20 janvier 2021 ~ 0 Commentaire

ugt ccoo (nueva tribuna)

ccoo

CCOO et UGT appellent aux premières mobilisations contre le gouvernement PSOE-Podemos

DES ÉVÉNEMENTS LE 11 FÉVRIER ANNONCÉS DANS TOUTE L’ESPAGNE

Ils demandent l’augmentation du salaire minimum et l’abrogation des réformes du travail et des retraites.

Sous le slogan « Ahora Sí Toca », CCOO et UGT ont lancé un appel à la mobilisation dans tout le pays pour le 11 février. Ils demandent au gouvernement d’augmenter le salaire minimum professionnel et d’abroger la réforme du travail et des retraites.

Ce sont les premières protestations appelées par les deux principaux syndicats contre l’Exécutif de Pedro Sánchez après un an et demi de soutien et de dialogue dans le cadre du dialogue social.

L’un des éléments déclencheurs de cette décision a été la décision du gouvernement de geler la hausse du SMI, comme l’avaient demandé les employeurs. Ces derniers jours, les deux syndicats ont fortement critiqué le « droit de veto » accordé à la CEOE (Medef) et ont montré leur inquiétude face à la paralysie des réformes du travail engagées dans l’accord gouvernemental du PSOE et de l’ONU Podemos.

Unai Sordo et Pepe Álvarez ont annoncé ce mardi le début des mobilisations le 11 février devant les sous-délégations de gouvernement de toutes les communautés autonomes. Ils demandent que toutes les tables de négociation soient promues et que l’agenda social et du travail, paralysé au début de la pandémie en mars 2020, soit activé.

Les secrétaires généraux du CCOO et de l’UGT estiment qu’il n’y a aucune raison de ne pas porter le SMI à 60% du salaire moyen du pays d’ici la fin de la législature : « Le gel ne fait que nuire à ceux qui en ont le moins », a déclaré M. Alvarez.

Les deux syndicats exigent des mesures fortes pour l’ »urgence sociale » causée par la pandémie, notamment que le revenu minimum vital « atteigne la population ».

Le but de ces protestations, selon les termes du dirigeant de CCOO, est « la correction en profon-deur des aspects les plus nuisibles, pratiquement tous, des réformes du travail qui ont fait tant de mal aux travailleurs ». Il a notamment cité « la limitation du recours au licenciement grâce à une flexibilité interne convenue, la réglementation de la sous-traitance, la récupération de la valeur des négociations collectives », entre autres.

UGT et CCOO soulignent également la nécessité d’abroger la réforme des retraites de 2013 et de revenir à l’accord de 2011. « C’est sur cette base que la négociation d’un nouvel accord doit avoir lieu. Nous n’allons pas permettre à une tierce partie de participer à la négociation, qu’il y ait des conditions externes au gouvernement et aux agents sociaux. L’Union européenne ne peut être un prétexte pour réduire les pensions actuelles et futures », a souligné le dirigeant de l’UGT.

19 de enero de 2021

https://www.nuevatribuna.es/

Commentaire:

UGT et CCOO représentaient ici CFDT et CGT. CCOO comme ici la CGT s’est séparée du PC. Le gouvernement est composé du PSOE hégémonique et de Podemos allié aux ex-PCE de Izquierda Unida. Il a été soutenu aussi par certains nationalistes catalans, basques, galiciens.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin