06 février 2020 ~ 0 Commentaire

usa (npa)

socialism

Nouveau mouvement socialiste aux États-Unis : DSA tient bon

Tandis que s’ouvre la période des primaires présidentielles aux États-Unis, Bernie Sanders semble avoir retrouvé une popularité comparable à celle qui lui avait permis de devenir contre toute attente le principal rival de Hillary Clinton aux primaires de 2016. Mais où en sont les milieux militants qui le soutiennent toujours et dont il avait contribué à faire gonfler les rangs de façon remarquable ?

Organisation tout à fait modeste il y a encore quelques années, les Democratic Socialists of America sont encore loin d’avoir conquis une base sociale de masse. Pourtant, il y a environ six mois, DSA organisait le plus grand congrès d’une organisation politique de gauche « socialiste » aux États-Unis depuis plusieurs générations, regroupant plus de 1 000 délégués pendant trois jours à Atlanta (2-4 août 2019).

Un congrès agité… par l’afflux militant 

Le congrès de 2017 avait déjà réuni 700 délégués, suite à l’afflux d’adhésions déclenché d’abord grâce à la campagne Sanders puis en réaction à la victoire de Trump. DSA avait ensuite continué de croître, en particulier grâce à l’arrivée sur la scène politique nationale d’Alexandria Ocasio-Cortez, jeune militante du Bronx ayant ravi son siège à un influent député démocrate.

C’est ainsi que près de 60 000 membres se trouvaient représentés par des déléguéEs à l’édition 2019 du congrès de DSA. Plusieurs comptes rendus publiés en ligne laissent entendre que dans certaines régions, la proportion de militantEs parmi les adhérentEs atteint à peine 10 à 20 %, mais s’avère bien plus élevée dans d’autres.

Cet afflux de nouvelles forces militantes n’est pas sans apporter ses nouveaux défis. Comment faire évoluer les structures pré-existantes de DSA, tout en familiarisant beaucoup de militantEs peu expérimentéEs à un fonctionnement collectif aussi démocratique que possible ? Et pour quelle orientation politique anticapitaliste ?

CertainEs militantEs estiment que les membres n’ont pas eu accès suffisamment tôt aux textes qui seraient débattus en congrès, empêchant de lancer certaines discussions importantes et d’en permettre l’appropriation par les déléguéEs et les autres.

Le bon déroulement du congrès, mais aussi l’animation du débat politique dans l’ensemble de l’organisation, semblent en avoir pâti. D’un autre côté, si l’organisation est quelque peu bousculée, c’est au moins le signe que les nouvelles adhésions ne sont pas restées lettre morte.

Un renforcement organisationnel et politique

Le congrès a entrepris de renforcer l’organisation, avec un certain succès. L’un des débats les plus vifs concernait une éventuelle décentralisation accrue de DSA, à l’appel de certaines tendances internes.

C’est finalement le maintien d’un certain degré de centralisation qui a emporté la majorité des votes, accompagné de mesures de soutien aux sections locales nouvelles, isolées ou fragili-sées, et d’un effort général en faveur de la formation politique de l’ensemble des militantEs. Le renouvellement de l’exécutif national, très affaibli dès le début de la mandature précédente par plusieurs « scandales » et autres conflits internes, devrait également consolider DSA.

Le congrès ne s’est pas pour autant privé de débattre du positionnement politique de DSA. Il a été l’occasion d’esquisser une série de nouvelles campagnes pour les droits des immigréEs, ou pour l’accès à l’avortement, face aux ravages de la politique de Trump et de la majorité républicaine sur ces sujets. Le profil écosocialiste de DSA en est également sorti renforcé.

Mais le plus remarquable concerne la recherche d’une plus grande indépendance vis-à-vis du Parti démocrate : non seulement DSA s’est engagé à ne soutenir aucun candidat démocrate si Sanders n’obtient pas la nomination, mais une résolution bien plus audacieuse a été adoptée.

DSA affirme désormais publiquement que son projet de moyen terme est la constitution d’un parti des exploitéEs et des oppriméEs indépendant du Parti démocrate. Une réelle avancée quand on se souvient du passé de DSA et d’une bonne partie de la gauche aux États-Unis, séduite par une stratégie visant à un « réalignement » de classe du Parti démocrate.

En attendant le moment de la rupture avec la nébuleuse démocrate, DSA continuera de partici-per aux primaires démocrates là où ce sera nécessaire, ne serait-ce que parce que dans certaines circonscriptions, c’est la primaire démocrate qui constitue la véritable élection. Cela n’empêchera pas DSA de développer ses propres campagnes politiques, visant à populariser des idées et construire une implantation réellement ouvrière et multiraciale de l’organisation.(Extrait voir lien)

Mathieu Bonzom  Mercredi 5 février 2020

https://npa2009.org/

Commentaire:

Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement notre point de vue.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin