Archive | Altermondialisme

13 avril 2017 ~ 0 Commentaire

lisier (eaux et rivières)

eau e

Nos rivières anéanties par le lisier

5 espèces de poissons détruites : saumon, truite, chabot, loche, vairon. Arrêt du pompage, interdiction de pêche, de baignade, 13 kms du Jaudy sont aujourd’hui anéantis

7 km de la Flêche, merveilleuse rivière à truites de mer du nord Finistère, 13 km au minimum du Jaudy, rivière à truites et à saumons du nord ouest des Côtes d’Armor.

En quelques heures, des milliers de poissons morts, des cours d’eau anéantis pour plusieurs années, des millions d’euros d’argent publics investis en vain pour lutter contre la pollution, restaurer les milieux aquatiques, faire remonter truites et saumons.

Coupables : des élevages porcins: des dizaines de m3 de lisier déversés dans la Flêche et le Jaudy, provoquant arrêt des pompages d’eau par les collectivités et mortalités des poissons : chabots, lamproies de planer, vairons, truites fario, truites de mer, saumons, tout est détruit !

Vanne non fermée dans un cas, un mur qui s’écroule dans l’autre, sans doute la faute à pas de chance…

En ces temps où il est de bon ton de critiquer les normes, de contester les contrôles, de réclamer plus de liberté pour encore aggraver la concentration des élevages dans notre région, chacun appréciera !

Eau & Rivières de Bretagne va en tout cas demander des comptes et des expli-cations.

Des comptes sur les contrôles effectués avant ces pollutions dans les élevages concernés. Des explications sur leur conformité aux règles en vigueur. Car soit elles sont conformes et les règles sont insuffisantes, soit elles n’ont pas été respectées, et la justice devra alors s’exercer.

Car, au moment où la Bretagne se souvient 50 ans après de la terrible marée noire du Torrey Canyon, la marée brune de ces jours derniers constitue à l’échelle des bassins de la Flêche et du Jaudy, un désastre écologique de la même ampleur.

http://www.eau-et-rivieres.asso.fr/

eau

Lire la suite

12 avril 2017 ~ 0 Commentaire

la conf’ (ouest france)

conf

conf

Lire la suite

12 avril 2017 ~ 0 Commentaire

venezuela (a l’encontre.ch)

memel

Quand on pouvait encore rigoler!

Venezuela une lutte sans quartier entre qui et qui ?

Ce qui se passe actuellement au Venezuela n’a pas le moindre rapport avec une «révolution» ou avec le «socialisme», ni avec la «défense de la démocratie», ni même avec la sempiternelle «réduction de la pauvreté», pour s’en tenir à l’énumération des arguments que l’on brandit à tout bout de champ. On pourrait mentionner le mot «pétrole» et nous serions plus proches de la vérité. Mais les faits indiquent d’autres inflexions.

Nous sommes en présence d’une lutte sans quartier entre une bourgeoisie conservatrice qui a été écartée du contrôle de l’appareil d’Etat, mais qui maintient toutefois des liens avec l’Etat actuel, et une bourgeoisie émergente qui utilise l’Etat comme un levier d’«accumulation primitive».

Ce n’est pas la première fois que cela arrive dans nos courtes histoires.

C’est ce que furent nos guerres d’indépendance: la lutte entre les «godos» (les monarchistes espagnols affublés du nom de «goths», depuis les guerres d’indépendance hispano-améri- caines, grosso modo entre 1810 et 1833) et l’émergente oligarchie «créole» qui utilisa le contrôle de l’appareil d’Etat pour légaliser l’usurpation des terres des peuples indigènes.

Ces « créoles » s’appuyaient sur les puissances coloniales britannique et française qui étaient en concurrence avec l’Espagne décadente pour le contrôle des colonies émancipées avec la même logique que ceux qui s’appuient sur la Chine, (y compris des conservateurs comme Macri), face à l’imparable décadence états-unienne.

La faible bourgeoisie créole enfourcha la mobilisation des peuples (Indiens, Noirs et secteurs populaires) pour vaincre la puissance espagnole.

Elle a concédé l’émancipation des esclaves avec les mêmes objectifs que se donne aujourd’hui la nouvelle bourgeoisie quand elle applique des politiques sociales censées réduire la pauvre- té. Dans les deux cas, ceux d’en bas continuent à se retrouver dans les sous-sols, en tant que main-d’œuvre bon marché, sans qu’ils puissent bouger le moins du monde de l’endroit où ils sont confinés.

Article publié dans Brecha, hebdomadaire uruguayen, le 7 avril 2017)

http://alencontre.org/  10 – avril – 2017

Lire la suite

12 avril 2017 ~ 0 Commentaire

marés vertes (ae2d)

algues vertes

Qui ne veut pas en finir avec les marées vertes et leur danger mortel ?

C’est à Saint-Michel-en-Grève en 2009, après la mort d’un cheval et l’intoxication de son cavalier, événement médiatisé par nos associations, que Monsieur Fillon, alors Premier Ministre avait lancé les Plans Algues Vertes pour en finir avec cette pollution toxique.

Après cinq ans de mise en oeuvre de ces plans, pour la première fois depuis 47 ans nous venons de vivre une année pleine de marées vertes en Baie de Lannion. Le répit hivernal n’a pas eu lieu, ici comme ailleurs. Comment mieux montrer que ces plans ont échoué ?

Pourquoi ? Une seule explication, la complicité entre les pouvoirs publics et la FNSEA pour conserver le statu quo dans les cultures intensives.

Aucun scénario de rupture des pratiques agricoles polluantes actuelles n’a été même envisa- gé, comme la généralisation de la culture sur herbe et le passage à l’agriculture biologique. Le résultat est connu : la persistance des marées vertes sur les côtes bretonnes et les dangers qui vont avec.

Un joggeur est encore mort dans l’estuaire du Gouessant le 8 septembre 2016, après le décès de Thierry Morfoisse en 2009 et déjà celui d’un autre joggeur en 1989. Et, comme dans les pires propagandes, cet échec est présenté comme un succès! Aussi, ces mêmes responsables ont décidé de reconduire intégralement ces plans quinquennaux.

Lundi 17 avril, à Saint-Michel-en-Grève brisons l’omerta sur cette volonté politique de ne pas en finir avec les marées vertes, quitte à les valoriser, et quitte aussi à exposer
un enfant ou un adulte à une intoxication mortelle à l’hydrogène sulfuré.

st michel

Rendez-vous près de l’Hôtel de la Plage,  lundi  17 h

Participez avec Monsieur le Ministre de la Guerre contre les Marées Vertes à sa stratégie contre cette pollution si peu ennemie, avec le succès que l’on connaît.

N’attendez pas les élections. Ne vous taisez plus. Soyez les acteurs du changement.

Exigeons la fin des marées vertes.

Exigeons justice pour une de ses victimes, Thierry Morfoisse.

Communiqué de « Halte Aux Marées Vertes – Sauvegarde du Trégor »

Mardi 11 avril 2017

http://www.ae2d.infini.fr/

Lire la suite

11 avril 2017 ~ 0 Commentaire

le voile (slate)

brernie

Bernie Sanders étreint une étudiante musulmane..

Le voile, un symbole de 3.000 ans de machisme religieux

Depuis des années, tout le monde parle du voile, de plus en plus de personnes portent le voile, pas seulement à Bamako ou au Caire, mais aussi à Londres, Paris ou New York. Symbole religieux ou signe religieux? Que signifie ce carré de tissus qui met la planète en émoi? Intrigué par autant de questions, j’ai décidé de consacrer quelques semaines de mes vacances à compulser  les livres d’histoire religieuse pour remonter aux racines du signe, pour ne pas dire du mal.

Et là, en remontant au plus loin des traces écrites des civilisations antiques, en fouillant dans les annales des histoires sumériennes, j’ai  découvert avec stupéfaction que le voile découle à l’origine d’une illusion optique. En effet, une croyance sémitique très ancienne attestée en Mésopotamie, considérait la chevelure  de la femme comme le reflet de la toison pubienne!

«Les prostituées ne seront pas voilées»

Donc, il a fallu très tôt lui couvrir la tête, afin de lui occulter le sexe! Cette croyance était si répandue dans les pays d’Orient, notamment en Mésopotamie, qu’elle a fini par avoir force de loi. Aussi, le port du voile est-il rendu obligatoire dès le XIIe siècle avant J.-C. par le roi d’Assyrie, Teglat Phalazar Ier: «Les femmes mariées n’auront pas leur tête découverte. Les prostituées ne seront pas voilées.»

C’était dix-sept siècles avant Mahomet et cela se passait en Assyrie, l’Irak d’aujourd’hui.

Dans la Bible hébraïque, on ne trouve aucune trace de cette coutume, cependant la tradition juive a longtemps considéré qu’une femme devait se couvrir les cheveux en signe de modestie devant les hommes.

Le voile comme instrument de ségrégation pour l’Eglise

Il faudra attendre l’avènement du christianisme pour que le voile devienne une obligation théologique, un préalable à la relation entre la femme et Dieu. C’est saint Paul qui, le premier, a imposé le voile aux femmes en avançant des arguments strictement religieux. Dans l’épître aux Corinthiens, il écrit: «Toute femme qui prie ou parle sous l’inspiration de Dieu sans voile sur la tête, commet une faute identique, comme si elle avait la tête rasée. Si donc une femme ne porte pas de voile, qu’elle se tonde; ou plutôt, qu’elle mette un voile, puisque c’est une faute pour une femme d’avoir les cheveux tondus ou rasés.»

Et plus loin:

«L’homme, lui, ne doit pas se voiler la tête: il est l’image et la gloire de Dieu, mais la femme est la gloire de l’homme. Car ce n’est pas l’homme qui a été tiré de la femme, mais la femme de l’homme, et l’homme n’a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l’homme. Voilà pourquoi la femme doit porter sur la tête la marque de sa dépendance.» L’Eglise s’en servira à l’égard des femmes, pour les considérer comme des créatures inférieures par nature et selon le droit.

On voit qu’à l’origine, le voile est utilisé comme un instrument de ségrégation qui fait de la femme un être inférieur, non seulement vis-à-vis de l’homme mais aussi de Dieu.

Il est intéressant de noter que ce passage des Corinthiens est repris aujourd’hui par la plupart des sites islamistes qui font l’apologie du foulard.

.

Pour lire la suite sur l’islam

.

Lire la suite

11 avril 2017 ~ 0 Commentaire

syrie (libération)

bach.jpg

Syrie : la tache de Mélenchon (Libération)

Le candidat de La France insoumise fait fausse route sur la question de la crise syrienne, et son passage au JT de France 2, vendredi, l’a encore prouvé.

«M. Trump intervient, que croyez-vous qu’il va résulter de cette intervention ? Rien, sinon une escalade de nouveau, alors que là, on croyait qu’on s’acheminait vers…» (Vendredi, sur le plateau du 20 heures de France 2). Vers quoi ? Dommage que Jean-Luc Mélenchon n’ait achevé sa phrase.

Vers un écrasement des poches de rébellions au nord, dans la province d’Idlib, la reconquête totale du territoire, par ailleurs impossible sans l’appui décisif indispensable de la Russie, de l’Iran et des milices chiites financées et armées par celui-ci ainsi que du Hezbollah, comme le prônait encore Bachar al-Assad dans un entretien accordé à un journal croate, où il déclarait ne pas croire aux négociations ni de Genève ni d’Astana. C’est vers cela, donc, que Jean-Luc Mélenchon souhaitait qu’on s’achemine : des négociations le couteau sous la gorge avec une opposition de l’extérieur divisée et réduite à l’impuissance, des milices armées au nord dans l’attente d’offensives et bombardées, et un front sud redoutant le même sort ?

Il faut rappeler que le candidat de la France insoumise n’était pas à son coup d’essai, lui qui déclarait en  février 2016 qu’il était favorable à l’intervention russe en Syrie, car, selon lui, Vladimir Poutine allait «régler le problème» en élimant Daech. Au passage, il remettait en cause le fait que les frappes russes se concentrent davantage sur les rebelles que sur l’Etat islamique. La preuve de son erreur : Alep est tombé, mais Raqqa  non. L’unilatéralité des Etats-Unis qu’il condamne ne le gêne pas quand il s’agit de celle des Russes.

Obstruction

De même, le droit international qu’il brandit comme un étendard («que les Nations unies s’en mêlent, c’est la seule autorité légitime mondiale») alors qu’il ne l’a pas défendu lorsque le secrétaire général de l’ONU de l’époque, Ban Ki-moon, dénonçait en septembre 2016 les crimes de guerre commis à Alep par le régime syrien bombardant délibérément des hôpitaux avec l’appui de son parrain russe.

De même que l’obstruction systématique menée par la Russie au Conseil de sécurité de l’ONU, les deux derniers blocages de résolutions datant du 8 octobre 2016 et du 28 février 2017, ne semble pas perturber celui qui se drape dans la légitimité internationale. Il préfère se complaire dans des «pudeurs de gazelle» quand il déclare, donnant du grain à moudre aux conspirationnistes de tous bords, que le responsable de l’attaque chimique doit être condamné qu’il s’agisse «du gouvernement de Bachar al-Assad, des Russes, des Américains, d’Al-Nosra, d’Al-Qaeda», alors que selon la représentante de la commission d’enquête de l’ONU sur la Syrie, Carla Del Ponte, la responsabilité du régime est certaine. En outre, l’indéfectible soutien iranien du régime ne l’a pas exonéré de toute responsabilité, en ne niant pas l’implication des forces armées de Bachar al-Assad.

Révolution

Mais le plus grave, c’est que Jean-Luc Mélenchon n’ait jamais eu un mot pour les Syriens, et ce depuis des années. Certes, pour justifier les bombardements sur Alep au prétexte qu’Al-Nosra était affilié à Al-Qaeda qui avait revendiqué les attentats de Charlie Hebdo.

Mélenchon nous avait habitués à plus de subtilité qu’un pauvre syllogisme qui ne résume pas la complexité et la plasticité des alliances entre milices armées pour se maintenir sur le terrain. Il fait l’impasse sur les civils qui composent avec ces groupes armés. Le candidat devrait lire les travaux de Gilles Dorronsoro et son équipe (Syrie, anatomie d’une guerre civile) ou de Thomas Pierret, et voir le documentaire 300 Miles du jeune réalisateur syrien Oroa al-Moqdad, tourné à Alep entre 2013 et 2015, pour comprendre cette complexité.

Il n’a pas eu non plus un seul mot pour la répression terrible qui s’est abattue d’emblée sur un soulèvement populaire, pas plus d’ailleurs pour les conseils locaux menant des expériences de démocratie réduites à néant par la répression, se contentant de dire que «des crimes, là-bas [en Syrie, ndlr], beaucoup de gens en commettent», sans revenir sur la responsabilité du régime dans la militarisation et de la confessionnalisation de la crise. Que des Syriens parlent encore aujourd’hui de révolution, le candidat de La France insoumise s’en moque et ne la conçoit pas pour eux. Inquiétant.

.

.
À lire aussi :
.
.
.
Commentaire:
.
L’illustration:  Le site « Regards » anciennement PCF, semble être à  « Ensemble! » un petit groupe dirigé par Clémentine Autain, membre de l’ex-Front de Gauche (avec des morceaux de l’ex LCR et du NPA dedans) qui soutient Jean Luc Mélenchon.

Lire la suite

10 avril 2017 ~ 0 Commentaire

a manca (corse)

 stc

Manif du Syndicat des Travailleurs Corses

Présidentielles 2017 : Position d’A Manca

Cette consultation électorale s’inscrit dans un ensemble institutionnel auquel nous ne conférons aucune légitimité. Que ce soit pour ce temps électoral où d’autres consultations du même ordre, notre analyse est et demeure identique. La « démocratie » par délégation de pouvoirs, donc hors de toute maîtrise populaire, conduit immanquablement aux mêmes résultats, lesquels se traduisent par une déconnexion à termes entre les élus et les électeurs.

Ces mécanismes ne sont pas dus au hasard. Les classes dominantes, les milieux de la finance et leurs personnels politiques maintiennent leur pouvoir, en Corse comme ailleurs, par les moyens d’un système économique, culturel, législatif et politique dont le parlementarisme et la permanence de l’état sont les pierres angulaires.

Le droit à l’autodétermination du peuple Corse n’est pas soluble dans les institutions de la France. A l’exception notable du candidat présenté par le NPA, aucun autre postulant, ne s’accorde à reconnaître ce droit inaliénable.

La permanence de l’existence d’un courant objectivement néo-fasciste est instrumentalisée comme un repoussoir et ce dans la perspective pathétique d’un front républicain. Ces manœuvres destinées à manipuler « l’opinion publique » sont condamnables autant qu’hypocrites. Les thèmes du FN et de ses sous produits locaux ont largement débordés de leurs frontières. Le tout sécuritaire, la régulation des flux migratoires et un nationalisme de tous les instants, sont désormais au cœur des programmes, aussi bien des sociaux libéraux que du populiste Mélenchon.Le scénario immanquable du deuxième tour confirmera cette analyse.

L’éradication de la gangrène fasciste ne peut se produire qu’en rupture avec un « modèle » économique qui conduit au désespoir et aux pires des tentations celles et ceux qui en subis- sent les effets.

Les migrants ne sont en rien responsables d’un chômage délibérément entretenu. Ce chômage est un formidable moyen de pression dont le but est de faire baisser la rémunération de la force de travail. Il est aussi marqué par la mise en concurrence des travailleurs comme un instrument majeur destiné à affaiblir leurs capacités de résistance.

Le racisme et la xénophobie sont également des poisons qui divisent le monde du travail et participent de son aliénation au système encore dominant.

L’islamophobie galopante qui tente de confondre tous les musulmans et les assassins de la sphère islamo-totalitaire, en est aujourd’hui une, parmi les manifestation les plus visibles.

Seul un projet politique en rupture radicale avec le capitalisme peut donc mobiliser le monde du travail et ainsi éviter à notre société de basculer dans le néant. Tous les tentatives d’aménagement et/ou de régulation de ce système échoueront comme elles ont toujours échouées dans l’histoire.

L’avenir de notre société ne dépend en aucun cas, ni d’un homme « providentiel » pas plus que de l’exercice individuel et solitaire du vote. Seules les mobilisations collectivement maîtrisées peuvent ouvrir des perspectives.

Nous savons cependant que cette maturation politique ne se décrète pas et qu’elle sera le fruit des expériences menées par le monde du travail et donc à une élévation des niveaux de conscience. C’est à cette tâche que notre mouvement s’est attelé, notamment en mettant aux débats un projet de citoyenneté pour la Corse du 21ème siècle.

A celles et à ceux qui se rendront aux urnes malgré tous leurs doutes et leurs préventions, en particulier à celles et ceux des classes populaires, nous lançons un appel : Seul le bulletin pour Philippe Poutou du NPA peut alors avoir une signification, à la fois de classe et pour le droit à l’autodétermination.

Demain une fois passée l’agitation électoraliste, nous vous donnons rendez vous dans les luttes, pour la défense des intérêts collectifs de la classe des travailleurs de Corse et pour l’édification d’une société débarrassée de toutes les formes d’aliénation.

Pour un socialisme démocratique et autogestionnaire dans une Corse maîtresse de son histoire.

 10 avril 2017  a manca

http://www.a-manca.net/

Lire la suite

10 avril 2017 ~ 0 Commentaire

macron nddl (rp)

affiche_nddl_12.02-1

Macron sur Notre-Dame-Des-Landes : « Je ferai évacuer la zone »

Emmanuel Macron a déclaré jeudi dernier que, s’il est élu Président, et qu’au bout de six mois aucun accord n’a été trouvé, il ferait évacuer la zone occupée contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Invité de l’Emission politique sur France 2, ce jeudi 6 avril, Emanuel Macron s’est plus claire- ment positionné sur le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

Le candidat d’En Marche ! a indiqué qu’il n’allait pas « arriver et envoyer les militaires » tout de suite, qu’il nommerait tout d’abord un « médiateur » qui « calmera les choses ». Il a cependant ajouté que « Si au bout de six mois, je n’arrive pas à convaincre, je prendrai mes responsa- bilités et je ferai évacuer la zone », il s’agit donc d’un repositionnement de la part du candidat à la présidentielle qui avait, en février dernier, écarté l’idée d’une évacuation des militants opposés à l’aéroport.

Le candidat à la présidentielle s’est justifié par le vote qui a eu lieu en juin 2016 : « Mon souhait est de le respecter et de faire l’aéroport ». Rappelons que ce vote cachait de fortes disparités : tandis que les communes les plus éloignées du futur aéroport avaient voté « oui », les villes limitrophes avaient émis un rejet franc et massif du projet. Le périmètre du référendum avait en effet été méticuleusement choisi pour que le « oui » l’emporte.

Un des principaux arguments pour la construction d’un nouvel aéroport reposerait sur le constat selon lequel l’actuel aéroport Nantes-Atlantique serait saturé, ce qui est faux car l’aéroport de Nantes ne compte que 48 000 mouvements d’avions commerciaux par an, tandis que l’aéroport de Grenoble, qui ne possède également qu’une seule piste, en compte 170 0000. De plus, la construction du nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes serait un véritable désastre écologique, qui pourrait causer la destruction de 1 200 hectares de zones humides, réservoirs de biodiversité.

Les habitants et les paysans, nombreux et actifs, qui résident sur les terres agricoles sur lesquelles Vinci veut imposer le nouvel aéroport, risquent d’être expulsés malgré la lutte acharnée qu’ils mènent depuis le début de projet.

La déclaration d’Emmanuel Macron est un élément de plus prouvant l’hypocrisie de son programme écologique, qui, malgré de belles paroles, est un flou d’ambiguïtés et d’incohérences. Se présentant comme le grand rassembleur, le candidat espère surfer sur un esprit de « conciliation » entre les deux camps, mais s’il est élu, il sera sans l’ombre d’un doute un soutien déterminé aux projets des grandes entreprises et du grand patronat tels que Vinci, contre ceux des populations locales.

Le candidat d’En Marche ! souhaite en réalité, par cette déclaration, affirmer son autorité et son « sérieux » pour les classes dominantes, et surtout se démarquer du gouvernement d’Hollande, qui malgré quelques tentatives d’attaques, n’a su résoudre définitivement le problème que pose la ZAD et la résistance qui s’y est exprimée pour les projets de Vinci.

Enora Lorita vendredi 7 avril

http://www.revolutionpermanente.fr/

Lire la suite

10 avril 2017 ~ 0 Commentaire

presse (bastamag)

presse

Le pouvoir d’influence délirant des dix milliardaires qui possèdent la presse française

Dix milliardaires ont pris le contrôle d’une grande partie des médias français. Ces oligarques, venus du BTP, de l’armement, du luxe ou de la téléphonie, ont accaparé les grands quotidiens nationaux, les chaînes de télévision et les radios, pour asseoir leur influence. Avec à la clé, conflits d’intérêts, censures, pressions, licenciements, ingérence malsaine…

Cette concentration des moyens de production de l’information entre les mains de quelques uns met en péril l’indépendance de la presse dans notre pays. Et porte ainsi atteinte au fonc- tionnement démocratique.

Comment garantir la liberté de l’information et le pluralisme de la presse ? Résumé d’une situation critique, à l’occasion de la campagne #LibertéEgalitéInformés.

À qui appartient la presse française ?

Le secteur de la presse en France est un grand Monopoly. Tout s’achète, tout se vend, les journaux, les télés, les radios. Quelques milliardaires se partagent le gâteau. Résultat : 90 % des quotidiens nationaux vendus chaque jour appartiennent à 10 oligarques ! D’après les calculs de Basta !, les mêmes possèdent des télévisions et radios qui totalisent respectivement 55% et 40% des parts d’audience [1]. Vous avez donc une grande probabilité de lire, regarder ou écouter chaque jour des médias qui appartiennent à ce petit cercle de milliardaires.

Agnès Rousseaux 5 avril 2017

Lire la suite

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

Lire la suite

10 avril 2017 ~ 0 Commentaire

stop linky (le télégramme)

stop linky

Stop-Linky. Deux réunions d’information cette semaine

Il concentre toutes les critiques : intrusion dans la vie privée, exposition au rayonnement, impacts sur la santé, etc. Le compteur Linky s’impose pourtant un peu plus dans les communes bretonnes, avec déjà 300.00 installations.
.
Le collectif Stop-Linky Pleyben-Châteaulin-Porzay, en collaboration avec celui de la presqu’île de Crozon et de l’Aulne maritime, organise deux réunions d’information, suivies d’un débat.
.
Notamment au programme, les avantages, les coûts, la confidentialité, la légalité et l’impact sur la santé. Les réunions auront lieu
.
Jeudi, à 20 h, à la Salle des Fêtes Pleyben
.
Samedi, à 17 h,  Salle des Fêtes Mairie de Châteaulin.
.
Contacts : courriel, stoplinky-chateaulinporzay@orange.fr
.
tél. 06.68.24.86.97.
.
  10 avril 2017
.

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin