Archive | Antimilitarisme

20 juin 2017 ~ 0 Commentaire

brest palestine

brest

AmiEs bretonNEs, amiEs de Bretagne et du grand ouest, la prochaine tournée de De-Colonizer passe par chez vous!
.
On vous attend nombreuxSES les 23 juin à Nantes, 24 juin à Rennes, 26 juin à Vannes et 27 juin à Brest!
.
Kenavo emberr!
.

Lire la suite

20 juin 2017 ~ 0 Commentaire

rennes (pétition)

rennes (pétition) dans A gauche du PS

Rennes, laboratoire de l’ordre en marche ?

A quelques jours d’intervalles, il s’est passé à Rennes deux événements d’une extrême gravité, qui ne devraient pas laisser indifférents tous ceux que préoccupe l’état des libertés publiques sur le territoire français.

Le 30 mai, à 6 H du matin, des dizaines de policiers cagoulés munis de fusils d’assaut, défon- cent des portes de logements à coups de bélier et procèdent à 6 perquisitions simultanées aux quatre coins de la ville. 7 personnes sont interpellées, dont deux mineurs. Cette opération fait suite à un curieux épisode où c’est pourtant le comportement policier qui mériterait une enquête.

Le 27 avril, au cours d’une manifestation de 2000 personnes sur le mot d’ordre « ni Le Pen ni Macron », un motard de la police nationale était descendu de sa moto pour braquer son pistolet sur les manifestants.

Captée par les journalistes, l’image était devenue virale sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, ce comportement dangereux et injustifiable d’un policier qui n’était nullement menacé, comme le montrent les vidéos, est devenu prétexte à une enquête contre de présumés manifestants pour… violence avec armes (un pommeau de douche dont on se serait servi pour intimider le motard), ce qui a justifié les perquisitions du 30 mai.

En outre, le modus operandi de cette opération policière, dès le départ si peu justifiée, corres- pond à celui d’une interpellation d’individus très dangereux supposés détenir un armement lourd : défonçage des portes, policiers suréquipés, armes braquées, plaquage et menottage au sol des interpellés. Or le choix des « cibles » montre qu’elles ont été choisies non pas en fonction de leur présence présumée sur les lieux de la manifestation (de fait certains on pu prouver qu’ils n’y étaient pas) mais sur leur appartenance supposée à une mouvance anticapitaliste.

Le 7 juin, toujours à Rennes, était jugé un participant à cette même manifestation du 27 avril, qui était accusé d’avoir jeté des pierres contre la police, ce qu’il a toujours nié. Deux jeunes femmes sont venues témoigner avoir vu des policiers glisser des pierres dans la poche du garçon. Le président du tribunal, Nicolas Léger, fait lourdement pression sur ces témoins en manifestant son incrédulité et en leur rappelant le danger du faux témoignage. Prophétie autoréalisatrice, événement à peu près jamais vu dans l’histoire de la justice, après que le jeune homme a été condamné à six mois de prison avec sursis, les deux jeunes femmes sont arrêtées et menottées sous l’accusation de faux témoignage, et conduites devant un juge d’instruction. Ce dernier, manifestement réticent à les mettre en examen dans ces conditions rocambolesques, les remet en liberté sous le statut intermédiaire de témoin assisté.

Ainsi donc, à deux reprises, des policiers et des magistrats ont manifesté une belle solidarité dans des opérations dont le seul objectif clair est d’empêcher de remettre en cause des pratiques policières et judiciaires de plus en plus affranchies du droit commun, face à certains des adversaires les plus résolus du gouvernement en place. S’il est désormais impossible d’apporter des témoignages contredisant la version policière, si de supposés dissidents de l’ordre libéral peuvent subir des opérations d’une telle brutalité, on n’est plus très loin de ce qui a été théorisé comme « le droit de l’ennemi » : à savoir, en réalité, la réduction à presque rien des droits des personnes décrétées comme telles.

D’un côté, on a une police qui, depuis ses manifestations de l’hiver dernier, ne cesse de pren- dre une forme d’autonomie de plus en plus inquiétante en se montrant notamment toujours plus intolérante à toute critique (comme l’a montrée la récente interpellation d’Amal Bentousi, qui ne faisait qu’exercer son droit de filmer la police), d’un autre un gouvernement qui, tout en préparant son offensive thatchérienne de l’été annonce vouloir faire entrer l’état d’urgence dans le droit commun.

Si l’on tient compte du fait que le chef de cabinet du président est l’ancien préfet de Bretagne connu pour sa gestion plus que musclée de l’ordre public, et qu’Amnesty International en est déjà à s’interroger sur la difficulté croissante de manifester en France, on peut dire que tout se met en place pour que Rennes soit une sorte de laboratoire pour des formes de répressions de plus en plus affranchies des garanties gagnées par des siècles de luttes sociales et politiques.

Raison de plus de ne pas laisser passer les abus des magistrats et policiers rennais. Nous exigeons la libération des interpelés du 30 mai et l’abandon des poursuites contre les témoins du 7 juin.

Serge Quadruppani, écrivain

Eric Hazan, éditeur et écrivain

Frédéric Lordon, économiste directeur de recherche au CNRS

Hugues Jallon, éditeur et écrivain

La Parisienne Libérée, chanteuse

Alain Damasio, écrivain

Pierre Alféri, écrivain

Nicolas Klotz, cinéaste

Elisabeth Perceval, scénariste

Ludivine Bantigny, historienne

Nathale Quintane, écrivain

Olivier Besancenot, porte-parole du NPA

Isabelle Bruno, MCF en science politique à Lille-2

Manuel Cervera-Marzal, docteur en science politique

Isabelle Garo, philosophe, professeur au lycée Chaptal

Marie Laure Geoffray, maître de conférences et directrice adjointe à l’IHEAL

Michael Löwy, sociologue, directeur de recherches émérite au CNRS,

Philippe Marlière, professeur de science politique à l’University College de Londres

Olivier Neveux, professeur d’études théâtrales à Lyon-2

Ugo Palheta, sociologue, maître de conférences à Lille-3

Christine Poupin, technicienne dans l’industrie, porte-parole du NPA

Julien Salingue, docteur en sciences politiques

Grégory Salle, chargé de recherche en science politique au CNRS

Catherine Samary, économiste, maître de conférences à l’université Paris-Dauphine

Rémy Toulouse, éditeur à la Découverte

Enzo Traverso, historien à Cornell University College of Arts and Sciences

Mathieu Bonzom, maître de conférences à l’université d’Orléans

Razmig Keucheyan, professeur des universités à l’université de Bordeaux

Une pétition à signer et à faire signer :

https://www.change.org/

Lire la suite

08 juin 2017 ~ 0 Commentaire

st michel de braspart (ouest france)

nato

Saint-Michel de Brasparts. Une trentaine de manifestants contre l’OTAN

Une trentaine de manifestants se sont retrouvés à l’appel du Mouvement pour la Paix, à l’occa- sion du début des manœuvres militaires et aéroportées de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique Nord) en Bretagne. Une manifestation aussi politique : des candidats de gauche aux législatives ont accompagné les manifestants.

« Nous sommes insurgés contre les manœuvres de l’OTAN qui a choisi de venir à la pointe de Bretagne, un lieu déjà hautement militarisé, a déclaré Christian Colimard, coordinateur du Mouvement pour la Paix du Sud-Cornouaille. La France doit se libérer de la dépendance de l’OTAN, et ne doit plus conditionner sa défense à cette organisation issue de la guerre froide. »

Vent violent

Sous le soleil, accompagné d’un vent violent, les manifestants ont grimpé les marches qui séparent le parking de la chapelle du Mont Saint-Michel. Parmi eux, le secrétaire régional du PCF accompagné du candidat aux législatives sur la 6e circonscription, Maxime Paul. « Nous appelons à une conférence européenne sur la sortie de l’OTAN, pour construire une Europe des peuples et des nations souveraines. Et nous voulons engager une transition en Bretagne pour une sortie du nucléaire civil (sans blague? note du blog) et militaire. »

Candidats en campagne

Jean-Michel Lucas, candidat de la France Insoumise aux législatives sur la 6e circonscription, estime qu’« il faut sortir de l’OTAN. Nous sommes contre le nucléaire civil et militaire. Nous demandons la reconversion de l’île Longue et de la centrale nucléaire de Brennilis en centre de formation professionnelle spécialisé dans le nucléaire ».

06/06/2017  Philippe Attard

http://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

01 juin 2017 ~ 0 Commentaire

grande muette (npa)

tardi drapeau

Sur le poids et la fonction du militaire en France

Si le livre de Claude Serfati traitait seulement de ce qu’annonce son titre, le poids du « militaire » dans la France contemporaine, il serait déjà digne de retenir notre intérêt.

Engels, le compagnon de Marx, était surnommé « le général » dans le cercle de ses amis en raison de son intérêt pour les questions militaires. Trotsky en 1924, non seulement le rappelait mais soulignait la nécessité pour les marxistes de ne pas se cantonner à une «attitude super- ficielle et hautaine à l’égard du militarisme, comme d’une institution barbare, indigne de l’atten- tion social-démocrate éclairée »i. Claude Serfati prend au sérieux « le militaire », renouant ainsi avec cette nécessité. De plus, cet essai va au-delà et fournit une analyse de l’évolution de l’Etat et de l’impérialisme français.

La bourgeoisie française et l’armée

 « La France à l’époque de l’impérialisme moderne », l’auteur souligne l’entrelacement histo- rique en France entre classe dominante, Etat et armée. La bourgeoisie, dans sa lutte pour le renversement de la monarchie absolue, a déchainé le mouvement populaire ; depuis, elle s’en méfie d’autant que celui-ci revient périodiquement mettre en danger son hégémonie. Dès le XIX° siècle, l’armée est utilisée contre l’ « ennemi intérieur » : celui qui, dans les colonies, refuse sa situation subordonnée, mais aussi les classes exploitées sur le territoire métropolitain.

Sous la III° République, l’idéologie militariste française se pare des valeurs républicaines. Les conquêtes coloniales se font au nom de la mission civilisatrice du pays des Droits de l’Homme. Une partie de la gauche pactise très vite avec l’institution militaire, à l’instar d’un Clémenceau d’abord antimilitariste, puis envoyant l’armée contre les grévistes avant de diriger le gouvernement français durant la Première Guerre mondiale.

Dès la fin du 19° siècle se manifeste une spécificité de l’impérialisme français : le contraste entre le déclin de la part de la France dans l’industrie manufacturière mondiale (de 7,9% en 1860 à 6,1% en 1913 contre 4, 9% à 14,8% pour l’Allemagne durant la même période) et l’énormité des budgets militaires qui fait la richesse des « marchands de canons ». Ceux-ci sont à la pointe des techniques de leur époque et, au-delà du marché français, développent une stratégie agressive à l’exportation (notamment vers la Russie tsariste).

Après la Libération, une des priorités majeures de de Gaulle (un des rares officiers à avoir refusé l’armistice de 1940) est le rétablissement de la capacité militaire de la France qui s’en- gage dès 1945 dans la répression des mouvements de libération dans l’Empire colonial.

La IV° République est donc marquée par des guerres qui discréditent l’armée, tenue en échec en Indochine puis en Algérie et contestée dans ses méthodes répressives. Bien que bénéficiant du soutien quasi-inconditionnel des dirigeants politiques, une partie du corps mili- taire les considèrent comme des incapables qui ne leur donnent pas les moyens de gagner en Algérie et se retourne contre eux. Le coup de force d’Alger en Mai 58, favorise le retour au pouvoir de de Gaulle et l’instauration d’un régime où le président de la République occupe une place centrale : la V° République.(…)

La gauche se coule dans le moule de la V° République

Avec l’élection de François Mitterrand en 1981, la dissuasion nucléaire n’est pas remise en cause ; il en est de même de la politique africaine avec la multiplication des interventions militaires. Claude Serfati souligne la perpétuation de pratiques et de réseaux en marge de la légalité et mêlant officiels et hommes d’affaires, d’abord pour ce qui est de la Françafrique mais aussi en matière d’exportation : les ventes d’armes sont désormais un point fort de la balance commerciale.

Les grands groupes d’armement sont restructurés. S’ils sont nationalisés en 1981-1982, leurs dirigeants (Dassault, Lagardère) sont largement indemnisés et font leur retour quand les entreprises sont rendues au privé. Ils bénéficient en permanence du soutien public pour leurs programmes ; ministres, voire président s’affairent pour conclure les contrats d’exportation.(…)

Une frénésie d’interventions extérieures

Dans un 4ème chapitre sont abordées les opérations militaires extérieures conduites depuis les années 60. Il n’en existe aucun décompte officiel (ce qui est significatif)  mais il y en aurait eu 111 entre 1991 et 2015 selon un rapport de l’Assemblée nationale, avec une tendance à l’intensification dans la période récente. En effet, à partir de 2008, dans le contexte de la crise économique, les Etats-Unis (en échec en Irak) n’ont plus les moyens de gérer l’ensemble des convulsions du monde.

Cela ouvre un espace politique et militaire à la France, gardienne traditionnelle de l’ordre impérialiste dans l’Afrique subsaharienne. Comme la France a réintégré en 2009 le commandement militaire de l’OTAN et est pour certaines de ses actions, dépendante de la logistique américaine, les USA n’ont pas à craindre des initiatives intempestives de leur point de vue. Par ailleurs, l’activisme militaire de la France constitue donc un contrepoids (« utile, bien qu’illusoire » selon Claude Serfati) pour continuer de peser sur la scène européenne et internationale alors que le déséquilibre économique est de plus en plus flagrant au sein du « couple » franco-allemand.

Vers l’état d’urgence permanent ?

Le concept d’ennemi intérieur vise aujourd’hui les immigrés et descendants d’immigrés mais l’état d’urgence est aussi utilisé contre les mouvements sociaux. Dans le même temps, la haute hiérarchie militaire renforce son poids politique et envisage l’éventualité d’un engagement direct sur le territoire national (au-delà de l’actuelle opération Sentinelle), dans les banlieues par exemple. (…)

En conclusion, Claude Serfati insiste sur le fait que, si la période d’élargissement des droits sociaux et des libertés politiques est bel et bien close en Europe, l’avenir n’est pas écrit. La marche à des régimes autoritaires est non inéluctable car le socle encore maintenu, bien qu’ébréché, des droits sociaux et démocratiques « demeure un point d’appui pour les mobilisations des salariés, des jeunes, des sans-papiers »

Au total, ce livre constitue un apport important à l’analyse de l’impérialisme français que d’aucuns s’acharnent à idéaliser et à relativiser en se focalisant sur les seuls Etats-Unis.

Henri Wilno (paru dans l’Anticapitaliste mensuel, n°87, mai 2017)

Le militaire- Une histoire française, Claude Serfati, Editions Amsterdam, 2017.

i Léon Trotsky, « Les notes de Friedrich Engels sur la guerre de 1870-1871 », 1924. https://www.marxists.org/francais/trotsky/oeuvres/1924/03/240319.htm

http://www.anti-k.org/

Lire la suite

29 mai 2017 ~ 0 Commentaire

carhaix otan (fr3)

Manif pour la paix et contre l’Otan à Carhaix, reportage de Maïna Sicard-Cras et Catherine Aubaile – images d’archives de la base navale de Landivisiau (29) Interview : Roland Nivet, Porte parole du Mouvement de la paix (France)

Des pacifistes dénoncent les exercices militaires organisés par l’Otan en Bretagne

Un collectif de militants pacifistes bretons s’est rassemblé à Carhaix  ce dimanche 28 mai pour dénoncer les exercices militaires de l’Otan prévus en Bretagne, ce mois de juin. Des manoeu- vres qui selon eux montrent l’engagement de la France dans de nouvelles guerres et non vers la paix.

A l’heure ou Donald Trump veut renforcer le budget de l’Otan (Organisation politico-militaire des pays signataires du traité de l’Atlantique Nord), des exercices militaires de l’Otan sont organisés du 6 au 16 juin prochain dans le Finistère. Des manoeuvres qui vont rassembler plus de 800 pilotes et techniciens internationaux. Douze pays seront en effet représentés sur les 28 membres de l’organisation. Des exercices qui rendent furieux Roland Nivet, le porte parole du mouvement de la paix en France. « On voit bien que la France ne s’engage pas vers la paix, mais prépare de nouvelles guerres ». Avec lui, quelques 200 militants pacifistes ont donc manifesté aujourd’hui dans les rues de Carhaix contre ce projet.

L’opération Tiger Meet inquiète les pacifistes

C’est au total plus de 63 avions qui vont quadriller le ciel du Finistere durant dix jours. Des manoeuvres militaires qui auront lieu avant tout sur les bases de Landivisiau et de Lanvéoc, déployant près de 800 pilotes et techniciens internationaux. Cette Opération appelée Tiger Meet inquiète les pacifistes venus manifester ce dimanche après-midi à Carhaix, des militants, pour qui l’Otan n’est pas du tout perçu comme un instrument de défense collective mais plutôt comme un facteur de guerre, coûteux et inadéquat pour un processus de paix.

Le mouvement de la paix à d’ores et déjà prévu une nouvelle manifestation : Le 6 juin prochain, premier jour des exercices militaires de l’Otan dans le Finistère.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/

Lire la suite

18 mai 2017 ~ 0 Commentaire

macron et merkel (npa)

macron tank

Sont sur un bateau…

Dès le lendemain de sa prise de fonction, Macron était à Berlin pour rencontrer Merkel. Les nationalistes et « patriotes » de toutes nuances vont sans doute présenter cette visite comme celle d’un vassal à sa suzeraine. En fait, l’Europe à laquelle Macron a prêté allégeance est celle du capital. Quand Macron déclare à Berlin : « La première tâche sera de mettre en place un agenda de réformes. Non parce que l’Europe le demande mais parce que la France en a besoin », il ne ment pas, sauf que « sa » France, c’est celle de Bernard Arnault, de Bolloré, de Dassault, de la famille Peugeot, etc.

Les dirigeants européens ont un vrai souci face auquel, Allemands compris, ils savent qu’il n’y a pas de recettes miracles : l’Union européenne (UE) est en crise dans un environnement mondial de plus en plus instable, alors qu’à la tête du « juge de paix » du capital international se trouve désormais Trump, un président nationaliste et tout aussi instable. Dans ce contexte, même après le Brexit, capitalistes et gouvernants européens, malgré des diffé- rences de points de vue, pensent que mieux vaut une Europe brinquebalante qu’un éclatement qui ajouterait encore plus d’incertitude.

De cette rencontre à Berlin, il n’est sorti que des déclarations d’intention. Macron, avec beaucoup de prudence, a essayé de convaincre Merkel de progresser vers un budget de l’Eurozone pour financer des investissements et réduire l’impact des chocs provoqués par les politiques libérales (qui seraient poursuivies avec encore plus de ténacité). Cela pourrait nécessiter une modification des traités européens. Merkel n’a pas dit non… mais n’a pris aucun engagement.

Vu l’affaiblissement relatif du capitalisme français, Macron n’a que des arguments politi- ques pour essayer de convaincre, et une seule carte dans sa manche : une fois la Grande-Bretagne partie, la France demeure pour l’instant la seule puissance militaire de l’UE capable d’interventions extérieures. Depuis des années d’ailleurs, l’activisme militaire est utilisé par les dirigeants français pour compenser le déclin économique du capitalisme national. Le command-car avec lequel Macron a paradé sur les Champs-Élysées renvoie aussi à cette réalité.

Au-delà des combinaisons politiciennes, le cocktail macronien des mois à venir sera donc un mélange de réformes antisociales, d’avancées vers un budget militaire à 2 % du PIB, et de « maintien de l’ordre ». Tout cela avec la bénédiction d’Angela Merkel.

Mercredi 17 mai 2017 Henri Wilno

https://npa2009.org/

Lire aussi:

Que signifient les gesticulations militaires de Macron au Mali ? (RP)

Hollande, françafricain jusqu’au bout (RP)

L’armée française lance une intervention à la frontière burkinabé-malienne (RP)

Comment, au nom du climat, la France cherche à imposer ses intérêts et ses entreprises à l’Afrique (TC)

Hollande, Macron, mêmes combats (LMD)

Lire la suite

11 mai 2017 ~ 0 Commentaire

lannion palestine (afps)

afps.

Palestine : Rassemblement de l’AFPS à Lannion samedi

L’AFPS Trégor organise un rassemblement citoyen de solidarité samedi 13 mai à 11h sur le parvis de la mairie. « Depuis le 17 avril, plus de mille prisonniers politiques palestiniens ont entamé une grève de la faim à la suite de Marwan Barghouti, souvent présenté comme le « Mandela palestinien ». Leurs revendications portent sur l’amélioration de leurs conditions de détention, dénoncées entre autres par Amnesty International », précise un communiqué.

 Lien : www.france-palestine.org/-Actualites-

11/05/2017 Erwann Hirel

http://www.letregor.fr/

Lire la suite

07 mai 2017 ~ 0 Commentaire

dossier corée (npa)

drapeau us

État de crise en Asie du Nord-Est

De chronique, la crise coréenne est devenue aiguë depuis l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis. Sur fond d’instabilité générale, elle se joue à trois niveaux : les rapports de forces mondiaux entre puissances ; les vives tensions à l’œuvre dans l’ensemble de l’Asie orientale ; la rupture ou le maintien du statu quo entre les deux Corée.

À cela, rajoutons encore la situation aux USA, où Trump est tenté de compenser ses échecs en matière de politique intérieure en créant un climat de mobilisation nationale contre une menace extérieure – qu’elle soit russe, chinoise ou nord-coréenne.

Les enjeux de la crise coréenne sont si nombreux que les incertitudes sont grandes et les dangers de « dérapages non contrôlés » réels…

Dossier réalisé par Pierre Rousset

soif

Lire la suite

01 mai 2017 ~ 0 Commentaire

poutine marine (le monde)

LePen-Poutine

Marine peut remercier Poutine pour ses bombardements en Syrie

Jeudi 27 avril en meeting à Nice, Marine Le Pen ressortait un de ses arguments phare de la campagne : l’invasion par « des millions de réfugiés ».

En réalité, la France n’a accueilli que quelques milliers de réfugiés (36 233 personnes ont été protégées en France en 2016, 445 000 personnes ont été protégées en en Allemagne en 2016), notre pays est devenu une terre de non-asile tellement les conditions d’accueil sont difficiles. Les affirmations du clan Le Pen comme toutes celles des populistes Européens visent directement la dernière vague de réfugiés qu’a connu l’Europe ces 3 dernières années et qui a été surtout supportée par l’Allemagne, la Suède et la Grèce. Il ne s’agit pas là de nier cette vague de réfugiés mais de rappeler les responsabilités.

Pour les populistes européens cette vague de réfugiés correspond à une invasion islamiste, et leur lecture des évènements s’arrête à cet argument, argument qui a été repris par le camp du Brexit avec le résultat qu’on connait. Aucun de ceux qui appellent à la fermeture des frontières et au refoulement des réfugiés ne pointe du doigt la responsabilité de Poutine dans la crise des réfugiés actuelle. L’ami des nationalistes européens n’est responsable de rien aux yeux d’une extrême-droite aveuglée par la haine et la xénophobie.

A travers son intervention en Syrie, Poutine a donné un sérieux coup de pouce à tous les anti-européens. Une des premières conséquences de cette action a été le Brexit. Il en espère probablement autant avec la France et Marine Le Pen. Effectivement, l’offensive militaire russe en Syrie semble très éloignée de l’objectif officiel qui est la lutte contre Daesh (90% des frappes russes en Syrie ne visent pas les djihadistes).

En ce mois d’avril 2017, sept bombardements ont visé les hôpitaux de la province d’Idlib. Depuis le début de l’intervention militaire russe en septembre 2015, plus de cent bombardements ont été effectués contre des hôpitaux. L’objectif de tels crimes de guerre est clair, ne laisser aucun moyen aux populations civiles de survivre dans les zones non contrôlées par le régime syrien.

Les évacuations sous l’égide de l’ONU des populations des zones assiégées de Homs ou dans la banlieue de Damas (par exemple Daraya) par le régime syrien jettent en réalité encore plus de réfugiés sur les routes de l’Europe. Ces populations sont déplacées dans un premier temps dans les zones rebelles du nord de la Syrie, et deviennent la cible des bombar-dements quotidiens de l’aviation d’Assad et de son allié russe, ce qui pousse ces populations à un deuxième exil.

Ainsi Poutine jette des centaines de milliers de réfugiés sur les routes de l’Europe pendant que ses amis populistes européens crient à l’invasion « islamiste » et jouent sur la peur et le fantasme.

Les médias russes viennent soutenir cet effort considérable de Poutine en diffusant leur venin : les réfugiés sont accusés d’être des violeurs de chrétiennes, des voleurs d’allocation, des terroristes infiltrés… Les larges moyens dont disposent les réseaux de propagande russe permettent aux populistes de véhiculer leur haine et mensonges bien au-delà des réseaux qui ne dépassaient pas habituellement la fachosphère. Les exemples de fausses agressions et viols diffusés par les medias russes ne manquent pas.

Les syriens sont les victimes directes de ce jeu cynique. Poutine les pousse à l’exil et véhicule les pires messages haineux pour empêcher leur accueil. Aucun de ses amis d’extrême droite n’ira condamner ce jeu macabre qui permet d’engranger des voix, non ils ne feront que reprendre son argumentaire fasciste sur les réfugiés. L’Allemagne qui a négocié l’accord entre l’UE et la Turquie pour tenter de résorber cette crise des réfugiés devient la cible des popu- listes. Au lieu de remercier ce pays qui assume en grande partie les conséquences de l’action de Poutine, la chancelière Angela Merkel est trainée dans la boue et est accusée de faire le jeu des islamistes. L’indécence et le cynisme n’ont aucune limite chez les nouveaux fascistes, qui oui, gagneront des élections et qui en retour servirons les intérêts de Poutine au sein de l’Union Européenne, en l’affaiblissant.

Firas KONTAR 30 avril 2017

http://syrie.blog.lemonde.fr/

Lire la suite

29 avril 2017 ~ 0 Commentaire

abalamour* (le télégramme)

my old french

Ménez-Hom. L’Otan investit le site en juin

Pendant plus de deux semaines, le Ménez-Hom sera occupé par du matériel militaire, dont des poids lourds Mamba et un radar. Du 30 mai au 16 juin, il faudra trouver une autre «montagne » pour observer la baie de Douarnenez et la rade de Brest. Dans le cadre de l’exercice militaire de l’Otan, Tiger Meet, le Ménez-Hom sera interdit au public et un escadron de l’armée de l’air occupera le site.

Depuis sa création, en 1949, l’Otan (Organisation du traité de l’Atlantique nord) organise, chaque année, des exercices pour ses forces armées.

Du 6 au 16 juin, l’un d’entre eux, le « Nato Tiger Meet », se déroulera sur la base aéronavale de Landivisiau. Selon nos informations, l’armée de l’air compte également occuper le Ménez- Hom en installant ses systèmes de défense sol-air. Du 30 mai au 16 juin, le site sera interdit au public par mesure de sécurité, suite à la demande de l’armée française faite au département.

Un radar au sommet

Le « Nato Tiger Meet » n’est pas un rendez-vous anodin. Cet exercice aérien a lieu presque tous les ans depuis maintenant 50 ans. Il regroupe les unités des armées de l’air qui font partie de l’Otan et qui ont un tigre pour emblème. Douze nations y participeront et, pendant une dizaine de jours, « les aéronefs présents, que ce soit des avions de chasse ou des hélicop-tères, participent à de nombreux exercices dont les scénarii se complexifient au fur et à mesure que les jours passent », selon la description du ministère de la Défense.

Une vingtaine d’escadrons, dont trois français, sont membres de droit et dix sont honoraires de cette association. L’année dernière, à Saragosse, en Espagne, 93 aéronefs avaient participé aux différentes manoeuvres. Cette année, ils seront un peu moins. Sur son site Internet, l’association Nato Tigers référence 63 aéronefs, dont six Rafale de la base d’aéronautique navale de Landivisiau.

Des systèmes de défense sol-air au Ménez-Hom

Pour coordonner les actions, l’armée a choisi le Ménez-Hom. Haut de 330 m, le site offre un large panorama sur la baie de Douarnenez et la rade de Brest. « C’est un spot propice à l’installation d’un poste de commandement, confirme David Moan, conseiller communication au département. Il offre une visibilité aérienne assez rare ici ». Il permet aussi de disposer d’une possible opposition pour les différents exercices. Pour cette raison, l’armée a décidé de déployer ses systèmes de défense sol-air au sommet du Ménez-Hom.

Cette « simulation d’opposition » sera l’oeuvre de l’escadron « Barrois » de Saint-Dizier (Haute-Marne) et comportera un radar (à côté de l’ancienne table d’orientation) et le système de défense antiaérienne SAMP/T-MAMBA (Sol-air de moyenne portée/terrestre-missiles anti- balistiques) installé sur des poids lourds. Un périmètre de sécurité de 140 m sera aussi mis en place. Selon nos informations, au plus fort de l’exercice, une cinquantaine de personnes, dix poids lourds (dont huit Mamba), six véhicules légers et trois tentes seront disposés à proximité et des patrouilles de militaires surveilleront les environs.

Un site protégé

Un tel déploiement sur le Ménez-Hom n’est pas sans danger pour le site. Pour rappel, celui-ci est classé patrimoine naturel pour sa faune et sa flore depuis 2004 et Natura 2000. Des dispo-sitions seront prises par les militaires pour éviter de détériorer ou polluer : les véhicules ne seront pas autorisés en dehors des routes et chemins balisés et le personnel ne pourra pas franchir les balisages de protection. « On a fait part de la sensibilité du site, précise David Moan, ils vont prendre des précautions en mettant notamment en place des bacs de rétention et des tapis absorbants sous les véhicules ».

Ce rassemblement, un des plus grands au niveau national, attire également les curieux et les photographes, « une communauté importante, selon David Moan, qui passent plusieurs jours à shooter les aéronefs ». Reste pour cela à trouver un autre point culminant pour observer le ballet aérien.

29 avril 2017 Alexandre Pons

http://www.letelegramme.fr/

Commentaire*: abalamour ( A bas l’amour) veut dire « parce que » en breton et « Er maez » : dehors!

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin