17 avril 2019 ~ 0 Commentaire

heure du choix (pùblico)

 heure du choix

La crise climatique: un conflit de stratégies contradictoires

L’enjeu est de savoir qui supportera le poids du changement climatique et comment cet ajustement sera opéré: par le contrôle, la répression et la ségrégation ou selon des critères de justice climatique.

Le changement climatique est enfin au centre des débats politiques.

Le discours de la jeune membre du Congrès américain Alexandria Ocasio-Cortez et de son Green New Deal a non seulement été au centre de ses préoccupations, mais elle mobilise également des milliers de groupes de citoyens à travers le monde et se présente comme la principale préoccupation des citoyens à l’échelle mondiale, comme le montre une récente étude Pew Research menée dans 26 pays et chez plus de 27 000 personnes.

L’appel urgent à l’action du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) dans son rapport sur le 1,5 ° C n’est pas sans lien avec ces faits. Et, bien qu’ils ne l’expriment pas publiquement, les élites manifestent également leur préoccupation face à la crise climatique lors de leurs réunions privées, comme le montre le dernier rapport du Forum de Davos de janvier 2019 pour la troisième année consécutive.

La déstabilisation du climat est l’une des manifestations les plus claires des énormes inégalités présentes dans le monde aujourd’hui et un cas manifeste d’injustice environnementale. Le phénomène et la gestion qui en est faite montre clairement les mécanismes d’inégalité qui opèrent aujourd’hui dans notre société, que ce soit en termes de fossé territorial, de classe, ethnique, de genre ou d’âge.

Le fossé territorial ressort d’un simple rapport Oxfam:

50% des émissions de CO2 en 2015 ont été produites par 10% de la population mondiale, soit environ 700 millions d’habitants de pays riches et d’élites de pays émergents, alors que 50% de la population mondiale, soit environ 3,5 milliards de personnes, ont généré environ 10% des émissions totales.

Par ailleurs, certaines des dernières catastrophes survenues aux États-Unis – où les catastro-phes se déroulent dans le contexte d’un pays riche et avec une capacité d’analyse – ont illustré la manière dont se manifestent ces écarts de classe, d’ethnie, de sexe et d’âge, que ce soit la vague de la chaleur à Chicago en 1995 ou en Europe de 2003, la gestion désastreuse de Katrina à la Nouvelle-Orléans en 2005 ou l’ouragan Sandy qui a dévasté New York en 2012. S’il n’y a pas de changements sociaux importants, il est prévisible que l’impact climatique et sans réponses des élites, de leurs effets inégaux soient étendus.

Ses caractéristiques configurent de plus en plus le changement climatique en termes de conflit entre certains – les puissants – qui accordent la priorité à leur propre sécurité et sous-estiment le bien-être des autres, et les autres – la majorité – qui lutte pour influencer les élites autant que possible, en rassemblant leurs forces pour prendre soin les uns des autres en commun.

Dans ce conflit, des stratégies très différentes se manifestent d’un côté et de l’autre.

Négationnisme, marchandisation et titrisation

Les stratégies déployées par les élites autour du réchauffement climatique sont structurées autour de trois pôles.

Négationnisme Les positions négationnistes sont une constante qui accompagne la crise climatique depuis que celle-ci a commencé à être identifiée, pendant un demi-siècle et qui ont prospéré à l’aide de puissantes entreprises pétrolières et automobiles. Ils ont contesté sur la scène publique l’existence même du changement climatique, ou que, s’il existait, il n’était pas associé aux combustibles fossiles. Cela a son explication  (pas une justification): une économie à faibles émissions de carbone réduirait le marché des carburants fossiles et l’industrie automobile à un dixième du marché actuel, ce qui entraînerait leur mort.

Mercantilisation. L’objectif de la société est de poursuivre ses activités comme d’habitude le plus longtemps possible, avec des « solutions » dominées par un optimisme technologique illimité, soit par des incitations de marché, telles que les marchés de carbone, favorisant des solutions individuelles. Elles constituent une infime partie des mesures structurelles nécessaires et ouvrent de nouveaux créneaux pour tirer profit de la crise.

L’agriculture – par le biais de « l’agriculture raisonnée », l’eau – avec les privatisations, l’énergie – avec les carburants non conventionnels et les agrocarburants – sont à l’honneur, de même que la géo-ingénierie. Mais d’autres secteurs cherchent également à tirer profit de la déstabilisation du climat.

La Géo-ingénierie est un des secteurs favoris comme fausse solution au changement climatique. Cette technologie, compte réduire la concentration des gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère sur une grande échelle peut entraîner des risques importants au point que l’ONU – grâce la Convention sur la diversité biologique, mise en place en 2010  contient un moratoire sur la géo-ingénierie du climat. Un autre secteur en vogue est la construction de méga-infrastructures et de murs côtiers, où des milliards de dollars d’investissement dans les villes qui veulent s’adapter aux risques posés.

Les entreprises néerlandaises exportent leur savoir-faire dans les mégapoles d’Asie du Sud comme Jakarta, Manille, Ho Chi Minh ou Bangkok. Bien qu’en principe, ces installations pourraient être positives, « l’adaptation » entraîne une reconstruction de l’espace urbain et l’expulsion de la ville centrale de dizaines de milliers de personnes pauvres (125.000 ménages  à Manille), avec l’argument de les mettre en sécurité loin des zones à risque. Vidage d’un côté mais des gratte-ciel et appartements de luxe de l’autre. Pendant ce temps, les familles qui gagnent leur vie dans les centres villes seront relogés à plusieurs heures, trop loin pour poursuivre leurs activités.

Avec l’augmentation des événements extrêmes, tels que les grands incendies ou les inonda-tions, augmenteront aussi les dégâts et les destruction des maisons. Le secteur de l’assurance évalue déjà ces dépenses, compte tenu que les pertes pour ces événements sont à la hausse depuis 1985. Aux USA, alors que les ménages aisés peuvent espérer récupérer les coûts de la catastrophe par leur assurance, les foyers et les communautés pauvres ont une assurance partielle qui ne couvre pas les dommages, et risquent donc passer les prochaines décennies sans surmonter les effets de la catastrophe et de la pauvreté. La plus forte incidence des phénomènes météorologiques fera augmenter le prix des assurances, ce qui en fera des produits prohibitifs pour les couches modestes.

Un autre secteur classique autour des catastrophes est la sécurité.

Avec la sécurité des entreprises traditionnelles est en train d’émerger une nouvelle génération d’entreprises qui couvrent ce large spectre: surveillance et contrôle des frontières, construction et gestion de prisons privées, prévention du terrorisme, logistique, formation à la sécurité. Depuis 2008, l’industrie de la sécurité se développe de près de 8% par an. Le seul marché de la sécurité des frontières en Europe en 2015 représentait environ 15 milliards d’euros et devrait presque doubler (jusqu’à 29 en 2022).

Titrisation. Les classes dominantes sont préoccupées par la crise climatique. Ils craignent que le chaos économique éclate et que leurs investissements soient menacés. Ils redoutent l’anarchie et le chaos social, ils aiment faire allusion à d’éventuelles révoltes populaires contre leurs entreprises. Cette idéolologie a commencé à émerger il y a une dizaine d’années, quand on a commencé à publier des rapports d’institutions internationales et d’agences de sécurité à encadrement américain et britannique, elles voyaient le réchauffement de la planète, principa-lement comme une  « question de sécurité » et un « multiplicateur de menace », qui mène inexorablement à un monde instable. Ces tensions pointent comme « coupables » les pauvres en général et ceux du Sud en particulier, pour détourner l’attention des responsabilités réelles du monde riche.

Le changement climatique étant vécu comme une menace, la réponse des élites est militarisée: place aux armées et aux agences de sécurité, aux mesures musclées, à l’utilisation de la force aux frontières ou au coeur des pays riches, pour montrer que « tout est sous contrôle », pour apaiser l’élite qui craint une perte de contrôle.

Activisme de la société civile 

Nous assistons à une véritable explosion des groupes concernés sur le changement climatique. Ils sont fatigués d’attendre des réponses et mettent en place une véritable résistance contre l’inaction. Cet activisme climatique est composé de divers groupes: écoliers et jeunes en grève et mères en raison du climat, activistes en rébellion et ceux qui le considèrent comme l’enjeu du siècle. Certains de ces groupes font des vendredis pour l’avenir; Extintion Rebelion; L’Affaire du Siecle en France; et dans l’État espagnol, Youth for Climate et Against the Deluge.

Dans leur diversité, ces groupes partagent certaines caractéristiques communes, telles que le sentiment d’urgence de leur action en faveur de la vie; l’utilisation de la rhétorique de la rébellion contre l’inaction; l’identification du système capitaliste lui-même en tant qu’origine du problème; le lien qu’ils établissent entre le changement climatique et les questions d’équité et de justice et l’absence d’acteurs politiques organisés à leur tête.

Parallèlement au nouveau mouvement pour la justice climatique, des réseaux de quartiers et des organisations communautaires émergent, mettant en œuvre leurs propres capacités et leur autonomie pour faire face aux défis du réchauffement climatique et aux injustices historiques, telles que la pauvreté ou l’exclusion. Le résultat est un activisme climatique beaucoup plus transversal lié à l’idée de justice.

Un combat qu’on ne peut pas perdre

Comme nous assure le journaliste Mattia Salvia, un nouveau chapitre de la lutte de classe entre les puissants et tous les autres, ou du capital contre la vie, se déroule autour du changement climatique. Le capitalisme – et les puissants – sont entrés en « mode de survie » et se préparent à une catastrophe environnementale grâce à de nouveaux modèles de gestion avec des hommes forts au pouvoir.

Il existe déjà un axe d’extrême droite composé de Trump aux États-Unis, de Bolsonaro au Brésil, de Duterte aux Philippines, de Morrison en Australie, des populistes polonais et de l’extrême droite hongroise, allemande et italienne. Face à ces tendances, il y a un risque réel que les puissants fassent payer les pauvres la crise climatique et même que des guerres éclatent entre eux.

Les élites se mettent déjà en sécurité, que ce soit sur cette planète – à l’instar de deux entrepreneurs de la Silicon Valley qui ont acheté de grandes étendues de terres en Nouvelle-Zélande , s’enfermant dans des bunkers protégés par des forces de sécurité ou envisagent de migrer vers d’autres planètes.

Aussi exagérés que puissent être ces propos, il est utile de rappeler la thèse de Kevin MacKay, qui a étudié les facteurs d’effondrement des civilisations et qui affirme que la cause la plus importante de ces effondrement est l’existence d’une oligarchie qui se protége au lieu d’adopter les décisions nécessaires au bien commun. Le problème, dit MacKay, est que les élites béné- ficient du système et abandonnent toute solution pertinente. Ce professeur ajoute que toutes les sociétés soumises aux intérêts d’une élite oligarchique se sont effondrées. Donc, tant que nous resterons les otages d’une oligarchie, nous serons en retard pour éviter les effets écologiques (et sociaux) de la crise climatique.

Il s’agit maintenant de savoir qui devra supporter le poids du changement climatique

Et comment l’ajustement sera fait, que ce soit par le contrôle, la répression et la ségrégation, ou par des critères de justice climatique Si un modèle de sécurité et d’entreprise se présente, nous pouvons facilement glisser dans des scénarios de fascisme (écolo) ou dans un monde de ghettos.

Dans ce combat nous jouons tout. La rébellion populaire contre le changement climatique offre de l’espoir dans la bonne direction: il est nécessaire que les citoyens prennent les rênes de cette question vitale afin de construire des réponses justes qui ne laissent personne de côté. Pour cela, il est essentiel de coordonner la lutte pour le climat avec d’autres luttes, autour de la crise environnementale dans son ensemble et celles liées à la justice sociale et aux féminismes, car il s’agit de la même lutte.

16 de Abril de 2019 Nuria del Viso

Nuria del Viso est titulaire d’une maîtrise en anthropologie et d’un diplôme en journalisme de l’Université Complutense de Madrid. Chercheuse de la zone d’écosystème de Fuhem. Elle est membre du comité de rédaction de la revue Papeles de relationes écologicas mondiales.

http://back.ctxt.es/es/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin