18 mars 2018 ~ 0 Commentaire

urgences (europe1 + basta + lo)

ur gence

Urgences surchargées : « Le système de santé n’est pas capable de répondre aux besoins et des gens meurent sur des brancards »Christophe Prudhomme, porte-parole de l’Association des Médecins Urgentistes de France, est scandalisé par la situation actuelle des urgences des hôpitaux.

Depuis quelques semaines, les urgences des hôpitaux font face à un afflux de patients. Et depuis le début du mois, le « Plan Hôpital en Tension » a été activé dans 97 établissements. Il permet de libérer des lits en reportant des opérations non-urgentes.

Des morts aux urgences. Faute de places, beaucoup de patients passent des heures, voire des nuits entières, sur des brancards dans des couloirs. Et il y a parfois des drames. À Reims, mardi, une femme de 73 ans a succombé à un arrêt cardiaque après plus de 2h30 d’attente. Une situation intenable pour Christophe Prudhomme, porte-parole de l’Association des Médecins Urgentistes de France, invité dimanche main sur Europe 1.

Une surmortalité de 9% pour les patients dans les couloirs. « Quand on manque de lits, les personnes restent aux urgences dans les couloirs sur des brancards alors qu’elles de- vraient être hospitalisés. Or, aujourd’hui, nous avons des données qui montrent que quand un patient reste sur un brancard, qu’il n’est pas dans un lit alors qu’on a prescrit une hospita- lisation dans l’heure ou l’heure et demie qui suit, il y a une surmortalité, toutes maladies con- fondues, de 9% et pour les patients les plus graves, de 30%. C’est grave, c’est très grave ! »

« Il faut arrêter cette politique de massacre de l’hôpital public ».  »Ce qui ne va pas du tout aujourd’hui, c’est que le système de santé n’est pas capable de répondre [aux besoins] et des gens meurent sur des brancards. On ne peut plus demander à l’hôpital de faire des écono- mies. Si on poursuit la politique d’étranglement financier de l’hôpital, nous aurons des morts supplémentaires. Donc il faut arrêter cette politique de massacre de l’hôpital public. »

« Un sujet majeur », selon Gérard Larcher. Interrogé à ce sujet dans Le Grand rendez-vous d’Europe 1 dimanche, Gérard Larcher, le président LR du Sénat a estimé que « La question des aînés est un marqueur de la société » et que la situation des urgences est « un sujet majeur. C’est l’ensemble de la politique de la santé territoriale qui est à revoir ».

18 mars 2018

http://www.europe1.fr/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin