Archive | Altermondialisme

16 mai 2017 ~ 0 Commentaire

landi c’est non!

landi 1

Lire la suite

15 mai 2017 ~ 0 Commentaire

fr tri (le peuple breton)

CharlieHebdoBreton

Comment çà, « On ne parle pas des bretons dans les médias »?

Faut-il inviter les « petits » candidats sur les plateaux de télévision ?

Faut-il inviter tous les candidats sur un plateau de télévision ? Lors de chaque élection, le débat est relancé et suscite des frustrations. Cinq des neufs candidats de la circonscription de Lorient inauguraient ce dimanche sur France 3 une série de débats sur différents thèmes. Aujourd’hui, « Mon député, et l’Europe ». Mais ni les communistes, ni EELV, ni – bien évidemment – le candidat de Oui la Bretagne / UDB sur cette circonscription, Gael Briand, n’étaient invités. Ce dernier réagit.

On comprend aisément la difficulté qui consiste à inviter l’ensemble des candidats sur un plateau de télévision. L’expérience du deuxième débat présidentiel a pourtant démontré qu’un débat réunissant onze candidats était tout à fait possible et qu’il était souvent plus riche que lorsque le média les pré-sélectionnait. Qu’un organe de presse privé (comme Ouest-France ou Le Télégramme) choisisse de favoriser tel ou tel candidat peut-être compréhensible (même si c’est tout aussi frustrant), mais quand une télévision publique comme France 3 n’invite qu’une partie des candidats, on est en droit de se demander ce qui motive les choix de la rédaction ? C’est justement ce que j’ai voulu savoir auprès de Robin Durand, l’animateur de génération politique.

À l’aune de cette réponse, d’autres questions se posent : la télévision « régionale » existe-t-elle ou n’est-elle qu’un décrochage parisien ? Faut-il avoir un porte-parole à Paris pour mériter d’être invité sur un plateau-télévision ? Suivant cette logique, Christian Troadec, principal challenger du député sortant sur la circonscription de Carhaix-Chateaulin, sera-t-il invité ? Pourquoi un candidat de Oui la Bretagne, quatrième liste aux dernières régionales, n’est-il pas invité sur le plateau ? Et enfin et surtout, y-a-t-il des contributeurs de la redevance télévision qui valent plus que d’autres ?

Une telle tribune peut être perçue de deux manières : soit elle apparaît comme la réaction d’un mauvais perdant (ou considéré comme tel), soit comme l’occasion de poser de nouvelles questions politiques et d’aborder le rôle des médias dans l’élection, ou non, d’un député. C’est sous cet angle que j’aimerais attirer l’attention. Car contrairement à ce que dit M. Durand, la crédibilité se forge justement grâce aux médias. Ce sont eux, par leurs choix de pré-selection, qui déterminent qui sont les candidats en mesure de gagner ou non. Sociologiquement, on sait pertinemment qu’un candidat qui est déclaré perdant d’avance n’est pas élu, n’a aucune chance de l’être. Les électeurs veulent que leur vote soit « utile » et chercheront toujours, sauf bien sûr les convaincus, à favoriser le moins pire des bons candidats. Combien d’électeurs potentiels de Philippe Poutou ont-ils voté Jean-Luc Mélenchon pour le voir arriver au second tour ? Combien d’électeurs potentiel de Benoit Hamon ont voté Emmanuel Macron pour le voir se qualifier ?

Le choix, en 1964, de créer Le Peuple breton partait du constat qu’il serait difficile pour l’UDB d’accéder à la presse. Visiblement, ce constat est toujours valable 53 ans plus tard. Cet épiphénomène médiatique est symptomatique de la centralisation française et de la nationalisation des débats.

Bien sûr, il était question ce dimanche matin de sujets locaux et il n’est pas question ici de la pertinence ou non des réponses apportées par les candidats sur le plateau. Mais les questions ont toutes été traitées par des candidats ayant des analyses hexagonales. Le résultat, c’est qu’aucun candidat n’a défendu une Europe fédérale, aucun candidat n’a parlé de son fonction- nement étatisé, aucun n’a abordé la question de la probable future indépendance de l’Écosse qui pourrait rebattre les cartes, y compris sur le volet pêche, aucun n’a évoqué le problème très français de non-distinction de la nationalité et de la citoyenneté…

En choisissant les candidats, les médias se privent donc d’analyses différentes et surtout en privent leurs téléspectateurs. J’espère simplement que mes collègues des autres circonscriptions seront mieux traités.

Gael BRIAND 14 mai 2017

http://lepeuplebreton.bzh

Lire la suite

15 mai 2017 ~ 0 Commentaire

brest vallons

IMG_2826

Hier 250 personnes ont marché du Dour Bras au Stang Alar pour protester contre le saccage de zones boisées par des projets immobiliers pas très « populaires ».

Il y a sur Brest 5 vallons en voie de bétonisation:

Le Costour (Wikipédia)

La ferme de Traon Bihan

La vallée du Restic (SEPNB)

Le vallon du Stang Alar (Facebook)

Le Dour Bras

Lire la suite

12 mai 2017 ~ 0 Commentaire

ceta (anti-k)

 ceta

Emmanuel Macron élu : nous ne le laisserons pas ratifier le Ceta !

Communiqué commun de la CGT, des Amis de la Terre, Attac et Foodwatch 

Emmanuel Macron sera le Président en charge de soumettre le Ceta à la ratification française. Le collectif Stop Tafta et Ceta rappelle qu’une consultation impliquant réellement les citoyen-ne-s est un impératif démocratique et lance, en amont des élections législatives, de nouveaux outils de mobilisation contre ce traité.

L’entrée en vigueur du Ceta, l’accord de commerce et d’investissement entre l’UE et le Canada, entraînerait des conséquences désastreuses et irréversibles sur la santé, l’agriculture, l’emploi, le climat, l’environnement et les services publics.

Les mécanismes de coopération réglementaire et de règlement des différends investisseur- Etat menacent profondément notre démocratie, en France et en Europe, déjà fragile. C’est pourquoi, loin de toute forme de repli sur soi [1], des pans entiers de la société civile dénon- cent depuis des mois les dangers du Ceta (associations, syndicats et syndicatsagricoles, parlementaires de différents bords politiques, etc.).

En décembre, la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme, autorité adminis- trative indépendante, a également émis de fortes inquiétudes [2]. Même la légalité de cet accord est contestée [3].

Une semaine avant son élection, Emmanuel Macron, qui a toujours défendu le Ceta lorsqu’il travaillait auprès de François Hollande. Comme ministre de l’Economie, a dit qu’il entendait désormais les « doutes » et les « incertitudes ». Il commanderait donc à une commission d’experts un rapport sur les « conséquences environnementales, sur la santé, de cet accord » et qu’il s’engageait à revenir vers la Commission Européenne et les Etats membres pour, le cas échéant, « faire modifier ce texte » en fonction des conclusions de cette commission.

Le Collectif Stop Tafta et Ceta, qui travaille depuis des années à décrypter ces accords et à mobiliser face à leurs dangers, insiste sur l’urgence : 90% du texte du Ceta va entrer en vigueur dès cet été [4] et le texte n’est plus amendable : un État membre ne peut que le rejeter intégralement, ce que nous demandons.

Une consultation sur la ratification impliquant réellement les citoyen-ne-s est un impératif démocratique.

Afin de faire barrage à la ratification par la France de ce traité toxique, le collectif Stop Tafta et Ceta lance de nouveaux outils de mobilisation :

  • Il appelle les citoyen-ne-s et les organisations locales ou nationales à s’engager contre le Ceta en signant l’initiative « Stop Ceta » sur www.stop-ceta.fr ;
  • il invite à interpeller les candidat.e.s aux élections législatives pour qu’ils et elles se positionnent sur www.legislatives-ceta.fr, afin d’éclairer le choix des électeurs et de mobiliser la future assemblée nationale sur le sujet.

Alors que la Commission européenne négocie actuellement d’autres accords de libre-échange présentant le même type de menaces (avec le Japon, le Mexique, le Viêt- nam, les pays du Mercosur, etc.) et que les discussions avec les Etats-Unis sur le Tafta pour- raient reprendre prochainement, le nouveau Président et les futur-e-s député-e-s devront, s’ils ou elles veulent endiguer la défiance vis-à-vis des institutions européennes, mettre enfin un terme à cette politique commerciale qui place l’intérêt des multinationales au-dessus de l’intérêt général.

Montreuil, le 11 mai 2017

http://www.anti-k.org/

Lire aussi:

Stop TAFTA & CETA : nous nous battons des deux côtés de l’Atlantique, au-delà des frontières nationales !

Ne sacrifions pas les droits de l’homme aux intérêts commerciaux

CETA : saisine inédite du Conseil constitutionnel

Lire la suite

11 mai 2017 ~ 0 Commentaire

lannion palestine (afps)

afps.

Palestine : Rassemblement de l’AFPS à Lannion samedi

L’AFPS Trégor organise un rassemblement citoyen de solidarité samedi 13 mai à 11h sur le parvis de la mairie. « Depuis le 17 avril, plus de mille prisonniers politiques palestiniens ont entamé une grève de la faim à la suite de Marwan Barghouti, souvent présenté comme le « Mandela palestinien ». Leurs revendications portent sur l’amélioration de leurs conditions de détention, dénoncées entre autres par Amnesty International », précise un communiqué.

 Lien : www.france-palestine.org/-Actualites-

11/05/2017 Erwann Hirel

http://www.letregor.fr/

Lire la suite

11 mai 2017 ~ 0 Commentaire

sécheresse 22 (ouest france)

 secheresse

Dans les Côtes-d’Armor, l’eau souterraine à un niveau historiquement bas

La préfecture des Côtes-d’Armor a annoncé mercredi une nouvelle série de restrictions, les nappes d’eau souterraines ayant atteint « un niveau historiquement bas pour un mois de mai » en raison de la sécheresse prolongée.

« Depuis avril 2016, le déficit pluviométrique est de l’ordre de 320 mm sur le département, ce qui représente sur cette période -36 % de pluie par rapport à une année normale« , écrit dans un communiqué la préfecture au lendemain de la réunion d’un comité sécheresse. »Les mesures prises dès janvier ont permis de reconstituer les stocks d’eau dans les principa- les retenues départementales. Toutefois, les pluies de cet hiver n’ont pas permis de recharger les nappes d’eau souterraines, qui présentent un niveau historiquement bas pour un mois de mai« , poursuit le communiqué. Ainsi, les débits des cours d’eau depuis cet automne sont « les plus bas jamais observés et sont très largement inférieurs aux années de référence dites « sèches » comme 1976, 1990, 2003 ou encore 2011« .

De nouvelles mesures de restrictions

« Même si les stocks actuels dans les barrages permettent de satisfaire les besoins en eau à moyen terme« , les autorités jugent « nécessaire d’anticiper une éventuelle prolongation de la sécheresse« . A ce titre, de nouvelles mesures de restrictions ont été validées mardi par le  comité sécheresse comme l’interdiction de vider et remplir les piscines familiales, d’arroser les pelouses et massifs floraux publics ou privés, les potagers familiaux entre 8 heures et 20 heures ou encore l’interdiction d’irrigation agricole entre 8 heures et 20 heures.

LH  10/05/2017
Commentaire: C’est le moment de pomper les nappes phréatiques!

Lire la suite

11 mai 2017 ~ 0 Commentaire

douarnenez algues vertes (ouest france)

cochon

 Agir avant qu’il ne soit trop tard ?

Pour l’association Baie de Douarnenez Environnement, qui émane d’Eau et rivières de Breta- gne, les dizaines de réunions du schéma d’aménagement et de gestion des eaux (Sage), des milliers de pages et une concertation de deux ans n’ont abouti qu’à proposer… d’appliquer la loi. L’association regrette qu’aucune pression réglementaire ne s’exerce sur « ceux dont l’activité est à l’origine de pollutions graves ».

L’association Baie de Douarnenez Environnement estime que le plan d’aménagement et de gestion durable de la ressource en eau n’est pas à la hauteur de l’enjeu environnemental.

L’association pointe du doigt les agriculteurs adeptes des pesticides, ainsi que les éleveurs, notamment de porcs. D’après Jean Hascoët, président de l’association, il y aurait 400 000 cochons autour de la baie, soit la moitié de la population humaine… du Finistère. Et les tonnes de lisier qu’ils produisent, riches en azote et phosphates, sont déversé sur les terres agricoles.

Et alors: l’azote n’est-il pas essentiel à la croissance des plantes ? Oui. Et l’opération devrait être un cercle vertueux: à condition de ne pas dépasser le seuil d’absorption des sols, qui diminue quand il pleut et que l’épaisseur de terre est faible, comme c’est la cas dans le Finistère. Le surplus se retrouve alors dans les nappes phréatiques du territoire, dans les cours d’eau, et, in fine, dans la mer. On parle alors d’eutrophisation : ce qui signifie qu’il y a trop de nutriments dans le milieu. Cette saturation a une couleur : le vert.

Plages d’algues vertes : futures zones mortes ?

En plus de leur nocivité pour les animaux et les êtres humains quand elles entrent en putré- faction, certains indices invitent à penser qu’elles pourraient aussi étouffer la biodiversité marine. L’Etablissement public de gestion et d’aménagement de la baie de Douarnenez (Epab), en charge du Schéma d’aménagement et de gestion des eaux (Sage), a intégré cet enjeu.

Il veut certes avant tout garantir la baignade et l’image du littoral (tout en intégrant la problé-matique de la biodiversité), mais les objectifs ont le mérite d’être chiffrés : baisser le taux de nitrates de mai à septembre dans les 21 cours d’eau du territoire sous les 15 mg/l d’ici 2027. « Insuffisant, clame Jean Hascouët, il faudrait passer sous les 10… »

Tout repose sur la volonté des acteurs agricoles

La transition vers un modèle d’élevage moins intensif, sur paille et non sur caillebottis, pourrait limiter la production d’azote. L’arrêt du labour, lui aussi, pourrait limiter les écoulements. Ce sont les deux objectifs fixés par le Sage, mais les progrès ne dépendent que du bon vouloir des acteurs des filières agricoles…

11/05/2017 Audric GUERRAZZI.

http://www.ouest-france.fr/

Commentaire: Les paysans responsables, certes, et les banques? C’est aussi un problème de dette et de fuite en avant…

Lire la suite

10 mai 2017 ~ 0 Commentaire

sdn (kerne)

sdn kerne

Lire

Site

Lire la suite

10 mai 2017 ~ 0 Commentaire

guingamp (nuit debout)

gwenn

Venez nous soutenir à 8h15 devant le tribunal de GUINGAMP, il y aura café et petits pains pour les premiers arrivés

Facebook

Lire la suite

09 mai 2017 ~ 0 Commentaire

vallons (change)

vallons (change) dans Altermondialisme

.

Marchons pour les vallons !

Depuis quelques années, on voit dans Brest se lancer des projets immobiliers à proximité, voire même dans les espaces boisés protégés ou remarquables comme le vallon du Dour Braz, ou celui du Stang Alar.

Ces vallons, avec leurs espaces boisés classés, sont les poumons verts de Brest, celui du Stang Alar accueille plus de 350.000 visiteurs par an, et fait la fierté de Brest et de ses citoyens.

Des espèces protégées y sont observées : écureuils roux, mésanges, roitelets huppés, salamandres, chevreuils… Le grignotage des espaces boisés altère leurs corridors biologiques.

Dimanche 14 mai nous vous invitons à marcher (environ 1h30) pour découvrir ou redécouvrir ces espaces naturels au cœur de la métropole, et comprendre les risques que leur font courir ces projets immobiliers démesurés.

Départ au Dour Braz à 15h00, arrivée au Stang Alar (chemin de PenHelen) vers 16h30. Relais possible au boulodrome du Moulin Blanc.

Association CLOS DU STANGALAR

8 mai 2017

https://www.change.org/

brest

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin