01 novembre 2018 ~ 0 Commentaire

maçonnerie 3 (anti-k)

franc mac

Mouvement ouvrier et canaille franc-maçonnique

Une des traditions du mouvement ouvrier a toujours été d’interdire l’appartenance d’un de ses membres à la franc-maçonnerie.

On se demande bien pourquoi, n’est-ce pas ? « Combiner le socialisme révolutionnaire à la franc-maçonnerie est aussi inconcevable que combiner le matérialisme au catholicisme. » (Trotsky) En 1922, lors du 4è Congrès de l’Internationale Communiste (la 3è Internationale) , Trotsky condamnera les dirigeants, cadres et militants du Parti Communiste qui avaient adhéré à la franc-maçonnerie, expliquant que l’appartenance à la franc-maçonnerie était incompatible avec l’appartenance au Parti Communiste, et leur intimera l’ordre de rompre publiquement immédiatement et sans condition toutes relations avec cette organisation qu’il définissait comme « une organisation de l’ennemi de classe »

Il considérait qu’elle constituait un des éléments les plus importants du dispositif mis en place par la bourgeoisie pour corrompre les militants ouvriers, appauvrir leur pensée et affaiblir leur volonté. Il ajoutera que : « La dissimulation par quiconque de son appartenance à la franc-maçonnerie sera considérée comme pénétration dans le Parti d’un agent de l’ennemi et flétrira l’individu en cause d’une tâche d’ignominie devant tout le prolétariat. »

Dans une lettre adressée à Daniel Guérin en 1937, Trotsky reprendra en partie la définition de la franc- maçonnerie qu’il avait déjà donnée en 1922 : « Dans la franc-maçonnerie se réunis-sent des gens de différents partis, avec des intérêts différents et avec des fins personnelles différentes.

Tout l’art de la direction de la franc-maçonnerie consiste à neutraliser les tendances divergen-tes et à aplanir les contradictions entre les groupes et les cliques (dans l’intérêt de la « démo-cratie » et de « l’humanité », c’est-à-dire de la classe dominante). On s’habitue ainsi à parler à haute voix de tout, sauf de l’essentiel. Cette morale fausse, hypocrite, frelatée, imprègne en France, directement ou indirectement, la majorité des chefs ouvriers officiels. »

Trotsky dira dans la même lettre : « Comment peut-on ne pas lutter contre eux ? Comment peut-on ne pas l’expliquer à tous les membres du parti que l’amitié politique avec ces messieurs, c’est une porte ouverte à la trahison ? »

Aujourd’hui, ce sont un certain nombre de dirigeants, de cadres et de militants de gauche qui ont adhéré ou qui entretiennent des liens étroits avec la franc-maçonnerie. Certains camarades me diront que c’est un secret de polichinelle qu’on s’en fout après tout, cela n’a aucune importance. Certes, mais à ceci près que tous les militants sont loin de le savoir, et surtout, ils n’en mesurent pas les implications directes sur la lutte des classes.

Lettre à Daniel Guérin  Trotsky  Oeuvres 1937

Trotsky s’interrogea sur les raisons qui ont conduit des militants à entretenir des relations étroites avec la canaille franc-maçonnique : « Qu’est-ce qui lie Pivert à la maçonnerie ? Je vous le dis : c’est ce qui le sépare de la IV° Internationale, c’est-à-dire l’indécision sentimentale petite-bourgeoise, la dépendance à l’égard de l’opinion publique officielle. Si quelqu’un me déclare qu’il est matérialiste et qu’en même temps il se rende à la messe le dimanche, je dis que son matérialisme est faux. Il peut bien crier que je suis intolérant, que je manque de tact, que j’attente à sa « personnalité », etc., cela ne m’émeut pas.

Combiner le socialisme révolutionnaire à la franc-maçonnerie est aussi inconcevable que combiner le matérialisme au catholicisme. Le révolutionnaire ne peut avoir politiquement deux domiciles : l’un avec la bourgeoisie, pour l’âme, l’autre avec les ouvriers, pour la politique courante. La duplicité est incompatible avec le révolutionnaire prolétarien. Excluant toute stabilité interne, la duplicité engendre la sensibilité, la susceptibilité, la timidité intellectuelle. A bas la duplicité, Guérin ! »

« En premier lieu, il faut rompre avec les francs-maçons (qui sont tous des patriotes) (…) et se tourner vers la IV° Internationale (…) »  L’appartenance à la franc-maçonnerie est incompatible avec l’appartenance à la IVe Internationale, c’est clair, net et précis.

La conclusion de Trotsky sur la franc-maçonnerie sera sans appel et demeure d’actualité :
« La franc-maçonnerie est une plaie mauvaise sur le corps du communisme français. Il faut la brûler au fer rouge. »

https://www.anti-k.org/

Lire aussi:

Franc-maçonnerie (Wikipédia)

Mélenchon franc-maçon : était-ce connu du grand public ? L’assume-t-il ? (Libération)

Commentaire: La menace d’exclusion de JL Mélenchon, nous permet de revenir sur cette organisation (plusieurs en réalité dont la principale est « de gauche »)

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin