16 février 2020 ~ 0 Commentaire

coronavirus (marxist)

 chine
.
L’impact de l’épidémie de coronavirus sur le régime chinois
.
La propagation du coronavirus dans toute la Chine commence à avoir de graves répercussions politiques pour le régime. La colère des masses a éclaté lorsque le médecin qui avait initiale-ment mis en garde contre l’épidémie (et qui a été réduit au silence par le PCC) est décédé du virus. La situation est une cocotte-minute, et Xi Jinping a du mal à garder le couvercle fermé. Quelques semaines après l’apparition du nouveau coronavirus, les cas d’infection officielle-ment signalés dans toute la Chine ont atteint bien plus de 68 000 personnes.
.
Les villes «verrouillées» par le Parti Communiste Chinois (PCC) s’étendent de la province du Hubei, le centre de l’épidémie, aux provinces du Zhejiang, du Henan, du Shandong, du Heilongjiang, du Fujian et du Jiangsu, couvrant un total de 27 villes et plus. de 50 millions de personnes. L’ampleur de ce confinement est historiquement sans précédent. Pékin et Shanghai ont également été déclarées en état de «demi-verrouillage».
.
La propagation du virus à d’autres pays a également conduit l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à déclaré l’épidémie de coronavirus «urgence de santé publique de portée internationale». Cette épidémie virale, qui s’est plus propagée que l’épidémie de SRAS au début des années 2000, pourrait s’avérer être le plus grand défi politique pour le régime du PCC depuis que Xi Jinping a pris la barre.
.
Choc économique
.
La vie quotidienne de millions de Chinois a été gravement perturbée par le virus et les contre-mesures du PCC. De nombreuses villes du Wuhan appliquent un contrôle strict sur les mouve-ments des résidents, tandis que les contrôles de la circulation à des degrés divers ont été renforcés à travers le pays. La deuxième économie mondiale est en proie à une atmosphère de peur, qui s’ajoute au taux de croissance économique déjà en décélération.
.
Il est généralement admis que les industries du tourisme, de l’alimentation, de l’hôtellerie et du transport aérien en Chine subiront le premier impact du ralentissement de la circulation des biens et des services et de la baisse de la consommation, tandis que les services tels que les achats sur Internet seront également affectés. Dans cette situation, les petites et moyennes entreprises qui ne peuvent pas résister à ce choc économique risquent de sombrer.
.
Selon une estimation de l’équipe autour de l’économiste en chef du groupe chinois Evergrande, Ren Zeping, par rapport à la nouvelle année 2019, l’industrie du cinéma chinois a perdu 7 milliards de RMB de revenus (environ 1 milliard de dollars), l’industrie de la restauration au détail a perdu 500 milliards de RMB (environ 71 milliards de dollars), et l’industrie du tourisme a perdu 500 milliards de RMB.
.
Les pertes de ces trois industries représentent à elles seules l’équivalent de 4,6% du PIB de la Chine au premier trimestre de 2019. Wang Chenwei, chercheur à la China Society of Macro-economics du gouvernement prédit que l’épidémie pourrait mettre plus de pression sur le commerce extérieur de la Chine ainsi que sur les d’investissement. Plus important encore, le choc économique que l’épidémie a provoqué sur la Chine se déroule dans le contexte d’une économie mondiale en crise.
.
Le rapport de Ren Zeping souligne:«Certains croient que l’impact économique du nouveau coronavirus ne sera pas plus (grave) que celui du SRAS. Nous pensons que c’est trop optimiste. En 2003, le taux de croissance économique de la Chine a atteint 10%. Maintenant, il est à 6%. En 2003, la Chine venait de rejoindre l’OMC, (Organisation Mondiale du Commerce) pour la population c’était payant et l’augmentation des exportations avait atteint 30%.
.
Aujourd’hui, avec les frictions de la guerre commerciale sino-américaine, le vieillissement de la population et l’augmentation générale des coûts, le taux de croissance des exportations en 2019 n’était que de 0,5%, proche de zéro.
.
En 2003, la Chine était dans la phase initiale de la relance économique, maintenant que l’économie chinoise ralentit depuis plus de dix ans, en plus de l’effet du désendettement financier et de la guerre commerciale sino-américaine, l’épidémie aggravera inévitablement la situation des entreprises.
.
En outre, au début de l’épidémie de SRAS de 2003, la production n’a pas été affectée en raison de la suppression des informations, alors qu’aujourd’hui les mesures (du gouvernement) ont été plus immédiates et décisives, ce qui aura également clairement un impact sur l’économie et toutes les industries. « 
.
Ren Zeping et d’autres économistes chinois, officiels et privés, ont tous tendance à présenter des perspectives finalement optimistes pour la reprise économique éventuelle de la Chine. Mais les marxistes comprennent, que ce soit en Chine ou ailleurs dans le monde, le système capitaliste est dans un état de décadence sénile, ce qui ouvre la voie à une crise économique mondiale.
.
Même avant l’épidémie, le ralentissement de la croissance de l’économie chinoise suscitait déjà des inquiétudes au niveau international. Une crise politique ou économique dans n’importe quelle partie du monde pourrait à son tour entraîner une nouvelle crise économique mondiale, dont l’ampleur serait plus grande que celle de la Grande Récession de 2008. La Chine ne sera pas à l’abri de telles pressions, ce qui polariserait à son tour la situation politique et économi-que générale à l’intérieur du pays. En fait, la pression économique et politique dans la société chinoise provoquée par l’épidémie pose déjà des défis sans précédent pour le régime totalitaire du PCC.
.
Complications politiques
.
Le PCC a toujours justifié son autoritarisme omniprésent en affirmant qu’il assure le dévelop-pement économique. La façon dont cette nouvelle épidémie s’est développée révèle néan-moins aux yeux du peuple chinois que cette bureaucratie à but lucratif est en fait l’une des principales sources de la crise économique, politique et sociale que traverse le pays aujourd’hui.Un exemple en est ce qui est arrivé au Dr Li Wenliang.
.
Cet ophtalmologiste ordinaire a coura-geusement mis en garde contre la propagation d’un nouveau coronavirus à ses proches dans un groupe WeChat au début de l’épidémie, mais a été inculpé et réprimandé comme l’un des « propagateurs de fausse nouvelles » par la police locale de Wuhan. Au fur et à mesure que l’épidémie s’est propagée, lui aussi a été infecté par le virus et en est malheureusement décédé le 6 février.
.
Li n’avait auparavant participé à aucune activité antigouvernementale ou dissidente. Son propre sort révèle non seulement l’attitude arrogante et dominatrice commune à tous les bureaucrates chinois, mais il a également inspiré de nombreux Chinois à soulever la question de la liberté d’expression.
.
Selon des rapports publiés par le BBC Chinese Service le 6 février, des personnes qui utilisent régulièrement Internet ont ouvertement exprimé leurs inquiétudes selon lesquelles « à l’avenir, les médecins seraient réticents à tirer la sonnette d’alarme lors de la découverte d’une nouvelle maladie ».
.
La peur s’est transformée en colère, de nombreuses personnes exigeant la liberté d’expression en Chine, en particulier sur Internet. Le lendemain de la mort du Dr Li, Newslens a rapporté:  » juste après le décès de Li Wenliang, le sujet Weibo #IWantFreedomOfSpeech a reçu quelque deux millions de clics et plus de 8 000 messages, qui ont été immédiatement supprimés.
.
« Avec la mort du Dr Li et la façon dont il a été traité peu de temps avant sa mort, la méthode musclée du PCC pour gérer les affaires importantes a été exposée au public. La demande de liberté d’expression émanant des masses chinoises dans ces circonstances désastreuses est un signe indubitable d’un mécontentement profondément ressenti.
.
Cela souligne également le fait que le contrôle de la bureaucratie du PCC sur les informations dans des domaines clés a rendu encore plus difficile le contrôle du virus à Wuhan au début.Face à ce soudain raz de marée de colère publique qui ne peut être réprimé, le PCC a soudainement changé de ton.
.
Du jour au lendemain, le Dr Li est passé de « propagateur de fake news » à « (brave) lanceur d’alerte », le gouvernement central affirmant qu’il avait envoyé une équipe à Wuhan pour enquêter sur les circonstances entourant le traitement de Li Wenliang. Pendant ce temps, tous les médias officiels de l’État, tels que CCTV, ont commencé à faire l’éloge de la bravoure de Li, tout en rejetant la responsabilité sur les responsables locaux de Wuhan.
.
Dans une nouvelle tentative de donner l’impression que le gouvernement central rectifie la situation et répond aux appels à la révocation des responsables locaux, le secrétaire du comité du parti provincial du Hubei Jiang Chaoliang a été remplacé par le maire de Shanghai Ying Yong, tandis que Jinan, secrétaire du comité du parti municipal du Shandong Wang Zhonglin a été transféré à Wuhan en tant que nouveau chef du parti pour la ville.
.
Plusieurs responsables provinciaux et de Wuhan ont également été limogés. Ying et Wang ont tous deux des antécédents policiers et judiciaires et sont considérés comme les subordonnés des factions de Xi. Cette décision est une tentative du gouvernement central de se présenter au public comme le centre du Parti «juste», réprimant une fois de plus les fonctionnaires régionaux incompétents au nom du peuple.
.
Il existe en effet des différences entre les gouvernements centraux et régionaux. Cependant, tout le monde sait que les chefs de partis locaux sont généralement parrainés par quelqu’un au sommet. Le chef sortant du parti Hubei, Jiang, est connu pour être étroitement lié à l’actuel vice-président chinois Wang Qishan, qui est aligné sur Xi.
.
L’éloge hypocrite par le PCC du Dr Li et le blâme sur les responsables locaux sont allés de pair avec la répression contre les individus honnêtes. Un exemple en est ce qui est arrivé au journaliste citoyen Chen Qiushi. Chen est un intellectuel public bien connu en Chine.
.
Quelqu’un qui a relativement soutenu le gouvernement – il était accusé par certains opposants d’outre-mer d’être le « grand promoteur » du PCC – Chen a personnellement été témoin du mouvement de Hong Kong l’an dernier. Cependant, il a ensuite utilisé sa renommée sur les réseaux sociaux pour rendre compte de la situation réelle au lieu de suivre les médias d’État. Pour cette raison, son compte Weibo a été supprimé.
.
Au début de l’épidémie, il s’est rendu seul à Wuhan pour rendre compte de la situation sur le terrain et interroger les résidents. Il a ensuite téléchargé ses enregistrements vidéo sur une chaîne YouTube qu’il a ouverte, quelques-uns ont eu plus d’un million de vues.
.
Il a par la suite été emmené en « quarantaine médicale » par la sécurité de l’État le 7 février, le lendemain de la mort de Li Wenliang. Bien que le régime n’ait pas encore commenté la détention de Chen Qiushi, l’expérience de ce dernier ne manquera pas de faire comprendre à encore plus de Chinois que le sort de Li Wenliang n’était pas un incident isolé, mais une conséquence logique du régime d’État-parti du PCC.
.
Nous devons comprendre, c’est que le système capitaliste, tel qu’il a été restauré par le PCC lui-même, exige de l’État un totalitarisme qui bloque la résistance potentielle de l’énorme classe ouvrière chinoise pour assurer l’accumulation maximale du capital et des bénéfices.
La crainte du régime à l’égard de la classe ouvrière les pousse à refuser continuellement aux travailleurs les droits démocratiques les plus élémentaires, tels que la liberté d’expression, afin de freiner le développement de la conscience de classe et de la solidarité.
.
La répression est la seule option, le régime du PCC n’a pas les outils dont jouissent leurs homologues de la classe dirigeante occidentale, qui peuvent utiliser les jeux politiques bourgeois et les dirigeants ouvriers réformistes pour éviter la fermentation d’en bas.
.
Alors que le système capitaliste prépare lui-même une crise en Chine, ainsi que les réalités  exposées aux masses par l’épidémie de coronavirus, le régime de Xi Jinping est incapable de contenir la colère qui s’accumule dans les profondeurs de la société, peu importe combien de un homme fort Xi peut sembler l’être. (…).

.
Hegel a expliqué que les accidents expriment la nécessité. Cette soudaine épidémie virale – un accident – a exacerbé les contradictions existantes au sein de la société chinoise. Il a mis en lumière les méthodes utilisées par l’État chinois pour réduire au silence les personnes considérées comme des fauteurs de troubles.
.
Dans ce cas, le «fauteur de troubles» était un médecin ordinaire qui tentait de sauver des vies. De tels incidents peuvent avoir un impact énorme sur la conscience des gens ordinaires. Dans ce processus, certains poseront des questions plus importantes sur la légitimité même du régime lui-même.
.
Cela fait partie de ce que Trotsky a appelé le «processus moléculaire de révolution». Alors que la crise économique frappe la Chine, tout ce ressentiment accumulé, à un moment donné, fera surface et apparaîtra comme une lutte de classe. C’est aussi inévitable que la nuit suit le jour.
.
La crise économique sapera la légitimité de la bureaucratie du PCC, car elle ne pourra plus prétendre qu’elle fournit des emplois, des salaires et une amélioration du niveau de vie. La bureaucratie ne protège pas les gens ordinaires contre l’éclosion du coronavirus.
.
Demain, elle  ne protègera pas les gens contre les effets de la crise capitaliste. Dans la lutte pour leurs droits économiques fondamentaux, les travailleurs chinois poseront des revendi-cations démocratiques, telles que le droit à la liberté d’expression et le droit de réunion.
.
Dans leur lutte contre la bureaucratie, ils devront également lutter contre le système capitaliste que la bureaucratie a réintroduit et le remplacer par une démocratie ouvrière qui planifie démocratiquement l’économie et la société. C’est le seul moyen pour que le peuple chinois ait enfin le contrôle de son propre destin.
.
    The Spark Taiwan 14 février 2020
.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin