Archive | Antimilitarisme

03 octobre 2015 ~ 0 Commentaire

m51: technologie de guerre (fan)

m51

Reprise des essais du missile 51: inadmissible provocation et violation du traité de non-prolifération

La Fédération anti-nucléaire Bretagne dénonce la reprise des essais du missile 51 après le cuisant échec en mai 2013 à Penmarc’h, près, tout près des côtes bretonnes. Cet essai a été effectué au centre d’essais des Landes à Biscarosse près de Bordeaux. La procédure des essais semble être reprise dès le début, essai en «piscine» depuis la terre. Les essais précédents en 2010 et 2013 avaient été réalisés à partir d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) au large de Penmarc’h (Finistère).

Ce missile de 56 tonnes, 12 m de haut est destiné à recevoir des ogives nucléaires, son programme de mise au point constitue une véritable relance de l’armement nucléaire. C’est une violation du traité international de non-prolifération signé par la France.

C’est une provocation en ces temps de conflits qui se multiplient dans le Moyen-Orient, en Afrique et en Ukraine. Rappelons que ces ogives nucléaires depuis 2006 peuvent être utilisées sur le champ de bataille (discours de Jacques Chirac le 19 janvier 2006 à l’Ile Longue).

C’est une obscénité en ces temps de restrictions budgétaires opérées dans la culture, la santé et l’éducation. Chaque essai coûte 120 millions d’euros et le programme consacré à l’arme atomique par la loi de programmation de 2014 est de 3, 5 milliards d’euros.

Cette relance du programme nucléaire avec le M51 est vaine et dangereuse, elle ne fait qu’exacerber les tensions, accroître la vulnérabilité de la France avec ses multiples installations nucléaires qui sont autant de cibles potentielles pour des actes terroristes.

La Fédération anti-nucléaire Bretagne appelle tous les citoyens épris de justice et de paix,  soucieux de préserver la vie, à mettre toutes leurs forces à stopper un tel entêtement aveu- gle dans la technologie nucléaire qui confine à la folie comme l’a si justement démontré le documentaire «Terres nucléaires, une histoire du plutonium» diffusé sur ARTE  (1).

(1) http://www.arte.tv/guide/fr/057063-000/terres-nucleaires?autoplay=1

 Fédération Anti-nucléaire Bretagne 6 rue de la Tannerie – 56000 VANNES

 contact@fan-bretagne.org  Tel : 06 65 72 31 66  Site : http://fan-bretagne.org/

Lire la suite

19 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

turquie: l’akp mobilise la cruauté raciste (essf)

cizre b
“Erdogan n’a pas hésité à ouvrir les portes des ténèbres”

Barricades, tranchés, pogrom, blocus, couvre-feu… C’est désormais à travers ces termes qu’il est possible de décrire le quotidien de la “Nouvelle Turquie” d’Erdogan.

Tout juste soixante ans après les pogroms visant les quartiers grecs et arméniens d’Istanbul (des 6-7 septembre 1955), des centaines de locaux du HDP ont été attaqué, brulé, des commerces kurdes saccagé, des travailleurs saisonniers agricoles kurdes agressé et lynché, et un jeune homme tué à coup de couteau pour avoir parlé en kurde au téléphone. C’est à la suite de deux embuscades menés par le PKK les 6 et 7 septembre où plus d’une trentaine de soldats et policiers ont trouvé la mort que la fureur nationaliste s’est déchaînée.

Si ces tentatives de pogroms semblent bien être organisées au départ par l’AKP à travers ses “foyers ottomans”, il est indéniable que divers courants d’extrêmes droites (les “loups gris” en priorité) mais aussi des “nationalistes banals” s’y sont ralliés spontanément.

Parallèlement le siège du quotidien à grand tirage Hürriyet, qui pourtant ne s’oppose que faiblement aux politiques de l’AKP, a été attaqué et envahi à deux reprises, dans les mêmes journées, par une horde de militants armés de bâtons et pierres, avec à leur tête un jeune député de l’AKP qui lançait “quelques soient les résultats des élections, nous te ferons président” en référence au régime présidentiel autocratique qu’Erdogan veut instaurer si l’AKP détient le nombre requis de siège aux élections du 1er novembre 2015.

Tout juste trente-cinq ans après le coup d’Etat militaire du 12 septembre 1980, la ville de Cizre (120 mille habitants) sort d’un couvre-feu total de 8 jours. Sous prétexte que des militants armés du PKK se trouveraient dans la ville, Cizre a été complètement isolé du reste du pays, sans électricité ni moyen de communication, sans vivres ni médicaments. La tentative des quarante députés et deux ministres du HDP de briser le blocus en entrant dans la ville a échoué, intercepté par les forces de l’ordre à plusieurs reprises. L’ordre avait été donné par le ministre de l’intérieur de ne pas les laisser entrer…

La population a dû faire face à des conditions de dictature militaire. Les snipers instal- lés sur les toits avaient l’autorisation de tirer sur tout ce qui bouge. Vingt-et-un civils (avec femmes et enfants) sont morts lors du blocus de Cizre, dont quinze par balle et les autres par manque de soins sanitaires. Certains ont été tués sans même avoir mis le pied dehors, chez eux, en passant devant la fenêtre. Ne pouvant être enterrés les corps des enfants et bébés morts ont dû être conservé dans des réfrigérateurs…

Pour sauver son pouvoir et son palais Erdogan n’a pas hésité à ouvrir les portes des ténèbres. Mais cette cruauté, le peuple kurde ne l’oubliera jamais. Ainsi que l’a exprimé Demirtas, leader du HDP, l’armée a fait plus de propagande pour le PKK en 30 heures que le PKK lui-même en trente ans: “Nous essayons d’attirer les jeunes vers le HDP, Erdogan les pousse vers le PKK”. “Mais si nous crions la paix, a-t-il ajouté dans un autre meeting, et Ankara et Kandil [QG du PKK] seront obligé de nous entendre”. Continuons donc à crier, plus fort, encore plus fort et encore plus nombreux. Uraz Aydin, le 14.09.2015

*Article paru dans l’Hebdo L’Anticapitaliste – 303 (17/09/2015). http://npa2009.org/

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article35885

Lire aussi:

http://www.zamanfrance.fr/article/a-cizre-calvaire-populations-kurdes

http://www.liberation.fr/turquie-le-pouvoir-a-finalement-ete-oblige-de-se-retirer-de-cizre

Lire la suite

09 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

suisse: no conex 15!

Pl-Conex-Def

Appel contre la militarisation de nos vies!

Du 16 au 25 septembre, l’armée suisse va mener un exercice intitulé « CONEX’15 » dans le nord-ouest de la Suisse.

Cet exercice est destiné à préparer la troupe à une situation d’urgence réelle. Pendant que l’Europe et la Suisse se contentent d’assister à la noyade des dizaines de milliers de migrants au beau milieu de la Méditerranée, l’exercice en question résonne comme un comble de cynisme ; on se prépare et on apprend à se défendre contre une véritable invasion, dont l’armée nous fournit un scénario d’anticipation:

«Une Europe du futur, avec de nouveaux pays et de nouvelles frontières, traverse une crise économique. Les conséquences de cette crise s’étendent aussi à la Suisse : raré- faction des réserves, prolifération du marché noir et des organisations criminelles. Des stocks de blé, de gaz et de pétrole deviennent la cible de sabotages et de pillage. Par ailleurs, des tensions ethniques amènent des flux croissants de réfugiés en Suisse.»

http://noconex15.noblogs.org/noconex15-appel-contre-la-militarisation-de-nos-vies/

Lire la suite

31 août 2015 ~ 0 Commentaire

japon, grande mobilisation (ci)

japan-epa

Contre les projets de loi sur la défense de Shinzo Abe

Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées devant le siège du parlement contre les projets de loi du Premier ministre, permettant aux forces japonaises d’intervenir à l’extérieur au cas où des alliés seraient attaqués.

“Une des plus grandes manifestations au Japon depuis la Seconde guerre mondiale”, écrit le site anglophone du quotidien Asahi Shimbun. Dimanche 30 août, des dizaines de milliers de manifestants se sont réunis devant le siège de la Diète à Tokyo, pour s’opposer aux projets de loi de défense du gouvernement.

Ces textes autoriseraient les forces d’autodéfense (FAD) à participer à des opérations de défense des alliés du Japon, à l’extérieur du pays. Elles représentent “un changement majeur dans la politique de défense du Japon depuis la guerre, puisque les précédents gouvernements sont restés fidèles à l’idée que le rôle des FAD se limite pour l’essentiel à la défense du pays, conformément à la Constitution pacifiste”, explique le quotidien japonais.

Après avoir été votés par la Chambre basse (les députés) le mois dernier, les textes sont actuellement en débat à la Chambre haute (sorte de Sénat). Shinzo Abe souhaite qu’ils soient définitivement votés avant la fin de la session parlementaire.

Comme le rappelle l’Asahi Shimbun, cette mobilisation fait suite à une série de manifes- tations devant le siège du Parlement. Le 15 juillet, déjà, quelque 100 000 personnes s’étaient rassemblées à Tokyo. Courrier international Publié le 30/08/2015

http://www.courrierinternational.com/article/japon-grande-mobilisation

Lire la suite

27 août 2015 ~ 0 Commentaire

guéret: un cadenas à 75.000 euros pour «nuire à la défense nationale» (al + rue 89)

guéret: un cadenas à 75.000 euros pour «nuire à la défense nationale» (al + rue 89) dans A gauche du PS arton6474-3c429

Un habitant du plateau de Millevaches subit un procès ubuesque pour une protes- tation symbolique contre l’État policier. Solidarité avec lui le 3 septembre.

Après l’assassinat à la grenade de Rémi Fraisse sur la ZAD du Testet en octobre dernier, la répression s’était faite brutale contre les manifestations de protestation. En Limousin, une initiative symbolique avait été prise: mettre un cadenas sur les gendarmeries du plateau de Millevaches pour protéger la population des exactions gendarmesques. Une vidéo de Rue89 sur ce sujet avait à l’époque connu un petit succès.

En plein mois de juillet, l’État s’est décidé à répliquer, en convoquant pour le 3 septem- bre, à Guéret, un habitant du plateau qu’il désigne comme le poseur du fameux cadenas. Après avoir envisagé la qualification de terrorisme, la justice convoque ce camarade sous un chef d’inculpation sidérant: «entrave à la circulation de personnel et de matériel militaire en vue de nuire à la défense nationale». Délit passible de cinq ans de prison et 75.000 euros d’amende. Pour la petite histoire, le délit de pose d’un cadenas (!) n’existant pas, la justice ressort pour l’occasion une loi prise pour sanctionner les résistances collectives à la Guerre d’Algérie…

La solidarité s’organise progressivement. Rendez-vous devant le tribunal de Guéret le 3 septembre dès 8h30.

Jean-Yves (AL 93) 27 août 2015

http://alternativelibertaire.org/?Gueret-Un-cadenas-a-75-000-euros

http://rue89.nouvelobs.com/millevaches-drole-denquete–cadenasse-gendarmerie

Lire la suite

07 août 2015 ~ 0 Commentaire

stop à la guerre engagée par l’état turc contre le peuple kurde (essf)

turcs

8 août 2015

Rennes, place de la Mairie, à partir de 11h

Paris Manifestation Place de la République

La guerre que développe l’Etat turc contre le peuple kurde, les civils, le mouvement révolu- tionnaire de Turquie, leurs amis et le Rojava se poursuit de manière très intensive. Des centaines d’avions F 16 décollent tous les jours pour bombarder le territoire du Kurdistan. Les villages, les villes kurdes sont visés. Des civils qui ne sont pas concernés par cette guerre, sont sauvagement massacrés. Des tonnes d’armes chimiques larguées chaque jour par l’armée turque provoquent des incendies qui détruisent nos forêts.

Le président R .T Erdogan, le gouvernement de l’AKP, avec les mains de Daesh ont transformé en ruine Kobanê et le Rojava. En mettant fin au processus de paix et ayant obtenu la caution des forces internationales, la Turquie intensifie sa sale guerre.

Nous savons maintenant que le meurtrier des 32 jeunes sauvagement assassinés à Suruc n’est autre que les services d’ Erdogan et son gouvernement de l’AKP. Leur principal objectif est d’étouffer la révolution du Rojava, expérience naissante d’un modèle de démo- cratie et de socialisme pour le Moyen-Orient et d’empêcher la poursuite de la lutte internatio-naliste. C’est pour ces raisons que les 32 jeunes socialistes ont été massacrés à Suruç.

Précédemment, durant la période électorale, R.T. Erdogan avait déjà mis fin aux négocia- tions du processus de paix, en désignant le HDP, le PKK, le PYD-YPG et YPJ comme cibles. Après que le HDP ait dépassé le seuil du barrage électoral en obtenant 13,1 % et empêché son pouvoir absolu, il a ouvertement déclenché la guerre.

Il est évident que tant qu’il y aura isolement carcéral pour le président Abdullah Ocalan, il ne pourra en tant que négociateur en chef du processus de paix, mener à bien sa tâche. Il ne pourra y avoir ni de cessez-le-feu, ni de table de négociations. En réalité, la Turquie ne s’est jamais conformée aux accords du cessez le feu, son seul objectif était de faire déposer les armes à la guérilla. Nous rejetons fermement cette pression et l’isolement du président Abdullah Ocalan.

Nous les Kurdes, les socialistes, les communistes, les démocrates, les intellectuels, les citoyens engagés pour la paix vivant en France, nous disons «STOP» à la répression san- glante ! Nous exigeons la fin du génocide éthno-politique des Kurdes, nous disons à R.T. Erdogan, vous ne pourrez atteindre votre but, vous ne pourrez jamais nous décourager et nous faire taire.

Nous appelons le gouvernement français et les États qui ne veulent pas être complices des massacres de l’Etat turc d’entreprendre toutes les démarches nécessaires auprès de celui-ci afin que cesse le chantage que représente l’isolement d’A.Occalan sur l’Ile prison d’ Imrali, afin que cesse la politique d’arrestation, de pression et d’intimidation contre tous ceux qui ne partagent pas sa politique, afin que cessent les bombardements contre les bases de résistants et les Civils kurdes.

Exigeons la fin de l’isolement carcéral d’OCALAN !

STOP aux massacres contre les kurdes

Et les civils opposés à la politique D’Erdogan !

Stop aux bombardements contre le PKK !

C’est contre DAESH qu’il faudrait agir !

Premiers signataires : Conseil démocratique Kurde en France ( CDK-F) / ACTIT / ATIK / FRANCE KURDISTAN

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article35588

http://www.akb.bzh/spip.php?article954

Lire la suite

05 août 2015 ~ 0 Commentaire

hiroshima-nagasaki: le début de l’équilibre de la terreur nucléaire (npa)

hiroshima-nagasaki: le début de l’équilibre de la terreur nucléaire (npa) dans Altermondialisme 156007

Les 6 et 9 août 1945, les USA larguaient deux bombes atomiques, « Little Boy » sur Hiroshima, et « Fatman » sur Nagasaki.

La défaite japonaise était alors déjà certaine. Il s’agissait de prouver aux yeux de la planète que l’armée de la première puissance mondiale maîtrisait une arme nouvelle, parti- culièrement puissante et meurtrière, dans le but de terroriser et de couper court à toutes les révoltes.

Le monde entrait dans l’âge atomique et avec lui dans l’ère de sa possible destruc- tion. La terreur nucléaire, la question lancinante de la possibilité de l’extermination de masse à une échelle jamais atteinte, devenait un des déterminants essentiels des relations interna- tionales. Depuis l’arsenal nucléaire est devenu bien plus important, malgré les efforts des USA et de l’URSS pour empêcher d’autres États d’accéder à l’arme nucléaire avec le traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

Au début de l’année 2015, neuf États – États-Unis, Russie, Royaume-Uni, France, Chine, Inde, Pakistan, Israël et la République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord) – détenaient environ 15 850 armes nucléaires, dont 4 300 déployées avec des forces opéra- tionnelles, selon le centre de recherche suédois Sipri (Stockholm international peace research institute).

Certes, le nombre total d’ogives nucléaires dans le monde est en baisse du fait des accords entre les États-Unis et la Russie, mais c’est une pure hypocrisie puisque l’un com- me l’autre consacrent des milliards au renouvellement et à la modernisation de leurs arse- naux. Les arsenaux des autres États dotés de l’arme nucléaire sont beaucoup plus petits, mais tous développent ou déploient de nouveaux systèmes ou se proposent de le faire.

Il y a une légère hausse de l’arsenal nucléaire militaire de la Chine qui, elle aussi, modernise ses forces avec de nouveaux missiles à têtes multiples, dits «mirvés»: de l’anglais Mirv pour Multiple independently targeted reentry vehicle, équipés de plusieurs têtes, nucléaires ou conventionnelles, qui suivent chacune leur trajectoire lors de leur entrée dans l’atmosphère. L’Inde possède 90 à 110 têtes nucléaires et le Pakistan 100 à 120, tandis que la Corée du Nord posséderait 6 à 8 bombes atomiques.

Les puissances destructrices accumulées ont été décuplées. Le principe de cette course aux armements nucléaires est celui de la Mutual assured destruction (Mad), la «destruction mutuelle assurée» qui prétend dissuader l’adversaire par l’équilibre de la terreur, la certitude qu’il sera lui aussi détruit.

Un concentré de la folie capitaliste, la course aux armements… pour prétendument faire la paix !

Yvan Lemaitre

http://npa2009.org/idees/hiroshima-nagasaki-le-debut-de-lequilibre-de-la-terreur-nucleaire

Lire aussi:

Hiroshima-Nagasaki : Les véritables raisons

Guerre froide : Au bord de l’abîme…

Einstein et la bombe atomique

La bombe de la France coloniale

Nucléaire : Qui veut la paix prépare la révolution…

Lire la suite

05 août 2015 ~ 0 Commentaire

répression de la gauche en turquie (lcr.be)

4 inter

Solidarité avec les militant.e.s kurdes et turcs.

Depuis le 05 juin 2015, et l’attentat qui a frappé les sympathisant.e.s du HDP assemblés à Diyarbakir, la gauche turque et le mouvement kurde subissent une série d’attaques meurtrières.

L’assassinat de 32 militant.e.s et sympathisant.e.s du  SGDF (Fédération des associa- tions de jeunes socialistes) a montré la détermination des forces les plus réactionnaires de la région a noyer le mouvement révolutionnaire turc et kurde dans le sang. Les jeunes de la quatrième internationale dénoncent le massacre de Suruç, la responsabilité de l’Etat turc, son instrumentalisation de l’Etat islamique.

Par la répression des manifestations, la rafle de centaines de militant.e.s, et les bombar- dements visant le PKK depuis le 24 juillet, Erdogan renoue avec les pires traditions dicta- toriales de l’Etat turc. De Gezi à Soma, de Kobané à Bursa, nous réaffirmons notre solidarité avec la lutte de classes populaires turques et kurdes et demandons :

  • La libération des prisonniers politiques
  • L’arrêt des bombardements visant le PKK
  • La levée de l’inscription du PKK à la liste des organisations terroristes
  • L’arrêt des rafles et des poursuites judiciaires contre les militant.e.s de gauche

Direnis devam ediyor (La  lutte continue)

5 août 2015 par Déclaration des Rencontres internationales des jeunes de la Quatrième Internationale

http://www.lcr-lagauche.org/repression-de-la-gauche-en-turquie-solidarite-avec-les-militant-e-s-kurdes-et-turcs/

Lire la suite

05 août 2015 ~ 0 Commentaire

la construction de la base militaire américaine d’okinawa suspendue (ci)

JAPAN-POLITICS-DEFENSE

Mardi 4 août, le gouvernement de Shinzo Abe a annoncé l’arrêt, pour une période d’un mois, de la construction de la nouvelle base militaire américaine à Okinawa, un projet très contesté dans le pays.

Cette trêve est “une trop belle occasion pour la laisser passer”, annonce ce mercredi 5 août l’Asahi Shimbun, au lendemain de l’annonce par Tokyo de l’arrêt, jusqu’au 9 septembre, des travaux de construction de la nouvelle base militaire américaine, à Okinawa.

“Pour la première fois depuis que [Takeshi] Onaga est devenu gouverneur [il a été élu à la tête de la préfecture d’Okinawa en novembre dernier], Tokyo et Naha [la capitale d’Okinawa], qui n’ont jamais pu s’entendre sur quoi que ce soit, s’asseoient enfin ensemble à la table des négociations”, explique le quotidien.

La construction de la nouvelle base militaire rencontre une forte opposition. Les habitants dénoncent les conséquences néfastes sur la barrière de corail autour de l’île et les espèces marines en voie de disparition. Pour Onaga, élu avec la promesse de mettre fin au projet, celui-ci est “absolument inacceptable”.

Mais cette trêve acceptée par Tokyo est probablement motivée par une période délicate pour le gouvernement Abe, poursuit l’Asahi Shimbun : le Parlement examine actuel- lement la très controversée loi sur la sécurité nationale, qui prévoit la possibilité d’envoyer des soldats en opérations extérieures en cas d’attaque d’un pays allié du Japon: une rupture par rapport à la doctrine pacifique de la Constitution, tandis que le redémarrage d’un réac- teur nucléaire rencontre une vive opposition dans le pays.

Tokyo “ne voit donc pas cette période jusqu’au 9 septembre autrement que comme une ‘trêve temporaire’, qui prendra fin quand la loi [sur la sécurité nationale] sera adoptée”, analyse le journal, qui s’interroge sur la réelle nécessité de concentrer les forces américai- nes à Okinawa, et demande à Shinzo Abe “d’avoir une sérieuse discussion avec Washing- ton”.

Jeudi 6 août, le Japon commémorera les 70 ans du bombardement d’Hiroshima par les Etats-Unis, qui avait fait plus de 100 000 morts. Publié le 05/08/2015 – 11:58

http://www.courrierinternational.com/article/japon-la-construction-de-la-base-militaire-americaine-dokinawa-suspendue

Lire la suite

02 août 2015 ~ 0 Commentaire

turquie: face à la politique guerrière de l’akp, défendons la paix! (essf)

88246616_o

Suite à l’attentat-suicide de Daesh où 32 jeunes étudiants s’apprêtant à se rendre à Kobané pour contribuer à la reconstruction de la ville ont trouvé la mort, et aux représailles du PKK causant la mort de 2 policiers, l’Etat turc a lancé une vaste opération d’arrestation de centaines de militants kurdes, d’extrême-gauche et (quelques dizaines) de Daesh ainsi que plusieurs bombardements aériens des camps du PKK en Irak du nord.

Une politique etrangère guerrière Si l’attentat de Suruç a été organisé par l’organisation djihadiste Daesh, c’est bel et bien la politique extérieure guerrière du régime Erdogan qui a fourni les conditions dans lesquelles la barbarie djihadiste a pu se déployer sur le territoire turc. La diplomatie turque dirigée par le ministre des Affaires étrangères (actuel Premier ministre) Ahmet Davutoglu depuis 2009, avait pour objectif une «normalisation» des rapports de la Turquie avec les pays voisins tout en étant paradoxalement accompagné de la moti- vation «néo-ottomane» d’établir une hégémonie politico-culturelle et économique sur les pays du Moyen-Orient.

Mais avec la révolte populaire en Syrie Ankara a misé sur un renversement rapide d’al- Assad. Cette illusion l’a entraîné à s’engager de tout son poids aux côtés des monarchies du Golfe et des États-Unis en soutenant l’opposition syrienne (ALS puis groupes djihadistes). Cependant il s’est avéré qu’ Assad tenait bon et que le régime n’était pas près de tomber. Ce que l’impérialisme occidental a fini par comprendre. Mais non l’AKP. L’adoption d’une politique extérieure ne concordant plus avec aucune de celles de ses principaux alliés, a fini par isoler l’État turc au niveau international.

L’AKP et Daesh : « L’ennemi de mon ennemi… » Une des principales raisons de l’enga- gement du régime d’Erdogan dans le combat pour le renversement d’al-Assad fut certaine- ment la présence d’une forte population kurde à la frontière turco-syrienne. La formation d’une administration régionale kurde au nord de l’Irak suite à l’intervention impérialiste en 2003 avait sans doute constitué un des traumatismes politiques les plus marquants de l’État turc. C’est donc manifestement la crainte de revoir le même scénario se réaliser à la suite d’un changement de régime en Syrie qui a poussé le gouvernement turc à tenter d’intervenir dans la crise syrienne dès le début du soulèvement et d’établir un contrôle sur l’opposition (face aux autres « amis de la Syrie »), tout d’abord à travers les Frères musulmans, puis par le soutien à d’autres courants islamistes.

Alors qu’un processus de négociation (accompagné d’un cessez-le-feu) avec le leader du mouvement kurde, Öcalan était en œuvre, le gouvernement turc est allé jusqu’à soutenir implicitement ou du moins souhaiter de tout cœur la prise de Kobanê (où le PYD organisa- tion sœur du PKK avait déclaré l’autonomie) par Daesh, permettant à ses militants de tra- verser librement la frontière dans les deux sens. Une région dominée par Daesh à sa fron- tière était ainsi préférable pour le régime d’Erdogan, au point où malgré la pression des Etats-Unis il ne participa que timidement et à contrecœur à la coalition anti-Daesh.

Erdogan joue sa dernière carte Comme conséquence de cette politique (et aussi du fait que le processus de négociation ne donna aucun résultat concret) l’AKP perdit son soutien dans le Kurdistan de Turquie et le HDP (lié au mouvement kurde) obtint 13%, un résultat inattendu. Ainsi l’AKP n’était plus en mesure de former le gouvernement tout seul, comme il été le cas depuis 2002.

Profitant de l’attentat de Suruç, l’AKP tente aujourd’hui, avec son changement de position envers Daesh, de redevenir un acteur crédible dans le Moyen-Orient aux yeux de l’impéria- lisme occidental (surtout face à la montée de l’Iran avec les accords nucléaires). En retour il obtient l’approbation de l’administration Obama pour ses frappes contre les camps du PKK.

Au niveau national, Erdogan espère que ce climat de conflit et de mobilisation anti- terroriste lui permettra de ré-émerger comme leader national, de discréditer le HDP, de récupérer les voix passées à l’extrême-droite pour renforcer celles de l’AKP dans le cas d’élections anticipés (forts probables), permettant ainsi la formation d’un nouveau gouver- nement AKP et la transition à un régime présidentiel-autocratique dont il serait le sultan.

La guerre est effectivement la continuation de la politique par d’autres moyens. Aux forces de gauche et au peuple kurde de se mobiliser pour défendre la paix !

Uraz Aydin 27 juillet 2015

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article35560

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin