12 novembre 2019 ~ 0 Commentaire

centrales (le monde)

futur nukl

Combien de Français vivent près d’une centrale nucléaire ?

Après le séisme du lundi 11 novembre, EDF a interrompu les réacteurs de la centrale de Cruas, autour de laquelle habitent 140 000 personnes. Le périmètre de sécurité, qui avait été relevé à 20 km en 2016, fait toujours débat.

Le séisme de magnitude 5,4 ressenti dans la Drôme lundi 11 novembre a valu à EDF de suspendre les activités de la centrale nucléaire du Cruas, pour des raisons de sécurité. L’événement sismique, s’il est rare, est néanmoins susceptible de relancer le débat sur le périmètre de sécurité établi autour des centrales, et qui avait été relevé de 10 à 20 km en avril 2016 par Ségolène Royal.

Les plans particuliers d’intervention, ou PPI, prévoient que chaque civil qui vit dans ce périmètre doit avoir chez lui des comprimés d’iode. La prise d’iode ne protège pas des radiations, mais permet, en cas de contamination nucléaire faible ou modérée, d’atténuer le risque de développer un cancer de la thyroïde. En juin 2019, les 2,2 millions de riverains concernés par cette extension ont donc reçu ces pastilles d’iode, non sans raviver les craintes de ceux-ci, malgré les campagnes d’information lancées par les pouvoirs publics.

La question est revenue sur le devant de la scène cinq ans après la catastrophe de Fukushima. Récemment, nos voisins européens ont émis des critiques sur la vétusté des centrales du Bugey (Ain) ou de Fessenheim (Bas-Rhin).

Les associations européennes d’autorités de sûreté et de radioprotection (la Wenra et l’Herca), pour qui le périmètre de 10 km était insuffisant, remettent en cause la stratégie actuelle de protection des populations. Certaines recommandent un élargissement à 100 km. Le président de l’Autorité de sûreté du nucléaire français (ASN), Pierre-Franck Chevet, plaide lui aussi pour que le périmètre de distribution d’iode soit étendu à 100 km autour de chaque installation nucléaire civile.

7,4 millions de personnes vivent non loin de Fessenheim

Si le nombre de Français vivant à moins de 10 km d’une centrale nucléaire est plutôt limité, il grossit fortement à mesure que l’on élargit le périmètre : 630 000 personnes vivent en France à moins de 10 km d’une installation ; à 20 km, 2,4 millions de personnes sont concernées, soit quatre fois plus.

Et si on compte les habitants vivant à 100 km, cela englobe une partie considérable de la population française : 9,8 millions de personnes autour de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine, proche de l’Ile-de-France. Fessenheim, la plus vieille centrale nucléaire française en activité (trente-huit ans), compte 7,4 millions de personnes dans ce même périmètre, dont un nombre important d’Allemands.

Gary Dagorn  18 mars 2016

https://www.lemonde.fr/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin