30 octobre 2022 ~ 0 Commentaire

sondage (jdd)

T1

Macron, Le Pen, Mélenchon… SONDAGE. Voici ce que donnerait la présidentielle aujourd’hui

Six mois après la présidentielle, l’Ifop a demandé aux Français pour qui ils voteraient. Les deux finalistes (Emmanuel Macron et Marine Le Pen) seraient confortés au premier tour. Au contraire de Mélenchon, qui chute.

À la notable exception de l’écologiste Yannick Jadot (qui passe de 4,6 % à 6 %) et du communiste Fabien Roussel (de 2,3 % à 3 %), qui progressent légèrement, seuls Macron et Le Pen font mieux qu’en avril, donc. La domination des deux finalistes de la présidentielle sur le jeu politique se confirme. De même que la dynamique constatée pendant la campagne. « Tout se passe comme si la logique de vote utile se poursuivait », note Frédéric Dabi.

Éric Zemmour perd deux points, tout comme Valérie Pécresse

Ainsi Éric Zemmour, à l’extrême droite, perd-il deux points (de 7,1 % à 5 %) au profit de Marine Le Pen. Pas moins de 28 % de ses électeurs d’avril lui préféreraient aujourd’hui cette dernière. De même Valérie Pécresse chuterait-elle encore un peu plus (de 4,8 % à 3 %), alors que 15 % de ses électeurs d’avril choisiraient cette fois Macron, et 10 % Le Pen. Encéphalogramme toujours aussi plat pour Anne Hidalgo, qui passerait de 1,7 % à 2 % des voix. Ni Les Républicains (LR) ni le Parti socialiste (PS), les deux formations jadis dominantes de la Ve République, ne se sont remis de la défaite de leurs championnes respectives : Pécresse ne s’arrogerait aujourd’hui les voix que de 26 % des sympathisants LR ; encore pire, Hidalgo ne recueillerait que 12 % des suffrages de ceux du PS.

Autre tendance notable : le net recul de Jean-Luc Mélenchon, qui conserve le leadership à gauche mais passe de 21,5 % à 17 %. Contrairement à notre sondage d’octobre 2017, qui soulignait son maintien à peu près au niveau du premier tour (de 19,6 % à 18 %). L’Insoumis en chef n’a nullement capitalisé sur le récent conflit social dans l’industrie pétrolière, ni sur sa « marche contre la vie chère » du 26 octobre. Pis : il pâtit de sa gestion de l’affaire des violences conjugales commises par Adrien Quatennens, ainsi que de la radicalité de sa stratégie. Cette dernière séduit certes les 18-24 ans (31 %), les ouvriers (29 %) et les électeurs de gauche de l’agglomération parisienne (23 %). Mais elle a tendance à rebuter le corps électoral dans son ensemble.

Sondage Ifop pour le JDD, réalisé les 25 et 26 octobre 2022 auprès d’un échantillon de 1 125 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1 210 personnes représentatif (méthode des quotas). Les interviews ont eu lieu par questionnaire autoadministré. La marge d’erreur est situé entre + ou – 1,4 et + ou – 3,1 points.

29 octobre 2022 David Revault d’Allonnes

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin