25 septembre 2022 ~ 0 Commentaire

ukraine (le huff’)

ukraine-r

Guerre en Ukraine : des Tatars de Crimée aux opposants politiques, la mobilisation russe ne frappe pas au hasard

Des manifestants, parfois encore étudiants, ont reçu une convocation après leur interpellation pour manifestation contre la mobilisation des réservistes.

La guerre ou la prison pour se débarrasser des contestataires et des membres de minorités. Vladimir Poutine a annoncé cette semaine la mobilisation partielle des réservistes pour aller combattre en Ukraine et, face à la fuite à l’étranger de nombreux Russes, signé ce samedi 24 septembre des amendements prévoyant jusqu’à 10 ans de prison pour les militaires qui désertent ou refusent de combattre.

L’ordre de mobilisation concerne 300 000 personnes, le Kremlin comme le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, ayant assuré qu’aucun étudiant ne serait appelé et que les forces russes privilégieraient les réservistes ayant des compétences précises ou une expérience militaire. Mais dans les faits, les personnes appelées sont parfois loin de correspondre à ce profil.

« Demain tu pars à la guerre »

Selon l’ONG russe OVD-Info, plusieurs participants à des actions de protestation contre la mobilisation, notamment à Moscou, auraient reçu des « convocations au bureau d’enregis-trement et d’enrôlement militaire » à l’issue de leur détention. C’est ce qui est notamment arrivé à Mikhaïl, un musicien de 29 ans. Quelques heures après que Vladimir Poutine a annoncé mercredi la mobilisation de 300 000 hommes et femmes, il est allé protester sur l’avenue Arbat. Comme quelque 1 300 autres personnes à travers le pays, ce jour-là, il a été arrêté.

« Je m’attendais aux [procédures] habituelles : l’arrestation, le poste de police, le tribunal », raconte le jeune homme, joint jeudi au téléphone par l’AFP. « Mais s’entendre dire : ’Demain tu pars à la guerre’, (…) ça, c’était une surprise. » Il est loin d’être le seul à avoir vécu cette expérience. Après avoir été interpellé à ce sujet par un journaliste, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a jugé qu’il n’y avait là rien d’« illégal ».

Mikhaïl Souetine raconte qu’après son arrestation, les policiers l’ont conduit dans une pièce à part où ils ont voulu lui faire signer une convocation à se rendre dans un centre de mobilisation de l’armée. « « Soit tu signes ça, soit tu passeras dix ans prison » », l’ont-ils menacé, assure cet opposant à l’offensive.

Mikhaïl Souetine a refusé de signer la convocation, sur les conseils de son avocat. Et comme les amendements relatifs à la mobilisation n’étaient pas encore entrés en vigueur, il a été remis en liberté jeudi à 5h du matin. Cependant, les policiers l’ont prévenu que le puissant Comité d’enquête de Russie, chargé des investigations criminelles les plus importantes, serait informé de son refus et qu’il allait au-devant de « gros problèmes ».

18 ans, étudiant et mobilisé pour la guerre

Parmi les manifestants se trouvaient aussi des étudiants, dont certains ont aussi été convoqués, contrairement aux affirmations du régime de Poutine. Andreï, qui a fêté ses 18 ans la semaine dernière, était lui aussi allé manifester mercredi à Moscou. Il a été arrêté et s’est vu lui aussi présenter une convocation pour être mobilisé. Mais contrairement à Mikhaïl Souetine, l’adolescent a signé sous la « menace » le document, dont l’AFP a pu examiner une copie.

« C’était clair que je ne pouvais pas m’enfuir (…) J’ai regardé autour de moi et j’ai décidé de ne pas résister », dit-il. « Malheureusement, j’ai signé. » Pourtant, Andreï vient de commencer ses études à l’université. « Comme on dit ici, la Russie est un pays où l’ordre du possible est infini », remarque amèrement l’intéressé. Andreï, qui cherche encore un avocat, a finalement décidé de ne pas se rendre au bureau de mobilisation à l’heure dite, 10h jeudi. Et il ne sait pas quelles seront les conséquences.

Le peuple tatar ciblé par Poutine

Autre preuve que Vladimir Poutine se sert de la mobilisation pour se débarrasser de ceux qu’il estime gênant : le taux de Tatars de Crimée ayant reçu une convocation. Selon l’ONG SOS Crimée, citée par Franceinfo, la mobilisation générale vise très largement des membres cette minorité dans la région annexée par la Russie depuis 2014.

Selon eux, 90 % des ordres de mobilisation en Crimée ont été reçus par des Tatars, alors qu’ils ne représentent pas plus de 15 % de la population. « Une telle ampleur de la mobilisation peut conduire à un génocide caché du peuple tatar de Crimée », a dénoncé leur représentant, Yevgeny Yaroshenko.

Vendredi soir, dans son allocution quotidienne, Volodymyr Zelensky a lui aussi affirmé qu’en Crimée, « il y a des tentatives pour trouver et mobiliser autant d’hommes que possible », notamment parmi la minorité tatare. Il s’est ainsi adressé « à tous nos habitants dans le territoire temporairement occupé » pour les appeler à « faire l’essentiel » : « Sauvez vos vies et aidez-nous à affaiblir et à détruire les occupants. Cachez-vous de la mobilisation russe par tous les moyens. Évitez les lettres de conscription. Essayez de vous rendre sur le territoire libre de l’Ukraine », leur a-t-il dit.

Si échapper à l’enrôlement est impossible, « sabotez toute activité de l’ennemi, entravez toute opération russe, fournissez-nous toute information importante sur les occupants ».

Des preuves difficiles à recueillir

Mais les Tatars de Crimée ne sont pas la seule minorité concernée, même si les preuves sont difficiles à recueillir. « L’appel tombe le plus durement sur les communautés déjà les plus durement touchées par la guerre, en particulier les minorités ethniques », pointe le chercheur britannique Sam Green sur Twitter.

Le spécialiste souligne en particulier le cas des habitants du Daghestan, dans le Caucase, ou encore de la minorité iakoute en Sibérie. Le média d’opposition en langue russe et anglaise Meduza relate pour sa part la mobilisation accrue des réservistes en Bouriatie, région très pauvre à l’extrémité orientale de la Sibérie.

« Le racisme et le classisme font partie du processus. Les guerres sont presque toujours menées par les exclus, les marginalisés et les pauvres au nom des puissants — et la Russie ne fait pas exception à cet égard », souligne Sam Green.

OLGA MALTSEVA

https://www.huffingtonpost.fr/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin