03 juin 2020 ~ 0 Commentaire

abattoirs (pùblico)

vacharan

Pourquoi y a-t-il tant de foyers de coronavirus dans les abattoirs ?

Il se passe quelque chose d’étrange dans les abattoirs d’animaux du monde entier : un grand nombre des foyers de coronavirus se produisent dans ces établissements.

Des centaines d’abattoirs aux États-Unis ferment leurs portes après que des milliers de cas aient été confirmés. Le Centre américain pour le contrôle des maladies recense plus de 200 industries de la viande où le coronavirus a refait surface.

L’Allemagne a détecté 90 cas dans un abattoir de la région de Saxe. C’est la dernière d’une série de foyers qui ont touché des établissements de transformation de la viande dans plusieurs États.

En France, des foyers de coronavirus ont été confirmés dans deux abattoirs de l’ouest du pays.

En Espagne, plus de 370 travailleurs viennent d’être testés positifs dans une entreprise de viande de la ville de Binéfar (Huesca).

Des histoires comme celles-ci sont racontées dans d’autres pays comme le Canada, le Brésil, l’Australie, l’Irlande ou le Royaume-Uni.

Qu’est-ce que les abattoirs d’animaux ont de si spécial qu’ils multiplient les infections ?

Il n’y a pas encore de réponse scientifique définitive. Plusieurs hypothèses ont été avancées, mais nous ne savons pas encore laquelle est correcte ou s’il s’agit d’un mélange de facteurs.

a) Les abattoirs n’ont peut-être rien de particulier.

Il en sera de même dans d’autres industries lorsqu’elles rouvriront. Ils sont simplement un lieu de travail où il y a beaucoup de monde dans un petit espace où la distance de sécurité ne peut pas être respectée. Les abattoirs sont restés ouverts parce que la production alimentaire est le « service essentiel » par excellence. Les germes apparaîtront dans d’autres industries organisées en « chaînes de production » dès qu’elles auront retrouvé leur pleine capacité.

b) Le froid, l’humidité et l’effort physique.

Les abattoirs sont des lieux dotés d’immenses chambres froides à très basse température pour conserver la viande. Le travail demande beaucoup d’efforts physiques, ce qui implique un rythme cardiaque élevé et une respiration plus rapide. La combinaison de l’humidité, des basses températures et de l’effort pourrait favoriser la production et la persistance dans l’air d’aérosols (petites gouttelettes qui sortent de notre système respiratoire). Nous savons que le coronavirus se transmet par aérosols. Selon cette hypothèse, les abattoirs seraient des zones « idéales » pour la transmission.

c) Population sociale à risque.

Les épidémies en Allemagne ont créé une grande controverse sociale et politique sur les conditions de travail dans les abattoirs. La plupart des travailleurs sont polonais, roumains et bulgares, qui gagnent des salaires très bas et vivent dans de petits appartements partagés.
En réponse à ce scandale, le gouvernement allemand a interdit l’utilisation de contrats tempo-raires dans le secteur à partir de janvier 2021. Les abattoirs devront également installer des détecteurs d’empreintes digitales pour garantir le respect strict des horaires de travail légaux.

Alberto Sicilia 1er juin 2020

https://blogs.publico.es/alberto-sicilia/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin