et les sans-papiers et le nouveau projet de loi qui « non seulement est raciste en excluant les femmes musulmanes du travail mais qui donne plus de pouvoir aux patrons pour licencier ». Repré- sentant les minoritaires du Front de gauche contre l’islamophobie, Laurent Lévy a aussi pris la parole. Enfin, MTE a fait le constat que les luttes avaient permis de sensibiliser de plus en plus largement sur la question de l’islamophobie, mais pas encore de construire une mobilisation à la hauteur. D’où la nécessité de construire un front large pour mobiliser la communauté musulmane, les quartiers populaires et des courants plus importants de la gauche. Une assemblée générale a été appelée pour le dimanche 26 mai à Montreuil.

Denis Godard Lundi 27 mai 2013 Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 196 (23/05/13)

Lire la suite

16 mai 2013 ~ 0 Commentaire

Droite et extrême droite : leur « printemps des cons », une saison à combattre !

Droite et extrême droite : leur Février 1934

Le 6 mai dernier, jour anniversaire de l’élection de François Hollande, Jean-François Copé en meeting à Nîmes nous a prédit un « printemps des cons », allusion au « printemps français » des opposants au mariage pour tous, Frigide Barjot en tête, et au « mur des cons » de la magistrature dont la droite s’était offusquée. Derrière la formule choc et la vulgarité, la surenchère…
Surenchère car, sur le bilan économique et social de Hollande, la droite n’a pas grand chose à redire.

La preuve en est qu’elle vote régulièrement avec le PS. En effet, comment critiquer la ratification du TSCG et l’inscription dans le marbre des 0, 5 % de déficit structurel ? Comment s’insurger contre le pacte de compétitivité et ses 20 milliards de crédit d’impôt pour les entreprises alors que la droite elle-même n’aurait osé rêver plus beau cadeau pour le patronat ? Comment désapprouver la transformation de l’ANI en loi, quand le PS apporte la pierre principale au chantier de destruction du code du travail mis en œuvre par les gouvernements précédents, et ce avec l’appui d’une partie des syndicats ?
Copé a beau jeu à Nîmes de dénoncer « le plus grand matraquage fiscal de l’histoire », à croire qu’il n’a pas bien étudié ses dossiers. La tranche d’imposition à 75 % pour les très hauts revenus, qui ne tenait déjà pas compte des revenus du capital, a été retoquée par le Conseil constitutionnel. Certes, l’ISF a retrouvé son niveau d’avant les années Sarkozy, mais en contrepartie un plafonnement dans la logique du bouclier fiscal a été rétabli et la plupart des niches fiscales ont été maintenues. La bourgeoisie peut donc dormir tranquille, ses intérêts sont aussi bien préservés par Hollande qu’ils ne l’étaient sous Sarkozy.

Une droite radicalisée
Difficile donc pour la droite d’attaquer bille en tête le gouvernement sur son bilan sans recourir à l’outrance langagière. La politique néolibérale du PS brouille les cartes avec la droite qui ne peut dès lors se distinguer que sur les questions sociétales. Le mouvement contre « le mariage pour tous » est donc une véritable aubaine pour l’UMP, affaiblie par les luttes fratricides et discréditée par la mise en examen de Sarkozy et les casseroles de Claude Guéant. Dans son discours de Nîmes, Copé appelle à se mobiliser le 26 mai contre « le mariage gay », pour la droite la pierre angulaire de l’opposition au gouvernement, et au-delà pour « exprimer un non global à la politique de François Hollande ». Il est également le vecteur du rapprochement entre la droite et l’extrême droite. Le dimanche 21 avril 2013, 11 ans après l’arrivée de Jean-Marie Le Pen au deuxième tour des élections présidentielles, UMP et FN défilaient sous la même banderole contre le « mariage gay ». Mais ce rapprochement ne se fait pas par des discussions d’appareil, comme on aurait pu l’imaginer après les élections présidentielles et législatives. Un rapprochement rendu possible par la radicalisation de la droite sur les questions d’immigration et sur l’Islam et par les tentatives de Marine Le Pen pour polir le discours de l’extrême droite afin de la rendre plus « respectable »… Plus dangereuse, la jonction se fait aujourd’hui par des pratiques militantes et des expériences politiques communes et ce dans la rue, terrain traditionnel de la gauche. Et surtout, cette convergence semble davantage profiter au FN qu’à l’UMP.

Front commun contre la réaction
Avec son « printemps des cons », la surenchère langagière de Copé, lors d’un meeting tenu dans un département où le FN a fait plus de 25 % des voix, semble traduire la volonté de ne pas se laisser déborder par ce mouvement et comme une tentative de le canaliser. Son appel à ceux qui manifestent contre « le mariage pour tous » à rejoindre les listes UMP aux municipales peut être interprété dans ce sens. Face à une droite et une extrême droite qui occupent le terrain et qui nouent de dangereuses convergences, dans un contexte où les attaques homophobes se multiplient, il y a urgence à organiser une riposte spécifique et à reprendre la rue. Face à une droite, qui utilise le mariage pour tous pour se positionner dans l’opposition au gouvernement, et face à un FN, qui surfe sur les reculs sociaux et « les affaires » de la gauche et de la droite pour se présenter comme la seule alternative possible, il y a urgence à changer le rapport de forces et à reprendre la rue. Nous devons porter la nécessité d’une opposition de gauche, c’est-à-dire construire un front commun contre le gouvernement et le patronat, pour développer les mobilisations sociales et politiques afin de mettre un coup d’arrêt à l’offensive des libéraux, des réactionnaires et des fachos.

Camille Jouve et Pierre Baton Mercredi 15 mai 2013Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 195 (15/05/13)

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin