24 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

prénoms bretons (l’express + of)

Connaissance_de__5425263c1e071

Illustration

Prénoms bretons interdits: après Fañch, voici Derc’hen

Il y a quelques mois, la justice interdisait à des parents bretons de prénommer leur enfant Fañch. Cette fois, c’était un petit Derc’hen qui se trouve dans le même cas. Pour une raison encore plus étrange.

Les procureurs de la République nommés en Bretagne auraient-ils un problème avec les cultures régionales? On peut se le demander en découvrant le cas du petit Derc’hen, que vient de révéler Ouest-France.

La naissance de l’enfant remonte en fait au 21 août 2017. Ses parents souhaitent lui donner un prénom traditionnel breton, Derc’hen, mais se heurtent au refus de la mairie de Rennes. Ils se tournent alors vers le procureur de la République, qui confirme la position de la municipalité.

La famille se trouve confrontée à un problème de délai. «  Nous avions le choix entre changer de prénom (impensable pour nous) ou l’orthographier Derchen. La mairie nous avait spécifié qu’il serait possible d’avoir recours par la suite. Nous avons donc décidé d’appeler notre fils Derchen. » Sauf… qu’ils n’ont pas pu exercer leur recours.

Les parents se sont alors tournés vers une association de défense de la culture bretonne, Skoazell Vreizh, laquelle a contacté la mairie de Rennes et le ministère de la Justice. Sans succès. Si Nathalie Appéré, la maire PS de la ville, a promis de répondre rapidement, selon l’association, Nicole Belloubet n’a même pas accusé réception du courrier…

Cette affaire rappelle évidemment celle du petit Fañch. Les parents avaient obtenu en deux temps l’accord de la municipalité de Quimper (Finistère), mais s’était heurté au refus du procureur de la République de la ville, qui avait saisi la justice. Dans un jugement qui a étonné par ses motifs, le tribunal de grande instance lui a donné raison, estimant menacée « l’unité du pays », rien de moins! L’affaire est aujourd’hui en appel.

Un cas de discrimination linguistique

Cette fois, cependant, un pas supplémentaire semble être franchi.Le prénom Fañch avait été refusé parce que le signe ñ ne figure pas dans la liste des signes autorisés pour l’état-civil par une circulaire de 2014. On peut évidemment contester la légitimité de celle-ci. D’une part, le « ñ » a longtemps été utilisé dans la langue française et figure même dans la fameuse ordonnance de Villers-Cotterêts dont certains estiment -à tort- qu’elle a rendu la langue française obliga- toire dans notre pays, au moins dans les actes judiciaires.

D’autre part, et surtout, il s’agit selon de nombreux experts, d’un cas manifeste de discrimi- nation linguistique (« glottophobie« ) qui contrevient au principe d’égalité figurant pourtant dans la devise de la République. Mais au moins le procureur de la République de Quimper s’appuyait-il sur un texte officiel.

On sera curieux de découvrir l’argumentation de son collègue de Rennes. En effet, jusqu’à preuve du contraire, l’apostrophe est un signe reconnu de la langue française contemporaine. On la trouve dans tous les dictionnaires du pays, y compris celui de l’Académie française. Et bien des noms de famille comprennent une apostrophe, sans que cela ait jamais posé de problème. Comme un clin d’oeil, d’ailleurs, le procureur de la République de Quimper s’appelle… Thierry Lescouarc’h. Emporté par son zèle jacobin, son collègue de Rennes l’obligera-t-il à changer de patronyme?

Michel Feltin-Palas,  23/01/2018

Lire aussi:

Fañch, le prénom qui fâche (L’Express)

Prénom breton. Le procureur et la mairie de Rennes refusent le c’h (Ouest France)

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin