27 mars 2022 ~ 0 Commentaire

douarnenez (le-tel le-pb)

bretagne_antifascsiste_breizh_antifa

À Douarnenez, croix gammées, inscriptions antisémites et tags pro-Zemmour sur le local du PS

Dans la nuit de samedi à dimanche, le local du Parti socialiste, à Douarnenez, a été la cible de nombreux tags à caractère raciste et antisémite.

Les automobilistes et passants n’ont pas pu les rater en empruntant la rue Louis-Pasteur : le local du Parti socialiste, à Douarnenez, a été la cible de nombreux tags à caractère raciste et antisémite, dans la nuit de samedi à dimanche. Plusieurs croix gammées ont été dessinées sur les murs du bâtiment, ainsi que de nombreuses inscriptions pro-Zemmour. Le visage d’Anne Hidalgo a également été recouvert d’une étoile de David, accompagnée du mot « Juif » ainsi que d’un marteau et d’une faucille.

La section douarneniste du Parti socialiste indique qu’une plainte sera déposée ce dimanche à la gendarmerie.

« Acte imbécile et intolérable »

« Avec ce genre d’actes, on en finit par se demander s’il faut garder les locaux de formation politique aussi visibles », considère Florence Crom, élue socialiste de l’opposition au conseil municipal de Douarnenez, selon qui le local du PS a déjà été visé par des inscriptions hostiles par le passé, dans une moindre proportion toutefois.

Elle comme de nombreux autres militants et responsables du Parti socialiste, locaux, départementaux et nationaux, ont dit leur consternation, sur les réseaux sociaux, ce matin. Tristan Foveau, premier secrétaire fédéral, évoque ainsi un « avilissement du débat démocratique (qui) libère les pires abjections et les expressions les plus lâches ».

Maire de Morlaix, Jean-Paul Vermot parle quant à lui d’un « acte imbécile et intolérable », tandis que Jérôme Guedj, ancien président du Conseil général de l’Essonne, condamne une « manifestation ordinaire de l’antisémitisme décomplexé ».

Dans un communiqué, l’UDB Ouest-Cornouaille a à son tour réagi, considérant que « même la Bretagne n’est plus épargnée aujourd’hui » par l’extrême-droite, courant politique synonyme, selon la formation régionaliste de gauche, de « rejet de l’autre, refus de la différence et souvent de guerre ».

Ce ne sont pas les premières croix gammées tracées à Douarnenez dans le cadre de la campagne : fin janvier, le symbole nazi avait déjà été dessiné sur des panneaux d’affichage libre.

Dimitri L’Hours  27 mars 2022

https://www.letelegramme.fr/

carmba--encore-trop-a-droite

À Douarnenez, le soutien à l’Ukraine torpillé par un élu très à droite

Alors que les soutiens à l’Ukraine et aux réfugiés se multiplient de la part des collectivités locales depuis le début de l’invasion russe, le conseil de Douarnenez communauté (jeudi 24 mars) a tranché sur l’unanimisme ambiant. Pas sûr que le territoire et ses élus en sortent grandis…

En cause, un vœu de soutien à l’Ukraine, dont le texte ne semblait pourtant pas particulièrement clivant, puisqu’il réaffirmait le soutien de principe à l’Ukraine et aux sanctions internationales, et demandait un cessez-le-feu et l’ouverture de corridor humanitaire. Il devait être transmis à l’ambassadeur de la Fédération de Russie. Une démarche symbolique, certes, mais positive pour le moral des Ukrainiens, à qui il n’est jamais superflu de rappeler qu’ils ont le soutien au moins moral des populations européennes. Surprise : le vœu sera rejeté !

« Trop politique », a-t-on pu entendre lors de la soirée. Comme si les élus du peuple ne pouvaient pas prendre de position politique… Notons que l’argument selon lequel les collectivités locales n’auraient pas à se mêler de relations internationales est également mis en avant au Conseil régional de Bretagne par le groupe d’extrême-droite Rassemblement national.

Le vrai problème vient sans doute d’un passage du vœu appelant à « accueil digne de tous les réfugiés qui fuient la guerre sans distinction de nationalité ». Dominique Boucheron, premier adjoint à Douarnenez, a en effet jugé nécessaire de faire le distinguo entre les réfugiés ukrainiens fuyant la guerre et ceux qui en « profiteraient » pour venir.

Il ne s’agissait manifestement pas d’un moment d’égarement, puisque le même élu avait déjà ciblé « les gens de couleurs » comme seuls responsables de l’oubli « des directives sanitaires préfectorales quant à une pêche “raisonnée” » (1 )dans sa ville, déclenchant une vague de critiques pour le racisme de ses propos (il a néanmoins été maintenu dans ses fonctions).

La coalition d’un élu manifestement hostile à l’accueil de réfugiés et d’autres élus refusant de condamner l’invasion russe a donc fait échouer le vœu. L’élue douarneniste Florence Crom, qui siège à Douarnenez dans l’opposition à Mr Boucheron, s’est indignée des propos tenus en particulier sur les réfugiés. Une aide financière à l’Ukraine a tout de même été votée.

Cet épisode honteux est un vrai cas d’école du poids que peuvent acquérir les idées d’extrême-droite lorsqu’elles avancent masquées, dans des instances intercommunales où l’on prétend de plus en plus « ne pas faire de politique. »

1« Les propos du premier adjoint au maire de Douanenez suscitent l’indignation », Le Télégramme, 28 juillet 2020.

25 mars 2022

http://lepeuplebreton.bzh/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin