03 avril 2021 ~ 0 Commentaire

serigne mbayé (el diario)

madrid

.
Serigne Mbayé : « Nous faisons partie de cette classe ouvrière qui a besoin que beaucoup de choses changent à Madrid ».

Un mantero ne cesse jamais d’être un mantero ?

C’est totalement faux. J’ai été un mendiant et je l’ai laissé. Aucun mantero ne veut en être un. Nous sommes obligés de l’être, et l’obligation de beaucoup n’est pas de pouvoir avoir des papiers pour travailler dans autre chose. Lorsque nous régularisons notre situation, nous cherchons d’autres emplois et j’en donne un exemple.

Ce qui se passe, c’est qu’une fois que nous subissons cette condition et que nous en sortons, nous sommes toujours solidaires de ceux qui sont encore dans la rue. Je suis passé par là et je sais que ce n’est pas juste, c’est très dur. C’est ce qui nous pousse à nous battre pour sortir nos camarades de cette situation. Dans le syndicat, nous les soutenons en dénonçant leur situation et en les défendant, nous qui avons déjà des papiers et du travail.

L’État espagnol criminalise-t-il le besoin de toute personne de gagner sa vie ?

Oui, c’est une criminalisation à partir du moment où vous arrivez ici et que vous n’avez pas de papiers. Ils vous obligent à rester 3 ans dans le pays sans pouvoir régulariser votre situation. Comment pensent-ils que quelqu’un peut gagner sa vie sans papiers ? On ne trouve pas de travail et on choisit de vendre des produits dans la rue.

Nous vous avons vu à de nombreuses reprises votre syndicat dénoncer le racisme institutionnel qui, selon vous, est présent en Espagne. Dans quelles situations quotidiennes se manifeste-t-il ?

Dans de nombreux aspects mais, pour ne donner qu’un exemple, dans la question des nominations en matière d’immigration. Quelque chose qui devrait être aussi simple que de renouveler sa carte d’identité ou de s’enregistrer en tant que citoyen est vraiment difficile.

Ils établissent des horaires compliqués. Il y a des personnes dont les papiers ont expiré depuis un an et qui ne peuvent pas les renouveler faute de rendez-vous. C’est quelque chose que l’administration fait et qui nous met dans un trou qui peut signifier que vous pouvez même perdre votre emploi parce qu’il y a des entreprises qui licencient les gens s’ils ne présentent pas la carte de renouvellement de leurs papiers à temps. Il y a clairement une discrimination entre l’autochto-ne et l’étranger. Vous ne verrez jamais un Espagnol qui doit attendre un an pour renouveler son DNI (carte d’identité).

Avec la pandémie, le mantero a disparu. Au début, les manteros ont survécu grâce au système d’aide que le syndicat a mis en place, mais les choses ont traîné en longueur.

Comment survit aujourd’hui un mantero qui ne peut pas gagner sa vie dans la rue ?

La crise est très longue, nous continuons à tirer cette boîte de résistance que nous remplissons ensemble avec des contributions bihebdomadaires ou mensuelles et qui est presque vide. Avec cet argent, nous distribuons de la nourriture et des aides au loyer. Nous fournissons également des traducteurs.

Personne ne s’est intéressé à tout cela. Maintenant, la situation est vraiment foireuse. Mais nous réfléchissons aussi à d’autres moyens de surmonter cette crise et de sortir nos camarades de la rue, car nous n’attendons pas que tout cela se termine pour y retourner, mais nous cherchons des moyens pour que, lorsque la pandémie sera passée, nous soyons entendus. Nous sommes à la recherche d’idées et de moyens pour générer du travail pour nos collègues afin qu’ils puissent trouver un moyen différent de gagner leur vie.

Quel rôle jouent les services sociaux municipaux pour endiguer cette crise ?

Si vous devez donner une note, c’est zéro. Ils n’ont rien fait. Le quartier où nous sommes, Lavapiés, où nous avons notre siège, a été sauvé par toute l’organisation des différents groupes, qui collectent des fonds, de la nourriture et la distribuent aux personnes dans le besoin.

Mais à aucun moment les services sociaux n’ont fait quoi que ce soit. Au-delà de la nourriture, nous n’avons pas eu de traducteurs dans le système de santé publique pour s’occuper des résidents dans leurs différentes langues et beaucoup ne connaissaient pas bien la langue. C’est quelque chose de très sérieux dans une crise sanitaire.

Le fait que dans un quartier comme Lavapiés, il y ait des collectifs de migrants, de femmes, anti-évictions, des garde-manger solidaires et même un musée national comme le Reina Sofía unis pour réclamer la justice sociale, qu’est-ce que cela signifie ?

Il est impossible d’attendre quoi que ce soit de l’administration actuelle. Ils ne vont rien proposer. Nous le savons déjà et nous savons aussi que nous dépendons de nous-mêmes, de cette union de voisins, de cette union de collectifs, car nous sommes tous discriminés et nous nous sentons tous discriminés. Nous devons nous unir et nous sauver d’en bas. Telle a été notre stratégie et c’est la seule chose qui nous aide dans cette crise. L’administration devrait s’occuper des besoins des gens mais elle les a ignorés. Il y a une partie du peuple qui existe pour eux et une autre partie qu’ils n’ont pas prise en compte.

Dans cet environnement, qui était jusqu’à présent le vôtre, vous vous sentez comme un voisin comme les autres. Pensez-vous qu’il en sera de même en politique ?

Je suis une des personnes qui forment Madrid, peu importe si c’est noir ou blanc. Je me considère comme un citoyen et tous les citoyens ont le droit de faire partie de cette ville et de cette communauté. Nous devons rendre visible le fait que nous sommes de Madrid et que nous devons avoir le droit de prendre des décisions et de représenter les groupes que nous avons toujours représentés et de nous battre pour que tout le monde soit inclus. Je ne changerai jamais de politique.

Comment Podemos Uni vous a-t-il recruté, comment s’est déroulée l’approche et pourquoi avez-vous accepté d’entrer en politique ?

Ils m’ont d’abord contacté par téléphone, puis nous nous sommes rencontrés pour discuter de la proposition qu’ils me faisaient. J’ai discuté de la proposition au sein du Sindicato de Manteros et nous l’avons évaluée. Je devais prendre une décision pour moi-même, mais il était également nécessaire que le collectif y réfléchisse.

Nous l’avons mis sur la table et nous avons dit oui, qu’ils nous proposaient un projet qui nous représente et dans lequel nous nous sentons identifiés à ce qu’ils veulent faire et montrer que Madrid est diverse. Le fait de voir que j’ai une place dans ce projet est positif. Nous avons décidé qu’en raison de la lutte de nombreux groupes que nous représentons, il serait bon pour moi de faire partie de ce projet pour essayer de changer Madrid. Et Madrid va changer.

Vous y allez en tant que numéro 9 sur la liste…

Nous avons clairement indiqué que je n’irais pas sur les listes pour la remplir. Je veux faire pression pour que ce projet voie le jour. Nous voulons qu’il y ait un changement et que notre lutte soit visible. Ce n’est pas une question de pouvoir, mais je ne voulais pas non plus être le dernier sur la liste.

Ce projet est très ambitieux. Le fait que dans la candidature il y ait un travailleur comme moi, un chauffeur de taxi ou un collègue de la PAH (locataire expulsé) de Vallecas en dit long sur le projet, sur ce que veut faire Unidas Podemos.

Cela fait longtemps que nous nous plaignons de la santé publique, des transports publics, de l’éducation publique, du racisme ? Ce sont des questions qui touchent avant tout les habitants des quartiers pauvres. La présence de la police dans les quartiers pauvres est du harcèlement, il y a des caméras partout dans des endroits comme Lavapiés, où ils veulent générer de l’alarme et faire voir aux gens un danger qui n’existe pas. Ce sont des questions que nous voulons changer en tant que Madrilènes et pour cela, nous devons appeler aux urnes les personnes qui les subissent.

Auriez-vous accepté l’offre d’aller sur les listes d’une autre formation ?

Je ne connais pas le projet des autres groupes et ils ne nous l’ont pas proposé. Mais s’ils l’avaient fait, nous aurions évalué ce qu’ils nous avaient dit pour voir s’il s’agissait de quelque chose auquel nous pouvions nous identifier et auquel nous pouvions participer. Ce n’est pas qu’ils nous offrent quelque chose et que nous entrons.

Nous apprécions le projet et ce qu’ils veulent faire parce que nous sommes la classe ouvrière, une partie de la classe ouvrière qui a besoin que beaucoup de choses changent à Madrid. En tant que manteros, nous sommes des personnes de la classe ouvrière qui souffrent du racisme qui existe et c’est quelque chose que Podemos nous propose de changer.

D’après les sondages, il est facile pour vous de devenir député, que Podemos arrive ou non au pouvoir en coalition. Pablo Iglesias a assuré qu’à partir du 4 mai, vous devrez être appelé « señor » ?

Je connais bien les choses à changer : les transports, l’éducation, le besoin d’interprètes pour les hôpitaux, le travail précaire. Ce sont des choses qui touchent directement beaucoup d’entre nous, car je fais partie des habitants des quartiers pauvres. Ce sont des difficultés que j’ai eues et que je continue à avoir. Je les connais bien et c’est pourquoi nous demandons le vote du peuple immigré, du peuple humble. Il y a beaucoup de choses à améliorer et nous devons aussi arrêter la montée en puissance de Vox, avec qui Ayuso veut faire un pacte.

En parlant de vote, avez-vous toujours exercé votre droit de vote depuis que vous êtes en mesure de le faire ?

J’ai toujours voté. Si vous ne votez pas, vous ne pouvez rien changer. J’ai des collègues qui n’ont pas voté jusqu’à présent, mais ils vont voter lors de ces élections.

Enfin, vous avez vécu la difficulté d’accéder à l’une des mesures du gouvernement dans cette législature: l’approbation du revenu minimum d’existence (RMI). Avez-vous eu l’occasion d’en parler avec Pablo Iglesias ? Êtes-vous conscient qu’il n’arrive pas, du moins avec la rapidité nécessaire en ces temps ?

Je n’ai pas encore eu l’occasion d’en parler avec lui, mais ce sont des questions qui sont claires pour moi. J’ai aidé des personnes à obtenir l’IMV et ensuite le revenu minimum. Nous allons nous asseoir et en parler. C’est une chose très ambitieuse à changer.

Pensez-vous qu’avec un ancien vice-président comme numéro 1 de la liste à laquelle vous participez, vous allez avoir une ligne directe avec le gouvernement pour la régularisation des migrants ?

Tout cela relève de la responsabilité de plusieurs administrations. S’ils veulent que la vente de rue disparaisse, il y a des politiques inclusives qui peuvent être faites. Il faut d’abord commencer à agir dans les communautés autonomes, puis obliger le gouvernement central à prendre également des mesures. Tout se passe étape par étape. Chacun doit faire son travail.

La régularisation est l’affaire du gouvernement central, mais les régions autonomes et les conseils municipaux doivent réagir en promouvant des politiques d’inclusion, des politiques sociales et pas seulement des mesures policières, comme c’est le cas actuellement dans la Communauté de Madrid.

Nous devons suivre des lignes pour que nous puissions tous nous intégrer d’une manière ou d’une autre et accéder au marché du travail, car les manteros et les sans-papiers sont déjà là et les signaler et les criminaliser n’est pas la voie à suivre.

L’ancien porte-parole du Sindicato de Manteros de Madrid est une des personnes  les plus médiatisées de Pablo Iglesias pour la candidature de Unidas Podemos à l’Assemblée de Madrid. Nous nous sommes entretenus avec ce militant bien connu du quartier madrilène de Lavapiés au sujet des changements dont, selon lui, la Communauté a besoin et des raisons pour lesquelles il s’est lancé dans la politique.

Lors de la présentation des membres de la candidature de Unidos Podemos à l’Assemblée de Madrid jeudi dernier, Pablo Iglesias n’a pas demandé le vote pour une liste de gauchistes, mais a invité à la mobilisation des gens modestes, des quartiers, en faveur de l’un d’entre eux.

En ce sens, la signature pour son projet d’activistes comme Alejandra Jacinto, avocate de la Plateforme anti-évictions ; Agustín Moreno, vétéran syndicaliste et membre de la Marée verte ; Cecilio Rodríguez, chauffeur de taxi contre l’ubérisation et en faveur des services publics, et Serigne Mbayé, porte-parole du Sindicato de Manteros de Madrid et membre de l’Assemblée de Sin Papeles, pourraient être considérés comme la manœuvre intelligente d’un bon stratège qui fait appel à des leaders de collectifs déjà bien organisés et actifs pour encourager le pourcentage élevé d’électeurs potentiels de gauche qui ne répondent pas toujours à l’appel des urnes.

De cette poignée de visages indépendants figurant sur la liste du parti violet, il est possible que celui de Mbayé, madrilène d’origine sénégalaise et numéro 9 de la candidature, soit le plus inattendu. Il ne fait aucun doute que sur la photo de famille des aspirants députés régionaux, sa silhouette longiligne se distingue de toutes les autres et Iglesias le présente comme « le plus espagnol de tous ceux qui se présentent aux élections de la Communauté de Madrid ».

Serigne Mbaye est arrivé en Espagne sur un bateau en 2006 et quatre ans plus tard, il a réussi à régulariser sa situation. Nous l’avons rencontré à Lavapiés, au siège du Sindicato de Manteros, une organisation dont il se déclare ancien porte-parole. En réalité, ce siège se trouve dans les locaux communs gérés par l’association Mbolo Moy Dole (L’union fait la force) où, par exemple, on apprend aussi à lire et à écrire aux personnes analphabètes, on donne des cours d’espagnol aux migrants et un soutien scolaire aux enfants, on aide à demander des allocations et à faire toutes sortes de démarches pour les personnes qui ont du mal à s’en sortir seules.

Serigne n’est pas seulement connu à Lavapiés pour son travail au sein du Sindicato de Manteros mais, en tant que l’un de ses représentants, il a été impliqué dans toutes les initiatives du mouvement social actif dans cette zone centrale de la capitale. Soudain, ce n’est pas seulement l’hypothétique projecteur de son quartier qui est braqué sur lui.

Antonio Pérez 3 avril 2021

https://www.eldiario.es

Lire aussi:

Elections en Espagne : le Sénégalais Serigne Mbaye, ex migrant clandestin, recruté par le parti Podemos à Madrid

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin