24 novembre 2022 ~ 0 Commentaire

labour (socialist worker)

sir keir

« Sir » Keith Stamer prétendant qu’il a été pauvre

Scandale: Keir Starmer attribue les bas salaires à l’immigration

.
Le leader travailliste tente de rejeter la responsabilité des bas salaires sur les migrants afin d’exonérer les patrons.

Keir Starmer n’a jamais soutenu la lutte pour les salaires – et maintenant il veut la briser en s’en prenant aux migrants. Dans un discours prononcé mardi, le leader du Parti travailliste a déclaré aux patrons qu’il était à la fois « prêt à un partenariat » avec eux et qu’il voulait – essentiellement – qu’ils suppriment les emplois des migrants.

C’est, a-t-il dit, la solution du parti travailliste aux bas salaires des travailleurs. M. Starmer a déclaré que l’ »objectif commun » des travaillistes et des patrons devrait être d’ « aider l’économie britannique à sortir de sa dépendance à l’égard des migrants. » « L’époque où les bas salaires et la main-d’œuvre bon marché font partie de la voie britannique en matière de croissance doit prendre fin », a déclaré M. Starmer.

Le discours était tellement à droite que le journal conservateur The Telegraph a écrit mardi que son message « fait écho à celui adopté par les premiers ministres conservateurs successifs, y compris Boris Johnson et maintenant Rishi Sunak. » Ces premiers ministres conservateurs ont tous pensé qu’en s’en prenant aux migrants, ils pourraient prétendre être du côté des travailleurs.

Dans le même temps, il détournait l’attention de la véritable cause des bas salaires.  Il s’agit des années d’austérité et des réductions de salaires en termes réels auxquelles les patrons se sont astreints depuis la crise financière il y a plus de dix ans. Keir Starmer pense qu’en les copiant, il peut gagner le soutien des travaillistes dans ce qu’on appelle le « mur rouge ».

Il s’agit des régions du nord et des Midlands de l’Angleterre où, selon les politiciens et les experts, la classe ouvrière se définit par son hostilité à l’immigration. Rien ne prouve que ce soit le cas de la classe ouvrière où qu’elle soit.  Mais pour Starmer, faire appel aux éléments les plus réactionnaires de la société est préférable à l’alternative de soutenir les grèves et la riposte. Il est révélateur que Starmer ait prononcé son discours lors de la conférence de la Confédération de l’industrie britannique (Medef) , où se réunissent tous les grands patrons.

Ce sont ces mêmes personnes qui amassent l’argent pour s’assurer que personne ne reçoive d’augmentation de salaire. Et ce sont les mêmes personnes que Starmer a passé tout son temps à essayer de séduire en tant que leader du Labour.

Dans le même discours, Starmer a promis un « nouveau partenariat » avec les entreprises, « différent de tout ce qui a été fait auparavant ». « C’est un parti travailliste différent et il n’y a pas de retour en arrière », leur a-t-il dit. » Il a ajouté que le Labour n’est « pas seulement un parti pro-business mais un parti qui est fier d’être pro-business. »

Starmer n’a donc pas exigé que les patrons paient un salaire minimum de 15 £. Avec une inflation de 14,2 %, même ce salaire est insuffisant. Mais c’est trop pour Starmer. Il n’a pas non plus mentionné les grèves – et cela a également envoyé un message. Starmer parlait de « partenariat » avec les patrons dans une semaine où un quart de million de personnes ont affronté les leurs avec des débrayages.

Les patrons de la CBI pourraient être rassurés sur le fait que, plutôt que de se ranger du côté des grèves, Starmer préfère s’en prendre à la main-d’œuvre immigrée. La désignation de boucs émissaires migrants ne fait pas que détourner l’attention des grèves salariales – elle peut les diviser et les affaiblir. Toutes les études ont montré que le travail des migrants n’a que peu ou pas d’impact sur les salaires. Mais les travailleurs migrants ont souvent été à l’avant-garde des grèves pour obtenir plus.

Les grèves salariales d’aujourd’hui dépendent de la capacité de tous les travailleurs à se tenir solidement ensemble. Cette unité et cette solidarité s’effondrent si la politique que Starmer préconise maintenant s’installe.

Pire, les forces qui profitent réellement de cette division se renforcent. Elle peut donner un coup de pouce aux Tories, qui n’aiment rien tant que de s’en prendre aux migrants plutôt qu’aux patrons – et pire encore. Lorsque le premier ministre travailliste Gordon Brown a repris le slogan « Des emplois britanniques pour les travailleurs britanniques », le parti nazi BNP a célébré le fait qu’il avait fait passer son message dans le courant dominant.

Cela souligne la nécessité pour les grèves actuelles de s’intensifier et de faire de la politique.  Les militants et les grévistes devraient apporter un argument antiraciste à chaque grève et piquet de grève cette semaine, et s’assurer que l’unité du piquet de grève batte la division poussée par les politiciens.

Tuesday 22 November 2022

https://socialistworker.co.uk/

Royaume-Uni : le Parti travailliste contre les migrants

Prenant la parole devant la conférence annuelle du patronat britannique, à Birmingham, le leader travailliste Keir Starmer s’est élevé contre les bas salaires en en rendant responsables… la main-d’œuvre immigrée. Et il a proposé aux patrons un « partenariat… pour aider l’économie britannique à ne plus dépendre des migrants ». Une sortie raciste saluée par le quotidien de droite The Daily Telegraph qui félicite Starmer d’être en phase avec le gouvernement conservateur. Rappelons que, sous sa direction, le Parti travailliste non seulement s’est dissocié des récents mouvements de grève mais parfois s’y est même opposé.

24 novembre 2022

Mots-clés :

Commentaire:

Keir Stamer ne dirige en théorie que le groupe des élus « Labour » à l’assemblée, en attendant son tour d’être 1er ministre. Le Labour et ses militants cotisants forment un autre groupe (plus à gauche) « en guerre » contre la direction du parti. Les syndicats formaient aussi un collectif « oppositonnel » dans le Labour. Les choses ont changé: Stamer vire des militants de gauche et les syndicats se droitisent. Restent les centaines de milliers de militants (grévistes) dont l’opinion ne compte pas!

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin