Archive | A gauche du PS

05 décembre 2017 ~ 0 Commentaire

dossier catalogne (npa)

 anticap murcia

La Catalogne en débat

Depuis le référendum du 1er octobre, la situation en Catalogne est à la « Une » de l’actualité. Nous avons essayé, dans nos colonnes, de suivre l’évolution de la situation et les étapes successives de la crise des institutions de l’État espagnol : répression brutale lors du scrutin, vraie-fausse déclaration d’indépendance, généralisation de la politique de la matraque avec le recours à l’article 155 de la Constitution, arrestations, condamnations et fuites des dirigeants indépendantistes… 

Nous nous sommes aussi fait l’écho des discussions qui traversent la gauche radicale en Catalogne et, au-delà, dans tout le pays, en donnant régulièrement la parole à nos camarades d’Anticapitalistes, branche catalane d’Anticapitalistas, section de la IVe Internationale dans l’État espagnol. Des discussions concrètes, liées à des choix concrets dans une situation instable et mouvante, qui connaîtra un nouveau « temps fort » avec les élections du 21 décembre.

La situation en Catalogne pose aussi un certain nombre de questions aux organisations du mouvement ouvrier en France, et suscite des débats entre elles, et en leur sein. Le NPA n’y échappe pas, c’est pourquoi nous avons décidé de consacrer une double page à l’exposition de divers points de vue qui, s’ils ne sont pas nécessairement contradictoires, expriment des nuances dont l’expression contribuera, espérons-le, à préciser et enrichir le débat.

Droit à l’autodétermination, nationalisme et indépendance de classe

Question catalane et politique révolutionnaire

Défendre le droit à l’autodétermination, mener une politique d’indépendance de classe pour que notre camp dispute la direction du processus

Pour une république socialiste catalane !

La solidarité avec la lutte du peuple catalan, une nécessité politique

 

 

 

Lire la suite

04 décembre 2017 ~ 0 Commentaire

sondage catalogne (pùblico)

cat

Cette carte pour le 21 décembre, ne range ni par « gauche et droite », ni par « nationalistes catalans et espagnols ».

Les deux partis les plus à gauche Comu et CUP ont chacun neuf sièges. Comu regroupe une vaste diversité de militant(e)s: Podemos, écolos, ex PC (PSUC) ce qui rend le résultats décevant.

Le PS se refait une santé tandis que le PP perd encore. Ce sont les deux partis qui dirigent à le pays de Madrid. Ciudadanos spécialiste de l’anticatalanisme représente le « macronisme » local.

Les nationalistes libéraux (de Puigdemont ou ERC) ont presque la majorité.

http://www.publico.es/

Lire la suite

04 décembre 2017 ~ 0 Commentaire

islamo-gauchisme (anti-k)

marxisme

Lénine, un précurseur de l’« islamo-gauchisme » ?

Voici un livre que devraient lire tous ceux qui, à longueur de colonnes, dénoncent « l’islamo-gauchisme » et chargent ses adeptes d’avoir troqué leur foi en la classe ouvrière contre une adoration des musulmans, nouveaux damnés de la terre.
.
Un peu plus, tous ces éditorialistes, qui n’ont pourtant aucune sympathie, c’est le moins qu’on puisse dire, pour le communisme, accuseraient leurs adversaires d’avoir trahi les idéaux d’Octobre 1917 et de la révolution prolétarienne mondiale.
.
Et si, au contraire, Lénine était le premier révolutionnaire européen à avoir pris la dimension de l’ère de l’impérialisme et de la nécessaire alliance entre le prolétariat européen et les peuples de ce que l’on ne nommait pas encore le tiers-monde, en premier lieu les peuples musulmans ? 
.
A avoir rompu avec le dogmatisme de la 2ème Internationale qui ne voyait dans l’Orient que des pays archaïques, des peuples arriérés, des coutumes barbares.  Dans un ouvrage[1] bien documenté, dense et clair, Mathieu Renault, tout en récusant l’idée, anachronique, d’un Lénine décolonial: « il n’y a chez lui, note-t-il, aucune trace d’un quelconque désir de rupture-déconnexion avec l’Occident »;  montre la place majeure qu’occupe chez le dirigeant bolchevik la question de l’articulation entre la lutte du prolétariat européen et celle des peuples opprimés, en premier lieu musulmans. de la nécessité vitale de leur alliance contre l’impérialisme.
.
Dès le lendemain de la révolution d’Octobre, Lénine lance un appel 
.
Musulmans de Russie, Tatars de la Volga, Kirghizes et Sartes de Sibérie et du Turkestan, Trucs et Tatars de Transcaucasie, Tchétchènes et montagnards du Caucase ! Vous tous dont les mosquées et les maisons de prière ont été détruites, dont les croyances et les coutumes ont été piétinées par les tsars et les oppresseurs de Russie !
.
Désormais, vos croyances et vos coutumes, vos institutions nationales et culturelles sont libres et inviolables ! » Et le texte se poursuit en exhortant les Perses et les Turcs, les Arabes et les Indiens à s’unir au gouvernement révolutionnaire bolchevik. Et, « dans un geste de haute portée symbolique, selon Matthieu Renault, (Lénine) ordonne la restitution à Tachkent du Coran d’Othman, l’une des plus anciennes copies du livre sacré », dont les Russes s’étaient emparés lors de la conquête du Turkestan et qui était conservé à Saint-Pétersbourg.
.
Cet appel et ce geste rendent compte de la longue évolution de la pensée de Lénine, entamée depuis la révolution de 1905 et qui l’amène d’abord à disséquer le caractère colonisateur de la présence russe aux marges de l’empire, de l’Asie centrale au Caucase, colonisation qu’il rapproche de celle menée par la France en Algérie.
.
Il va aussi, notamment après l’éclatement de la première guerre mondiale, approfondir sa réflexion sur l’impérialisme, son développement inégal et conclure que la révolution n’est pas seulement à l’ordre du jour en Europe, mais également dans le monde colonisé.
.
Au premier congrès de Bakou des peuples d’Orient, convoqué en 1920 par les bol- cheviks, au mot d’ordre « Prolétaires de tous les pays unissez-vous ! » est substitué celui de « Prolétaires de tous les pays et peuples opprimés unissez-vous ! », tout un symbole. Et la place que Lénine assigne à ces peuples n’est en rien mineure, ni subalterne : Nous savons, écrit-il en substance, que les masses populaires d’Orient interviendront comme « une force révolutionnaire indépendante », comme des sujets politiques à part entière. Et, pour cela, il ne faut pas refuser l’adaptation de la théorie communiste, comme lui-même l’avait fait en étudiant le développement du capitalisme en Russie. Il faut égyptianiser le marxisme expliqueront les communistes égyptiens dans les années 1940.
.
Pour Lénine la Russie soviétique doit devenir le fer de lance de l’anti-impérialisme, d’où l’importance de rompre avec le passé « tsaristo-impérialiste ». Or, et Lénine en prendra conscience très tôt, les dirigeants bolchevik eux-mêmes ne sont pas exempts d’un comportement de supériorité grand-russe à l’égard des peuples autochtones. Il tente donc, comme le note Matthieu Renault, « une stratégie de contrôle du centre sur “ses” périphéries orientales » visant « à limiter l’appétit de pouvoir des organisations communistes (russes) locales, trop promptes à endosser les vieux habits du colonialisme et à priver les masses indigènes de tout possibilité de décider de leurs destinées ».
.
L’auteur déroule les épisodes de ce combat, depuis la création de la république du Bachkor- tostan jusqu’aux conflits autour de la création d’un Turkestan indépendant, des débats internes aux bolcheviks, dont Lénine ne sort pas toujours victorieux. Et qui doivent être replongés « dans l’histoire des péripéties, quasi-quotidiennes, de l’expansion du processus révolutionnaire en Russie musulmane », mais aussi dans l’histoire concrète des premières années de la révolution marquée par la guerre civile, le délitement de l’Etat, les interventions étrangères.
.
Que Lénine y ait consacré tant de temps et d’énergie, en dit toutefois long sur l’importance qu’il leur accordait. Le livre de Matthieu Renault nous permet de mesurer pourquoi et « d’interroger la portée décoloniale » de la révolution soviétique. Et si les islamo-gauchistes n’étaient, en fin de compte, que les petits-filles et petites fils de Lénine ?
Voici un compte rendu de livre que j’ai écrit pour Politis et qui est paru aujourd’hui
amitiés Alain Gresh Directeur du journal en ligne OrientXXI.info
.

http://orientxxi.info

.

[1] Matthieu Renault, L’empire de la révolution. Lénine et les musulmans de Russie, Syllepse, Paris, 2017.
.

 

Lire la suite

04 décembre 2017 ~ 0 Commentaire

parti travailliste (kanaky)

kanak

Le Parti travailliste menace de boycotter le référendum

Le congrès du Parti travailliste a largement été orienté sur les questions de référendum et de listes électorales. Avec la menace d’un boycott.
 .
Coutume, danse et prière ont précédé le discours d’ouverture de Louis Kotra Uregei, samedi, à la Maison des syndicats.
.
« Le référendum, ou il est sincère et on y va, ou il n’est pas sincère et on n’y va pas. »
.
En concluant ainsi le discours d’ouverture du 8e congrès du Parti Travailliste (PT), samedi, son président Louis Kotra Uregei donne le ton. Le référendum de 2018 et la problématique du corps électoral sont au coeur des deux jours de travail pour les 100 à 150 militants réunis à la Vallée- du-Tir. La présence des « invités du Rin » (Rassemblement Indépendantiste et Nationaliste) ne fait que le confirmer. Jacques Wabete a, lui, fait référence à Eloi Machoro qui « il y a 33 ans, jour pour jour, fracassait l’urne à Canala ». Une façon d’annoncer que les mili- tants allaient avoir à « réfléchir et sortir avec des orientations claires et nettes, comme il y a 33 ans ».
 .
Autodétermination
.
Les militants devaient surtout décider si le parti allait participer ou boycotter le référendum. Le problème se pose de façon criante, cette fois-ci, car le récent Comité des signataires à Paris a dénoué la question des listes électorales spéciales d’une manière qui ne satisfait pas le PT. Et
.
Louis Kotra Uregei ne mâchait pas ses mots, samedi, à l’égard des autres représentants indé- pendantistes ayant participé au comité : « Est-ce qu’on a le droit, en tant que représentant politique indépendantiste, de confisquer le droit à l’autodétermination ? (…) Il n’y en a pas un qui a le droit. Ce droit-là appartient à chaque Kanak ! »
.
Pour le président du PT, le FLNKS ne fait que céder face aux loyalistes.
.
« Il a fait ce qu’il fallait pendant la lutte, mais celui de la cohabitation, de la négociation, c’est autre chose. » Selon le décompte effectué par le RIN, 12 000 Kanak manquent à l’appel dans la solution trouvée, avec l’inscription systématique des natifs. Samedi, les militants devaient donc travailler en ateliers pour préparer diverses motions, la principale étant celle concernant l’attitude du parti à l’égard du référendum d’autodétermination.
.
« Je suis président, un cerfvolant qu’on voit dans le ciel, mais c’est vous qui tenez le fil. C’est vous qui avez la force et si vous lâchez il s’envole », a lancé celui qui est pourtant depuis tou- jours l’homme fort du pendant politique de l’USTKE. Finalement, les militants ont décidé de ne pas se prononcer tout de suite, laissant planer la menace d’un boycott.

mercredi 22 novembre 2017

https://partitravaillistekanaky.blogspot.fr/

Lire aussi:

USTKE

Lire la suite

01 décembre 2017 ~ 0 Commentaire

fi (npa + essf +jdd + regards)

vote-democratie

France insoumise : La « révolution citoyenne » attendra

La France insoumise tenait sa première convention à Clermont-Ferrand les 25 et 26 novem- bre. La FI affiche l’ambition de « fédérer le peuple, en faire l’acteur principal de toute transfor- mation de notre société, et favoriser son auto-organisation ».

Comment cette promesse se traduit-elle dans la première échéance du mouvement, que Jean-Luc Mélenchon qualifie de « passage officiel, incontestable au collectif » ? 

En amont du week-end, le collectif n’a pas vraiment été convié. La préparation s’est résumée essentiellement à une somme, certes non négligeable, de clics. Les « insoumis » étaient invi- tés, à travers la plateforme internet, à choisir les campagnes nationales à mener. Les 69 000 votants ont classé en tête « la lutte contre la pauvreté » (30 %) puis puis « l’arrêt des centrales en fin de vie » (26 %) et la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale (25 %). Les « principes » ou la « charte des groupes d’actions » ont suscité moins d’intérêt, respectivement autour de vingt et seize milles votes.  La convention elle-même a réuni 1 600 participantEs, dont 1 200 volontaires tirés au sort.

Qui décide ?

Les échanges du samedi après-midi ont été organisés sous la forme de tables de huit person- nes qui ont « cogité » et discuté autour des thèmes des trois campagnes.

Les « restitutions » n’ont eu ni comme fonction ni comme résultat de trancher les questions qui pourraient fâcher…

Par exemple : au-delà de l’arrêt des centrales anciennes, sortir du nucléaire non seulement civil mais aussi militaire ! Le dimanche matin a été consacré à des ateliers pratiques (porte-à-porte…). Le tout était encadré de longs discours, dont celui de plus d’une heure quinze de Jean-Luc Mélenchon en ouverture (bien qu’il affirme « Je ne suis pas le chef »), et celui de Manuel Bompard en clôture.

Les formes peuvent être innovantes et chaleureuses, elles peuvent être adaptées et utiles pour nourrir la construction collective d’une action militante. Elles sont d’ailleurs empruntées au mouvement social, à des mouvements de résistance et de désobéissance. Mais s’agissant de la construction d’un mouvement, d’une organisation, elles servent de masque à un fonction- nement en réalité très vertical et descendant, à l’absence de débats et de démocratie.

« Un mouvement collectif et transparent » ?

Mauvais procès ? Il suffit pourtant de jeter un œil aux « principes » de la FI. Sous l’affirmation « La France insoumise est un mouvement collectif et transparent », ils actent la « consultation en ligne des insoumis » pour solde de tout débat pour déterminer « ses principales orientations et campagnes ». Exit l’échange d’arguments, la conviction mutuelle et l’élaboration collective… pour ne laisser place qu’à l’approbation (ou non) des propositions de la direction.

La « charte des groupes d’action » (qui remplacent les groupes d’appui de la campagne) promet l’autonomie mais fixe des règles qui les privent de tout pouvoir réel. Le nombre de participantEs ne peut excéder quinze membres, « aucun groupe ou rassemblement de groupes ne peut constituer de structures intermédiaires permanentes », et ils ne disposent d’aucune autonomie financière… On est loin de la « révolution citoyenne » !

Jeudi 30 novembre 2017 Christine Poupin

https://npa2009.org/

Lire aussi:

La convention de La France insoumise à Clermont-Ferrand (Essf)

La France insoumise et sa convention : Ça roule fort, mais c’est complexe (Essf)

Jean-Luc Mélenchon cherche un second souffle 6 mois après la présidentielle

Ce que les Français disent de Jean-Luc Mélenchon

Valls, Obono, Venezuela : sur France 2, Mélenchon défend ses positions dans une ambiance tendue (JDD)

Thomas Guénolé : « Je conteste la notion d’essoufflement de la France insoumise. » (Regards)

Face à Mélenchon, France 2 invite les hologrammes de Macron et Blanquer (Révolution Permanente)

Face à Mélenchon dans « L’Emission politique », des Français pas « lambda »… mais présentés comme tels

Des chiffres pour appréhender l’anti-Mélenchonisme de la presse

Lire la suite

30 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

nantes sncf (lutte ouvrière)

cheminot

SNCF Région de Nantes : non aux suppressions de postes !

Depuis quelques semaines, la direction prépare en catimini la suppression des agents d’expédition chargés de donner le départ des trains dans les gares autour de Nantes.

Elle a décidé de s’attaquer aux gares d’Ancenis, Savenay, La-Roche-sur-Yon et Saint-Nazaire, alors même que le nombre de voyageurs ne cesse d’augmenter avec la mise en place, depuis le mois de septembre, de trains supplémentaires à Ancenis et Savenay notamment.

De leur côté, les cheminots qui effectuent ce travail se mobilisent.

Après une réunion à une dizaine, une distribution de tracts avec signature de pétition a été organisée dans trois gares. Une douzaine de jeunes cheminots sont allés de bonne heure à la rencontre des voyageurs. L’accueil a été bon et très peu de voyageurs ont refusé de prendre le tract, certains ont même pris le temps de signer la pétition :

« Non à la suppression des agents de départ des trains : la sécurité des usagers n’est pas à vendre ».

Dans la presse locale, des voyageurs ont déjà souvent exprimé leur mécontentement, après de nombreuses suppressions de trains, notamment sur Ancenis. Comme les cheminots, ils subis- sent de plein fouet la politique d’austérité de la SNCF qui a décidé de réduire le personnel.

Forts de cette expérience, les cheminots qui ont participé à cette action sont repartis afin d’entraîner leurs collègues dans la mobilisation contre la direction de la SNCF et ses projets funestes.

Correspondant LO 29 Novembre 2017

Lire la suite

30 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

droit à l’erreur (lutte ouvrière)

7-nains

Un patron ne fraude pas, il se trompe

Une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron, la simplification administrative, va se traduire en projet de loi : la création d’un « droit à l’erreur » visant à simplifier les relations avec l’administration. Il s’agirait d’introduire de la bienveillance de la part des administrations vis-à-vis des particuliers et des entreprises.

Darmanin, ministre des Comptes publics, a précisé que cette loi, baptisée modestement « pour un État au service d’une société de confiance », sera « l’un des textes les plus importants du quinquennat ». Encore un.

Évidemment, le ministre a beaucoup insisté sur ce qui concerne les particuliers.

Il y aura donc, pour les étourdis et les maladroits, le droit de rectifier, une seule fois, leur situation fiscale sans amende ni sanction, mais en payant tout de même des intérêts de retard réduits de moitié. Il y aura aussi d’autres mesurettes, comme celle qui prévoit l’extension des horaires d’ouverture de certaines administrations, ou la création d’un interlocuteur unique dans les Caisses d’Allocations Familiales : de toutes petites mesures qui auraient pu, auraient dû être instaurées depuis longtemps.

Pour les particuliers, c’est beaucoup de bruit pour rien. Par contre, pour les entreprises, il y a plus de choses. Il est dit par exemple que les infractions concernant l’inspection du travail ne seront plus forcément sanctionnées, mais pourront donner lieu à un avertissement, s’il n’y a pas d’intention frauduleuse. La traduction est aisée : patrons, prenez vos aises en matière de droit du travail, vous serez couverts !

D’autre part, dans le domaine de la construction, cheval de bataille des promoteurs depuis des lustres, les entreprises seront libres du choix des matériaux et des méthodes pour respecter les normes en matière d’acoustique, de ventilation… Les promoteurs immobiliers, c’est bien connu, sont pleins de respect pour les futurs habitants.

Enfin, dans le domaine du paiement des cotisations sociales, l’Urssaf sera invitée à faire preuve de mansuétude vis-à-vis des entreprises qui payent mal

En cas de conflit, la médiation sera préférée. Là aussi, les patrons seront couverts. Macron n’a pas menti. Bienveillance, droit à l’erreur, simplification administrative : tout y est. Pour le patronat

Bertrand GORDES 29 Novembre 2017

Lire la suite

29 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

sondage jlm (jdd)

oliveira

Ce que les Français disent de Jean-Luc Mélenchon

En partenariat avec l’Ifop, la Fondation Jean-Jaurès a interrogé 1.000 Français sur les forces et les faiblesses du leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon. En exclusivité, le JDD vous dévoile le contenu de cette note.

« Avenir incertain. Ce qui me plaît : son franc-parler. Ce qui me déplaît : son manque de réalisme.

Le charisme de Mélenchon ne suffira plus face aux véritables gouvernants du monde! » ; « tout tient par la personnalité de M. Mélenchon, il est trop sûr de sa force ». Ce que montre le millier de verbatim recueillis par l’Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès, c’est que Jean-Luc Mélenchon est à la fois le meilleur atout de son parti et son principal handicap.

« Quantitativement, les réponses négatives dominent très largement les propos positifs », relève Chloé Morin, directrice de l’Observatoire de l’opinion à la Fondation. Elle poursuit : « L’idée de ce sondage nous est venue en octobre, suite aux déclarations affligées de Jean-Luc Mélen- chon concédant qu’Emmanuel Macron ‘avait le point pour l’instant’. On a l’impression qu’il touche un plafond de verre, qu’il y a une hésitation stratégique.

N’a-t-il pas fait le mauvais pari en se lançant dans un sprint alors qu’il s’agissait, en fait, d’un marathon qui doit le mener jusqu’en 2022? »

Ce que confirme ce sondage, c’est que Mélenchon ne laisse personne indifférent. Dans son propre camp, ses partisans le soutiennent avec ferveur et au-delà, ces constats reviennent en boucle : « excellent tribun, intelligent » ; « courageux » ; « il est honnête et veut aider les Fran- çais » ; « il est un homme cultivé, parfaitement structuré avec une vraie vision, c’est très important pour moi et je trouve que cela manque à un grand nombre d’hommes politiques actuels ».

Les sondés le créditent de savoir « foncer dans le tas », de « dire des vérités » et de receler cette capacité, peu commune, « à faire rêver ». Chloé Morin commente : « Pour beaucoup, notamment les sympathisants de gauche désorientés depuis la présidentielle,  il est le seul qui résiste vraiment au gouvernement. On lui reconnaît une certaine clarté idéologique, articulée autour du combat social. »

La faiblesse de Jean-Luc Mélenchon : l’hyperpersonnalisation

Les récentes polémiques l’associant à une certaine forme de complaisance vis-à-vis de l’islamisme sont assez peu citées par les personnes interrogées. Ce qui lui est reproché, c’est un « trop grand décalage entre ses envolées lyriques et la réalité : billets en classe affaires, télévision plutôt que combats d’idées », une contradiction « entre son patrimoine et ses valeurs ».

Et puis son caractère! « Râleur », « agressif », il serait « devenu un papy grognon depuis la défaite »  « il fait du bruit, car sinon il n’existerait pas » ; « Mélenchon n’est qu’un saltimbanque braillard. Il a reussi à mystifier les socialistes mais son soufflé révolutionnaire va retomber » ; « je suis souvent agacée aussi par le côté victimaire, le discours ‘antisystème’, alors que lui comme les principaux responsables de son mouvement, sont parfaitement aguerris à tout ça et en jouent ».

Il faut que Mélenchon ne soit pas la seule personne connue de son mouvement

Son « sectarisme d’extrême gauche » est également épinglé ; « il ruinerait la France » ; « ses propositions sont en totale contradiction avec l’économie mondiale ». Enfin, l’hyper-personna- lisation est aussi stigmatisée comme une faiblesse. L’Institut Jean-Jaurès dresse un parallèle avec Emmanuel Macron. « La France insoumise rencontre les mêmes difficultés que La République en marche à faire émerger de nouvelles personnalités capables de traduire la force du mouvement », constate Morin.

Ce que ce sondé énonce ainsi : « Il faut que Mélenchon ne soit pas la seule personne connue de son mouvement. Il faut plus de communication sur d’autres membres actifs du mouvement, des maires, des députés. » Rares sont les personnes interrogées qui semblent voir un avenir à La France insoumise en dehors de son chef.

28 novembre 2017

Commentaire:

1/ Cap sur 2022! On s’en doutait un peu du « destin personnel » (forcément exceptionnel) que s’attribue le personnage. Pour son modèle Mitterrand aussi ce fût la 3è fois la bonne: 1965, 1974, 1981 et après en 1988! Donc on va voir ce qu’on va voir, mais faut attendre.

2/ L’irréalisme: comment battre électoralement au parlement 300 députés de droite avec17 élus? Logiquement il faut attendre la victoire aux législatives de 2022, non? Et une fois gagnées en 2022, le capitalisme français laissera-t-il la FI mener ses réformes?

Lire aussi:

Les vertiges de Ruffin (Anti-k)

Quand la France insoumise veut « aller chercher les colères » (JDD)

La France insoumise: Mélenchon veut nous faire marcher (Lutte Ouvrière)

Lire la suite

29 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

jm rouillan (run ar puñs)

rouila

Lire la suite

28 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

saint herblain (bretagne info)

bz info

Assemblée Générale le samedi 9 décembre à Saint-Herblain : « Quelle lutte pour la réunification et l’autodétermination ? »

La Gauche Indépendantiste appelle à participer le samedi 9 décembre à Saint-Herblain à l’Assemblée Générale proposée par le collectif 44=Breizh et l’association Dibab pour relancer le mouvement en Bretagne sur les questions de réunification et d’autodétermination.

La participation la plus large à cette initiative ouverte est un objectif car elle offre une possibilité d’auto-organisation collective à ceux et celles que ce combat interpelle.

Elle vise à redéfinir les objectifs et moyens du combat pour la réunification de la Bretagne et pour le droit de décider dans l’ensemble de notre pays. Il s’agit de créer un espace politique permettant de construire un agenda politique breton non basé sur le calendrier électoral parisien et ne refaisant pas les erreurs des structures régionalistes passées qui nous ont amenés dans l’impasse actuelle.

Nous souhaitons pour notre part, amener le peuple breton sur le chemin de la rupture démocratique, pour amorcer par nous même un processus constituant

Afin de choisir librement en tant que peuple un autre modèle économique, social et environ- nemental, de Brest à Clisson. Pour ce faire il faut  créer les conditions pour que le peuple breton puisse exercer son droit à l’autodétermination dans l’ensemble de son territoire en mettant cette question à l’agenda politique sur nos bases et pas celles des réformes territo- riales des gouvernants de Paris dont nous n’avons rien à attendre et bousculer les notables et élus locaux qui n’agissent pas.

Faisons circuler l’information. Participons ! Faisons vivre cette initiative !

La Gauche Indépendantiste (Breizhistance).

breizxit

Alors que plus que jamais pour les peuples la question du droit à choisir son destin se pose dans l’actualité Européenne, notamment avec le processus en cours en Catalogne, force est de constater que ce débat ne progresse pas en Bretagne.

La revendication historique et légitime de l’unité de la Bretagne ne trouve pas de débouchés politiques car le pouvoir central reste sourd à cette revendication mais aussi et surtout parce que nos élus locaux ne se mobilisent pas pour changer cet état de fait antidémocratique.

Le mouvement pro-réunification peine à mobiliser après la réforme territoriale ratée de 2014, et n’arrive pas à créer un mouvement de masse susceptible de remettre cette question à l’agenda politique breton en la liant à un mouvement d’ensemble pour plus de démocratie dans l’ensemble de la Bretagne.

Nous sommes breton-ne-s de Brest à Clisson et de Fougères aux Glénans et nous pensons qu’il est légitime que nous puissions décider collectivement de notre destin en tant que peuple. Le premier de ces choix – que seul le peuple a le droit de faire – est celui de déterminer le périmètre institutionnel de notre pays, la Bretagne.

Nous devons œuvrer ensemble pour réunir les conditions permettant au peuple breton de librement se déterminer pour un autre modèle institutionnel, démocratique, social et environnemental dans la Bretagne « historique ».

Pour ce faire nous avons besoin d’un nouveau cadre d’action collectif, trans-courant, apartisan, ouvert, accueillant tous ceux et celles attachés à cet objectif sans discrimination d’origine, de confession, ou d’orientation sexuelle.

Ce nouvel espace de conquête de droit démocratiques ne peut se construire en ayant la moindre complaisance ou ambiguïté avec les ennemis de la démocratie et ceux qui instrumen- talisent les identités pour tenir un discours de haine xénophobe.

Nous avons besoin d’un espace participatif et imaginatif, traduisant notre vision inclusive de l’identité bretonne et notre désir commun de construire ici en Bretagne une démocratie de proximité aux bénéfices du plus grand nombre.

Nous avons aussi besoin de faire le bilan des initiatives en cours et passées allant dans ce sens.

Samedi 9 décembre Centre Socioculturel Le Grand B. (11, rue de Dijon) 

Saint-Herblain 9h30

28/11/2017

http://www.bretagne-info.org/

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin