21 janvier 2021 ~ 0 Commentaire

aumôniers espagne (pùblico)

eglise

L’église aime l’argent … et les fachos

Covid et religion

Les prêtres qui prient aux frais de l’État

Le 27 août 1953, au nom de la Très Sainte Trinité, a été signé le Concordat entre le Saint-Siège et l’Espagne, dont le but, comme l’indique son premier paragraphe, est d’obtenir le plus grand bien de la vie religieuse en conformité avec la Loi de Dieu. Il ne fait aucun doute que cet objectif a été atteint.

Dans les années 1976 et 1979, les textes de l’accord ont été révisés et mis à jour, dans les deux documents la validité du Concordat de 53 continue à être reconnue, une reconnaissance qui se traduit par le maintien des prébendes de l’Église catholique ; l’accord pour l’assistance religieuse dans les hôpitaux, qui réglemente le financement des aumôniers hospitaliers est l’un d’entre eux.

En janvier 2021, et comme un de plus des multiples privilèges de l’église catholique, la figure de l’aumônier hospitalier est toujours en vigueur dans les hôpitaux publics, ce sont des prêtres, dont la tâche devrait être seulement et exclusivement à la demande du patient, aux frais du trésor public.

Les services de santé des différentes communautés autonomes paient le salaire des aumôniers qui sont sur la même feuille de paie que le personnel de santé ; leur « travail », totalement éloigné des soins de santé proprement dits d’un centre hospitalier, consiste à apporter une assistance catholique aux patients catholiques : visites, conseils religieux et moraux, célébration des actes de culte, administration des sacrements…..

Rien qu’en Galice, il y a 41 religieux catholiques qui reçoivent un salaire pour les « services rendus » dans les différents hôpitaux de Galice.

Dans un scénario de pandémie hospitalière, avec des chapelles d’hôpitaux fermées, sans accès à la plupart des zones, ces infatigables  » travailleurs  » ne seront pas privés de leur honteux salaire, dans le budget santé de la Xunta (gouvernement de Galice) pour l’année 2021 700 000 euros seront versés aux prêtres catholiques en paiement de  » leurs services « .

Répartis sur toute l’étendue de la géographie espagnole, rien qu’en Galice, qui compte sept zones de santé, 41 prêtres catholiques reçoivent un salaire pour les « services rendus » dans les différents hôpitaux galiciens.

Les coupes dans le secteur de la santé qui frappent ce groupe ne se répercutent pas sur le salaire de ces prêtres qui reçoivent leur chèque du même patron que les 200 infirmières galiciennes chargées de la première phase du vaccin contre le COVID-19.

Le personnel de santé est réduit dans les centres de santé et les hôpitaux mais pas le nombre d’aumôniers catholiques, un prêtre logé et nourri gratuitement qui, au salaire qu’il reçoit de son diocèse, ajoute le salaire de l’hôpital, avec les chèques restaurant correspondants.

Pilar Rego 21 janvier 2021

https://www.nuevatribuna.es/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin