Archive | Antimilitarisme

11 juin 2018 ~ 0 Commentaire

morlaix palestine (afps)

morl

Facebook

Lire la suite

10 juin 2018 ~ 0 Commentaire

franco galiza (bretagne info)

franco

Le palais est au peuple galicien, plus jamais de franquisme

Répression franquiste en Galice

Beaucoup des lecteurs et lectrices de Bretagne info savent que la justice espagnole a la main lourde contre les indépendantistes Catalans comme en témoigne le maintien détention d’élus ou de militants pour avoir organisé un référendum sur l’indépendance ou encore contre les jeunes basques. (…)

Le régime post-franquiste mis à mal par le puissant mouvement indépendantiste catalan, poursuit, traduit en justice et incarcère des centaines de militants, de syndicalistes, de jeunes , de squatteurs, de féministes, de rappeurs comme Valtonyc ou Pablo Hasel qui osent critiquer la monarchie….

En Galice aussi, nation opprimée par l’état espagnol, la justice va poursuivre à la demande de la famille du dictateur Franco des militants nationalistes galiciens. 19 militants hommes et fem-mes issus de l’indépendantisme viennent d’apprendre à travers une notification judiciaire du tribunal de Betanzos que la Fondation nationale Francisco Franco, Carmen Franco Polo et José Cristóbal Martínez-Bordiu Franco, (fille et petit-fils du dictateur respectivement) ont a porté plainte contre 19 personnes pour une occupation pacifique d’une propriété que cette famille a spolié..

Source

http://www.bretagne-info.org/

Lire aussi:

Nationalisme galicien

UPG (Union du Peuple Galicien)

BNG (Bloc Nationaliste Galicien)

FPG (Frente Popular Galega)

En Marea 

Lire la suite

09 juin 2018 ~ 0 Commentaire

édito (npa)

npa 29 vertic

Gérard Collomb doit dégager!

Pas un jour ne passe sans que le Ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, franchisse des lignes rouges contre les migrantEs, les musulmanEs, les militantEs du mouvement social et écolo-gique ou le droit de manifester. Il flatte les secteurs les plus réactionnaires de la société et exerce une pression insupportable sur toutes celles et tous ceux qui tenteraient de remettre en cause la politique de Macron.

La politique de la matraque contre le mouvement social

Alors que les jeunes et les salariéEs résistent à des mesures de régression sociale (SNCF, universités, Code du travail), tout est fait par le Ministère de l’intérieur pour briser nos mobili- sations : interventions policières, provocations policières dans nos manifestations, il est allé jusqu’à mettre en garde à vue une centaine de lycéenNEs qui occupaient le lycée Arago à Paris dans des conditions scandaleuses, avec des mineurs en garde à vue pendant deux jours, sans que leurs parents aient de nouvelles.

Lors d’une interview, Gérard Collomb a remis en cause le droit de manifester

Expliquant que « les personnes qui veulent exprimer leur opinion [doivent] s’opposer aux casseurs, et non pas, par leur passivité, être complices de ce qui se passe. » Tout en tentant de nous diviser, il indique qu’il est prêt à remettre en cause un droit déjà mis à mal par l’Etat d’urgence. A Notre-Dame-Des-Landes, le Police de Collomb fait preuve d’une violence inouïe contre les militantEs de la ZAD qui ont pour seul tort le désir d’expérimenter d’autres rapports sociaux. L’utilisation d’armes de guerre ne peut conduire qu’à des drames, comme dernière- ment la main arrachée de Maxime Peugeot par une grenade contenant du TNT.

Raciste et islamophobe, Collomb chasse sur les terres de l’extrême-droite 

Collomb nous explique que « des régions sont submergées par les migrants », que les mi-grantEs font du « benchmarking pour regarder les législations les plus fragiles », il a été com-plice des nazillons qui sont partis chasser des migrantEs à la frontière italienne, il est l’artisan de la dernière loi asile-immigration qui durcit drastiquement les conditions de demande d’asile et criminalise toujours plus celles et ceux qui viennent en aide aux migrantEs.

Une politique digne de l’extrême-droite dont Macron et son gouvernement sont solidaires !

La France est pourtant l’un des pays d’Europe qui accueille le moins de migrantEs alors qu’elle a une responsabilité indéniable dans les raisons qui poussent des millions de personnes à fuir leur pays, que ce soit pat le pillage des richesses sur plusieurs continents comme par le rôle ignoble que joue l’impérialisme français dans les guerres. Et comme si cela ne suffisait pas, Collomb se fend d’une sortie islamophobe contre Maryam Pougetou, cette étudiante militante à l’UNEF et opposée à la sélection qui visiblement n’a pas le droit de parole pour l’unique raison qu’elle porte un foulard .

Face à la montée de la réaction au sommet de l’Etat, le NPA exige :

• La départ de Gérard Collomb

• La fin des interventions policières sur les lieux d’études et de travail

• Le rétablissement de la liberté complète de manifester sans présence policière

• Le retrait de la loi « Asile-immigration » et La liberté de circulation et d’installation pour touTEs les migrantEs

• Le retrait des forces de répression à Notre-Dame-Des-Landes

Lundi 4 juin 2018

Lire aussi:

TouTEs uniEs contre l’État policier (NPA)

Lire la suite

09 juin 2018 ~ 0 Commentaire

québec g7 (le huffington post)

G7: manif sous surveillance et repas végan à Québec pour les opposants au sommet

Les policiers étaient encore en grand nombre dans les rues de Québec vendredi 8 juin après-midi, en marge du G7 qui se tient jusqu’à ce samedi à Charlevoix. Une surveillance accrue pour quelques marches et manifestations. Il y avait également un lunch vegan à saveur festive et familiale dans le parc Berthelot dans le quartier St-Jean-Baptiste.

https://www.huffingtonpost.fr/

L’agitation comme condition de la liberté

L’auteur afro-américain Frederick Douglass a écrit : « [c]eux qui professent vouloir la liberté et déplorent l’agitation sont comme le paysan qui voudrait récolter sans avoir labouré. » Plusieurs décennies avant l’adoption du suffrage universel, l’ancien escla- ve devenu homme libre nous mettait sagement en garde contre les tendances nous amenant à désirer la liberté, mais à craindre son usage. Tout le débat public concer-nant le G7 et les mobilisations qui l’accompagnent est actuellement fortement teinté par cette peur.

Presque ironiquement, celle-ci s’est installée au moment où l’ordre établi a le moins à craindre. Contrairement au Sommet des Amériques, le G7 de Charlevoix n’est pas une étape devant mener à la signature d’un accord commercial, le lieu de la rencontre est quasi inaccessible et faiblement peuplé, le mouvement altermondialiste a considérablement décliné depuis 15 ans et les organisations mobilisant au niveau local n’ont pas la même force que celles de 2001 malgré le travail acharné de leurs membres.

Ces éléments n’éliminent pas toute possibilité de confrontation. Les affrontements lors des manifestations sont le résultat d’interactions complexes entre les manifestants sur place et les forces de l’ordre. Or, dans le contexte que je viens de décrire, on aurait pu penser que l’obses-sionnel intérêt de plusieurs journalistes et chroniqueurs pour la « casse et les casseurs » au- rait occupé moins de place. Rien de tel…

Neutraliser les mouvements

L’enjeu sécuritaire et les dangers immédiats liés au G7 ont été les thèmes dominants au sein des médias, les autorités ont annoncé la fermeture de certains lieux publics et la population, elle, a fini par prendre peur. Toutes les mobilisations liées à des rencontres internationales ont donné lieu à ce type de campagne de peur. Celle-ci se démarque par l’important décalage entre le niveau de « menace » réel et l’effet qu’elle a eu sur différents acteurs sociaux et politiques.

N’eût été le député Amir Khadir, l’Assemblée nationale du Québec aurait adopté mardi dernier une motion de la CAQ condamnant non seulement la « casse », mais le principe même de la désobéissance civile, principe au cœur de la stratégie développée par Martin Luther King et le mouvement des droits civiques. Arrivé à ce point, ce n’est plus la volonté de protéger les petits commerçants qui guide la classe politique, mais la volonté de neutraliser les mouvements sociaux tout en les brandissant comme des épouvantails.

La violence des autorités

À partir du milieu des années 1990, une nébuleuse d’acteurs sociaux a commencé à se mobiliser contre le néolibéralisme, les projets d’accords commerciaux et les rencontres des institutions internationales. Ces mobilisations ont donné naissance au mouvement altermondialiste. Dès le départ, ce « mouvement des mouvements » a fait face à une violence des autorités excédant largement la sienne.

Il est plus que temps que cette violence soit mise en lumière et prise en considération. La violence potentielle des autorités est un sujet tout aussi valable que le potentiel de violence des manifestants. Ou alors peut-être pourrions-nous parler de ce qui « est » et non de ce qui va « peut-être » arriver.

Maxim Fortin, Samedi, 9 juin 2018

 Maxim Fortin est doctorant en Science politique à l’Université Laval et est l’auteur d’un mémoire de maîtrise se penchant sur le rôle des mouvements anticapitaliste et anarchiste au sein des mobilisations altermondialistes.

http://www.journaldequebec.com/

Lire la suite

07 juin 2018 ~ 0 Commentaire

razan al-najjar (new york time + fdlp)

“Je vous mets au défi de trouver un homme qui ait montré autant de courage que moi, le premier jour des manifestations”.

Quelques semaines avant d’être tuée par balles par l’armée israélienne, la secouriste palestinienne Razan al-Najjar avait répondu aux questions du New York Times. Dans une courte vidéo, elle racontait ce qui l’avait poussée à venir soigner bénévolement les blessés des manifestations contre Israël. “Les gens demandent à mon père pourquoi je viens ici sans être payée. Nous le faisons par amour pour notre pays.” leur avait-elle expliqué.

https://www.courrierinternational.com/

raz

Ashraf Razan An-Najjar

Le Front Démocratique pour la Libération de la Palestine a publié le 1er juin, à Gaza, une déclaration suite à l’assassinat vendredi de la secouriste An-Najjar

Le FDLP annonce la mort de sa martyre, l’héroïque camarade Ashraf Razan An-Najjar, membre de l’Union des Comités de Travail féminin – Union des Femmes du Front Démocratique- qui a été tuée en accomplissant sa tâche humanitaire et nationale, en portant secours aux blessés dans la Marche du Retour du vendredi « De Gaza à Haïfa, le même sang et la même destination ».

Le FDLP salue le rôle noble et humanitaire joué par la martyre Razan qui participait réguliè-rement aux Marches pour le retour et la fin du blocus, semaine après semaine, au service de notre peuple, en assistant les blessés. Il affirme que le sang de sa camarade Razan témoigne du terrorisme de l’État occupant israélien et de son agression permanente contre notre peuple.

Il salue également et loue les masses fidèles de notre peuple qui ont participé massivement à la dixième Marche du retour vendredi, et estime que cette participation confirme sa détermina-tion à faire face à la politique d’occupation, à se battre pour le retour et la fin du blocus. Il a appelé les organisations internationales dédiées à la défense des droits humains à docu-menter l’assassinat de sang-froid de la martyr Razan de la part des forces de l’occupation israélienne, alors qu’elle aidait les blessés avec son collègues des Comités médicaux.

https://secoursrouge.org/

Commentaire: Le FDLP (Front Démocratique de Libération de la Palestine) est l’équivalent du PC palestinien tandis que le FPLP (tous deux partis laïques) est ami avec le NPA.

FDLP (Wikipédia)

FPLP (Wikipédi)

Lire la suite

05 juin 2018 ~ 0 Commentaire

libertés (bastamag)

flics

Gardes à vue par centaines, blessures graves et prison ferme : le mouvement social de plus en plus réprimé

Ici, des lycéens embarqués par dizaines et amalgamés à des « bandes violentes ». Là, un manifestant dont le pied est arraché par une grenade.

Ailleurs une enquête pour « association de malfaiteurs » contre des activistes antinucléaires, ou encore un délit de solidarité en « bande organisée » pour être venu en aide aux exilés. De-puis le printemps, gardes à vue et peines de prison pleuvent sur les participants aux mouve- ments  sociaux qui agitent la France, de la Zad aux universités, de Bure à Briançon. Alors que le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb vient de réitérer des menaces à peine voilées à l’en-contre des futurs manifestants, Basta ! dresse un bilan – non exhaustif – d’un trimestre de répression.

Rachel Knaebel 5 juin 2018

Lire l’article

Lire la suite

04 juin 2018 ~ 0 Commentaire

service (le huffington post)

suisse

Les principales organisations de jeunesse s’opposent au service national universel promis par Macron

Dans une tribune, étudiants et lycéens notamment dénoncent une logique « démagogique » et fustigent les « incohérences » du projet.

Les principales organisations lycéennes, étudiantes et de jeunesse fustigent les « incohéren-ces » et le caractère « contraignant » du projet de service national universel du gouvernement ainsi que sa logique « démagogique », dans une tribune.

« La jeunesse ne peut plus être tenue à l’écart des projets qui la concernent par des politiques paternalistes, soupçonneuses et systématiquement pensées dans la défiance », écrit ce collectif où figurent notamment les deux premiers syndicats étudiants (Fage et Unef), des syndicats lycéens (UNL, SGL…) et des organisations de jeunesse (Jeunesse Ouvrière Chrétienne…).

Une obligation qui dérange

Un groupe de travail mandaté par l’Élysée a récemment remis ses propositions sur ce nouveau service national universel (SNU), promesse de campagne d’Emmanuel Macron, qui pourrait prendre la forme d’un mois obligatoire entre 15 et 18 ans suivi d’une phase d’engagement citoyen de « trois à six mois avant 25 ans ». Les ultimes arbitrages sont attendus dans les pro-chaines semaines mais les signataires de la tribune dénoncent d’ores et déjà l’idée d’un service « obligatoire ».

« Ce projet souffre d’un premier décalage majeur entre d’un côté la volonté des jeunes qui (…) font le choix de s’engager de façon souple et diverse dans une recherche de sens comme d’épanouissement et, de l’autre, le cadre obligatoire, rigide et contraignant que le projet semble faire émerger », écrivent ces organisations.

« Le SNU, tel qu’il semble se dessiner, souffre d’un second décalage entre l’objectif affiché de mixité sociale et ses effets présagés », poursuivent-elles.

« Il est à craindre (…) que le dispositif réponde davantage à une logique démagogique qu’à celle de la co-construction fondée sur l’expertise des acteurs », déplorent-elles, en rappelant également le coût élevé annoncé de cette mesure.

D’autres pistes pour accompagner la jeunesse

« La mixité sociale ne se décrète pas, elle se construit en même temps que le citoyen en deve-nir, à l’école de la République » et « c’est au sein de celle-ci que tout peut être fait pour offrir à tous la possibilité de s’engager », estiment-elles.

Pour les principales organisations de jeunesse, « de nombreuses initiatives portées par l’Édu-cation nationale et les associations offrent des solutions adaptées aux réalités ». Elles suggè-rent donc au gouvernement de consacrer son investissement « à l’accompagnement des jeunes en difficulté, à la prévention des risques, au passage du code de la route, sur des formations sur l’égalité femmes-hommes, sur les enjeux climatiques, sur la découverte d’autres cultures… »

03/06/2018

https://www.huffingtonpost.fr/

Lire la suite

30 mai 2018 ~ 0 Commentaire

clément méric (alternative libertaire)

meric

Cinq ans : Clément Méric, toujours présent

Le 5 juin, cela fera 5 ans que notre camarade Clément Méric est tombé sous les coups de mili- tants d’extrême droite. Clément est mort pour ses combats : il luttait pour le progrès social et contre toutes les formes d’oppressions ; c’était insupportable pour ses agresseurs. Profondé- ment antifasciste, il est mort d’avoir refusé de baisser les yeux.

Cinq après sa mort, ses combats sont toujours d’actualité : le projet de loi Asile et immi- gration, le passage en force de Macron contre les cheminots, les attaques fascistes et poli- cières contre les étudiant-e-s mobilisé-e-s contre la loi ORE, les violences policières dans des quartiers populaires et les discriminations structurelles nous rappellent que le racisme et l’autoritarisme sont toujours bien ancrés dans les institutions.

Leurs avancées sont faites de nos reculs. C’est pourquoi il est important de continuer le combat au quotidien, sur nos lieux de travail, nos lieux d’étude, dans nos quartiers et dans nos rues, en menant des discussions, en construisant des solidarités, en continuant de développer des résistances pour un futur égalitaire et émancipateur.

La mémoire de Clément et ses combats sont intimement liés et nous voulons les faire vivre, les faire connaître. Nous appelons toutes les personnes concernées par ces combats à converger le 2 juin 2018 place Gambetta à 12h pour une manifestation d’hommage. Elle se dirigera vers la place de la République afin de rejoindre la manifestation contre la loi Asile et immigration.

Nous souhaitons que cette manifestation d’hommage soit large, digne, ouverte à toutes et tous. Elle accueillera des mères d’antifascistes italiens, espagnols, grecs, français tués ou emprisonnés.

Premiers signataires :

Comité pour Clément, Action Antifasciste Paris-Banlieue (AFA), Union syndicale Solidaires, Solidaires étudiant.es, Alternative libertaire (AL), Marche des solidarités, Comité Adama, Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Urgence Notre Police Assassine (UNPA), Union des Étudiants Kurdes de France (UEKF), Sorbonne Antifasciste (SIAMO), MJCF, La Horde, Collectif de Mères solidaires, Madri Per Roma Citta’ Aperta, Madres Contra la Represión, Mamme in Piazza per la Libertà di Dissenso, Collectif Quartier Libre …

PROGRAMME

Vendredi 1er Juin à La Parole errante (9 Rue François Debergue, 93100 Montreuil) :

  • Rencontres internationales / Village Antifasciste / Cantine (18h/22h) (Collectif de Mères solidaires, Madri Per Roma Citta’ Aperta, Madres Contra la Represión, Mamme in Piazza per la Libertà di Dissenso)

Samedi 2 juin :

  • Manifestation antifasciste 12h / Gambetta
  • Village antifasciste / Cantine / Concerts (18h/00h30) à La Parole errante

Dimanche 3 Juin :

  • Match du MFC 1871 en Coupe de France – 14h30
  • Stade départemental La Motte
    40/102, Av. Division-Leclerc
    93000 Bobigny

Le Comité pour Clément appelle à une mobilisation en vue de la commémoration des 5 ans de la mort de Clément. Nous appelons tous les collectifs antifascistes, antiracistes, individus, organisations politiques et syndicats à soutenir cette mobilisation (collage, tractage, communiqué de soutien…).

29 mai 2018
.
http://alternativelibertaire.org/

Lire la suite

30 mai 2018 ~ 0 Commentaire

police (le télégramme + anti-k)

prison-a

Quimper. L’affiche qui heurte la police

Une affiche comportant les termes « la police tue » a été déchirée par un policier samedi lors de la Marée populaire à Quimper. La police ne compte pas en rester là.

Samedi, lors de la Marée populaire qui a attiré près de 700 manifestants dans le centre-ville de Quimper, une affiche déployée par plusieurs jeunes et comportant les termes « la police tue » a été déchirée par un policier devant la mairie.

« C’est l’apologie de la violence »

Au lendemain de cet événement, la pancarte n’a toujours pas été digérée. L’officier qui est intervenu a ainsi signalé à sa hiérarchie l’incident, qui pourrait être assimilé à un outrage, et une enquête devrait être lancée pour identifier les porteurs de l’affiche, trois jeunes hommes et une femme a priori inconnus des forces de l’ordre. Ils étaient à visages découverts. « C’est l’apologie de la violence, un outrage aux forces de l’ordre, réaffirme l’officier. Hors de question de laisser ça, la police ne tue pas, elle protège la population. Nous étions une dizaine de poli- ciers pour encadrer et escorter ce défilé, ce n’était pas pour avoir ça au-dessus de la tête ».

28 mai 2018

http://www.letelegramme.fr/

Lire aussi:

Plus de ​50% des policiers et militaires ont voté FN en 2015 (Libération)

Les policiers et les militaires votent de plus en plus FN. C’est ce que révèle une étude du CEVIPOF, le Centre de recherches politiques de Sciences Po, qui relève que 51,5% d’entre eux ont déposé un bulletin Front national dans l’urne en 2015, contre 30% en 2012.

http://www.liberation.fr/

« Désarmons la police », demandent les manifestations de soutien à Maxime (Anti-k)

Commentaire: Oui les faits sont têtus. La police compte 52% d’électeurs du FN payés pour appliquer leur politique. La police tue ( Adama Traoré; Remy fraisse et bien d’autres) La police mutile ( à Nantes, à Rennes, à Paris, à Bure, à NDDL…) en toute impunité…

Lire la suite

30 mai 2018 ~ 0 Commentaire

police (le peuple breton)

police (le peuple breton) dans Antimilitarisme grenades_nomenclature-e1527531793324

Quand la police se fournit en grenades en Bretagne !

Le collectif contre les violences d’État Désarmons-les vient de mettre à jour « le nouvel appel d’offre pour l’acquisition de grenades et de moyens de propulsion pour les besoins de la Gendarmerie et Police Nationales ». Un appel d’offre validé le 22 mai 2018 par le service de l’achat, des équipements et de la logistique de la sécurité intérieure (SAELSI) pour une valeur de 17 544 153 euros. L’une des usines fabriquant ces grenades est en Bretagne…

Des grenades pour tous les goûts : fumigènes, fumigènes lacrymogène, assourdissantes. De tous les calibres. Il faut dire que Nobel Sport, l’une des entreprises qui vient de remporter cet appel se targue d’être « riche de trois siècles d’expérience dans l’élaboration de poudres » et comme « le premier fabricant européen de poudres de chasse et de tir ». Nobel Sport « fabri-que et commercialise une large gamme de produits pour le maintien de l’ordre ». L’entreprise va jusqu’à dire que sa production apporte « plus d’efficacité et de sécurité de fonctionnement aux forces de l’ordre et des armées ». Un commerce juteux.

Plutôt de mauvais goût après qu’un manifestant ait eu la main arrachée en cherchant à repousser une grenade à Notre-Dame-des-Landes.

« Une commande qui vient à point nommé en tous cas pour renouveler le stock bien entamé des 11000 grenades tirées à NDDL », rappelle le collectif Désarmons-les. Le Peuple breton a déjà dénoncé le sur-armement de la police et s’insurge contre cette commande qui augure de nouvelles violences. En novembre dernier, il relayait l’étude de l’ACAT sur le matériel utilisé par la police. Un matériel dont on oublie bien sûr qu’il fait vivre des gens, comble du cynisme quand on sait que cet argent (ici 17 millions pour une seule entreprise) pourrait financer d’autres pans économiques et donc d’autres ouvriers.

Visiblement, bien que le siège social de l’entreprise soit à Paris, il semblerait que l’usine pro-duise à Pont-de-Buis-lès-Quimerch. Ces armes seraient donc fabriquées en Bretagne. Et elles servent et serviront dans des manifestations le plus souvent pacifistes. Plutôt qu’un sentiment de sécurité, les cars de CRS dans les villes comme Rennes ou Nantes instillent la certitude qu’une menace guette. Or, rappelons que toute violence naît d’une négation, d’une surdité, d’une absence de dialogue.

Il n’est pas angélique de dire qu’en renforçant les services (y compris de la police) plutôt que l’armement, la paix sociale sera mieux assurée. Visiblement, l’État choisit la confrontation…

Gael BRIAND 29 mai 2018

http://lepeuplebreton.bzh/

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin