12 février 2020 ~ 0 Commentaire

podemos (izquierda revolucionaria)

presos
.
Silence! Vous allez réveiller le fascisme!

Les applaudissements au roi et le vote sur Billy el Niño ne sont pas des détails

Les applaudissements des ministres et de certains députés de Podemos au roi Felipe 6 lors de la séance d’ouverture de la nouvelle législature ont causé une gêne chez les militants et les électeurs de la coalition. Mais la position  de bureau du Parlement d’empêcher de rendre public le dossier du tortionnaire Billy el Niño (Billy The Kid), a provoqué la stupeur de la gauche combative. Qu’est-ce que tout cela signifie? Des détails sans importance ?

Il est vrai qu’en ce qui concerne le vote sur le dossier du célèbre tortionnaire de Franco, Pablo Iglesias et d’autres dirigeants de Podemos ont reconnu s’être trompés et ont présenté des excuses. Mais en politique, ce type d’actions n’est pas le fruit du hasard. Depuis que Unidas Podemos est entré au gouvernement, il semble que la conversion au credo social-démocrate implique la défense implicite du régime de 1978 avec toutes les conséquences.

Lors des précédentes séances d’ouverture, les représentants de l’UP ont préféré ne pas applaudir et ne pas se lever lorsque le roi est entré. Quelque chose qui faisait partie de la rhétorique « républicaine », ainsi que la façon d’Alberto Garzón de parler du roi en tant que « citoyen Felipe 6″.

Les gestes, comme nous le savons, ne correspondent pas au contenu réel des politiques. Par conséquent, les applaudissements au roi ou l’unité de vote avec le partenaire gouvernemental sont plus que des détails. Ils indiquent une tendance qui va s’accentuer au cours des prochains mois et qui a aussi toute une panoplie d’arguments pour les justifier.

Les médias n’ont pas perdu l’occasion de souligner que ces attitudes témoignent de la «maturité» de Unidos Podemos et les a attribués à leur entrée au gouvernement qui les a rendus plus «responsables» et plus «réalistes». Un contraste frappant avec la position d’autres forces de indépendantistes de gauche, comme ERC, Bildu ou BNG, qui en plus de ne pas assister à la session ont lu un manifeste dénonçant le caractère franquiste de la monarchie.

La question fondamentale qui se pose ici est de savoir si Podemos peut réduire son républicanisme à un simple acte de propagande quand c’est opportun, blanchissant en pratique la monarchie en participant au gouvernement.

Conciliation et crétinisme parlementaire

Les marxistes révolutionnaires ont toujours insisté sur le fait que les gestes symboliques n’avaient aucune valeur en eux-mêmes. Ce qui compte, ce sont les politiques mises en œuvre, la capacité de faire avancer le mouvement de masse en augmentant son organisation, en sensibilisant et en luttant pour transformer la société.

Pour ceux qui, à gauche, se considèrent  les « docteurs démocratiques du capitalisme », c’est tout le contraire. La mise en scène sert une propagande creuse. Les gestes permettent de masquer l’absence de tout programme cohérent pour affronter nos adversaires de classe, tout en faisant des concessions de fond.

La monarchie des Bourbons, avec le reste des institutions de la dictature de Franco qui sont restées en place jusqu’à aujourd’hui grâce au pacte avec la gauche réformiste dans les années de la transition, est entrée en crise à la suite de la profonde mobilisation populaire qui a commencé en 2011.

Le régime de 78 a commencé à craquer parce que des millions de personnes ont prouvé par elles-mêmes que les institutions soi-disant « démocratiques » étaient au service d’une minorité de grands hommes d’affaires et de spéculateurs financiers, prêts à effacer tout droit social pour conserver leurs privilèges.

La monarchie est également en crise car des millions de personnes l’ont rejetée dans les rues, notamment en Catalogne, où la lutte pour une république catalane a été une véritable torpille sous la ligne de flottaison du régime capitaliste espagnol.

Une bataille dont a été complètement absente Unidos Podemos, qui n’a pu exprimer une politique entre ceux qui répriment le peuple catalan et ceux qui font face aux accusations policières et aux arrestations, qui défendent une république sans Franco, sans austérité ni oppression capitaliste.

Après l’échec retentissant de la stratégie répressive, le gouvernement de coalition cherche une issue basée sur des gestes, mais rejette catégoriquement l’exercice du droit à l’autodétermi-nation, met de côté les revendications républicaines, refuse l’amnistie aux prisonniers et exilés et prône un « dialogue » avec l’Etat qui ne pourra s’installer qu’avec une nouvelle version « constitutionnaliste » de l’autonomie. Pablo Iglesias a déjà indiqué qu’il participerait à la «table de dialogue» avec cette intention.

Tout cela fait partie d’un ensemble que nous connaissons déjà et qui ne sert les intérêts ni de la gauche, ni des personnes qui luttent pour leurs droits. Les justifications données par la direction de Podemos pour les applaudissements au roi confirment ce que nous disons. « Si pour augmenter le SMIC, nous devons applaudir le chef de l’État, nous le ferons », a déclaré Irene Montero, précisant que ces applaudissements sont le prix de l’augmentation du SMIC. Obtenir cela du patronat implique un renoncement aux principes.

Montero a déclaré à la presse que « les choses sont différentes en institutionnelle ». Mais Podemos est né précisément parce que des millions de personnes en avaient marre des partis qui une fois arrivé en politique institutionnelle,  tournent le dos à leurs difficultés et à leurs souffrances quotidiennes.

Podemos est né pour que la voix de la rue puisse entrer de toutes ses forces et de tout son pouvoir de transformation dans les institutions, pour convertir les positions conquises en un bélier qui contribuerait à mettre fin à un système injuste qui nous refuse un présent et un avenir digne

Devenir un parti de plus, et c’est ce que signifient les mots d’Irene Montero,c’est se dissocier de la mobilisation sociale, c’est-à-dire de la lutte des classes qui lui a donné vie, et ainsi se renier.

En renonçant à s’appuyer sur la mobilisation dans la rue pour conquérir des améliorations des conditions de vie de la classe ouvrière, des femmes, des retraités et des jeunes, en acceptant que ces améliorations ne soient que des concessions des puissants en échange de l’abandon de la véritable transformation de la société, Podemos entre dans la même voie que le PSOE depuis 1982, lorsque les attentes, les illusions et les espoirs de changement social de ses millions d’électeurs ont été cruellement abandonnés .

Au lendemain de la séance d’ouverture, nous avons pu vérifier les conséquences  de la décision des dirigeants de Podemos. La demande de rendre publique la fiche de service de la police du tortionnaire connu sous le nom de « Billy The Kid », un criminel sadique qui a commencé sa carrière sous la dictature de Franco et l’a continuée, sous la « démocratie », a été rejetée avec le vote favorable de Unidos Podemos.

« Malheureuse erreur », disent-ils. « Les services juridiques du Congrès nous l’ont conseillé », balbutièrent-ils maladroitement. Les dirigeants d’UP devraient réfléchir. Non, ce n’était pas une erreur: c’est le climat de conciliation, de «responsabilité d’État», de crétinisme parlementaire qui a poussé dans cette direction.

Si devant la demande pour les crimes de la dictature les députés de UP reculent , c’est que quelque chose se passe mal dans la coalition. Ils renoncent à devenir un levier de la mobilisation populaire, niant ainsi la mobilisation qui les a catapulté à cette position dans les institutions.

S’ils se contentent des miettes qui tombent de la nappe et se placent comme la jambe gauche d’une social-démocratie qui fait partie du système, les conséquences seront évidentes. Nous ne sommes pas face à des détails ou à des gestes sans importance, ils en disent long et doivent être rectifiés dans les plus brefs délais.

Antonio García Sinde 11 février 2020

https://www.izquierdarevolucionaria.net/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin