02 février 2020 ~ 0 Commentaire

verts (révolution)

ecologie-conflits-energie

Les Verts : une alternative sérieuse ?

D’après les sondages, les Verts ont le vent en poupe. Ils pourraient faire de bons résultats aux élections municipales de mars prochain. Aux élections européennes de juin dernier, ils ont réalisé un score significatif : 13,5 %.

Cette poussée électorale des Verts s’explique d’abord par la crise environne-mentale qui s’accélère à l’échelle mondiale.

La jeunesse, en particulier, est révoltée par l’inaction des gouvernements. Dans les 3 millions de voix qui se sont portées sur les Verts, aux européennes, il y avait beaucoup de jeunes : 25 % des électeurs de 18 à 24 ans, et 28 % des électeurs de 25 à 34 ans.

Est-ce que, pour autant, ces jeunes font confiance aux Verts pour régler la crise environne-mentale ? Non. Ou plutôt, ce n’est pas ce qui a déterminé leur suffrage. En votant pour les Verts, beaucoup de jeunes ont surtout voté « pour le climat », contre la pollution et contre la passivité des gouvernements. Ils n’ont pas accordé leur confiance à un parti ; ils ont envoyé un message aux politiciens : « occupez-vous de ce problème ! ».

Capitalisme vert

Reste que le messager – la direction des Verts – n’est absolument pas à la hauteur du message. Certes, la direction des Verts parle d’écologie à longueur de journée. Mais elle n’avance aucune solution sérieuse pour régler la crise environnementale.

Son programme est un bric-à-brac de mesures dérisoires : une petite taxe par-ci, une petite subvention par-là… Ces mesures sont entièrement compatibles avec le capitalisme, la course folle aux profits, la domination des banques et des multinationales – bref, avec les responsables de la crise environnementale.

Les dirigeants des Verts ont une conviction chevillée au corps : le capitalisme est l’horizon indépassable de l’humanité. Non seulement il ne faut pas le renverser, mais il faut éviter toute mesure susceptible d’en entraver le fonctionnement « normal » (l’accumulation du Capital).

Ainsi, lorsque Jean-Luc Mélenchon avance l’idée – assez modérée, au fond – d’une « planification écologique », les dirigeants des Verts l’accusent de vouloir instaurer une dictature stalinienne.

Tête de liste des Verts aux élections européennes, Yannick Jadot insistait, en mars dernier, sur son attachement « à la libre entreprise et à l’économie de marché ». Il appelle cela « une écologie positive et pragmatique ». En clair, c’est du « capitalisme vert » : une contradiction dans les termes.

Gauche caviar bio

Comme force électorale, l’ascension des Verts date de la fin des années 80. A l’époque, ce parti se présente comme « ni de droite, ni de gauche », formule typique d’un parti petit-bourgeois, qui prétend se tenir au-dessus des classes en lutte (mais, dans les faits, défend l’ordre établi, donc le pouvoir du grand patronat).

Les Verts affirment leur « ancrage à gauche » au milieu des années 90, à une époque où les dirigeants de la gauche française – du PS et du PCF – sont eux-mêmes engagés dans une longue dérive droitière.

Dans la foulée de l’effondrement du Bloc de l’Est, les années 90 sont balayées par une immense vague de propagande pro-capitaliste. Les Verts prennent place sans difficulté dans les systèmes d’alliances de cette « gauche » qui a renoncé à renverser le capitalisme – et qui, au pouvoir, privatise massivement des actifs publics, comme le fit la « gauche plurielle » (PS, PCF et Verts) entre 1997 et 2002.

Profitant de la crise du PS et du PCF, les Verts se sont transformés en une machine à exploiter, électoralement, les préoccupations environnementales de la population.

Leur soi-disant « ancrage à gauche » ne les empêche pas de conclure des alliances avec la droite, à l’occasion. Et on ne compte plus les dirigeants des Verts qui ont rallié la droite contre un poste (ou une promesse de poste) : De Rugy, Pompili, Cohn-Bendit, etc.

Avec un bilan politique aussi lamentable, les Verts auraient été marginalisés de longue date si les partis de gauche avaient fait leur travail : mobiliser la jeunesse et les travailleurs dans une lutte décisive contre le capitalisme. C’est le nœud du problème. Les Verts ont surtout profité des renoncements de la gauche traditionnelle. (…)

2 février 2020

https://www.marxiste.org/

Commentaire:

Ces camarades qui disent des choses justes, prétendent redresser la France Insoumise, nous avons d’autres priorités!

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin