11 octobre 2018 ~ 0 Commentaire

11 octobre (effrontées)

filles

11 Octobre Journée Internationale des Filles
.
A l’occasion de la journée internationale des filles le 11 octobre, l’association Les Effronté-es Rennes souhaite apporter son soutien aux millions de filles dans le monde qui n’ont pas la possibilité d’être scolarisées.
.
En effet, au Soudan du sud, en République centrafricaine, ou en Afghanistan, seule une fille sur quatre va à l’école primaire. Ces tristes observations s’expliquent par les mariages forcés précoces subis par 10 millions de filles chaque année, par la pauvreté, ou l’exploitation sexuelle et domestique.*
.
En France, bien que le taux de scolarisation des filles ne soit pas alarmant, celles-ci subissent toujours des inégalités. Les stéréotypes encouragent encore dès le plus jeune âge les garçons et les filles à prendre des voies différentes.
.
Par le biais de jouets genrés, on apprend aux filles à se détourner des activités dites « de garçons ». C’est le premier pas pour déclencher les phénomènes de « stick-floor » – un terme qui désigne les obstacles que les femmes s’imposent elles-mêmes, se croyant incapables dans certaines activités, à cause des stéréotypes – ou encore de « plafond de verre » :
.
L’idée selon laquelle les femmes ont des difficultés à accéder à des postes à responsabilités, notamment à cause de stéréotypes tels que leur volonté tenace de faire des enfants, leur vulnérabilité, ou leur incapacité à prendre des décisions. Notre association soutiendra toute initiative qui pourra ouvrir aux filles le champs des possibles en terme d’éducation et de formation !
.
Aussi, il n’est pas rare que des élèves soient renvoyées de cours pour des bretelles de soutien-gorge apparentes, ou un short court, comme dernièrement, dans un lycée de l’Hérault, sous prétexte que cela distrairait les garçons.
.
Le contraire serait pourtant bien étonnant. En effet, on verrait mal un garçon être renvoyé à cause d’un élastique de caleçon dépassant du pantalon ! Les Effronté-es Rennes déplorent cette pratique sexiste qui insinue que la scolarité des filles est moins importante que leur respect des normes patriarcales et participe à leur chosification. Au lieu de pénaliser les filles, pourquoi ne pas responsabiliser les garçons ?
.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin