23 février 2018 ~ 0 Commentaire

potere al popolo (npa)

anti

Sinistra anticapitalista participe à la coalition « Potere al popolo ! ». Comment et sur quelles bases s’est constitué cette coalition ? Qui sont les partenaires ? Quel est l’écho populaire ? 

Depuis environ un an, divers mouvements se produisent dans la gauche.

« Liberi e Eguali » ne peut certainement pas constituer une véritable alternative de gauche.

C’est une coalition dirigée par le Président du Sénat et des dirigeants politiques du Parti Démocrate, comme d’Alema et Bersani, qui ont dirigé les gouvernements de centre-gauche et géré les politiques d’austérité avant d’avoir été écartés par Renzi et poussés à la scission. Son objectif est d’obtenir un bon résultat électoral qui mette Renzi en crise afin de recomposer un nouveau centre-gauche et de revenir au gouvernement.

Il était nécessaire de construire une force vraiment engagée à gauche, qui rejette totalement les politiques libérales et qui soit un point de référence pour l’action sociale et les élections.

Après plusieurs hésitations, c’est un centre social de Naples (c’est aussi une force politique) qui a pris l’initiative de proposer une assemblée pour la constitution d’une liste et elle a pris le nom de Potere al Popolo. Le succès de cette initiative montre le désir d’une alternative politi- que de la part de secteurs de la jeunesse (et de secteurs moins jeunes), mais elle a été rendue possible grâce à la participation de quelques organisations : Rifondazione Communista, Sinistra Anticapitalista, La Rete sociale et politique autour de la plate-forme Eurostop, le PCI (une ancienne scission de Rifondazione) et d’autres aussi.

Un mois de discussions sur le net, des centaines d’assemblées territoriales ont mobilisé des milliers d’activistes, de militantEs, pour la préparation d’un programme en 15 points, qui synthétise les revendications des mouvements qui ont secoué le pays ces dernières années : des revendications visant à éliminer tous ces choix, politiques, économiques, sociaux, environnementaux, qu’a faits le capitalisme néolibéral.

C’est un programme antilibéral radical. Nous aurions peut-être voulu quelque chose de plus, une plus grande précision, un renvoi plus clair à une perspective anticapitaliste mais, tel qu’il est, il permet une bonne campagne, efficace, et c’est un support valable pour les mobili- sations. Il est difficile de dire ce que sera le résultat électoral : il faut arriver à 3% pour avoir des élus. La mise en mouvement d’énergies anciennes et nouvelles est déjà un bon résultat : c’est un courant d’air frais dans une pièce fermée et l’attention portée à la liste augmente.

Que peut-on attendre de « Potere al popolo » au-delà des élections ?  

Pour s’opposer aux organisations d’extrême droite et aux nouvelles attaques qu’envisage le futur gouvernement, des luttes très dures seront nécessaires ; après les élections, la bour- geoisie présentera aux classes travailleuses une nouvelle addition très salée.

Du vote par délégation, il faudra passer au vote direct : la lutte sociale sur des bases de classe. Les forces de Potere al Popolo devront travailler à fond pour construire les résistances sociales à partir du contenu de son programme ; toutes les forces qui le composent ont déclaré assumer cet engagement. Dans les mois qui viennent se tiendra aussi le congrès du syndicat le plus impoprtant, la CGIL, où l’opposition de gauche cherchera à orienter le plus grand nombre de militants vers la perspective d’un syndicalisme de classe.

Les organisations qui composent Potere al Popolo n’ont pas les mêmes références stratégiques et programmatiques ; leurs relations avec les forces de gauche en Europe sont elles aussi différentes. Il y aura d’intenses discussions et le résultat électoral aura une certaine influence sur les évolutions politiques.

En tant qu’organisation, nous travaillons à une convergence politique concrète des mobilisa- tions et à l’unité des classes travailleuses dans une perspective qui fasse de l’anticapitalisme et de l’internationalisme un point de référence essentiel.

Propos recueillis par Henri Wilno, traduction de Bernard Chamayou.

Source

http://www.anti-k.org/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin