03 décembre 2022 ~ 0 Commentaire

bhopal (écologistas)

bhopal

Cette célèbre et terrible photo a été prise par le photographe Raghu Rai le matin du 3 décembre 1984, après la nuit d’horreur à Bhopal.

Accident de Bhopal (1984)

Cette célèbre et terrible photo a été prise par le photographe Raghu Rai le matin du 3 décembre 1984, après la nuit d’horreur à Bhopal.

Le 3 décembre 1984, la catastrophe industrielle la plus effroyable de l’histoire s’est produite : en raison de l’absence de mesures de sécurité dans l’usine chimique Union Carbide de Bhopal, en Inde, près d’un demi-million de personnes ont été exposées à l’isocyanate de méthyle, un gaz horriblement toxique.

Le gouvernement a estimé le nombre de décès à 5 295, le nombre d’invalides permanents à 4 902 et le nombre de blessés graves à 42. Les personnes concernées affirment que le chiffre est de 22 917 décès, 508 432 cas d’invalidité permanente et 33 781 cas de blessures graves.

En 1969, Union Carbide a commencé à déverser des déchets chimiques, qui se sont répandus sous terre, contaminant les puits et les aquifères. En 1989, cinq ans après la catastrophe, la multinationale américaine a réalisé une étude sur les niveaux de toxicité dans le sol et les résultats étaient terrifiants, ils ont donc été dissimulés et n’ont jamais été révélés.

En 1989, Union Carbide et le gouvernement indien, qui représentait les victimes, ont conclu un accord à l’amiable dans lequel la société a versé 470 millions de dollars. Sur les 500 000 personnes qui ont reçu une indemnisation, 93 % ont reçu 327 euros.

Le 7 juin 1999, le tribunal indien chargé de juger la catastrophe a condamné huit cadres d’Union Carbide à deux ans de prison et 8 900 euros, une dérision de la tragédie causée par la gigantesque fuite de gaz mortelle.

De 1999 à 2013, de nombreuses études indépendantes ont été menées sur l’eau contaminée et les données étaient extrêmement graves : le mercure dépassait jusqu’à 6 millions de fois les limites de sécurité ; le trichloréthylène, un composé qui affecte le développement des fœtus, plus de 50 fois ; la présence d’isocyanate de méthyle dans le lait maternel des femmes…

En novembre 2014, le gouvernement indien a annoncé une révision de l’indemnisation des personnes touchées et un recomptage des victimes. Les autorités indiennes réclament 1,2 milliard de dollars supplémentaires à Dow Chemical, désormais propriétaire d’Union Carbide, tandis que les victimes demandent 8,1 milliards de dollars.

En ce triste anniversaire, Ecologistas en Acción est solidaire de la population de Bhopal et soutient la demande de responsabilité civile et pénale de l’entreprise chimique américaine Dow Chemical.

3 décembre

https://www.ecologistasenaccion.org/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin