Archive | Antimilitarisme

21 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

tuniques bleues

tuniques

Après l’horreur de Nice, changer ce monde

En pleine nuit de jeudi à vendredi dernier, juste après l’horreur de la tuerie de Nice et bien avant l’analyse de ses causes, Hollande, avec une précipitation qui signe son impuissance, décidait d’une fuite en avant par le renforcement de sa politique guerrière contre les peuples d’Irak et de Syrie et liberticide contre la population française.

Leurs sales guerres qui nourrissent le terrorisme

36 heures après, Daesh a donc revendiqué samedi dernier l’attentat de Nice, sans qu’il y ait pu avoir beaucoup de doute sur les inspirateurs de ce massacre frappant aveuglément un public populaire, familial, un soir de 14 Juillet… Cet acte ne pouvait que viser à rependre la haine, la peur, à dresser les populations les unes contre les autres dans un contexte où Hollande venait de dire une nouvelle fois qu’il prétendait faire de la lutte contre Daesh une de ses priorités.

Etat d’urgence : inefficace et liberticide

Sur 511 députés, 489 ont donc voté la prolongation pour 6 mois de l’état d’urgence. Ce vote répond en grande partie aux exigences de la droite elle même influencée par l’extrême droite! Cependant, la droite essaiera de durcir encore le texte au Sénat en ce qui concerne les per- sonnes fichées S: internement administratif des français n’ayant qu’une seule nationalité et expulsion systématique des bi nationaux.

Tournant sécuritaire : vers un Etat de plus en plus autoritaire

Prolongation de 6 mois de l’état d’urgence. Le PS et la droite s’accordent contre nos libertés. Nous passerons un an sous l’état d’urgence, surement plus. La « République », cette « démocratie représentative » ne semble plus trouver de moyens pour assurer son emprise sur la population au nom de la « sécurité collective ».

Lire la suite

21 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

menez hom (mouvement de la paix)

menez hom

ile longue 1

il 2

http://culturedelapaix.org/

Lire la suite

19 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

trump sociopathe (les inrocks)

trump  singe

“Il peut nous conduire à la fin de la civilisation”: le « nègre » de Donald Trump parle

Alors que la Convention des républicains s’ouvre aujourd’hui à Cleveland, où 4000 délégués devraient investir Donald Trump, son ancien nègre Tony Schwartz, révèle dans une interview au New Yorker qui se cache vraiment derrière le milliardaire américain.

L’ancien journaliste a notamment participé à l’écriture de “The Art of the Deal”, la biographie de Trump, sortie en 1987. Le livre a eu un accueil retentissant, restant 48 semaines dans la liste des best-sellers de New-York Times, dont 13 à la première place. Schwartz a passé près de dix-huit mois au côté du milliardaire, ce qui lui fait dire qu’excepté la famille de Trump, il l’a connu mieux que quiconque durant cette période.

Un menteur invétéré 

Et ce qui en ressort n’est pas à l’avantage de Trump. Ce dernier est dépeint comme un enfant qui n’arrive pas à se concentrer, notamment lorsque le journaliste essaie de lui poser des questions pour écrire la biographie. Le candidat républicain se comportait ainsi “comme un gamin de maternelle qui ne peut pas rester tranquille en cours”

Schwartz décrit aussi Trump comme un menteur et un manipulateur. Il précise  qu’il   “ment de manière stratégique” et qu’il “n’en éprouve pas de remords.” Il ajoute : “Le mensonge est une deuxième nature chez lui. Plus que quiconque, Trump a cette capacité de se convaincre que tout ce qu’il dit est vrai, ou à moitié vrai, ou, au moins, devrait être vrai”. 

L’ancien journaliste poursuit en révélant qu’il n’existe pas de “Trump privé”, une version plus nuancée et réfléchie du milliardaire, que le candidat républicain garderait en réserve, comme il a pu l’entendre dire. D’après lui il n’existe qu’un seul Trump, qui veut simplement servir ses intérêts.

Un sociopathe déguisé ?

Tony Schwartz exprime de profonds regrets comme il considère avoir contribué à créer le Do- nald Trump que l’on voit aujourd’hui, et à lui attirer cette attention particulière. Il déclare ainsi : “J’ai mis du rouge à lèvres sur un cochon. Je pense sincèrement que si Trump gagne et obtient les codes nucléaires, il y a de très grandes chances que ça mène à la fin de notre civilisation”.

Il affirme enfin au New Yorker que s’il devait réécrire “The Art of the Deal” aujourd’hui, il lui donnerait un nom bien différent, plus proche du titre “Le Sociopathe”. A la fin de l’interview, l’ancien journaliste confie qu’il a l’impression qu’il va “vivre avec ça pour le reste de [s]a vie”. Il a donc décidé, pour se racheter, de donner l’ensemble des royalties perçus en 2016 grâce à “The Art of the Deal” à différentes associations et ONG (“the National Immigration Law Center”, “the Center for the Victims of Torture”, “the National Immigration Forum…), qui aident “les personnes dont Trump veut réduire les droits”. 19/07/2016

A lire sur newyorker.com

http://www.lesinrocks.com/trump-sociopathe-pourrait-mettre-fin-a-civilisation

Commentaire: Un sociopathe contre le terrorisme! çà va donner! Mme Clinton va devenir sympathique! (Et c’est sûrement le but recherché)

Lire la suite

15 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

un monument impérialiste russe (brest media libre)

Célébrant la boucherie de 14-18

Une symbolique douteuse saupoudrée d’oubli historique, des financements publics flous et un maire qui joue aux apprentis sorciers des relations internationales : que se passe t-il derrière l’inauguration de la stèle russe au square Charles de Gaulle ?

« En commémoration du centenaire du débarquement à Brest de la 3è brigade spéciale du corps expéditionnaire russe qui combattit héroïquement sur le sol français lors de la première guerre mondiale »

C’est le message qui apparaît sur la stèle de commémoration aux soldats russes débarqués en 1916, au pied de l’aigle impérial russe. Voilà comment l’ambassade russe, avec la complicité de la mairie de Brest et des journalistes, réécrit tout un pan de l’histoire en oubliant volontairement ce qu’il s’est passé …

Des hommes contre des fusils

Non, ces hommes ne se sont pas simplement héroïquement battus, ils ont été vendu à la France par le Tsar Nicolas II contre des fusils, un fait historique aujourd’hui largement connu mais qui n’apparaîtra pas sur cette stèle. Même si les médias ayant relayés l’inauguration de cette stèle y font référence, c’est avec une forme de relativisme historique. Le fait peut nous apparaître lointain, comme encore acceptable en 1916, en temps de guerre, mais il n’était pas plus acceptable à l’époque … Tous ces soldats ont été vendus à la France à leur insu, n’apprenant l’existence de cet arrangement qu’une fois sur le sol français, par la rumeur …

Des mutins qui refusent de combattre

Après de durs combats où ils sont envoyés au massacre pour des gains minimes, comme nombre d’autres soldats, ils apprennent courant mars 1917 la révolution russe en cours. Ils forment des comités élus de soldats, chassent leurs officiers, refusent de retourner au combat servir de chair à canon et demandent leur rapatriement.

Alors qu’au même moment des mouvements de rébellion ont lieu chez les soldats français, l’État major, craignant une contagion des révoltes, les envoie dans la Creuse, au camp de La Courtine. Là, pendant 3 mois, 12 000 hommes tiendront tête aux injonctions et menaces du commandement militaire, tant français que russe, qui les assiégerons d’abord puis donnerons l’assaut avec le renfort de l’artillerie russe. Tuant officiellement 12 soldats ou une centaine selon les sources non officielles … Les survivants qui se sont rendus ne pourront regagner la Russie qu’à la fin de l’année 1919.

Un symbole patriotique, nationaliste et guerrier

Comme la majorité des monuments « commémorant » la guerre, cette sculpture est un symbole patriotique et nationaliste, qui, sous prétexte de rendre hommage aux victimes de la guerre, s’approprie leur mort, non content de leur avoir déjà ôté la vie. L’aigle impérial russe, symbole du Tsar auquel ces soldats se sont opposés, est une référence à une guerre à laquelle ils ont refusé de participer. Il n’est fait aucune mention de leur révolte, ni des bannières « En avant pour la paix du monde entier » qu’ils ont porté. Construire cette stèle n’est pas leur rendre hommage, c’est au contraire faire perdurer ce contre quoi ils se sont battus.

Une commémoration qui cache les enjeux politiques actuels

Il y a de quoi s’interroger sur la construction de ce monument à Brest. En effet, ces soldats russes n’ont fait que passer dans la cité du Ponant, étonnant donc qu’un monument à leur mémoire s’érige ici. Il y aurait eu plus de sens à l’ériger près du camp de La Courtine, lieu où a été inaugurée une stèle bien plus intelligente arborant le message: « À bas la guerre ! » ou encore dans la Marne, où ont péris plusieurs milliers de soldats Russes.

Sans doute l’explication se trouve plus dans les enjeux politiques et économiques actuels que dans l’histoire… La venue des bateaux russes pour les fêtes maritimes étant un enjeu important, tout porte à croire que la mairie a sans doute voulu caresser les russes dans le sens du poil et accepter leur demande de peur de voir les gréements russes boycotter les fêtes maritimes, entraînant une importante baisse de fréquentation.

L’interview de François Cuillandre sur Tébéo va dans ce sens, le maire de Brest y déclare : « je ne porte pas de jugement sur cette affaire  ». « Cette affaire » ce sont les interventions en Ukraine et en Syrie … Le maire de Brest bottant donc en touche les questions qui fâchent pour parler de « solidarité maritime ». Des « relations compliquées » avec les russes avoue F. Cuillandre lors de cette interview, mais aussi peut être « l’occasion de mettre les choses à plat », sans doute sur la question de l’embargo russe sur les produits agro-alimentaire dont il est questions quelques minutes plus tard, pour lequel il n’est plus question de « solidarité maritime ». Le maire de Brest s’amuserait t-il donc sans en avoir l’air au petit jeu des relations diplomatiques internationales ? Mais au nom de qui et à quel prix ?

Mais qui paie tout ça ?

Les fonds publics bien sûr ! La ville de Brest a commandé des travaux pour l’implantation de cette stèle [1]. La sculpture en elle même étant offerte par la Russie, mais pas le socle en granit noir sur laquelle elle repose, ni ses fondations en béton : entre le socle, les transports, le travail de terrassement, le béton des fondations, il y en aurait pour plus de 20 ou 30 000€ …

Pourtant, impossible de retrouver la moindre délibération du conseil municipal sur le sujet (disponibles en ligne sur brest.fr). Flou artistique sur la question budgétaire : est-ce sur les lignes « anciens combattant », « relation internationale », « fêtes maritimes de Brest » … Tout s’oriente pour dire que ce sera sur le budget « culture, associations et patrimoine » que sera pris l’argent car c’est ce service a fait toutes les démarches. Une dépense qui n’en dou- tons pas aura un goût d’amertume dans ce service et parmi les associations brestoises cultu- relles et d’éducation populaire, victimes des baisses de subventions budgétaire de l’Etat…

15 juillet 2016

Pour en savoir plus sur l’histoire des soldats russes envoyés en France :
http://lacourtine1917.org/

Télécharger le documentaire « 20.000 moujiks sans importance » (réalisé par Patrick Le Gall 1999)

http://brest.mediaslibres.org/

Commentaire: Le mot d’ordre bolchévik était: « Paix sans indemnité ni annexion » car le but de guerre de son propre impérialisme visait la Turquie, en particulier pour s’emparer du Bosphore qui contrôle le trafic entre Méditerranée et Mer Noire. Pour cela il fallait prétexter « défendre les serbes et les bulgares orthodoxes ». Comme çà change!

Lire la suite

15 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

encore une grosse bête (le peuple breton)

bugal

Dans le chalut !

12 juillet : je m’apprête à adresser à la rédaction du Peuple Breton un portrait de Thierry Lemétayer, fils du mécanicien du Bugaled Breizh [ndlr: à paraître en septembre] lorsque ce dernier me fait parvenir l’info de l’accrochage du chalutier Daytona par le sous-marin portugais Tridente lors d’un exercice sous commandement britannique.

Le 13, cet événement fait l’objet de manchettes dans la presse et en particulier la première page, puis une page entière du Télégramme avec l’excellent titre de Pascal Bodéré : « La Royal Navy va finir par être suspecte ». Il n’y a pas de victimes, mais voilà un accident de plus qui illustre l’éventualité – on peut dire aujourd’hui la forte éventualité – d’une accroche du train de pêche avec un sous-marin.

Celui-ci est remonté en surface. Est-ce là une nouvelle façon d’agir après les précédents tragiques que l’on sait ? Cette fois, la Royal Navy a fait ce qu’il fallait. Les milieux militaires, semblent-ils, deviennent prudents, craignant que ce nouvel accident apporte de l’eau au moulin de ceux qui veulent faire éclater la vérité.

Va-t-on nous servir une nouvelle fable ? Par exemple : « oui, cette croche est possible, mais elle ne cause pas de naufrage : la preuve » ? Or, selon l’armateur, il s’en est fallu d’un nœud pour que le chalutier ne coule.

Décidément, entre les implications niées, acceptées à contre-cœur parce que le vent tourne, constatées, la liste devient longue. Dans Le Peuple Breton de septembre 2014, nous posions en conclusion d’un article sur le sujet : «Face au mur du silence, faudra-t-il encore un naufrage du même type pour qu’enfin la vérité éclate ? » Peut-être que l’attitude des militaires est en train de changer… Paul Guéguéniat 14 juillet 2016

http://lepeuplebreton.bzh/Encore-une-grosse-bete-dans-le-chalut

Lire la suite

11 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

tony blair (algeria watch)

sw2511

Infâme jusqu’au bout 

Le rapport « Chilcot » sur la guerre en Irak publié à Londres le 6 juillet avec sept ans de retard n’a pas apporté de révélations qui n’étaient déjà connues des opinions britannique et internationales.

L’intérêt de son contenu est qu’il atteste et confirme la réalité de ce que ces opinions ont reproché au Premier ministre britannique de l’époque Tony Blair : à savoir que pour engager son pays aux côtés des Etats-Unis dans la guerre d’agression en Irak à laquelle une grande majorité de son opinion nationale était hostile, il a menti à celle-ci en lui affirmant que les services de renseignement du pays ont réuni les preuves que Saddam Hussein avait des armes chimiques et biologiques à destruction massive dont il était prêt à faire usage.

Le rapport établit que par conséquent la guerre menée en Irak sous ce prétexte a été illégale et qu’en y impliquant la Grande-Bretagne, Blair est coupable.

Cette conclusion rend justice à tous ceux qui dans le Royaume-Uni et ailleurs à travers le monde se sont élevés contre cette guerre et soutiennent que Blair autant que George W. Bush dont il fut le complice dévoué ont commis en l’entreprenant un crime de guerre et contre l’humanité. Il serait pourtant enfantin de croire que parce que le rapport « Chilcot » culpabilise clairement l’ex-Premier ministre de sa majesté britannique, celui-ci va devoir rendre compte à la justice anglaise ou internationale.

Il y a certes des familles de soldats britanniques tués durant la guerre en Irak et l’occupation du pays en ayant résulté, qui ont fait connaître leur intention de l’attaquer en justice comme responsable de leurs morts. Il est pratiquement impossible toutefois que leurs éventuelles initiatives dans ce sens aboutissent. L’on voit mal en effet l’ «establishment» britannique toutes tendances politiques confondues permettre l’inculpation de Tony Blair qui était parvenu à l’enrôler dans sa presque totalité en faveur de la guerre en Irak. D’une certaine façon, cet establishment est aussi coupable du crime pour lequel Blair serait susceptible d’être inculpé puisqu’il a soutenu ses décisions ayant entraîné le royaume dans la guerre en Irak.

Il ne faut pas aussi attendre que la Cour pénale internationale (CPI) s’avise de se saisir du rapport « Chilcot » pour formaliser un dossier d’accusation contre l’ex-Premier ministre britannique. Elle ne le fera pas, en invoquant à coup sûr des arguties « juridiques » dont celle établissant « qu’aucun acte d’agression antérieur à la définition arrêtée par elle en 2010 du crime de guerre ne peut être jugé par ses soins à cause du principe de la non rétroactivité juridique ». Peu lui importe qu’en l’occurrence son attitude ne dupera personne et se verra taxée comme lui ayant été dictée par le parti pris de faire prévaloir la loi des plus forts ce que sont les soutiens et protecteurs de Tony Blair.

Infâme contre vent et marée et sûr de l’impunité, l’ancien Premier ministre british a réagi au rapport « Chilcot » en défendant le bien-fondé de sa position et de ses actes en faisant valoir « que le monde est meilleur » après la chute de Saddam Hussein et l’invasion de son pays.

Les milliers d’Irakiens qui ont été tués lors de l’intervention anglo-américaine, les milliers d’autres qui ont été fauchés et continuent de l’être par le terrorisme qui a résulté dans son sillage n’ont pas donné lieu au moindre mot de compassion de sa part. Ses peines, regrets et excuses ont été aux seuls 179 soldats britanniques ayant perdu la vie dans cette guerre en Irak.

Que valent effectivement les centaines de milliers d’Irakiens tués aux yeux d’un homme politique imbu de la supériorité de l’Occident et des valeurs qui sont les siennes ? Rien du tout et en tout cas pas de quoi y voir un crime contre l’humanité.

Kharroubi Habib, Le Quotidien d’Oran, 10 juillet 2016

http://www.algeria-watch.org/fr/article/pol/irak/blair_infame.htm

Lire la suite

10 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

pendant ce temps aux usa…

ussa

uusa

C’est moi la prochaine?

Lire la suite

04 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

la chanson de craonne (le courrier picard)

Le secrétaire d’État l’interdit !

Couac à Fricourt ce vendredi 1er juillet. Si les 600 à 700 participants retiendront une belle cérémonie hommage aux Allemands, en coulisses les rouages étaient grippés.

Le secrétaire d’État Jean-Marc Todeschini a refusé que soit entonnée la Chanson de Craonne, appel à la grève des soldats contre «  Tous ces gros qui font la foire (…) feraient mieux de monter aux tranchées pour défendre leur bien, car nous n’avons rien  ». 03/07/2016

http://m.courrier-picard.fr/le-secretaire-d-etat-interdit-la-chanson-de-craonne

Wikipedia

Lire aussi:

http://www.revolutionpermanente.fr/La-chanson-de-Craonne-censuree

Lire la suite

04 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

rocard la part d’ombre (mediapart + bensaid + divers)

rocky

Notre camarade Daniel Bensaid avait épinglé le « Petit Marquis »

 De Michel Rocard

« Les morts », chantait Brassens, « sont tous de braves types ». Au milieu du concert de louanges de pleureuses hypocrites qui va s’élever, qu’il me soit permis de rappeler dans ce billet quel- ques « parts d’ombre » du rocardisme, à commencer par l’amnistie accordée aux militaires assassins de la grotte d’Ouvéa.

On peut dire qu’il y avait du beau monde, pour fêter les 80 ans de Michel Rocard  !

Le baron Ernest-Antoine Seillière, Laurence Parisot, Nicole Notat, et ses deux prédécesseurs à la tête de la très rocardienne CFDT, Stéphane Fouks (Euro RSCG), Lionel Jospin, Pierre Pringuet (patron de Pernod Ricard, qui offrait les vins, venus d’Australie), Alain Bauer (« criminologue » sarkozyste). Et, bien entendu, Manuel Valls !Une vraie réunion de gauche !

Cette soirée d’anniversaire, qui mêlait grands patrons, hiérarques « socialistes » et chefs de la CFDT, est un excellent symbole de ce que fut le « rocardisme ». Michel Rocard fut l’apôtre de la « discussion entre partenaires sociaux » substituée à la lutte des classes. Sa fameuse « deuxième gauche » est représentée, notamment, par la CFDT: le naufrage du syndicalisme.

Il a participé à la commission Pochard, créée par Darcos, ministre de Sarkozy, pour « redéfinir le métier d’enseignant »; certes, il l’a quittée au bout de quelques mois, mais comment, lorsqu’on a un brin d’honnêteté, peut-on  accepter une mission quelconque d’un type comme Sarkozy ?

Il a ensuite accepté d’être missionné par le même Sarkozy, qui s’est ouvertement payé sa fiole en le nommant « ambassadeur pour les régions polaires », ou une dénomination dans ce genre. Qu’est-ce que Sarkozy en avait à battre des ours blancs ?

Volen nolens, Rocard a conduit, au début du second septennat de Mitterrand, et malgré leurs conflits personnels, une politique de droite. Il a fait amnistier l’assassinat de Kanaks par des gendarmes lors de l’assaut contre la grotte d’Ouvéa, ainsi qu’il l’a reconnu il y a quelques années. C’est à coups de bottes, d’une balle dans la tête, ou en arrachant leur perfusion, que les blessés kanaks ont été achevés, et les responsables de cette abomination, grâce à Michel Rocard, ont échappé aux sanctions légitimes qu’auraient dû leur valoir ces actes de barbarie.

« À la suite d’une enquête de commandement, Jean-Pierre Chevènement, ministre de la Défen- se du gouvernement Rocard, relève « qu’aucun élément de l’enquête ne fait apparaître qu’il y a eu des exécutions sommaires » tout en évoquant des « actes contraires au devoir militaire » et « des points lui paraissant obscurs après l’évacuation d’Alphonse Dianou ».

Parmi les cas suspects, celui de Wenceslas Lavelloi, surnommé « Rambo », retrouvé mort d’une balle dans la tête et dont plusieurs témoignages récents confirment qu’il était encore vivant après la fin de l’assaut ; le cas d’Alphonse Dianou, chef du commando, blessé d’une balle au genou, laissé plusieurs heures sans soins et qui devait finalement décéder ; le cas de Patrick Amossa Waina, un « porteur de thé » de 18 ans qui ne faisait pas partie des preneurs d’otages, retrouvé mort d’une balle dans la tête alors qu’il était vivant à la fin de l’assaut ; de Martin Haïwé qui tentait de s’enfuir avant l’attaque et de Samuel Wamo, le blessé évacué entre les deux assauts.

Les deux médecins légistes ayant pratiqué les autopsies constateront également un nombre anormalement élevé de victimes – douze sur dix-neuf – tuées d’une balle dans la tête , la plupart présentant par ailleurs de multiples blessures. Certains participants de l’opération interrogés par Le Figaro assurent qu’aucun tir n’a été entendu sur zone après la fin des combats. Mais Philippe Legorjus reconnaîtra plus tard avoir entendu des coups de feu alors qu’il quittait les lieux.

L’officier de gendarmerie responsable des blessures subies par Alphonse Dianou (qui en est mort avant son transport à l’aéroport d’Ouloup) a été brièvement suspendu après l’enquête qui a suivi. Il achèvera sa carrière avec le grade de colonel. »

(Source: Wikipedia)

A l’occasion de la sortie du film de Mathieu Kassowitz, un  rappel succinct de ces évènements sanglants a été publié ici:

http://www.corsicainfurmazione.org/3086/selon-lancien-patron-du-gign-des-kanaks-ont-ete-executes-en-1988-a-ouvea/2011/

Bien entendu, Michel Rocard, qui devient Premier Ministre après  ces exactions, n’en porte aucunement la responsabilité. C’est lui, cependant, qui a « couvert », puis amnistié, les militaires tortionnaires et assassins. Edwy Plenel et Alain Rollat avaient, en 1988, publié un livre sur ces évènements: Mourir à Ouvéa.

Par ailleurs, Michel Rocard « présidait, avec Dominique Strauss-Kahn et Pierre Moscovici, cofondateur de l’association À gauche, en Europe. Il présidait le conseil d’orientation scientifique de la fondation Terra Nova depuis sa création, en 2008. » (Source: Wikipédia)

J’évite de cracher sur les cercueils, mais on ne pleure quand même pas la disparition d’un révolutionnaire.

https://blogs.mediapart.fr/lancetre/blog/020716/la-part-dombre-de-michel-rocard

http://danielbensaid.org/L’anti-Anti-Rocard

http://www.europe-solidaire.org/Daniel-Bensaid

Lire aussi:

Quand Bensaid disséquait la politique de Rocard

Rocard : nous, on n’est pas amnésiques

Michel Rocard : plein d’idées pour servir le capital

A Michel Rocard, les retraité(e)s reconnaissant(e)s

Lire la suite

03 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

des millions d’euros à la mer… (le peuple breton)

le driand

Et c’est le Drian qui les essaie!

Hasard ou pas hasard, le Télégramme publie dans son édition du 2 juillet, deux articles l’un à côté de l’autre :

l’un sur le missile M51 tiré la veille en face de Penmarc’h, l’autre sur l’attente des victimes des essais nucléaires. Le chiffre généralement admis est qu’environ 150 000 personnes, civils ou militaires sont concernés ou ont pu être concernés par les essais nucléaires. Des essais qui impliquent que vu le manque de protection, un certain nombre ont développé depuis des cancers liés aux essais. Le président de l’ANVVEN (Association nationale des vétérans victimes des essais nucléaires) signale qu’il n’ y a que 1000 dossiers d’indemnisation à l’étude, et que seuls 20 dossiers ont amené à des indemnisations de 115 000 au maximum à 16 500 au minimum.

Et que fait l’État français pendant ce temps, à la grande satisfaction de son Ministre de la défense ? Il tire « victorieusement » un missile M51 depuis le sous-marin « le Triom- phant » au nom évocateur. Il faut quand même rappeler qu’en 2013 un tel missile (qui heureu- sement n’est pas équipé de têtes nucléaires pendant un essai) s’était abîmé en mer !

Pour info, un seul missile comporte plusieurs têtes thermonucléaires (qu’on appelait « bombes H » pendant la guerre froide) contenant du tritium, et surtout de l’uranium et du plutonium « de qualité militaire » donc hautement enrichis. Les sous-marins comme le Terrible ou le Triomphant emportent chacun 16 missiles contenant chacun 6 têtes thermonucléaires. La puissance de chaque tête serait de 110 kT (mais chut ! La puissance réelle est un secret…), réduite à 100 kT dans les prochains modèles 2016. Pour rappel, 100 kT cela veut dire 100 000 tonnes de TNT (explosif classique). Hiroshima, c’était seulement de l’ordre de 15kT.

Donc faisons le compte : 16 missiles à 6 têtes de 100 kT, cela fait 9 600 kT : près de 650 fois Hiroshima par sous-marin, et la France a plusieurs sous-marins. Cela donne le vertige.. Pour tirer sur qui ? Pour faire peur à Daesh ?

Un dernier chiffre : un seul missile, c’est – conception comprise – un coût de 120 millions d’euros. Qu’est ce qu’on pourrait faire avec cette somme ? Une idée : 120 millions d’euros, c’est pile 1000 fois 120 000 €. Donc de quoi indemniser les 1000 dossiers des victimes des essais nucléaires d’il y a 50 ans… Christian Pierre 2 juillet 2016

http://lepeuplebreton.bzh/2016/07/02/des-millions-d’euros-a-la-mer/

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin