22 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

traon bihan (le télégramme)

traon3

Traon Bihan. « Tristesse et colère »

Valérie Lazennec a déposé une gerbe de fleurs en hommage aux « terres bio sacrifiées » Le feuilleton de la ferme de Traon Bihan, menacée par le développement du futur écoquartier de la Fontaine-Margot et le développement de la zone artisanale du Vern, se poursuit.
.
Et prend une tournure concrète : depuis le 9 janvier, les pelleteuses sont entrées en action, et les travaux de terrassements ont débuté sur les prairies voisines de la cuisine centrale. Hier, sous les averses et les rafales de vent, le spectacle des tranchées boueuses avait quelque chose de désolant pour les dizaines de fidèles soutiens aux exploitants de la ferme, venus dire, une nouvelle fois, leur inquiétude et leur désapprobation face à cette situation. « Ces derniers jours ont été particulièrement durs pour nous », soufflaient Philippe Nicol et Valérie Lazennec, les deux agriculteurs, avouant tristesse et colère mêlées.
.
Brest métropole prépare une proposition
.
« Quelques jours ont suffi pour saccager 20 ans de travail », lançait Valérie Lazennec. Avant de, symboliquement, déposer une gerbe de fleurs marquée d’un « À nos terres bio ». « C’est sans doute la première fois qu’on enterre des terres bio, sacrifiées à l’urbanisation ».
.
Dans l’assistance, au milieu des voisins et fidèles, quelques politiques affichaient leur soutien, tels Pierre-Yves Cadalen, pour France Insoumise, ou Ronan Pichon, pour Europe Écologie les Verts. Ce dernier se veut, d’ailleurs, optimiste pour l’avenir de l’exploitation. « Brest métropole rédige une proposition qui, à nos yeux, doit permettre, non seulement, de compenser les terres perdues par les aménagements en cours, mais également de mieux sécuriser Philippe et Valérie dans les terres qu’ils cultivent ». Il s’agirait de leur proposer des terres agricoles proches, dont les exploitants actuels partent à la retraite. Reste à connaître la localisation et la qualité de ces terres, le calendrier des opérations et, surtout, la nature des baux. « Pour l’instant, on n’a rien de concret. On attend », indiquent simplement les deux agriculteurs.
.
  21 janvier 2018
.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin