06 novembre 2019 ~ 0 Commentaire

panic! (socialist)

panic

« Rendre potentiellement de grandes zones de la Terre inhabitables »

Plus de 11 000 scientifiques ont signé une déclaration selon laquelle « La planète Terre est confrontée à une urgence climatique».

Leur intention est de «dire les choses telles qu’elles sont» et de «présenter une série graphiques essentiels du changement climatique au cours des 40 dernières années pour les activités humaines susceptibles d’affecter les émissions de CO2 et de modifier le climat».

La déclaration comprend deux séries de graphiques qui rendent compte du rythme accéléré de destruction de l’environnement au cours des 40 dernières années. Par exemple, le PIB mondial a été multiplié par huit au cours de cette période.

Le nombre de passagers aériens a été multiplié par six, les émissions de gaz à effet de serre ont presque doublé et les émissions par habitant ont augmenté du quart. Les subventions aux combustibles fossiles ont diminué par rapport à 2010, mais la tendance des trois dernières années est à la hausse.

Et malgré des désinvestissements institutionnels de près de 8 000 milliards de dollars, la consommation de pétrole, de gaz et de charbon ont tous augmenté, le pétrole de 20%, la consommation de charbon a doublé et la consommation de gaz naturel a triplé.

Les cartes documentent également les conséquences de la croissance du capitalisme

Il y a maintenant 50% de CO2 en plus dans l’atmosphère, le niveau de la mer a augmenté de 50 cm, la glace de l’océan arctique, la glace dans les glaciers du Groenland et de l’Antarctique ont toutes fortement diminué. Les phénomènes météorologiques extrêmes sont passés de 200 par an en 1980 à plus de 800 en 2018.

Mesurées en dollars, les pertes dues aux conditions météorologiques sont passées de 50 milliards de dollars par an à plus de 350 milliards de dollars.

Les auteurs soulignent que malgré 40 ans de sommets et d’accords sur le climat, «la crise climatique est arrivée et s’accélère plus rapidement que prévu par la plupart des scientifiques.

Elle est plus grave que prévue et menace les écosystèmes naturels et le destin de l’humanité. Les points de basculement potentiels du climat, irréversibles, et les rétroactions renforçant ses effets (atmosphériques, marines et terrestres) pourraient conduire à une «Terre en serre» catastrophique, bien au-delà de tout contrôle, sont particulièrement inquiétants.

Ces réactions en chaîne du climat pourraient provoquer des perturbations importantes des écosystèmes, de la société et des économies, rendant potentiellement de grandes zones de la Terre inhabitables.

Leur réponse à cette question est un appel à l’action: «Nos objectifs doivent passer de la croissance du PIB et de la recherche de richesse à la préservation des écosystèmes et à l’amélioration du bien-être humain en donnant la priorité aux besoins essentiels et en réduisant les inégalités.»

Cela ne sera possible que si nous supprimons le pouvoir et les privilèges des 1% et du système capitaliste qui les soutient.

Mais les auteurs semblent accepter que tout changement doit être effectué dans les limites fixées par le capitalisme.

Ils soulignent la nécessité d’un assaut total contre l’industrie des combustibles fossiles, appelant à une augmentation rapide de l’efficacité énergétique et à la suppression immédiate des subventions aux combustibles fossiles.

Ils invitent les pays plus riches à contribuer aux coûts de cette transition dans les pays les plus pauvres.

Ces objectifs ne peuvent être atteints que si nous sommes organisés et suffisamment forts pour forcer les compagnies de combustibles fossiles et les banques à fermer leurs portes. La Banque Royale du Canada (RBC) à elle seule investit plus de 100 milliards de dollars dans les combustibles fossiles. L’urgence climatique signifie que nous devons faire en sorte que cet investissement cesse.

Selon les auteurs, «la bonne nouvelle est qu’un tel changement de transformation, fondé sur une justice sociale et économique pour tous, promet un bien-être humain bien supérieur à celui  habituel. ”

Mais pour ce faire, nous devons construire un mouvement de grève climatique capable d’affronter le capitalisme et son appétit insatiable pour la destruction.

Bradley Hughes 5 novembre 2019

http://www.socialist.ca

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin