Archive | Antiracisme

18 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

philippe poutou (npa)

Philippe Poutou : « C’est dégueulasse de vouloir faire croire qu’il y aurait un problème avec les Musulmans »

Lire la suite

16 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

rené vautier (trignac)

vauquier rene

Deux jours d’hommage à travers conférences et concerts.

Projection de documents iconographiques et filmés qui parcourent l’époque dure mais très riche et très vivante où René Vautier témoignait par ses films des guerres coloniales, des luttes sociales, de l’impressionnant réveil culturel breton, sans oublier les côtés festifs et créatifs des années 1960-1980.

Programme :

Vendredi 8, Trignac :

Salle des Fêtes René Vautier
- Inauguration et Conférence-débat Inauguration de la salle des fêtes René Vautier  18h.
- Conférence-débat à partir du film « Quand tu disais Valéry » Table ronde en présence Guy Jaques, Nicole Le Garrec, Jean-Louis Le Corre, François Arvor à 20h.

Samedi 9, Trignac :

Salle des Fêtes René Vautier
- Projection du documentaire « Afrique 50 » et  « La Folle de Toujane » 10h.
- Conférence sur l’œuvre de René Vautier, à travers ses luttes anticolonialistes et son combat en Bretagne. Avec Olivier Caillebot, J.Monnier et Hubert Chémereau  15h.
- Concert de Gilles Servat à 18h.

Renseignements : Centre Culturel Lucie Aubrac – 02 40 90 32 48 – centre-culturel@mairie-trignac.fr – www.mairie-trignac.fr

En partenariat avec la Cinémathèque de Bretagne, l’ Agence Culturelle Bretonne ACB44, le CCP, le CREDIB, la Mairie De Trignac et le Département de Loire-Atlantique

https://acb44.wordpress.com

Lire la suite

16 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

équateur (the guardian)

3500

Equateur: la victoire douce-amère des manifestants autochtones 

Huit personnes ont été tuées au cours des 12 jours de manifestations qui ont pris fin après la conclusion d’un accord avec le président de l’Équateur visant à rétablir les subventions au carburant.

Quelques heures à peine après la signature d’un accord mettant fin à la plus grande agitation politique de l’Équateur, des milliers d’autochtones, accompagnés d’étudiants volontaires et de résidents locaux, sont descendus dans les rues de Quito pour nettoyer la ville. Les équipes ont traversé le parc El Arbolito, encore jonché de pneus enflammés et de dalles de pavage qui avaient servi de barricades.

Au cours de 12 jours de manifestations souvent violentes, le parc a été l’un des points de ralliement de milliers d’équatoriens autochtones qui ont convergé vers Quito depuis les Andes et l’Amazone.

Les manifestations ont pris fin dimanche soir lorsque le président de l’Équateur, Lenín Moreno, a accepté de rétablir les subventions sur les carburants et de révoquer un programme d’austérité controversé soutenu par le FMI. Cet accord a mis fin à près de deux semaines de bouleverse-ments au cours desquelles violences, pillages et vandalisme ont eu lieu, ainsi qu’une lourde intervention policière qui a fait huit morts, plus de 1 300 blessés et près de 1 200 personnes arrêtées, selon le bureau du défenseur des droits humains du pays.

L’image des peuples andins et amazoniens – pour la plupart vêtus de leurs vêtements traditionnels – célébrant l’accord était un puissant exemple de la force du mouvement indigène en Équateur – et rappelait qu’il a contribué à renverser à maintes reprises les présidents du pays.

Mais la mort de huit manifestants, dont le dirigeant indigène Inocencio Tucumbi, a rendu le triomphe doux-amer pour beaucoup. «Je crois que la paix a triomphé», a déclaré Patricia Gualinga, de la communauté amazonienne Kichwa de Sarayaku. «Mais je me sens un nœud dans la gorge avec la mort de frères autochtones. Il y a beaucoup de douleur à guérir et le gouvernement devrait en être conscient », a-t-elle déclaré.

Il y a quelques jours à peine, le centre-ville de Quito ressemblait à une zone de guerre: des gaz lacrymogènes dans les airs, des combats acharnés entre la police anti-émeute et les manifes-tants se déroulaient au milieu de barrages routiers en flammes tandis que des explosions résonnaient dans la ville.

Certains manifestants étaient encapuchonnés et armés de bâtons et de lance-pierres, d’autres étaient des femmes autochtones vêtues de jupes, tous indignées par la décision de Moreno de mettre fin aux subventions au carburant.

Cette décision a entraîné une hausse d’un tiers du prix de l’essence et de plus du double du prix du diesel, ce qui a entraîné une hausse des coûts de la nourriture et des transports dans l’économie dollarisée du pays.

« Le mouvement autochtone est un acteur puissant en Équateur depuis les années 1990″, a déclaré Mario Melo, avocat au centre des droits de l’homme de l’université catholique de Quito.
Les manifestations indigènes ont joué un rôle central dans le renversement de plusieurs présidents équatoriens, notamment Abdalá Bucaram en 1997, Jamil Mahuad en 2000 et Lucio Gutiérrez en 2005.

«C’est le seul mouvement capable de paralyser le pays – et le courage de faire face à ces mesures économiques», a-t-il déclaré, qui a touché les plus pauvres.  Jaime Vargas, dirigeant de la confédération indigène de l’Équateur Conaie,  dissocie ses partisans des hommes masqués qui ont attaqué deux chaînes de télévision et le principal journal El Comercio, ainsi que des journalistes couvrant les manifestations. Les incendiaires ont également visé le bâtiment du ministère de la justice.

« C’est extrêmement curieux de constater que c’est le seul bâtiment de l’état totalement détruit par le feu », a déclaré le ministre José Valencia, contenant des archives concernant des accusations de corruption à l’encontre de l’ex-président Rafael Correa.

Moreno a accusé « des forces obscures » dirigées par son prédécesseur, l’ancien président Rafael Correa, et le chef du Venezuela, Nicolas Maduro, ainsi que « des trafiquants de drogue et des gangs de citoyens étrangers violents ». La ministre de l’Intérieur, María Paula Romo, a annoncé mardi l’arrestation de 57 étrangers. pendant les troubles.

Correa, qui a gouverné l’Équateur entre 2007 et 2017 et vit maintenant à Bruxelles, a nié être à l’origine des troubles, bien qu’il ait appelé Moreno à se retirer et envisagé la possibilité de se porter candidat lors de nouvelles élections.

Mais le mouvement indigène a peu d’affection pour Correa qui, au cours de sa décennie au pouvoir, a interdit les manifestations, emprisonné les dirigeants indigènes et réprimé les manifestations contre le forage pétrolier et l’exploitation minière sur le territoire ancestral des autochtones.

Santiago Basabe, politologue à l’Institut latino-américain de sciences sociales à Quito, a déclaré que le mouvement indigène avait considérablement renforcé son capital politique. Mais il a noté qu’il avait été « absolument intransigeant », ne laissant aucune alternative au gouvernement pour restructurer des dettes énormes, principalement envers la Chine.

Les nationalités autochtones de l’Équateur ne représentent qu’un dixième de la population de l’Équateur (16 millions d’habitants), mais elles ont montré qu’elles constituaient une force politique trop puissante pour être ignorée. Mais leur triomphe, a déclaré Gualinga, «a été payé avec des vies autochtones. Comme dans toute notre histoire.  »

Mer 16 oct 2019 Dan Collyns in Quito

https://www.theguardian.com/

Lire aussi:

Was this indigenous leader killed because he fought to save Ecuador’s land? (The Guardian)

Lire la suite

15 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

solidarités (temps partagé)

72543738_1534773910049093_3022858928510730240_o

Cette année encore, nous vous proposons quelques animations dans le cadre du Festival des Solidarités autour du thème « Les migrations, déconstruisons nos préjugés ».

L’occasion de rencontrer quelques associations oeuvrant sur Quimper auprès des migrants, de toutes origines et de tout âge : « Le temps partagé », « 100 pour un toit Cornouaille », « collectif droit d’asile » et « La Cimade »

VENDREDI 22 NOVEMBRE : Apéro discussion
Diffusion du film « le soleil se lève à Brest » en présence du réalisateur Gilles Blaize. Film produit par Tébéo et Bleu Iroise.
Échanges et débats avec le public animés par Rémi de la « Liberté de l’esprit »

SAMEDI 23 NOVEMBRE : Soirée festive autour d’un repas partagé
Le principe est simple, si vous le pouvez, vous apportez avec vous un plat salé ou sucré qui régalera les autres convives tout autant que vous. Les murs n’étant pas extensibles et pour être sûrs que chacun ait à manger, nous vous demandons de bien vouloir vous inscrire au 02 98 55 33 13 ou contact@centredesabeilles.fr et de nous dire ce que vous pourrez apporter.

Pour rythmer cette soirée, quelques animations vous seront proposées par le CICODES : Des jeux du monde, un Quizz, un jeu « défis », un parcours… Nous clôturerons en textes et en musique avec 2 artistes quimpérois : le che29 et Abdulaye Sané

OPEN MIC : Vous slamez, rappez, chantez ? La scène vous attend !

Centre des Abeilles

4 rue Sergent Le Flao, 29000 Quimper

Facebook

Lire la suite

14 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

portugal (pùblico essf)

Clip du PCP

Le PCP était fort là où il y a moins de chômage et plus de criminalité

Chega (« Basta » extrême droite) lui a volé des électeurs

L’abstention croissante, l’éparpillement partisan et le vieillissement de la population entraînent l’érosion de l’électorat communiste et écologiste.

Il est passé de 17 à 12 députés, mais où sont passés les 115 000 votes perdus par la CDU entre 2015 et la semaine dernière? Pour le PAN (animaliste), le PS et Chega (extrême droite)…

Et si cela peut paraître surprenant, il existe des points intéressants au sujet des villes où la CDU a obtenu ses meilleurs résultats: elles ont moins de chômeurs que la moyenne du pays, leur pouvoir d’achat est supérieur à la moyenne nationale, le taux de criminalité y est plus grand et il y a plus d’immigrants.

Et une confirmation à propos des personnes âgées: oui, là où la CDU détient le plus grand nombre de voix, le pourcentage de personnes de plus de 65 ans est supérieur à la moyenne nationale – mais le CDS et le PSD peuvent la dépasser.

En comparant les données du vote des différents partis et ceux d’il y a quatre ans, il est clair que c’est dans les municipalités où la CDU avait le meilleur vote en 2015, que le parti dirigé par André Ventura (Chega ext droite) recueillait également le plus grand nombre de votes.

En outre, la coalition entre la PCP, les verts du PEV et l’ ID était plus forte dans les municipalités où le taux de chômage est inférieur à la moyenne nationale mais où la criminalité est plus élevée.

La meilleure implantation de la CDU, à savoir le tiers des communes où il a obtenu son meilleur score, est essentiellement situé dans l’Alentejo, dans l’ouest de l’Algarve, ainsi que dans les districts de Lisbonne et de Santarém.

Les seules communes où elle est arrivée en tête sont Mora (Évora) et Avis (Portalegre), mais s’il regarde par-dessus son épaule, c’est le PS qui monte dans les deux cas. Entre les deux élections, la CDU n’a pas changé d’influence géographique, elle a seulement diminué.

Selon EyeData, les municipalités où Chega a obtenu le meilleur vote sont, pour la plupart, celles où, en 2015, la CDU a obtenu les meilleurs résultats et continue de le faire. (Résumé)

Maria Lopes 14 octobre 2019

https://www.publico.pt/

Commentaire:

CDU est le nom sous lequel le PCP se présente depuis la fin de la dictature, en coalition avec un parti vert. Il a vu ses votes divisés par 3 depuis 1975. Chega veut dire « Basta » c’est la nouvelle extrême droite comme Vox en Espagne.

Ce qui est étonnant c’est que nos camarades du Bloc de Gauche ne profitent pas de la chute du PCP à l’électorat plus âgé. Le BE mettrait plus en avant les femmes, les gays et d’autres sujets sociétaux qui ne « prennent pas » chez les anciens…

Lire aussi:

Élections et crise d’hégémonie politique : le Portugal ne fait pas exception

Portugal : Antonio Costa (PS) ne veut pas renouveler la « geringoça », ce que regrette Catarina Martins du Bloc de gauche

Au Portugal, la fin de la “combine” des partis de gauche?

Algumas conclusões sobre as eleições legislativas após quatro anos de Governo da Geringonça (Em Luta)

Lire la suite

08 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

antiracisme (dossier npa)

AFFICHE-RACISME-POUTOU2017-BAT-1

Contre le racisme, contre les frontières

Macron et consorts ont décidé, en cette rentrée, d’enfourcher l’un des chevaux de bataille favoris de l’extrême droite et de la droite extrême : les questions migratoires.

L’occasion de revenir, dans ce dossier, sur la nécessaire fermeté dont nous devons faire preuve face à la diffusion des idées racistes et anti-migrantEs, et aux politiques qui les accompagnent. Ce dossier est composé d’extraits de la brochure « De l’air, ouvrez les frontières ! », disponible auprès des militantEs du NPA.

antiracisme (dossier npa) dans Antifascisme

Refuser les frontières, donner un avenir à l’humanité

Si nous avons épuisé nos mots pour dire la tragédie humaine que constitue le sort réservé aux migrantEs, avec notamment les milliers de mortEs en Méditerranée, il faut pourtant écrire et parler pour dire qu’il n’y a rien de fatal.

 dans Macronie

Racisme et violences policières

Les quartiers populaires sont un terrain d’expérimentation quotidienne de la violence d’État. C’est une violence ciblée, dans des quartiers situés loin des centres urbains ou menacés de disparition au cœur des villes, comme à Marseille.

 dans Migrants, réfugiés

Des revendications des mouvements de résistance soutenues par le NPA

▸ Des moyens pour un accueil digne et non pour la répression ;
▸ La régularisation de toutes et tous les sans-papiers ;
▸ La fin des expulsions ;
▸ La fermeture des centres de rétention administrative (CRA) ;

https://npa2009.org/

Lire la suite

03 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

lannion sans-papiers (le trégor)

Migrants

Lannion. Le collectif de soutien aux sans-papiers occupe la Maison du département

Depuis jeudi midi, le collectif de soutien aux sans-papiers occupe la Maison du département à Lannion pour défendre une famille. Un sursis a été obtenu.

Une vingtaine de personnes du collectif de soutien aux sans papiers occupent depuis jeudi midi, la Maison du département à Lannion pour soutenir une famille. « Nous resterons là le temps qu’il faudra, y compris cette nuit ».

Débouté du droit d’asile

Le collectif des sans-papiers soutient la famille Tombo. Ce couple angolais avec trois enfants était venu, ce jeudi matin, chercher ses bons alimentaires à la Maison du département. Ils lui ont été refusés. La famille a épuisé tous les recours pour obtenir des papiers et a été déboutée du droit d’asile.  On avait prévenu en début de semaine le député que nous ferions des actions plus fortes. »

Les membres du collectif sont déterminés. La famille est pour l’instant logée à Lannion dans des locaux de l’Amisep. Deux des trois enfants sont scolarisés dans la ville.

Trois familles concernées

Le collectif suit, sur Lannion, trois familles dans la même situation :  Mais nous savons qu’à Lannion il y a aussi des adultes sans-papiers à la rue malheureusement. Pour ces familles, nous le refusons. » Patrice Kervaon, le conseiller départemental est passé se rendre compte de la situation. Des rendez-vous sont pris avec le maire de Lannion, ce vendredi et le président de l’agglomération pour la fin du mois.

Un sursis d’une semaine

A 17 h ,  la famille a fini par recevoir ses bons alimentaires pour la semaine. Mais la famille Tombo va recevoir un courrier officiel pour lui signifier l’arrêt de ces aides dès la semaine prochaine. Le collectif a déjà prévenu : « Nous serons là pour les soutenir à nouveau ».

3 Octobre 2019

https://actu.fr/bretagne

Lire la suite

03 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

rennes migrants (lutte ouvrière)

Bretagnen Antifasciste

Rennes : soutien aux migrants

Samedi 28 septembre, plus de 400 personnes ont manifesté pour exiger qu’une solution d’hébergement soit trouvée pour 350 migrants qui ont été contraints de camper cet été dans un parc de la ville de Rennes.

Depuis la mi-septembre, la moitié d’entre eux se sont installés dans un bâtiment industriel inoccupé, pour pouvoir au moins dormir au sec. Cet entrepôt est vide depuis des années et n’est pas adapté pour héberger des personnes. Mais, comme le disent certains, « ici, il y a l’eau, l’électricité et du chauffage, de quoi affronter la pluie et le froid qui vont arriver avec l’hiver ».

Pour ceux qui restaient au campement du parc des Gayeulles, dont une quarantaine d’enfants, les conditions de vie n’étaient pas tenables, avec la pluie, le froid, le manque d’équipements sanitaires.

Dimanche 29 septembre, certains ont trouvé refuge dans un gymnase. Dès le lendemain, ils ont été expulsés par la police, la mairie ayant porté plainte pour intrusion. Ils sont donc retournés au campement dans la boue et le froid.

Ensuite, la mairie a annoncé qu’elle mettait un centre de loisirs à disposition des familles avec enfants et que, avec la promesse de la préfecture de prendre en charge les migrants relevant du droit d’asile et les personnes vulnérables, « le campement des Gayeulles devrait rapidement fermer ».

La réalité est tout autre. La préfecture se préoccupe surtout de contrôler tous les migrants, pour voir si elle ne peut pas en expulser quelques-uns, plutôt que de fournir les hébergements indispensables.

La mobilisation des migrants et de leurs soutiens continue donc, pour obtenir une solution digne et pérenne.

Correspondant LO 02 Octobre 2019

https://journal.lutte-ouvriere.org/

Lire aussi:

Région parisienne : travailleurs sans papiers en lutte (LO)

Lire la suite

01 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

usa (courrier international)

doudou

Près de 30 000 enfants de moins de 10 ans arrêtés aux USA depuis 2013

L’interpellation de deux élèves de 6 ans par la police a récemment défrayé la chronique en Floride. Pour ABC News, cela reflète un problème persistant aux États-Unis, avec des milliers d’enfants traités comme des “mini-adultes”.

L’arrestation récente de deux élèves âgés de 6 ans à Orlando (Floride) a suscité l’indignation aux États-Unis, souligne ABC News, alors que le policier qui avait attaché les mains d’un des enfants avec des colliers de serrage en plastique en guise de menottes a été licencié.

Pour ABC News, cela “reflète un problème persistant auquel sont confrontées les forces de l’ordre et les écoles, avec des milliers d’enfants arrêtés tous les ans et traités comme des ‘mini-adultes’”.

Selon le site d’information, les statistiques compilées par le FBI révèlent qu’au moins 26 966 enfants de moins de 10 ans ont été arrêtés aux États-Unis entre 2013 et 2017. Pour les enfants de 10 à 12 ans, le nombre d’arrestations s’élève à 228 017.

“Les règles concernant l’âge auquel les enfants peuvent être arrêtés varient dans le monde, observe ABC News. En Angleterre et au Pays de Galles, l’âge de la responsabilité criminelle est de 10 ans. En Écosse, il est de 8 ans.”

Aux États-Unis, 34 États n’ont pas d’âge minimum pour les interpellations en cas de délinquan-ce, la plupart des autres ont fixé un âge minimal de 10 ans, et 24 États n’ont pas d’âge minimum pour transférer des affaires impliquant des mineurs devant un tribunal pour adultes.

Des arrestations en baisse constante

Selon ABC News, si le taux d’arrestation de mineurs âgés de 10 à 17 ans est “en baisse constante aux États-Unis depuis qu’il a atteint un sommet au milieu des années 1990 […], les experts estiment qu’il est encore trop important”.

Meralyn Kirkland, la grand-mère d’une fillette de 6 ans arrêtée par un agent de sécurité d’une école d’Orlando, a déclaré que sa petite-fille, africaine-américaine, “avait été mise en état d’arrestation pour voie de fait après avoir piqué une colère à l’école et frappé un membre du personnel”, rapporte le site d’information.

30/09/2019

https://www.courrierinternational.com/

Commentaire:

Cela et la loi « 3è délit = prison à vie » concernent surtout les gens de couleur, majoritaires dans les prisons.

Lire la suite

26 septembre 2019 ~ 0 Commentaire

grande bourgeoisie (révolution permanente)

hypermarché

Suite aux propos de Mélenchon

Un syndicat de policiers avoue : « La police protège quotidiennement la grande bourgeoisie »

C’est assez rare pour le souligner, un syndicat de policiers, le Syndicat France Police-Policiers en colère a, dans un post dénonçant les propos de Mélenchon sur les violences policières, admis son rôle : « défendre quotidiennement la grande bourgeoisie ».

Alors que tout le gouvernement s’offusque des propos de Jean-Luc Mélenchon, qui a osé dire lors de la manifestation contre la réforme des retraites mardi dernier que les policiers étaient « des barbares. Soyez prudents, ils ne s’arrêtent plus maintenant », un syndicat de police a tenté d’attaquer le chef de file de la France Insoumise dans un post Facebook pour le moins cocasse.

« Les policiers, qu’il traite de barbares, protègent quotidiennement la grande bourgeoisie à laquelle il appartient et qu’il prétend pourtant combattre » explique le syndicat.

Marx et Lénine n’auraient peut-être pas mieux décrit le rôle de police et des gendarmes dans la société !

Car oui, depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, de plus en plus de personnes commencent à voir quel est le vrai rôle de la police dans la société : défendre les intérêts des plus riches, assurer l’ordre dans une société inégalitaire où les actionnaires ne cessent de s’enrichir tandis que les inégalités augmentent.

Et ce à quel prix ? Celui d’une barbarie policière à l’image des vingtaines d’éborgnés, des dizaines de mutilés, des centaines de blessés plus ou moins grave, mais aussi de tous les jeunes tués dans les quartiers populaires ou encore de la mort de Zineb Redouane et de Steve Maia Caniço…

Des affaires pour lesquelles, à chaque fois, les CRS, gardes mobiles ou agents de la BAC ont été innocentés par leur hiérarchie, et par l’IGPN, protégés par Castaner et le gouvernement qui en a même médaillé des milliers. (Extrait)

Arthur Nicola mercredi 25 septembre

https://www.revolutionpermanente.fr/

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin