25 août 2019 ~ 0 Commentaire

afrique (pùblico.pt)

afrik

L’Afrique est championne des feux de forêt

Le continent africain est victime de 71% des incendies de forêt dans le monde et la plupart sont causés par des mains humaines.

Il n’y a pas de jour où une partie de la planète ne brûle pas et l’Afrique est le champion des incendies, dit la NASA. Ils se produisent plusieurs fois par an et dans différentes parties du continent et sont principalement des incendies d’agriculture, certains étant incontrôlables.

L’Afrique est victime de 71% des incendies dans le monde, même si peu d’attention y est portée, selon la NASA. La plupart des incendies ont lieu pendant les saisons sèches, dans l’espoir de préparer le sol pour la saison des récoltes. Il existe deux saisons climatiques différentes: entre novembre et mars en Afrique subsaharienne et de juin à septembre en Afrique australe.

La NASA explique que les incendies, une technique ancienne, continuent d’être utilisées par les agriculteurs du continent car leur coût et leur technologie sont bas. Cependant, il est difficile de savoir combien d’incendies se déclarent et quelle est la superficie brûlée, en grande partie en fonction de la capacité des satellites et de l’analyse des images. En 2016, par exemple, on a brûlé quatre millions de km2, selon les auteurs d’une étude publiée dans le numéro de mars de la télédétection de l’environnement.

« Les cendres produites confèrent au sol nouvellement défriché une couche riche en nutriments pour aider à fertiliser les cultures », poursuit l’agence spatiale américaine, soulignant que « les incendies destinés à renouveler les champs agricoles sont souvent hors de contrôle vents et tempêtes.  » Les réponses des autorités sont très rares, leur permettant de grandir et d’avancer avec peu de résistance.

Les incendies sont si nombreux et parfois si puissants que de gigantesques nuages ​​de fumée se forment, empêchant ainsi le rayonnement solaire d’atteindre le sol, a expliqué le scientifique Xiaohong Liu de l’Université du Wyoming dans un article de l’ Académie nationale des sciences.

Ricardo Cabral Fernandes 23 août 2019

https://www.publico.pt/

affrik 2

Lire aussi:

Otras zonas del planeta que arden en silencio mientras el mundo mira al Amazonas (Pùblico.es)

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin