26 octobre 2018 ~ 0 Commentaire

égypte (orient-21 basta)

egypt

Un camarade égyptien

Cette bombe démographique qui menace l’Égypte

Malthus dans la vallée du Nil
.
Vingt-six millions d’habitants en 1960, 55 en 1990, 100 aujourd’hui, 200 millions dans moins d’une génération : l’Égypte ploie sous le poids de sa surpopulation. Ses terres arables sont trois fois moins étendues que celles de la Tunisie pourtant dix fois moins peuplée, et les eaux du Nil lui sont désormais disputées en amont par l’Éthiopie et le Soudan. La divergence grandissante entre population et ressources ressuscitera-t-elle la sombre prophétie de Malthus ?

Si l’on s’en tient à l’estimation de juillet 2017 de la Central Intelligence Agency (CIA)

Lun des plus actifs services de renseignement américain, la population de l’Égypte était l’an dernier de 97 millions d’habitants1. Avec environ 2,5 millions d’Égyptiens supplémentaires chaque année, le chiffre des 100 millions d’habitants devrait être atteint durant l’année fiscale de juillet 2018 à juin 2019.

La « contre-transition démographique », pour reprendre l’expression de Youssef Courbage, un spécialiste reconnu des questions de population, s’accélère ; les autorités égyptiennes n’atten-daient le niveau retenu par la CIA qu’en 2025.

L’indice de fécondité2 a augmenté de 17 % entre 2005 et 2012, et une véritable explosion des mariages s’est produite, plus de 90 % des Égyptiennes étant mariées à 19 ans. On assiste à un véritable youth bulge gonflement » du nombre de jeunes dans la pyramide des âges), avec un âge médian (qui sépare la population en deux parts égales) de 25,3 ans contre, par exemple, 40 ans en France. La population a doublé entre 1960 et 1990, puis à nouveau entre cette date et 2019. Dans 30 ans, à ce rythme, elle atteindra 200 millions d’habitants !

Face à ce tsunami nataliste, la terre et l’eau nécessaires à la survie de ces 100 millions d’Égyptiens stagnent ou même régressent.

La superficie du pays est à 96,5 % aride, l’Égypte compte à peine 2,8 millions d’hectares de terres agricoles, soit 6,5 fois moins que la France, deux à trois fois moins que l’Algérie ou la Tunisie — dix fois moins peuplée. L’urbanisation dévore chaque année des milliers d’hectares malgré les dizaines de villes nouvelles construites dans le désert depuis Gamal Abdel Nasser (1918-1970) par chaque nouveau raïs et qui restent aux trois quarts vides. Au moins 1,6 million de mal-logés attendent désespérément un logement.

Pénurie d’eau en perspective

La situation pour l’eau est encore plus critique. Depuis l’accord égypto-soudanais « sur les eaux du Nil » signé à Londres en 1959 sous l’égide du gouvernement britannique, l’Égypte a droit à 70 % des eaux du Nil, le Soudan et le Sud-Soudan à 20 %, tandis que les autres pays riverains (Éthiopie, Kenya, Ouganda, Rwanda, Burundi et Tanzanie) se partagent le reste.

Sur un flux théorique annuel de 84 milliards de mètres cubes (m3) marqué par une très grande instabilité, en 1879, le Nil a charrié 137 milliards de m3, à peine 45,5 milliards en 1913, mais 84 milliards en 1959, année de l’accord de Londres, l’Égypte a droit à 55,5 milliards de m3. La construction en amont de quatre barrages destinés à contrôler le Nil bleu, principal apporteur d’eau au Nil, compromet le partage historique.

À lui seul, l’un des quatre barrages, le Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD) aura une retenue de 74 milliards de m3, soit plus que la part annuelle de l’Égypte. À quel rythme sera-t-il rempli ? En trois ans, comme le proposent les Éthiopiens, ou en douze comme le demandent les Égyptiens ? Produira-t-il de l’électricité au fil de l’eau ou retiendra-t-il l’eau pour irriguer les campagnes d’un pays également peuplé de plus de 100 millions d’habitants ?

L’article 2 de l’accord de 1959 évoque seulement le développement économique qui couvre ces deux emplois des eaux du Nil. Le Caire gardera-t-il le droit de prélever ses 55,5 milliards ? Autant de questions en suspens sur un sujet capital pour la survie du pays… Le nouveau premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, en place depuis le 2 avril 2018, s’est montré jusqu’ici moins intransigeant que ses prédécesseurs, les difficultés actuelles du chantier amenant sans doute les nouveaux dirigeants éthiopiens à plus de réalisme, un accord serait en vue sur une période de remplissage de 4 à 7 ans en fonction des pluies et du débit du fleuve le plus long du monde.

En plus des eaux du Nil, le pays bénéficie d’un peu moins de 20 milliards de m3 tirés des nappes phréatiques, du recyclage des eaux usées et de la pluie. Au total, les ressources (73,2 milliards de m3 en 2010) couvrent à grand-peine les besoins de l’agriculture (62,35  milliards en 2016), de la population (10 milliards), de l’industrie (1,2 milliard), sans parler de l’évaporation (2,5 milliards). L’eau, qui va principalement à l’agriculture, sert à irriguer 3,24  millions d’hectares (ha) dont 90 % sont situés sur les rives du Nil et dans son delta, à peine 150 000 ha ailleurs. Un million d’ha supplémentaires pourraient être mis en valeur, mais il manque l’essentiel : l’eau.

Une insécurité alimentaire ruineuse

Selon l’attaché agricole de l’ambassade américaine au Caire3, la récolte de blé devrait en 2018-2019 stagner à 8,45 millions de tonnes et les importations augmenter de 1,62 % à 12,5 millions de tonnes, soit 60 % de la consommation totale de blé de l’Égypte qui en est le premier importateur au monde, la Russie et l’Ukraine ayant détrôné la France et les États-Unis comme ses principaux fournisseurs.

Pour le maïs, qui nourrit deux industries majeures : le lait et la viande blanche (volailles), en voie de modernisation rapide, la proportion est la même. Cette dépendance expose le pays à une double vulnérabilité : d’abord les prix mondiaux des céréales sont très fluctuants, comme on l’a vu ces dernières années, et les chocs sur les marchés internationaux se transmettent sur les prix intérieurs en Égypte même, au détriment des 60 % de la population classée pauvre ou à la limite de la pauvreté.

Ensuite, il faut pouvoir payer en devises ces achats, ce qui exige des finances publiques saines, une balance des paiements robuste et des réserves de devises conséquentes. Toutes choses qui n’existent pas en Égypte à l’heure actuelle. Les produits alimentaires représentent en gros la moitié des importations de biens du pays, soit environ 10 milliards de dollars sur 20.

Tous les Égyptiens ne sont pas logés à la même enseigne devant l’insécurité alimentaire.

Un nombre croissant d’entre eux n’ont pas les moyens d’acheter leur subsistance. Si l’Égyptien moyen consacre 40 % de ses revenus à l’alimentation, les plus pauvres dépassent largement 50 %. La pauvreté a augmenté de 40 % au cours de la dernière décennie et affecte, selon la Banque mondiale4, un bon tiers de la population, plus un autre tiers qui est juste au-dessus du seuil de pauvreté national (1,65 euros par jour). À chaque hausse brutale des prix mondiaux ou forte dévaluation de la livre égyptienne comme en novembre 2016, la malnutrition s’aggrave, surtout chez les enfants, et l’Égypte détient le douteux record mondial de l’alimentation la plus fournie en calories, régime qui mène souvent à l’obésité.

Manque de moyens pour faire face

Les autorités ont tenté de réagir. « Deux dangers menacent l’Égypte. Si le terrorisme en est un, le principal obstacle reste le taux élevé de la croissance démographique », s’est exclamé le maréchal-président Abdel-Fattah Al-Sissi, le 26 juillet 2017, jour de la fête nationale, devant la 4e conférence nationale de la jeunesse à Alexandrie.

En 2014, Khalid Al-Hanafi, nouveau ministre de l’approvisionnement et du commerce intérieur, a voulu réformer le système de subventions du pain pour réduire le gaspillage et le coût de l’opération pour le trésor public. Si chaque Égyptien a droit à 150 pains traditionnels baladi par mois vendus au dixième de son prix de revient, les 6 millions qui ne consomment pas leur ration peuvent désormais acheter des points qui leur permettent de se procurer 44 produits de consommation également subventionnés dans 27 000 boutiques agrées et dans 1 250  magasins d’État. L’expérience n’est pas concluante. Coût supplémentaire de cette facilité en 2017-2018 : près de 300 millions de dollars. En mars 2015, le ministre espérait une baisse de la demande de 15 à 20 % et des importations de 20 à 30 %.

Trois ans après, c’est la hausse qui est au rendez-vous et le pays importe autant de blé que les 28 pays de l’Union européenne.

Si les subventions aux carburants ont baissé, la très forte dévaluation de novembre 2016 a boosté celles des produits alimentaires. Maigre réconfort pour les réformateurs, ils ont évité à Abdel-Fattah Al-Sissi les émeutes de la faim, noyées dans le sang en 1977 par Anouar El-Sadate et par Hosni Moubarak en 2008.

L’autre piste suivie a été l’intensification des cultures pour récolter plus de blé par hectare.

Meilleur emploi de l’eau, plus de semences à haut rendement, prix d’achat supérieur aux cours mondiaux, effort de communication en direction des paysans sont quelques-unes des plus spectaculaires initiatives engagées par le ministère de l’agriculture et de la mise en valeur. Leur impact est réel, mais contrebalancé par la fuite d’une partie de la récolte qui prend le chemin des intermédiaires privés (20 à 30 % de la production selon des estimations officielles) et surtout par le grignotage des terres arables par l’urbanisation, évalué par le ministère à 125 000 ha depuis 2011 (− 4,5 %).

Face à la surpopulation, le bilan des autorités reste modeste.

Un nouveau secrétaire d’État à la santé et à la population a été nommé en janvier 2018 pour relancer le planning familial instauré dès les années 1960 par le régime nassérien. Un groupe interministériel a été créé pour élaborer une stratégie nationale 2015-2030. Les zones rurales, qui abritent 40 % de la population et ont un taux de croissance démographique annuel de 3,3 % contre 2,2 % dans les villes, sont prioritaires. Mais les moyens manquent, alors que les jeunes mères disent ne pas vouloir d’enfants supplémentaires, mais n’utilisent pas les moyens de contraception, introuvables sur place. Les pesanteurs sociologiques et religieuses ne favorisent pas la manœuvre.

L’Égypte, pays arabe le plus peuplé, qui occupe une position stratégique clé au Proche-Orient, court le risque majeur d’être déstabilisé par sa surpopulation dans une génération ou même avant. Un simple blocus de ses ports suffirait à la mettre à genoux.

Jean-Pierre Séréni 23 octobre 2018

https://orientxxi.info

soc

Lire aussi:

Égypte : des massacres Made in France (NPA)

En Égypte, la « génération Tahrir » à l’heure de la contre-révolution (Basta)

La France « au cœur de la répression » en Égypte (Orient 21)

Égypte. En continuant d’exporter des armes utilisées pour des opérations de répression meurtrières, la France bafoue le droit international (Amnesty)

Site de nos camarades égyptiens

Facebook

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin