04 novembre 2018 ~ 0 Commentaire

bilinguisme (courrier international)

MLS_CASTANERLANGUEDEBOIS.JPG_u.infogene05

Royaume-Uni. Les enfants bilingues meilleurs élèves que les autres

Des chercheurs de l’université d’Oxford démontrent que le bilinguisme peut constituer un atout décisif dès l’école primaire.

L’enquête a porté sur 140 000 élèves scolarisés dans 1 500 établissements britanniques. Elle a été conduite par des chercheurs de l’université d’Oxford pour le compte de la Bell Foundation, une fondation britannique qui promeut les échanges interculturels au travers de l’apprentissa-ge des langues, et ses résultats sont sans appel, rapporte le quotidien The Times.

Les chercheurs ont constaté que les enfants bilingues sont capables de meilleures performan-ces scolaires que leurs condisciples monolingues à l’âge de 5, 7 et 11 ans. Et les élèves dont l’anglais est la seconde langue font mieux que leurs condisciples locuteurs natifs au General Certificate of Secondary Education [GCSE, Certificat général de fin d’études secondaires, examen que les élèves passent en général vers 16 ans au Royaume-Uni].”

Une idée qui fait son chemin

L’étude en question a pris en considération des enfants de toutes les origines, aussi bien ceux qui maîtrisaient déjà parfaitement l’anglais comme seconde langue que ceux, plus ou moins avancés, qui étaient encore en phase d’apprentissage de cette langue.

À 7 ans, plus de 90 % des élèves dont l’anglais est la seconde langue, mais qui le parlent déjà couramment, obtiennent de bons résultats en lecture, contre seulement 76,1 % des locuteurs natifs. Même si les scores sont moins spectaculaires pour les élèves qui sont encore en phase d’apprentissage, ils restent légèrement supérieurs à ceux obtenus par leurs camarades  monolingues. Au niveau du GCSE, seul 1 élève sur 6 parmi ceux dont l’anglais n’est pas la langue maternelle n’atteint pas le niveau requis.

Pour Thomas Bak, neurologue spécialiste du bilinguisme, “l’idée selon laquelle l’apprentissage des langues est un atout majeur fait son chemin, même si la prise de conscience est lente”.

L’étude des chercheurs d’Oxford devrait avoir des incidences au niveau du financement des écoles britanniques qui accueillent des élèves dont l’anglais n’est pas la langue maternelle, souligne The Times. Car elle montre que c’est au niveau du primaire qu’un soutien linguistique peut s’avérer décisif, à l’inverse de ce qui est pratiqué pour le moment au Royaume-Uni.

02/11/2018

https://www.courrierinternational.com/

Commentaire: Deux hypocrisies:

1 Les enfants du peuple ne peuvent y arriver et doivent donc se fixer sur le français. Or des tas d’enfants africains et asiatiques pratiquent sans qu’on leur ai appris, jusqu’à six langues!

2 Il y a bilinguisme et bilinguisme. L’article parle d’enfants qui ont appris à parler une langue en famille et vont après à l’école apprendre l’anglais. Tous les enfants apprennent à parler à la maison leur langue maternelle avant d’aller à l’école. C’est ce qui arrivait en Bretagne autrefois.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin