21 février 2020 ~ 0 Commentaire

izquierda unida (pùblico)

 CANDIDATOS IZQUIERDA III

Garzón: « Ne pas s’allier avec Podemos aurait conduit à la disparition d’Izquierda Unida

La coalition de gauche entame samedi sa 12è Assemblée fédérale, après «l’étape historique» de l’entrée au gouvernement.

La Gauche Unie tiendra sa 12è Assemblée fédérale à un moment agéable. La coalition de gauche organise samedi son Assemblée et, dans ce contexte, elle espère mettre en marche la machine ​​de son prochain congrès, prévu le week-end du 12 juin.

La dernière Assemblée fédérale a eu lieu en 2016, il était donc obligatoire d’en tenir une autre en 2020, même s’il est possible que les élections catalanes, si elles sont finalement convoquées, puissent pousser au report de ce projet.

Pùblico a accédé au rapport de gestion que le coordinateur fédéral de l’organisation, également ministre de la Consommation, Alberto Garzón, lira samedi. Il met en évidence l’espace occupé aujourd’hui par IU, « une organisation que certains considéraient comme dépassée », au sein du gouvernement de coalition. « C’est une étape historique au cours des 85 dernières années au niveau symbolique et institutionnel ».

« Nulle part il était écrit que notre organisation survivrait à l’explosion du système des partis et, encore moins, qu’elle jouerait un rôle de premier plan »

Le texte défend également la confluence avec Podemos: c’était la bonne stratégie, comme le temps l’a confirmé, dit-il. L’alternative, c’est-à-dire participer séparément aux derniers rendez-vous électoraux, aurait conduit à la disparition de la Gauche Unie.

La réunion qui aura lieu à Madrid servira à Garzón pour défendre la transformation d’IU. D’un mouvement «avec un fonctionnement de parti classique», IU est devenue «plus démocratique, transparente et dotée de mécanismes efficaces de participation collective».

Le cycle politique électoral 2019 est, selon ce rapport, « satisfaisant », malgré « les difficultés de la phase politique », et malgré le fait qu’ils aient perdu des élus au Congrès et au Parlement européen: le décompte mentionne « deux Députés européens, 2 369 conseillers locaux, 11 parlementaires régionaux (deux de plus qu’en 2015 après avoir regagné une présence dans cinq communautés), trois députés d’État (plus deux députés des confluences régionales) et un ministre. « 

« Nulle part il n’était été écrit que notre organisation survivrait à l’explosion du système des partis et, encore moins, qu’elle jouerait un rôle de premier plan dans la construction collective de l’histoire de notre pays ».

IU se vante de jouir « d’un meilleur espace médiatique » qu’à d’autres époques, même quand ils étaient « la troisième force politique du pays ». Il reconnaît également que son «capital symboli-que » a été affaibli dans l’imaginaire collectif des citoyens» et c’est pourquoi il plaide pour le renforcement de l’organisation.

De plus, le coordonnateur fédéral de façon prévisible veut réduire la dette qui pèse sur la coalition. À cette tâche, sont consacrés 42% des revenus, pour la réduire de quatre millions d’euros (de 11 à 7 millions).

Renforcer l’IU, c’est renforcer Unidos Podemos

Dans un autre ordre d’idées, IU reconnaît que l’espace d’Unidos Podemos « est en déclin depuis 2016″, bien qu’il ait réussi à résister à « d’innombrables attaques sans précédent ».
«L’unité est le seul moyen, d’abord pour le bien des familles des travailleurs de notre pays et, ensuite, pour celui de notre organisation»

« Renforcer le mouvement politique et social IU ne signifie en aucun cas un renforcement de boutique, c’est-à-dire placer les intérêts partisans avant ceux de l’ensemble de l’espace et des familles de travailleurs. Renforcer le mouvement politique et social IU signifie renforcer le patrimoine politique, organisationnel et symbolique de l’ensemble de la gauche « .

Dans le contexte de polarisation, le pays menacé par l’extrême droite a besoin « d’une solide gauche transformatrice pour relier d’un fil rouge les espoirs à un avenir porteur d’espoir ».

Cette gauche doit « élargir son champ d’action politique au-delà de la sphère institutionnelle; renforcer l’espace d’Unidos Podemos pour construire l’unité populaire par le bas ». « L’unité est le seul moyen, pour le bien des familles de travailleurs de notre pays et, deuxièmement, pour celui de notre organisation », indique le rapport.

Eviter une fermeture « réformiste » à la crise du régime

D’autre part côté, le rapport de Garzón s’appuie sur le diagnostic selon lequel tout un cycle politico-institutionnel culmine maintenant, et que la crise du régime « reste ouverte », et l’un des objectifs d’IU est « d’éviter une fermeture réformiste » ou  » autoritaire. « 

« Nous sommes confrontés à un scénario sans précédent, l’aggravation des contradictions ouvre la possibilité d’un simple respect des droits sociaux les plus élémentaires après une décennie d’austérité et de revers ».

Madrid 21/02/2020 Alejandro López de Miguel

https://www.publico.es/

Commentaire:

On ne sent pas d’inquiétude face à la montée du fascisme!

Des grands partis communistes de « l’ouest », l’italien, le plus important, a disparu. Les grecs, français et portugais gardent le nom: KKE, PCF, PCP. Le PCE espagnol (comme l’italien) était moins « stalinien », il s’est transformé en « Izquierda Unida » un « Front de Gauche » avec des frictions entre tendances. IU n’existe pas en Catalogne, le puissant PSUC y a donné naissance à 2 petits partis qui sont dans « En Comù Podem » (avec Podemos et la maire de Barcelone Ada Colau). La coalition y a gagné les avant dernières élections. 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin