11 août 2018 ~ 0 Commentaire

las rojas (mas)

arg

Les « rouges » du MAS

Qui sont Las Rojas?

Pourquoi s’appellent-elles Las Rojas?

Nous sommes l’organisation des femmes du « MAS » (Movimiento Al Socialismo-Mouvement pour le Socialisme), c’est un parti trotskyste. Nous nous appelons les rouges parce que nous sommes non seulement féministes, mais aussi rouges, socialistes. Nous pensons qu’il n’y aura pas de véritable féminisme ou de libération des femmes sans socialisme, et qu’il n’y aura pas de véritable socialisme sans l’émancipation des femmes.

Vous existez depuis combien de temps?

Nous existons depuis le début des années 2000. Nous avons constaté la nécessité de créer un mouvement de femmes et de lutter pour nos droits. À partir de 2004, le mouvement a commencé à se développer, renforçant la lutte de genre.

Comment ça s’est passé?

La lutte des femmes a commencé à se renforcer en 2001, avec l’envie de se battre dans les rues. Cela a rendu le mouvement des femmes plus dynamique. Il existe des réunions de femmes depuis les années 80, mais depuis 2001,  le parti a grandi et comme il luttait pour le droit à l’avortement et à l’indépendance économique, il était nécessaire que cette spécificité s’organise. C’est aussi une une conception théorique de ce que devrait être le socialisme.

Comment las Rojas ont-elles émergé ici à La Plata?

Nous appartenons à un courant international  «Socialisme ou Barbarie» car, tout comme le capitalisme est international, le socialisme devrait également être international. Nous avons des partenaires au Brésil, Las Rojas du Costa Rica, un groupe en France et au fur et à mesure que le mouvement progresse, il grandit. Nous avons des compañeras dans divers endroits d’Argentine parce que c’est là que le courant est né.

Comment êtes vous reçues par la société?

Très bien. Le combat est en cours de modification. Les années précédentes les femmes étaient certaines que le gouvernement allait nous accorder certains droits tels que le droit à l’avortement. Il ne la pas fait, alors les femmes ont commencé à chercher une autre alternative: la lutte et l’autonomie du mouvement des femmes. Elles ont compris qu’on ne peut compter que sur notre mobilisation.

http://mujeres-enlucha.blogspot.com/

Lire aussi:

Argentine. Trois trotskystes à la pointe du combat pour l’avortement en Argentine (Révolution Permanente)

Nuevo Mas (Wikipedia) Groupe de femmes « Las Rojas »

Movimiento Socialista de los Trabajadores (Wikipedia)

Forment « Izquierda al Frente por el Socialismo« 

Partido de los Trabajadores Socialistas (Wikipédia) Groupe de femmes « Pan y Rosas »

Partido Obrero (Wikipedia)

Izquierda Socialista (Wikipedia)

Forment « Frente de Izquierda y de los Trabajadores »

Commentaire:

Le trotskisme argentin est extrêmement fragmenté: au moins 5 partis avec 2 mouvements féministes! Ces militant(e)s sont souvent issu(e)s du courant de Nahuel Moreno, d’où le surnom de « morénistes ». Leur « flirt » en France avec le courant de Pierre Lambert du POI a autrefois créé des méfiances de la part de la LCR. Tout cela est fini et des partisan(e)s des deux Fronts de Gauche sont dans le NPA, aussi bien ceux du FIT que ceux du IFS.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin