16 septembre 2020 ~ 0 Commentaire

vooruit (rtbf psl)

collapsologie

Ne l’appelez plus SP mais « Vooruit »

Le parti socialiste flamand SP.a change de nom. Il devrait désormais s’appeler « Vooruit », qui signifie « En avant ». Drôle de hasard, en italien cela donnerait « Avanti ». Le parti, sous la conduite de Conner Rousseau, est dans une phase de réflexion et d’évolution, pour se moderniser et tenter de retrouver un électorat plus large.

Vooruit, un clin d’œil

En décembre, le parti devrait se transformer en « Vooruit », en français « En avant ». Un change-ment en clin d’œil au passé puisque Vooruit était le nom d’une coopérative ouvrière socialiste gantoise du 19è siècle, c’est toujours le nom d’une salle de spectacles renommée de Gand.  C’était aussi le nom du premier quotidien socialiste flamand « Vooruit », devenu dans les années 1970 le « Morgen ».

Ainsi, au cœur du parti, ce changement de nom doit être le point de départ d’un renouveau. « Ce sera plus qu’un nouveau nom, ce sera un mouvement en vue de l’avenir avec lequel nous voulons rassembler tous les Flamands progressistes et participer à la politique d’une manière nouvelle et positive », a d’ailleurs indiqué Conner Rousseau.

Pour le président de parti, l’idée de ce changement de nom est « un clin d’œil à notre passé, mais dans une perspective d’avenir ». C’est en décembre que ce changement de nom devrait être officiellement acté.

 mercredi 09 septembre 2020

https://www.rtbf.be/

ps cons

Changement de nom au SP.a : d’un parti à une marque électorale

Avec le changement de nom du SP.a en « Vooruit » (en avant), le président du parti Conner Rousseau franchit les dernières étapes d’un processus qui à l’œuvre depuis un certain temps : le passage d’un parti à une marque électorale.

La référence au socialisme disparaît du nom et se retrouve en simple baseline (de socialistische beweging / le mouvement socialiste), à la manière des slogans de marque. Il ne s’agit de rien d’autre qu’une manœuvre électorale visant à ne pas totalement balancer à la poubelle à la fois la référence historique ainsi que le lien avec la mutuelle et le syndicat.

Le terme de « mouvement » n’a rien à voir non plus avec ce que les militantes et militants, les jeunes et les travailleuses et travailleurs entendent par un mouvement combatif et démocratique. Il s’agit d’un terme à consonance progressiste adopté pour définitivement abandonner le concept d’un parti d’affiliés, avec des structures démocratiques et des décisions prises démocratique-ment.

Nous avons demandé leur réaction à deux membres du PSL/LSP qui étaient auparavant membres du SP ainsi qu’au porte-parole du PSL/LSP, Bart Vandersteene :

« Pour le PS.a, le socialisme n’a longtemps été qu’une référence au passé. En ce sens, ce changement de nom est une conclusion logique. Le SP.a avait déjà depuis longtemps embrassé le libre marché : il s’est retrouvé aux commandes des (contre)réformes de nos retraites, des diminutions du budget de l’enseignement, de la privatisation des services publics,…

Bref, il a contribué à démanteler ce que le mouvement ouvrier avait construit. Le « clin d’œil » au passé et à la coopérative ouvrière Vooruit est donc un clin d’œil d’adieu. »

Jo Coulier (ancien membre du Bureau national des jeunesses socialistes du SP et de diverses structure de la direction du SP à Gand, aujourd’hui militant de la CGSP Enseignement en Flandre, l’ACOD-Onderwijs)

« Dans ce qui était autrefois un parti ouvrier, les carrières ont depuis longtemps pris le pas sur l’idéologie et encore plus sur la lutte de terrain. Ils ont non seulement chassé leur base en la laissant orpheline, mais ils ont également perdu toute pertinence auprès des jeunes et des travailleurs en quête d’inspiration et d’idées pour s’organiser aujourd’hui et lutter en faveur d’un autre avenir que celui que réserve le capitalisme. Ce parti ne représentera aucun progrès pour la classe ouvrière. »

Eric Byl (ancien membre du bureau national des jeunesses socialiste du SP et ancien secrétaire politique du SP à Grammont, il travaille actuellement pour Alternative Socialiste Internationale, l’organisation internationale dont le PSL/LSP est la section belge)

« Au moment où le capitalisme nous plonge dans une nouvelle crise profonde et où des personnalités telles que Bernie Sanders, Alexandria Occasio Cortez et Kshama Sawant expriment le regain d’intérêt pour le socialisme, Conner Rousseau en éloigne encore plus le parti. Le socialisme vaut bien plus qu’un clin d’œil ou un calcul électoral. Il s’agit du changement de société nécessaire pour lequel nous devons nous battre afin de mettre un terme aux horreurs du capitalisme. L’ambition du PSL/LSP est de donner au socialisme un contenu combatif avec lequel les jeunes et les travailleurs peuvent s’armer pour renverser le capitalisme. »

Bart Vandersteene, porte-parole du PSL/LSP

jeudi 10/09/20

https://fr.socialisme.be/

Commentaire

La sociale démocratie (les PS) est née des syndicats (et de leurs coopératives, mutuelles etc). Elle est censée défendre les intérêts des travailleurs. Mais dès le début les partis de notables étaient « dérangés » par ces râleurs. En France la « Charte d’Amiens » de la CGT visait à s’autonomiser du PS participant au gouvernement. Le Labour GB maintient des liens officiels avec les syndicats. En Belgique le PS a eu aussi ces relations avec la FGTB.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin