02 décembre 2022 ~ 0 Commentaire

pesticides (écologistas)

pesticide2
Pesticides perturbateurs endocriniens détectés, non autorisés et candidats à la substitution dans les aliments espagnols

Ecologistas en Acción étoffe son rapport sur les pesticides perturbateurs endocriniens détectés dans les aliments, y compris les pesticides non autorisés par l’Europe et ceux qui sont candidats à la substitution par les autorités.

En 2020, les aliments espagnols contenaient des traces de 125 pesticides différents : 57 perturbateurs endocriniens, 64 non autorisés et 13 candidats à la substitution en raison de leur toxicité élevée. L’Espagne doit réduire sa dépendance aux pesticides si elle veut atteindre l’objectif européen de réduction de 50 % de l’utilisation et des risques liés aux pesticides chimiques d’ici 2030.

L’objectif du rapport d’Ecologistas en Acción intitulé « Direct sur vos hormones. Les résidus de pesticides dans les aliments espagnols » vise à rendre visible la mesure dans laquelle les aliments exposent les gens à des pesticides toxiques. Dans cette édition, l’étude est élargie pour rendre compte de la contamination par des pesticides non autorisés par l’Europe et par des candidats au remplacement en raison de leur forte toxicité, ainsi que par des pesticides affectant le système hormonal ou des perturbateurs endocriniens.

En 2020, selon les analyses du programme de surveillance des résidus de pesticides, compilées par l’Agence espagnole de la consommation, de la sécurité alimentaire et de la nutrition (AESAN), les denrées alimentaires espagnoles contenaient des traces quantifiables de 125 pesticides différents. Parmi ceux-ci, 57 (58 si l’on inclut le DDT) sont des perturbateurs endocriniens, 64 ne sont pas autorisés et 13 sont candidats à la substitution par les autorités.

Bien que la limite légale pour chaque pesticide n’ait été dépassée que dans 1,75% des denrées alimentaires testées, il est préoccupant de constater que 35% des échantillons contenaient un ou plusieurs pesticides dont la toxicité combinée est inconnue.

Comme chaque année, les fruits et légumes sont le groupe le plus contaminé, avec 117 pesticides contaminant 41% des échantillons. Les deux aliments contenant le plus de résidus étaient les oranges, avec 36 substances différentes, et les poivrons, avec 27.

Ecologistes en action dénonce le fait que l’Espagne, leader européen des ventes de pesticides, est aussi le pays qui fournit la plus mauvaise information publique sur la présence de pesticides dans les aliments, puisqu’elle n’analyse que 3,26 échantillons pour 100 000 habitants, contre une moyenne européenne de 17,25. En outre, le nombre d’échantillons testés pour les résidus de pesticides a été réduit ces dernières années.

Au vu de ces résultats, il est essentiel de réduire la dépendance aux pesticides dans l’agriculture et d’encourager le passage à l’agriculture agro-écologique ; de fournir des informations plus représentatives à la population, y compris les pesticides utilisés en plus grande quantité, comme le 1,3-dichloropropène ou le glyphosate, substance cancérigène interdite ; de contrôler les autorisations exceptionnelles pour les pesticides non autorisés ; et d’évaluer les substances candidates afin de les remplacer progressivement par leurs alternatives existantes.

C’est le seul moyen d’atteindre l’objectif européen de 2030, à savoir une réduction de 50 % de l’utilisation et des risques liés aux pesticides chimiques.

29/11/2022

https://www.ecologistasenaccion.org/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin