04 février 2018 ~ 0 Commentaire

strasbourg nucléaire (france bleu)

nuclear reactor

Strasbourg : ils distribuent des kits contre un accident nucléaire à la centrale de Fessenheim

Malgré la fermeture programmée de la centrale nucléaire de Fessenheim, les militants de Stop Transports – Halte au Nucléaire ne lâchent rien. Samedi à Strasbourg, ils ont distribué des kits un peu originaux pour se protéger d’un accident nucléaire.

La centrale nucléaire de Fessenheim doit fermer fin 2018 – début 2019. Malgré cette promesse du gouvernement, les membres de Stop Transports – Halte au Nucléaire se sont encore mobilisés samedi à Strasbourg. Ils ont distribué des kits plutôt étonnants pour se protéger d’un éventuel accident nucléaire.

L’ironie pour sensibiliser

Ils étaient une dizaine de militants samedi à distribuer des petits sacs en papier aux passants qui voulaient bien s’arrêter. A l’intérieur, chacun pouvait y trouver un masque et un bonbon. Voilà un parfait kit anti-nucléaire. « Bien sûr c’est ironique, » s’amuse Florence, une des mem- bres du collectif. « C’est un moyen de dire aux gens que, de toute façon, on ne peut pas se protéger contre un accident nucléaire. » Une manière, pour Florence, de dénoncer l’arrogance de tous ceux qui prétendent qu’aucun problème ne peut arriver.

Certains passants reçoivent bien le message, comme Myriam : « Beaucoup de citoyens sont conscients qu’on ne pourrait pas grand chose contre un accident nucléaire mais on préfère ne pas y penser. » En revanche, d’autres ont plus de mal à saisir : « Je n’habite pas à Fessenheim, j’avoue que ça m’est un peu égal, » confie Eric. Enfin « certaines personnes pensent qu’il s’agit d’un vrai kit et qu’il y a vraiment eu un accident à Fessenheim ! » s’exclame Jean-Marie. Au moins, ces citoyens apeurés prennent le temps de s’arrêter et de discuter avec les militants.

En tous cas, même si l’annonce de la fermeture de la centrale de Fessenheim est une bataille de gagnée pour les membres de l’association, leur guerre contre le nucléaire continue.

samedi 3 février 2018  Maxime Nauche

https://www.francebleu.fr/

Commentaire: Ouf, à Brest, çà ne peut pas arriver! On n’a pas de vilain nucléaire civil, mais du gentil nucléaire militaire. On a même distribué des pastilles d’iode, à prendre d’urgence dès que Vladimir Poutine il tousse!

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin