Archive | Anticolonialisme

23 février 2018 ~ 0 Commentaire

valls (ustke)

 valls

Valls est sorti de son périmètre selon l’USTKE

  • Le comité directeur de cette rentrée 2018 s’est tenu ce matin au Charley, le premier de cette année où il a été évoqué la question de la sortie de l’Accord de Nouméa, et le référendum d’autodétermination prévu en fin d’année. Après cette réunion statutaire, les dirigeants de l’Organisation syndicale ont convié les médias pour donner leur position sur la mission conduite par Valls.
  • Point avec les fédérations sur les enjeux politiques. « C’était l’occasion de faire le point avec les fédérations. Se projeter sur un programme de travail qui va se dérouler pendant toute cette année. Bien entendu, la question essentielle qui a animé l’ordre du jour de ce comité directeur, c’est la question politique liée à la sortie de l’Accord de Nouméa et le référendum prévu en octobre-novembre 2018. Le positionnement de l’Ustke sera connu en temps opportun. On attend aussi l’évolution de la situation politique ; ce que l’Etat va dire, et notamment sur la problématique du corps électoral. On avait déjà eu l’occasion de l’affirmer sur des déclarations. En tous les cas, le positionnement de l’USTKE sera conditionné par rapport à la sincérité des listes électorales », souligne André Forest, le président de l’USTKE.
  • Quel est le mot d’ordre ? La centrale syndicale est en attente « de l’inscription automatique des kanak soit traduit dans les faits ». Mais surtout l’USTKE attend de l’Etat qu’il traite la question de l’inscription des natifs, qu’elle soit également clarifiée. « Pour nous, il est question de légitimer la participation des kanak relevant du statut coutumier sur la liste générale et ensuite de les basculer sur la liste référendaire. La question des natifs, donc les gens nés sur le territoire doit être étudié de façon très délicate. Il n’est pas question de remettre tous les natifs de la liste générale sur la liste référendaire parce que ça sera considéré comme des inscriptions indûment faîtes au détriment du scrutin d’autodétermination », relève-t-il.
  • Pas de rencontre avec Valls. « En tant que président de l’Ustke, j’y étais convié et je ne suis pas allé. C’est une décision relevant du Bureau confédéral qui a été tenu mercredi. C’est une séance hebdomadaire où il a été décidé de ne pas y aller. Par contre, nous avons convoqué la presse pour donner notre point de vue », précise le président de l’USTKE
  • La position de l’USTKE sur la mission  parlementaire sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie conduite par l’ex-Premier ministre, Manuel Valls (président) et Christian Jacob (rapporteur).

« La mission conduite par Manuel Valls est tout à fait illégitime, elle ne nous convient pas du tout ! D’une part, par rapport à sa composition où 80 % des effectifs sont de droite dont les deux députés calédoniens. Donc, les choses sont mal engagées. D’autre part, les déclarations de Manuel Valls aussi bien avant qu’après. On a entendu la rencontre qu’il y a eu au Congrès mardi soir avec la société civile où Mr Valls a ouvertement donné sa position et sa préférence pour le maintien de la Calédonie dans la France. Il est sorti de son périmètre, de sa responsabilité qui lui appartenait.

Il était venu ici dans le cadre d’une mission d’écoute de la population, à la limite clarifier les enjeux mais en aucun de donner sa préférence. Mais là, en donnant sa préférence, il a outrepassé la responsabilité qui lui était assigné. Les dés sont pipés dès le départ car la question du corps électoral n’est toujours pas réglé, la déclaration du maintien de la Calédonie dans la France  … Tout ça, nous laisse très perplexe quand à l’organisation de ce scrutin ! Se déclarer pour le maintien de la Calédonie dans la France, ça veut dire que la campagne de l’Etat ne sera pas neutre, elle sera forcément orientée sur cet objectif », pointe-t-il.

http://ustke.org/logo.jpg

  • Vendredi 23 février 2018

http://ustke.org/

Lire la suite

23 février 2018 ~ 0 Commentaire

bretons… (debunkers)

parler

Bretons, Auvergnats, Italiens, Espagnols, Arabes et Roms: dehors les étrangers qui nous volent notre travail!

« Tout le monde le sait bien qu’il n’y a pas de racisme mais des racismes : racisme anti-pauvre, racisme anti-jeune, racisme anti-femme, racisme anti-arabe… Alors, si vous êtes une « pauvre jeune femme arabe ! » »…Guy Bedos

C’est un article un peu particulier qui s’offre à votre lecture. En effet, il s’agit non pas, comme à notre habitude de démonter un fait, un hoax ou une rumeur précis, mais une assertion bien inscrite dans le patrimoine de pensée de l’extrême droite :

« L’étranger est inassimilable ». Par essence.

Cette figure de l’étranger « inassimilable » accompagne chaque vague migratoire. Des Italiens, de la fin du 19è siècle, aux migrants africains d’aujourd’hui, les stéréotypes ne changent guère. Les immigrés seraient trop nombreux, porteurs de maladie, délinquants potentiels, étrangers au corps de la Nation, voire même ennemis de celle-ci. Cette xénophobie, récurrente en temps de crise, va souvent de pair avec l’antisémitisme et se nourrit de racisme.

Ce que nous voulons démonter dans cet article, c’est la réflexion très fréquente qui consiste à présenter les étrangers d’aujourd’hui comme inassimilable, alors que les anciennes vagues d’immigrations, elles se seraient intégrées parce « qu’Européennes ». Nous voulons montrer que rien n’est moins vrai car les stéréotypes que l’on entend sur les immigrés « d’aujourd’hui », sont exactement les mêmes que ceux que les immigrés « d’hier », Belges, Polonais, etc… ont entendu. Que ces stéréotypes procèdent des mêmes phrases, mêmes sous-entendus et mêmes préjugés. Et que, de façon plus significative encore, ces stéréotypes ont été absolu- ment les mêmes, qui ont été utilisés contre les Provinciaux français à la fin du 19 ème siècle !!!

Notre but n’est pas d’expliquer en profondeur les raison de ces stéréotypes autrement que par des pistes de lecture ; qui vous emmèneront plus loin. Mais bien par des citations xénopho- bes/racistes ; de vous démontrer par A+B que ce que le raciste d’aujourd’hui présente comme une réalité incontournable, comme un fait indépassable, une vérité absolue (que seuls les « bobogauchistes » et les ennemis de la France nient), n’a pas été moins vrai envers les provinciaux et de tous les membres des vagues successives d’immigration qu’ont connu notre pays.

Plus personne à l’extrême droite ne songerait à accuser Bretons, descendants d’italiens ou d’espagnols comme des gens issus d’un peuple sale, prédisposés à la délinquance, à la tricherie aux allocations, à la violence et à la sexualité débordante. A part les juifs dont la stigmatisation semble éternellement liée aux mêmes thèmes complotistes sur une prétendue domination mondiale. Ce qui est un phénomène quasiment unique.

C’est pourquoi les « petites phrases » racistes de nos politiciens visent les immigrés d’Afrique, et les pare de vices  que l’on n’entend plus à propos des vagues d’immigrations antérieures. Pire, ils justifient cela par une « réalité objective » que connaîtraient nos concitoyens con- frontés avec les immigrés d’aujourd’hui, réalité que n’auraient pas connus nos ancêtres avec les « immigrés d’avant ».

Le racisme anti-provinciaux

« La Bretagne est une colonie comme l’Alsace et les Basques, plus que la Guadeloupe  » dira Michelet en 1831

En France, la Révolution industrielle a provoqué un fort exode rural des provinces vers Paris (Bretons, Auvergnats…). Les classes possédantes parisiennes ont majoritairement développé un profond mépris pour ces nouveaux venus, qui s’est exprimé dans un racisme latent. Une des théories en vogue était alors que les parisiens étaient les fiers descendants des Francs victorieux, tandis que les provinciaux étaient la progéniture dégénérée des Gaulois vaincus.

C’était principalement de la classe dominante, concentrée à Paris, qu’émanait ce racisme. Ainsi le Journal des débats parlait « d’invasion des barbares », le baron Haussmann y voyait une « tourbe de nomades », et Adolphe Thiers une « multitude de vagabonds ».

Et même de nos jours, certains propos restent du même acabit. En effet en 1951 vit la promulgation de la loi Deixonne, (première loi française visant à autoriser l’enseignement des langues régionales de France, de manière facultative). Un député socialiste réagit, «Comment ! On veut nous apprendre le dialecte des cavernes! ».

ll nous suffit de réfléchir encore aujourd’hui aux stéréotypes sur les provinciaux : « le Breton est têtu », « l’Auvergnat est avare », « le Parisien est arrogant », « le Corse est fainéant », « le chti est alcoolique », « le Normand est indécis », etc…
.
Les Bretons : incompréhensibles, sales et stupides…
.
« Les Bas-Bretons ont un langage dur et difficile à comprendre. Leurs habitudes, leurs coutumes, leur crédulité et leurs superstitions leur laissent à peine une place au-dessus de l’homme sauvage. Le paysan y est d’une malpropreté dégoûtante. Son habitation peut presque se comparer à celle d’Hottentots(…) En général les paysans ont une mauvaise physionomie, stupide et brutale à la fois.  » (Malte Brun, 1831)
.
« La Basse-Bretagne, je ne cesserai de le dire, est une contrée à part qui n’est plus la France. Exceptez-en les villes, le reste devrait être soumis à une sorte de régime colonial . Je n’avance rien d’exagéré  » (Auguste Romieu, sous-préfet à Quimperlé, 1831). Ce même Romieu préco- nisait d’ailleurs des méthodes originales, « Créons, pour l’amélioration de la race bretonne, quelques-unes de ces primes que nous réservons aux chevaux et faisons que le clergé nous seconde en n’accordant la première communion qu’aux seuls enfants parlant le français  » .
.
« Croyez-moi, Monsieur, le catalan qui me faisait tant enrager n’est qu’un jeu d’enfant auprès du bas breton. C’est une langue que celle-là. On peut la parler fort bien, je crois, avec un  bâillon dans la bouche , car il n’y a que les entrailles qui paraissent se contracter quand on cause en bas breton. Il y a surtout l’h et le c’h qui laissent loin derrière la jota espagnole. Les gens qui parlent cette belle langue sont bons diables, mais horriblement sales(…) On voit dans les villages les enfants et les cochons se roulant pêle-mêle sur le fumier, et la pâtée que mangent les premiers serait probablement refusée par les cochons du Canigou.  » (Prosper Mérimée, lettre à Jaubert de Passa, 1835) .

Une remarquable constance de détestation qui survit tout le long du 19ème siècle :

« Le petit Breton est abandonné à lui-même dès qu’il peut marcher. A peine vêtu, malpropre, il patauge toute la journée par les chemins, mange à l’écart un morceau de pain noir, joue peu, ne parle pas(…) S’il a huit ans d’âge physiquement, il en a trois à peine pour le développement intellectuel….  » (Poitrineau, inspecteur d’académie à Vannes, Instruction, 1897).  « Les principaux traits de la race bretonne sont la malpropreté, la superstition et l’ivrognerie »
Manuel de géo,1929

En 1969 paraissait cette annonce dans l’Agriculteur de l’Aisne :

 « Nous vous demandons de faire connaître, avant le 8 janvier au syndicat betteravier, vos besoins en main d’oeuvre. Préciser la catégorie : Bretons, Italiens, Espagnols, Portugais, Marocains,…  »

Lire la suite

22 février 2018 ~ 0 Commentaire

kendal (quimper)

Kendal-Breizh-3

Mercredi 28 février, 18h00, place de la résistance à Quimper : Un rassemblement pour soutenir l’enclave démocratique kurde qui se bat au nord de la Syrie, est organisé à l’initiative de notre collectif « S’unir pour ne pas subir » Il sera aussi rendu un hommage à Kendal Breizh, brigadiste international, mort sous les bombardements turcs

Lire la suite

18 février 2018 ~ 0 Commentaire

rennes marche (cspsp)

refug

En marche pour l’égalité !

Depuis plusieurs mois, le Collectif de soutien aux personnes sans-papiers de Rennes s’est lancé dans une campagne d’occupations afin de demander l’application des grands principes,
A savoir :

- UN LOGEMENT POUR TOUS ET TOUTES
- LA LIBRE CIRCULATION ET LA LIBRE INSTALLATION DES ÊTRES HUMAINS
- L’ÉGALITÉ DE TRAITEMENT DES ÊTRES HUMAINS

Et en attendant :

- UN LIEU D’HÉBERGEMENT INCONDITIONNEL, OUVERT 24H SUR 24, TOUTE L’ANNÉE ET PARTOUT
- LA SUPPRESSION DES ACCORDS DE DUBLINS SUR LES DEMANDEURS-SES D’ASILE
- L’ARRÊT DU TRI DES MINEUR-E-S ISOLÉ-E-S ÉTRANGER-E-S ET LA SUPPRESSION DES TESTS OSSEUX QU’ON LEUR RÉSERVE

REJOIGNEZ-NOUS ! SOUTENEZ-NOUS !
Au moins pour revendiquer le minimum !

Le Collectif de soutien aux personnes sans-papiers de Rennes continue sa lutte en apportant sa contribution propre au large mouvement associatif qui est en train de se construire en France pour l’accueil des migrant-e-s.
Le Pouvoir politique harcèle les migrant-e-s ? Harcelons le Pouvoir !
Le Pouvoir politique chasse, enferme, expulse des êtres humains ? Occupons le Pouvoir !
Le Pouvoir politique réprime les êtres humains solidaires ? Marchons pour faire front et appeler à la solidarité !

STOPPONS LA MACHINE À FABRIQUER
DES SANS-PAPIERS ET DES PRECAIRES !

Macron et les autres n’ont pas retenu la leçon (de l’Histoire) : quand les frontières se ferment, les guerres fleurissent, le racisme sourit, le capitalisme s’enrichit, le patriarcat respire. Nous le savons et beaucoup d’êtres humains sont morts et meurent à cause de ça. Et nous voulons encore jouer avec le feu ? Tous les pays qui construisent des murs et rejettent des migrant-e-s finissent par voir l’extrême droite arriver ou revenir au Pouvoir. En Pologne, en Hongrie, en Autriche déjà. En France, on a eu le choix entre Macron et Le Pen…

huùm
ALORS MANIFESTONS POUR DEMANDER L’APPLICATION DU DROIT FONDAMENTAL À LA LIBRE CIRCULATION ET INSTALLATION, AU LOGEMENT, À L’ASILE ET À L’ENFANCE

EN MARCHE POUR L’ÉGALITÉ !
1 ÊTRE HUMAIN = 1 ÊTRE HUMAIN
SAMEDI 7 AVRIL 2018 À 15H

Lire la suite

18 février 2018 ~ 0 Commentaire

kendal breizh (le peuple breton + npa + le huff’ )

kendal breizh (le peuple breton + npa + le huff' ) dans Altermondialisme Kendal-Breizh-3

Kendal Breizh est tombé au combat, à Afrîn

La guerre au Rojava semble loin. Elle l’est beaucoup moins quand on apprend la mort de combattants que l’on connaît. Kendal Breizh, militant libertaire breton, est tombé.

L’émotion était vive au local de l’association des Kurdes de Rennes (Amara) en apprenant le décès de Kendal Breizh. Ce militant internationaliste, originaire de Bretagne, a été tué au cours d’un bombardement de l’armée turque contre le canton d’Afrîn où il s’était rendu après avoir lutté contre l’État islamique, d’abord à Raqqa puis dans la région de Deir-ez-Zor.

Brittophone, Kendal Breizh avait choisi dès son départ de communiquer avec différents médias militants en Bretagne pour témoigner de ce qu’il vivait. Le Peuple breton avait été de ceux-là. Aussi, il est tout à fait logique que lui soit rendu ici un hommage.

Anti-impérialiste, anti-fasciste, anti-sexiste et écologiste, favorable aux idées du municipalisme libertaire et au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, Kendal Breizh avait rejoint les YPG. Il avait suivi une formation, appris le kurmanji.

Depuis peu, il avait donné sa véritable identité à plusieurs amis restés en Bretagne et prévenu sa famille.

Lors de notre dernier échange, il nous avait expliqué (en breton) qu’« à côté d’Afrîn, les combats à Raqqa ha Deir-ez-Zor étaient faciles », qu’« Afrîn était beaucoup plus dur et plus dangereux » et que c’était la raison pour laquelle il avait décidé de faire savoir à quelques uns où il était. Une cérémonie à sa mémoire aura lieu d’ici peu en Bretagne.

Gael BRIAND 18 février 2018

http://lepeuplebreton.bzh/

Lire aussi:

Rojava : Vive la résistance d’Afrin ! (NPA)

Rojava : Afrin résiste à Erdogan (NPA)

.

Lire la suite

16 février 2018 ~ 0 Commentaire

rennes (npa)

arabe

Y-a- t’il encore une gauche arabe?

7 ans après les révolutions tunisiennes et égyptiennes de 2011 et l’embrasement populaire dans tout le monde arabe, la situation politique dans la région est dramatique : guerre civile en Syrie, dictature militaire en Égypte, effondrement de la Libye, guerre civile au Yémen, éclatement de l’Irak, régimes monarchiques ultra-conservateurs dans les pays du Golfe, poursuite de la colonisation et de l’occupation en Palestine…

Face à ces défis, les gauches arabes semblent marquer le pas face aux forces de l’islam politique.

Nous reviendrons sur la place des militant-e-s et des organisations de gauche dans les processus révolutionnaires arabes, les débats stratégiques qu’elles se posent, le déclin du nationalisme de type « nassérien » arabe… Face au pessimisme, décortiquer les situations douloureuses ne peut que faire du bien pour penser l’avenir et l’émancipation.

Facebook

Lire la suite

15 février 2018 ~ 0 Commentaire

jlm (lutte ouvrière)

jl m

Mélenchon fait les yeux doux aux militaires

La France insoumise (FI) a organisé une conférence de presse le 8 février pour commenter la nouvelle loi de programmation militaire.

Était-ce pour critiquer le gaspillage des milliards en faveur de l’armée alors qu’il y a tant de besoins à satisfaire dans ce pays et dans le monde ? Pas du tout !

Au contraire, Bastien Lachaud, jeune député de Seine-Saint-Denis, a estimé que l’augmen-tation des dépenses militaires était justifiée et constituait un rattrapage du sous investissement passé. Il n’a pas hésité au passage à verser une larme sur les soldats intervenant au Mali sans même disposer de vrais véhicules blindés… Quant à Mélenchon, présent lui aussi, il est surtout intervenu pour revendiquer l’achat de matériel français : Mélenchon approuve les interventions militaires en Afrique, mais les soldats doivent pouvoir tirer des balles tricolores !

Des politiciens comme ça, les militaires et les industriels de l’armement en redemandent.

Gilles BOTI 14 Février 2018

Lire la suite

13 février 2018 ~ 0 Commentaire

morlaix afrin (npa)

brest

Le rassemblement pacifique pro YPG samedi 10 février à Brest

Dans le cadre de la journée de solidarité avec Afrin, soutenue par la Coordination Nationale Solidarité Kurdistan, le NPA 29 appelle au rassemblement ce samedi 17 février à Morlaix devant le kiosque à 12H, afin de protester contre l’intervention militaire de la Turquie dans la région d’Afrin au Rojava.

Des militants rassemblés à Brest dimanche ont été agressés par une dizaine d’individus regroupés derrière un drapeau turc . Cette agression a fait 5 blessés dont 2 sérieusement parmi les Kurdes qui se sont interposés pour protéger les manifestants.

Le NPA, solidaire des Amitiés Kurdes de Bretagne et des victimes de cette agression , dénonce cette nouvelle provocation . Il condamne les déclarations du Président de la République Emmanuel Macron qui en traitant les kurdes syriens « de terroristes potentiels » ne peut qu’encourager de tels agissements.

Le NPA réaffirme sa condamnation de l’intervention militaire de la Turquie et sa solidarité avec Afrin. L’agression criminelle d’Erdogan doit être condamnée sans aucune ambiguïté

Lire la suite

11 février 2018 ~ 0 Commentaire

sinn fein ard fheis (jdd)

sinn fein

Sinn Fein fait partie de la gauche européenne

Mary Lou McDonald, celle qui remplace Gerry Adams à la tête du Sinn Féin

Mary Lou McDonald, une Dublinoise de 48 ans, a officiellement pris la tête du Sinn Féin (nationaliste, républicain) en Irlande samedi lors du traditionnel congrès, appelé « Ard Fheis » (Et prononcé « Ardèche » NdB). Unique candidate, elle succède à Gerry Adams, qui incarnait le parti depuis 1983.

Le Sinn Féin a été considéré pendant des décennies comme la vitrine politique de l’IRA (Armée républicaine irlandaise) dont les attentats anti-britanniques ou contre les protestants dans la province d’Ulster ont traumatisé le Royaume-Uni et l’Irlande. « J’ai grandi en regardant Gerry Adams à la télévision, jamais je n’aurais pensé un jour devenir son patron. » Née à Dublin, Mary Lou McDonald a été élevée à Rathgar, considéré comme l’un des quartiers les plus bourgeois de Dublin. Ce qui la différencie de Gerry Adams, d’extraction plus populaire, dont elle a pris la succession samedi.

Une femme controversée pour avoir défendu l’IRA

Elle fait des études de littérature anglaise, avant d’entrer en politique et de devenir, en 2004, la première représentante européenne du Sinn Féin au Parlement européen pour la République d’Irlande. Depuis 2011, elle est députée au Parlement (Dáil Éireann) pour la circonscription de Dublin-Centre.

Non sans humour, elle a déclaré : « Personne ne peut entrer dans les chaussures de Gerry Adams, ça tombe bien, j’ai apporté les miennes. » Mais cette femme réputée pugnace et courageuse, bien que controversée pour avoir défendu les terroristes de l’IRA, a pour très sérieuse mission de donner vie à deux aspirations : apporter au Sinn Féin une respectabilité tant recherchée, et se battre contre les partisans du Brexit. Afin que la province d’Ulster et la République d’Irlande restent unies au sein de l’Union européenne.

Karen Lajon 11 février 2018

http://www.lejdd.fr/

Lire aussi:
.

Irlande du Nord : les « malgré-eux » du Brexit

Comprendre le processus de paix (Libération Irlande)

Processus de Paix (Socialist Democracy)

Does Britain have a strategic interest in Ireland?

Commentaires:

Le Sinn Fein n’est pas « nationaliste », ce courant est représenté par le Fianna Fail au Sud et le SDLP au Nord celui-ci « middle class ». Or SF est « républicain » (en référence à la Révolution française) et s’adresse au petit peuple. Il est d’ailleurs dans le même groupe européen que PCF, Parti de Gauche et « Insoumis ».

Les trois derniers articles soulèvent la question du pourquoi les anglais restent en Irlande. Ils ont très bien « vendu » leur indifférence à la question. Or les sommes engagées pendant 30 ans et encore aujourd’hui, pour l’armée, semblent énormes, pour un pays « qui n’a aucun intérêt à rester »!

Enfin, Bernadette McAliskey a longtemps été proche de la LCR.

Lire la suite

11 février 2018 ~ 0 Commentaire

hdp turquie (jdd)

hdp

Quel est l’avenir du parti kurde face à Erdogan?

Le Parti démocratique des peuples (HDP) se réunit dimanche en congrès afin d’élire de nouveaux dirigeants et d’essayer de faire entendre sa voix, alors qu’il est en butte à une répression politique accrue.

Pour le parti prokurde, il s’agit de désigner un successeur au charismatique Sela- hattin Demirtas, emprisonné depuis novembre 2016.

« C’est surtout l’occasion de nous rassembler et d’essayer de trouver de nouveaux moyens de résister et de lutter contre la politique d’Erdogan », estime Ayhan Bilgen, député et porte-parole du HDP. La tâche est d’autant plus rude dans le contexte de l’offensive lancée le 20 janvier par l’armée turque contre les Kurdes de Syrie, dans le canton d’Afrin, au nord-ouest du pays.

Le HDP est le seul parti qui s’oppose à la guerre, et ses partisans en payent le prix.

En quelques semaines, plusieurs centaines de ses membres ont été arrêtés pour avoir critiqué l’intervention militaire sur les réseaux sociaux. Ils sont allés rejoindre derrière les barreaux les milliers de militants et d’élus du HDP, de plus en plus isolé sur la scène politique turque. La ferveur guerrière et nationaliste qui s’est emparée de l’opinion publique risque par ailleurs de compliquer les possibilités d’alliance électorale sans lesquelles ce parti doit se contenter de ses seules places fortes dans l’est du pays.

Cet écueil du repli sur sa base électorale, oubliant la gauche et les libéraux turcs dont les voix lui avaient permis de dépasser le seuil des 10% aux dernières élections de 2015, menace l’organisation kurde. Pour Ayhan Bilgen, « le HDP n’est pas un parti ethnique, et je crois que l’ensemble de la Turquie a besoin plus que jamais d’un parti qui se fasse l’écho du combat pour la démocratie et les droits de l’homme ».

Zeynep, l’une des militantes, parmi les 30.000 partisans à faire le déplacement à Ankara, estime pour sa part qu’il faut que le HDP « arrête de se concentrer sur les dynamiques électo- rales et se coordonne avec la société civile, les associations et les syndicats pour appeler les gens à se mobiliser, à descendre dans la rue ». Une stratégie risquée, à l’heure de l’état d’ur- gence. Le président Recep Tayyip Erdogan a prévenu ceux qu’il appelle les « traîtres ». « S’ils sortent dans la rue, ils le paieront très cher ».

11 février 2018

http://www.lejdd.fr/

Commentaire: Le HDP n’est pas seulement le parti des kurdes, il fédère des forces laïques, féministes et LGBTI, dont l’équivalent du NPA.

Lire aussi:

Parti démocratique des peuples (Wikipédia)

La liberté de dire « Non » (Inprecor)

Métamorphose idéologique du PKK (1/2)

Métamorphose idéologique du PKK  (2/2)

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin